Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : cela (adj.)
13762

definicion : -

  • Francês : cette (-là)
  • Italien : quella agg.
  • Gramatica : adjêctif dèmostratif
  • Varianta : quela
  • Varianta : quela-lé (Pie)
  • Varianta : cela (Pie)
  • Varianta : cela (GE)
  • Varianta : cela (Dfn)
  • Varianta : cela (Bjl)
  • Frâsa : Cela femèla ouè que el est bôna a menar la bartavèla.
  • Frâsa : Son Altèsse en granda diligence, Una pôsta mandat u rê de France, Que Geneva il avéve surprês, Que cela nuet il y farêt son liét.
  • Frâsa : Vê-que porquè tota cela canalye rechêtaront bentout noutres muralyes. En rechêtant, ils sè rontévont lo côl, Por sè gouardar du borriô lo licôl.
  • Frâsa : Y avêt huét jœrns que dediens cela vela, Un prèsident de Chambèri la bèla, Fassêt sembllant de rafrèchir l'union, Il vint tramar voutra grand tràyison.
  • Frâsa : Quand j'aviô siéx ans j'é vu, un côp, una genta émâge, dedens un lévro que prègiêve de la Serva Nêre et 'l aviêt nom "Histouère Vècua". Cela émâge reprèsentâve una bouye boa en tren d'engorgiér un lapin sarvâjo. Vê-lé la copia du dèssin.
  • Frâsa : Entre les ôtres o lui fut sembllant que elle vêt Jèsus-Crist si très glloriox que côr ne porrêt pensar, qui éret vehtu de cela glloriosa roba qu'il prét lo très nobllo côrps de Noutra-Dona. En ses très noblles màns et en ses pieds aparéssant les gllorioses pllayes que il sofrit pœr amôr de nos. De cél glloriox pèrtués salyét una si très grand cllartât que ço éret un grand èbayiment assé come si tota la biotâ de la divinitât salyét per mè.
  • Frâsa : En céta grâce o lyé venét come una pèrsona et la embraciâvet fôrtament et mout amâbllament. En cela doçor que ele sentêt del très dox embraciement de son veré crèator, o lyé éret viêres que son èsprit dèfalyét.
  • Frâsa : Adonc veriét la glloriosa Dona son pidox et son dox regârd mout amâbllament vers lyé et dit lyé: "Très chiera filye, aye pouer ni neguna dotence, câr jo, ço dit-ele, su mâre del rê tot pouessient CUI tu és èposa, et su mâre de misèricôrde et en cel povêr et en cela misèricôrde, je preno l'ârma et lo côrps de tè en ma gouârda et en ma dèfession; et tè gouarderé et dèfendré del povêr del diâbllo et de sos engins".
  • Frâsa : Dês cela hora en lé ele ut plles de la grâce Noutron-Sègnor.
  • Frâsa : En cet èspâcio aventiét que ele un jorn aprés vépres fut devant l'ôtar en orêson et on avêt cel jorn per aventura ôtâ la bouèta en que on gouârde CORPUS DOMINI de la custode, se l'avêt on mês(a) en una de les fenétres de l'ôtar. Et ele sè veriét cela pârt en fesent sa orêson et querét fôrtament la môrt a Noutron-Sègnor, a mout grants legremes. Adonc en fesent sa preyére ele aouét et entendét la vouèx de son crèator qui parliêt en la bouèta de que jo é dét de sus que éret en la fenétra.
  • Frâsa : Nos entendens que entre les ôtres chouses o lyé fut demandâ quinta vouèx et quinta parola o lyé éret sembllent que ele aouét. Et ele rèpondét qu'il la avêt come homo, ço lyé éret sembllent; màs difèrence y avêt si grant que no lyé éret viêres que negun côrps humen que vivet en tèrra pouét entendre en son côr ne dére de boche neguna sembllence ni neguna èstimacion de la grant biotât et doçor de cela glloriosa vouèx et parola.
  • Frâsa : En cela hora lui venét en côr que la maladie que ele avêt de sa fèbllèsse lui porrêt mout nuére al sèrvice de Noutron-Sègnor et tantout ele tornàt mout dèvotament en sa orêson.
  • Frâsa : Et tant que un jorn que ele éret en orêson en l'égllése, et en fasent sa preyére ele se endormét et tantout o lyé fut sembllent que ele vêt venir come devèrs lo cièl doves pèrsones, les plles bèles crèatures de tot lo mondo et sè metéront a la drêta pârt del ôtar et fut sembllent que eles èxtramesant et panesant cela pllace.
  • Frâsa : Et céla cllartât jétâvet si grant resplendor que ele fesêt resplendir tota la vèrmelya si que la una biotât enluminâvet si l'ôtra et si étiant la una en l'ôtra que eles rendiant si mèravilyosa biotât et si grant resplendor que on vêt tota la biotât de la bllanche cllartât dedens la vèrmelye et la biotât de la vèrmelye vêt on dedens la biotât de la cllartât bllanche.
  • Frâsa : Et les ôtres trèiant tota cela a lors, et totes s'en entrâvont dedens lyé. Cetes quatro(s) divisions sè aparèssant en una méma sembllence et biotât et resplendor. Et lyé éret viêres que céla comona biotât et resplendor aparéssêt tota dedens cél enfant. Et l'enfant aparéssêt tot dedens céla resplendor.
  • Frâsa : Entre les ôtres chouses que ele preyêvet a Noutron-Sègnor en son côr sè preyêvet que il per sa misèricôrde la donat fénir de ceta via en cela méma hora, ou que lui dègnât pllére que lo consèly et consolacion lui transmit de cela grant pouer.
  • Frâsa : En cél temps, dês féta sent Antouèno tant que la seconda semàna de carêma, ele étiêt tôs los jorns que tantout que ele éret alâ gésir aprés compllia que ele entrâvet en cela secrèta vision, laquâla lui éret dèmontrâ per divèrses maniéres.
  • Frâsa : Màs pués aprés eles lèssiéront cél luè, câr éret trop entre los sèculârs, et s'en retornâront en Permagni, mâques cetes três crèatures que érant ja trapassêes et sèvèlies l'una de joûta l'ôtra al cemetiéro de cela mêson d'Êmuéx.
  • Frâsa : Quand vit ço lodét viquéro que il lo coventâvet fére, cél aliét cela pârt et en ut mout de dângiérs et de travâlys, ANCIS que céls qui gouârdont lo luè d'Êmuéx lui volussant lèssiér ço que il demandâvet et que l'èvèque de Valence lo volsét comandar. Totes vês ense come Diô lo avêt ordonâ o sè fit.
  • Frâsa : Beta pas en boche cela pllanta d'ambsint, se te vôs pas sentir lo gôt amàr pœr tota la dèpelyê.
  • Frâsa : 'L at carcassiê pertot que t'avês achetâ cela grange.
  • Frâsa : Cela genelye croque, fôt la betar a covar.
  • Frâsa : Dens totes les mêsons, de pertot l'égoua entrâve; Ele ne coriêt pas, sembllâve qu'el volâve. Cela rapiditât surprend los/les plles prudents: L'un tançone son vin, l'ôtro son égoua-ardent.
  • Frâsa : Tot-ora m'est avis que quârque-ren mè pousse, Ou que d'un trembllement je sento les secosses; Je ne sé se la tèrra ou lo cièl vat s'uvrir. Dens cel'èztrèmitât, que fâre? et yô corir?
  • Frâsa : L'Èvèque, los âbès, dens cela trista crisa, Ensé que l'intendant, donéront bien lor misa; Los homos d'èpèya, los homos de barrô, Tôs los entreprenœrs, los comis de burôs,
  • Frâsa : Màs cét encontinent lyé aprèste tâblla d'hôto, Avouéc una grêla de piérres, de côps d'arpions et de copa-fen. Desot cela tempéta, lo consul et sos apôtros 'ls ant DU/DIU fotre lo camp "tambour batent".
  • Frâsa : cél châtél, cela torn, pas lluen de l'agonia, Montrâvont quâsi pas de traces des vivents: Màs què lyé manque-t-o? Manque la sègnoria. Lo Baron de Sent-Pierro arreve franc a temps Pœr lyé balyér la nobllèsse et la via.
  • Frâsa : Sur les roueses de Cogne ou de Vâlsavarenche, Lo Rê y vint passàr des jorns sensa chagrin, Rontent les côrnes ux boquetins; Megient de cela chèrn, n'en compte pas les trenches; Se vouege lo bon cllàr d'un passâbllo amolon. Màs les côrnes, avouéc souen, lo Rê kes bète en cârro D'ornàr de son châtél de Sarro Lo plles biô des salons.
  • Frâsa : Mè sârre cela rêna a môdo per lo côl! La mè fét reculàr, mon chier, tant qu'a três côps! Lé, l'ôtra sè reprend; màs lyé s'est bien bardâye (=mantenua); Et lo quatriémo côp bien luen l'at enchôciêye;
  • Frâsa : Et ses uelys 'ls ant siuvêt dament que l'ls ant possu, Cela ôtra que s'en vat "mochiêe" d'avêr pèrdu. Les "Frà" sont mècontents d'avêr pèrdu lœr rêna; Lo Brœly bouce des mans; n'en valyêt ben la pêna.
  • Frâsa : Les femèles a cela sêson Felont la lana, Felont la lana; Les femèles a cela sêson felont la lana des moutons.
  • Frâsa : A cela novèla sêson Tot revèrdeye, Tot revèrdeye; A cela novèla sêson Tot revèrdeye pœr de bon.
  • Frâsa : Oh! Dens cela reche sêson Châcun mulate, Châcun mulate; Oh! Dens cela reche sêson Châcun mulate a sa mêson.
  • Frâsa : Et dens cela guêye sêson Bèsont la grola, Bèsont la grola; Et dens cela guêye sêson Bèsont la grola du plles bon.
  • Frâsa : Ah! Se de cél pèchiê tes mans sè sont chinchiêes, Rend cela bétye a qui te l'âs des côps robâye." Màs lyé, lluen d'avêr dét: "Du bètion que te sens Un de noutros vesins m'en at fêt un present"; De llui sè moque quâsi, et, de rêson sortia, Lyé/llui reprôge lo bien qu'il at fêt dens sa via.
  • Frâsa : J'é bèle ren volya d'alàr a cela féta.
  • Frâsa : Cela crouêye vegne m'at balyê de travâly.
  • Frâsa : Ragouèl devant jorn, u premiér chant du pôl, Pœr cachiér son bi-fely at fêt fére lo crox, Afin de l'entèrràr devant que 'l arbeyeye (vegneye l'ârba)... En câs que contre lyé tot frêd on le troveye. "Magâra, desêt-il, devant que seye jorn, Come les ôtros sèpt, n'alens lo trovar môrt." Ben que dens son èsprit roule cela pensiére, Una de ses sèrventes, u galop, vint lyé dére: "Tobie n'est pas môrt! 'l est san come un pêsson! 'Ls ant vu-lo du moment que préye en genolyon."
  • Frâsa : Apllantens-nos a cela cantina, nos bêrens pués un vêrro.
  • Frâsa : Cela vache 'l est pas bien apelyêye.
  • Frâsa : Cela poura chiévra 'l est tojorn apelyêye outre u vèrgiér.
  • Frâsa : Cela crouye ramâ 'l at nion qu'a bllètir la puça.
  • Frâsa : Quand 'l at sentu cela novèla, les uelys sè sont bllètis.
  • Frâsa : Et cela doça chançon 'L ére mècllâye, U son de l'égoue Du petiôd ru Que passâve U méten de la ruva.
  • Frâsa : Mèclla-tè pas avouéc cela bènda de mats.