Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : aprés
12743

definicion : -

nota : après cela dês i(n)que (local), pués cen (pas général)

  • Francês : après
  • Francês : ensuite
  • Francês : à la suite de
  • Francês : suite (à la - de)
  • Francês : en train de
  • Francês : train (en - de)
  • Italien : dopo
  • Italien : dietro
  • Italien : appresso
  • Gramatica : prèposicion
  • Gramatica : advèrbo
  • Varianta : passâ (Pie)
  • Varianta : aprés (Pie)
  • Varianta : aprés (GE)
  • Varianta : aprés (Bjl)
  • Frâsa : Te crês que, se j'y vé, el ne mè serat pas en cœlère aprés?
  • Frâsa : Le Jœsèf alat dètachiér la côrda qu'étêt envœrtœlyê a un pecœt de la sêsin. Màs il n'uvrét qu'un petit trou por ne lèssiér passar cetos-qué de la nœce qu'a châ yon. La clarinèta s'y ènfelét le premiér; la mariâ venét aprés.
  • Frâsa : Aprés cèn, los nœciérs poviéront continuar lyor chemin. La clarinèta modét devànt, en fesent quinar sa musica. La nœce partét aprés, et la folyèta de vin per dèrriér.
  • Frâsa : *Tants (de) groupos musicâls aprés la (rechèrche) dessus lo tèrritouère començont a fâre de matèrial (nôvo) et l’ètude dessus l’ècritura comence a donar de bon rèsultat dens les lévros.
  • Frâsa : *Ans d’aprés avens fêt un groupo de travâly, entèrnacionâl! Ensems l’effepi et tôs les parlants lengoua francoprovènçâla, por trovar una codificacion comena: ux jorns enqu'houé sens pas oncor "arrevâs".
  • Frâsa : Aprés y'éi una petita prèsompcion de fâre litèratura, pas de ècrits scientificos, alor crèyo que la lèctura lyé dêt étre per frâsa pas parola per parola, et pletout que la prononcia lârja ou ètrêta, sè capésse lo sens. Por sentre la musicalitât de la lengoua avens règistrâ la lèctura des tèxtos.
  • Frâsa : Aprés que v'éd ben travalyê, V'éd que lo tièrs de la mêtiêt.
  • Frâsa : Aprés ele pensâve la grand humilitât que fut en lui.
  • Frâsa : Va-lui d'aprés.
  • Frâsa : Lo papiér est gnint ceti mas cél aprés.
  • Frâsa : Nos veyens passâ midi.
  • Frâsa : Vos ariâds tot forciê, fènes et felyes; Pués ariâds prês lœrs plles bèles dèpolyes; Et poués aprés, vos les ariâds tuâ(ye)s; Los Menistros, vos los ariâds broulâs.
  • Frâsa : Màs Tabazan, que perdéve pacience, Sôtat dessus, et pués aprés l'ètranglle: "Môrta la bétye, et môrt lo venim! Te ne farés jamés ni mâl ni ben!"
  • Frâsa : Son altèsse asse-ben s'enfuyéve Et codâve qu'aprés lui on corréve, Dont il étêt cœment dèsèsperâ, Ne sachent plles de quin coutâ alar.
  • Frâsa : Aprés ele sè èhtudiéve-t en les lètres nêres, en lesquâles érant èhcrites les viucinances que on fit (a) Jèsus-Crist: en celes aprenêt a soffrir les tribulacions en pacience.
  • Frâsa : Cheménens ensems "Viena sur ma traça", a-trop-pllan, agouéta, acuta.. Pœr sentre les parfums de ma tèrra, les colors du payis Aprés se tè vôles... Mè te chanto lo son de ma lengoua.
  • Frâsa : Coment nen sortir? La rèponsa est très simplla, mas empllique un engagement sèriox. Nos fôt pensar por tot lo payis arpitan a una ortografia que seye comena et condivisa. Quârque-chousa que, en tot lo domêno lengouistico, possésse pèrmetre una lèctura avouéc pllèsir, concentrâye sur les idês comunicâyes, sens l'embarras continuèl de devêr indentifiyér sillaba aprés sillaba. Porquè j'é emplleyê la parola ortografia? Perce que l'ortografia est lo sol chemin por avêr un pouent comon de rèfèrence. Por l'amôr de Diô, que seye cllâr, châcun a son velâjo continuerat atot sa grafia, mas u moment de publleyér, a la pllace de betar a coutâ de la sina bèla poèsia una traduccion en italien ou en francês, beterat la transcripcion en ortografia de rèfèrence.
  • Frâsa : O no at pas mouél de temps que una pèrsona que jo cognesso éret en orêson ou devant maténes, ou aprés, et comenciét a pensar en Jèsus-Crist, coment il sè siét a la drêta pârt de Diœ lo pâre. Et tantout sos/son côr(s) fut èlevâ(s) que o lui fut sembllant que ele fut en un luè qui éret plles grant que tôs les mondos et plles reluisants que les solos de totes pârts: et éret pllen d'unes gens que éront si très bèles et si très gllorioses que boche d'homo non lo porrêt ràcontar.
  • Frâsa : Al comencement ele fut un grant-temps que a tôs jorns et en totes ôvres et en quâlque luè que ele fut, elle avêt si grant grâce que o lui éret sembllent que Noutron-Siro fut adés "aranda" lyé apèrtament. Aprés la crèssét Noutron-Siro tant sa grâce que mout sovent en quâlque luè que elle fut, elle sentévet si grant grâce et si grant gllouère en son côr de la amôr de Noutron-Sègnor que at/a pênes que ele la potêt sotenir.
  • Frâsa : Una ôtra nuet, aprés ço un pou de temps, il lyé venét devant et cudiét la decêvre et travelyér en ôtres chouses a mout grant fôrce; màs tantout que ele comenciét recllamar Noutra-Dona et dére Ave Maria, per l'AIUA de Noutra-Dona il sè dèpartét de devant lyé, tot confus. Et s'en entràt/entrent en tèrra, en sembllence de una grant fumiére nêre. Et quant il entràt en tèrra, la tèrra fremét mout fôrt per iqué ont il entràt.
  • Frâsa : Aprés un grant temps que tot ço fut passâ et mout de ôtres grants grâces et secrètes rèvèlacions que Noutron-Siro lyé ut fêtes comenciét mout fôrt a dèsirar étre avouéc Noutron-Sègnor, et sur cet grant dèsir, comenciét fôrtament quèrre la môrt a Noutron-Sègnor.
  • Frâsa : En cet èspâcio aventiét que ele un jorn aprés vépres fut devant l'ôtar en orêson et on avêt cel jorn per aventura ôtâ la bouèta en que on gouârde CORPUS DOMINI de la custode, se l'avêt on mês(a) en una de les fenétres de l'ôtar. Et ele sè veriét cela pârt en fesent sa orêson et querét fôrtament la môrt a Noutron-Sègnor, a mout grants legremes. Adonc en fesent sa preyére ele aouét et entendét la vouèx de son crèator qui parliêt en la bouèta de que jo é dét de sus que éret en la fenétra.
  • Frâsa : En fesent ceta preyére ele aouét et entendét assé come ele avêt devant la glloriosa vouèx et parola de son veré crèator qu'il lyé dit: "Quant que jo tè vodré donar, recês et sofrês en mon nom". Iço lyé dit mout alégrament y at bien pou, ço lyé fut sembllent, en sorisent. La grant consolacion de lyé éret si grant devant que ele non y porrêt metre compto, màs ele fut plles grant aprés et la grâce de Noutron-Sègnor fut tojorn en lyé.
  • Frâsa : Una ôtra vês aventét que ele sè fut alâ gésir aprés complia et tantout, sens ço que ele non sè fut pas endormia, ol lyé fut sembllent que son èsprit fut entre los sents du paradis delquâl/delsquâls lyé sembllâvet que VIUT si grant compagnie que on non y porrêt metre compto.
  • Frâsa : Depués ele lo vit un temps assé come on porrêt vêr de luen una émagena pinta en parchemin. Totes vês la biotât éret si grant que elle non lo put dére, màs non put fére entendre en ôtra maniére. Aprés ele lo vit tot simpllament come les ôtros. Et pués aventét alcuna-vês que ele vêt si grant cllartât entre les mans del chapelan come lo solo.
  • Frâsa : Aprés ço, ele sè retornàt a sè méma et a sa cognessence corporâla, vit que ele non éret a tâblla avouéc les ôtres en covent et pensàt que la prioréssa et les ôtres porriant avêr mèrvelyes que ele a tâl jorn fut remassâ de covent sens licence d'alar a trâblla, et tantout ele aliét demandar licence de alar a trâblla.
  • Frâsa : Los três jorns de Chalendes ele fut adés en ceta grant consolacion, èxtèr ço que ele no vit la vision mâques lo premiér jorn, màs la grant consolacion et la amôr de son bon crèator lui abondâvet adés plles fôrt al côr, si que ele en perdét del tot lo mengiér et lo dormir. Lo quârt jorn de Chalendes ele ut alcuna chousa que lui dèpllését en son côr, et tantout la grant consolacion sè dèpartét en partia de son côr et tornét en son premiér ètat, loquâl éret bon devant et mèlyor fut aprés.
  • Frâsa : Aprés totes cetes grâces et pllusiors ôtres que noutron bon crèator lui ut fêtes, ele étêt l'èspâcio de doux ans que ele on ut neguna espèciâla grâce de Noutron-Sègnor, mâques tojorn pèrsèvèrâvet en bônes ôvres et tojorn sembllâvet que ele ut plles de la timor et de l'amôr de Diô.
  • Frâsa : Et la nuet aprés, ele vit les très grants èpoventâblles visions pllênes de si grants dolors et de si grants èpoventements que on non y porrêt metre compto ni sembllence ni neguna èstimacion.
  • Frâsa : Màs pués aprés ensé come Diô ordonàt les chouses si come lui pllét alcunes de celes de Permagni pœr la rèvèlacion de Noutron-Sègnor ou de cetes três, si come jo cudio, venéront a la prioréssa et al viquéro qui fut mouéno de VâlBôna et orendrêt est de Sente-Crouèx et apelâ dom Roz de Charis, et lors déront que y coventâvet pœr fôrce que on alât quèrre les osses de celes três sentes crèatures et mout d'ôtres paroles.
  • Frâsa : Je su venu lo premiér, il est arrevâ aprés.
  • Frâsa : Lo Jœsèf marchê aprés mè.
  • Frâsa : Je vé ramâssiér lo fen qu'est dèns lo prât, te vindrés arâtelâr aprés dèrriér mè.
  • Frâsa : Criàr aprés quàrqu'yon.
  • Frâsa : L'àragnére montêt aprés lo mur.
  • Frâsa : S'ils vôlont obtegnir de succès dens lor travâly, il est a dére arrevàr u(x) rèsultat(s) ategnu(s), ils dêvont fére en maniéra que lors idês corrèspondussant ux louès du mondo objèctif èxtèrior; se ço sè vèrifiye pas, ils reusséssont pas dena la prateca. Aprés avêr subi un non-succès, ils teriont la leçon, modifiont lors idês de façon a la fére corrèspondre ux louès du mondo èxtèrior et pôssont pariér transformàr lo non-succès en succès; il est cela la significacion du provèrbo: "La dèfêta est la mâre du/des succès" et "quârque non-succès nos rend plles fin".
  • Frâsa : Los membros du groupo d'ètude que sont vegnus en chiéz nos, aprés avêr rèuni un matèriâl variâ et avêr "rèfllèchir", posserrant portàr lo jugement siuvent: "La poleteca du Front uni nacionâl contre lo Japon, aplecâye du partit comunisto, est consèquenta, sincèra et honéta". Se lors sont, avouéc la méma honètetât, partisans de l'unitât por lo salut de la nacion, ils porrant, en partent de ce jugement, alàr plles luen et teriér la concllusion siuventa: "Lo Front uni nacionâl contre lo Japon pôt reussir".
  • Frâsa : Se aprés étre consacrâ-sè un cèrtin temps a cét travâly, ils aquèront de l'èxpèriença et, s'ils vôlont bien, sensa partit prês, ègzamenàr a fond l'ètat de la situacion, a la pllace de considèràr les chouses d'una façon subjèctiva, unilatèrâla et supèrficièla, ils seront capâbllos de teriér lors-mémos les concllusions que sè raportont a la maniéra que convint emplleyér, et ils sè betaront a travalyér avouéc bine plles d'assurença.
  • Frâsa : Se, étent arrevâ a una tèoria justa, on sè contente d'en fére un argument de convèrsacion, por la lèssiér aprés de coutâ, sensa la betàr en prateca, ceta tèoria, tant bèl que fusse, et dèporvu de quiconque significacion.
  • Frâsa : Partir de la cognessença sensiblla por s'èlevàr activament a la cognessença racionèla, aprés, partir de la cognessença racionèla por dirigiér activament la prateca rèvolucionèra afin de transformàr lo mondo subjèctif en mondo objèctif.
  • Frâsa : La prateca, la cognessença, aprés, tôrna la prateca et la cognessença. Ceta fôrma ciclleca at pas de fin, et en plles, a châque cicllo, lo contenu de la prateca et de la cognessença s'èleve a un nivél supèrior. Tâla est dens son ensembllo la tèoria matèrialista-dialècteca de la cognessença, tâla est la concèpcion que sè fét lo matèrialismo-dialècteco de l'unitât du savêr et de l'accion.
  • Frâsa : O vint aprés lo second degrâ du procèssus de la cognessença, lo degrâ du passâjo del'èsprit a la matiéra, de la pensâ a l'étro; o sè trèta alors d'aplecàr dens la prateca sociâla la cognessença aquisa u cors du premiér degrâ, por vêre se cetes tèories, poleteca, pllans, moyens d'accion, ets., produésont les rèsultats atendus. En g·ènèral, o est justo cen que reussét, o est fôx cen que reussét pas; ço est vrê surtot por la luta des homos contre la natura.
  • Frâsa : Il est aprés acuchonâr de revivres.
  • Frâsa : Un biô jorn de julyèt, lo jorn de la Ravena, De Vela je m'en parto a l'ârba du matin, En portànt aprés mè: salam, pan bllanc, fontena, Et checa de cél cllàr qu sè fét dens la tena, Pœr mè bllètir lo pot long de mon chemin.
  • Frâsa : Galope a son bèton p'un chemin lo plles prés, Et la côrna ux cropions Morin lyé vat aprés.
  • Frâsa : Avouéc son bâton sôrt lo premiér, Et tot fier comencie a sè mouvre. Lo nurrim du patron lui vint aprés, Les ôtros en suite vant lo siuvre.
  • Frâsa : L'hivèrn envœrtolyê de sa capota grise, Du sonjon du Mont-Bllanc bèsse bâs tot tot-gent. En trênent aprés llui l'oura, lo frêd, la bise, Atot ses grand pêls gris s'avance en trevolent.
  • Frâsa : Aprés cen que 'l est acapitâ, 'l at apelyê lo chemin de mêson et 'ls ant pas tornâ lo vêre.
  • Frâsa : Doux de céls-qué qu'ils alâvont aprés de Jèsus ils vant a chamàr AL PRIME PIASE.
  • Sinonimo : per-dèrriér
  • Sinonimo : contra prép. et advèrbo
  • Sinonimo : pués
  • Sinonimo : avouéc