Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : ceta (adj.)
13821

definicion : ceta / (i)queta (-ce)

nota : la première forme, "ceta", présente surtout dans le domaine d'oïl, remonte au préfixe ECCE ; la seconde, "(i)queta", qui relève surtout du domaine d'oc, remonte au préfixe *ACCU (voir à ce sujet Pierre Gardette, Etudes de Géographie linguistique, Société de Linguistique Romane, Strasbourg 1983, p. 37-43).

  • Francês : cette
  • Francês : cette (-ci)
  • Italien : questa agg.
  • Gramatica : adjêctif dèmostratif
  • Varianta : céta (Pie)
  • Varianta : cen-lé (Pie)
  • Varianta : céta (Trt)
  • Varianta : ceta (Dfn)
  • Varianta : céta (Bjl)
  • Frâsa : La chapèla du Sent-Suêro 'l est una des chapèles ples vielyes de la Valâda d'Aoûtha. Ceta chapèla, bâtia des sègnœrs d'Entrôd a travèrs de la seconda mêtiêt du quatorgiémo siècllo, el est consècrâye u Sent Suêro. Ço en honœr de la Mêson de Savouè, propriètèra du lençôl, que a l'època mantegnêt des bons rapôrts avouéc les sègnœrs d'Entrôd, les Sarriod.
  • Frâsa : Ceta crèatura, per la grâce de Noutron-Sègnor, avêt ècrit en son côr la sente via que Diô Jèsus-Crist menét en tèrra et sos bons ègzemplos et sa bôna doctrina.
  • Frâsa : Ora vos deré brévament coment ceta crèatura sè ètudiyévet en cet lévro.
  • Frâsa : "Tu dês frotar céla campana, el est cuvèrta d'aram."
  • Frâsa : "Céla campana at prês d'aram, el est trop bôrta por emmontagnér".
  • Frâsa : Y est abominâbllo, céta vache el at "tot-adés" de lacel pllen lo selyon.
  • Frâsa : Los lops de temps en temps ravâjont ceta tèrra; Lo cièl, l'égoua, lo fuè nos dècllâront la guèrra. Un an, n'y at pouent de bllât; l'ôtro, n'y at pouent de vin; Et l'or fond dens les mans, sen savêr qu'il devint.
  • Frâsa : Il m'at assurâ que céta vache balyéve pllen de lacél.
  • Frâsa : Màs (il) lui coventâve-t tojorn retornar u comencement de la via que Nouhtro Siro Jèsus-Crist menét en tèrra, tant que elle ut ben amendâ sa via, a l'ègzempllèro de cél lévro; elle sè èhtudiâvet grant-temps en ceta maniére.
  • Frâsa : Premiére quèstion. Lo dialècto de ton velâjo que tant t'âmes 'l at pas ni una gramère, ni un diccionèro, ni una granta histouère litèrèra: quârque poèsia d'una vielye mêtrèssa, doux ou três tèxtos de la locâla filodramatica, ora disparua por la manca de bènèvolos disposâs a fére los actors. Por la résta los quatro tèxtos que t'avéve retrovâ érant tèrribllos, transcrits atot una grafia emprobâblla, que tè-mémo, atot tota la bôna volontât de ceti mondo, t'âs avu mâltemps a comprendre. Ceta consultacion de tèxtos avéve fét nêtre u fond de ton cœr la demanda: mas fôra de mon velâjo quârqu'un comprendrat jaamés cen que j'é ècrit?
  • Frâsa : Ceta fèna est ja agiêe, el at nonant'ans.
  • Frâsa : Il at étâ administrâ hièr nuet, et il est môrt ceta matin.
  • Frâsa : Qui porrêt habétar ceta vela puanta, Cimentâ de três pieds d'una bôrba gluanta, Plles nêre que pege, plles sâla que bèrtou, Qu'enfècte les mêsons, et que nos jônét tôs?
  • Frâsa : Et ceta doçor ne sè pôt dècrêtre assé plles et muens que les égoues de la mar. Câr tot assé come les flluvos salyont de la mar tués et tués y retôrnont, tot assé la biotât Nouhtron-Sègnor et la doçor, come ben que ele s'èxpandet a tot, ele retôrnet tojorn a lui. Et per ço ne pôt ele jamés dècrêtre.
  • Frâsa : A l'honor de Diœ et al "lôdemos" de son benêt nom, et a recognetre sa grant misèricôrde, et regraciér los glloriox dons de sa bontât, y étre plles ferventa a fére lo sèrvice de Noutron-Sègnor Jèsus-Crist et de la sin glloriosa Vièrgéna Mâre, humilment et dèvotament vuel ècrire a voutron èdifiment una partia de la honéta et senta et discrèta convèrsacion que céta èposa de Jèsus-Crist menàt en tèrra entre ses serors, dês l'âjo de XIII ans en sus.
  • Frâsa : En céta grâce o lyé venét come una pèrsona et la embraciâvet fôrtament et mout amâbllament. En cela doçor que ele sentêt del très dox embraciement de son veré crèator, o lyé éret viêres que son èsprit dèfalyét.
  • Frâsa : Quand ele ut menâ ceta senta via un grant temps, lo diâbllo sè comenciévet mout efforciér de la travalyér en totes maniéres. Et quand ele vit qu'il la cudiâvet si vilment decêvre, sè comenciét mout grant penance fére, en laquâla penance fasêt alcunes chouses per la grant por del dècevement du diâbllo, que érant alcunes-vês sens grant discrècion, màs eles étiant totes per grant timor et per grant fervor et totes vês Noutron-Sègnor o metévet tot en bon pouent.
  • Frâsa : En ço que il lyé parl(i)ét, il lyé dit apèrtament ni dèsirar ni querir ceta chousa: "câr, ço dit-il, ne vuel que tu mueres oncor". Iço lyé dit tant bènignament et tant amâbllament que o no lyé éret sembllent que ele avêt de la môrt lyé passàt tantout del côr et remanat en grant consolacion et en grant dèsir de més vivre al sèrvice de son bon crèator.
  • Frâsa : En fesent ceta preyére ele aouét et entendét assé come ele avêt devant la glloriosa vouèx et parola de son veré crèator qu'il lyé dit: "Quant que jo tè vodré donar, recês et sofrês en mon nom". Iço lyé dit mout alégrament y at bien pou, ço lyé fut sembllent, en sorisent. La grant consolacion de lyé éret si grant devant que ele non y porrêt metre compto, màs ele fut plles grant aprés et la grâce de Noutron-Sègnor fut tojorn en lyé.
  • Frâsa : Et considerâd a grant diligence sur ço que vos vèrréd de les gries dolors et torments que sofrét voutro bon crèator lo veré Fily de Diœ pœr voutra salut et pœr la salut del humen légnâjo; en considèrent la verétât de ceta chousa vos troveréd plles que vos ne povéd ne savéd dèsirar".
  • Frâsa : Nos non trovens pas que ele volét onques de ceta vision rèvèlar ôtres chouses mâques, tant que de celes très hôtes et secrètes dèmonstrances que Noutron-Siro lyé dèmostràt la compagnie de sos glloriox sents, ele non o porrêt rècontar ni comprendre.
  • Frâsa : En ceta grant dolor ele pensét que totes ses compagnes receviant lor Salvor et ele, a tâl jorn que el éret dègnêe venir et nêtre en cet mondo pœr noutra salut, no s'osâvet prèsumir pœr les grants ofenses que ele cudâvet avêt, sè propensét que ele recordrét a la grant misèricôrde de son dox crèator.
  • Frâsa : Entre les ôtres chouses que ele preyêvet a Noutron-Sègnor en son côr sè preyêvet que il per sa misèricôrde la donat fénir de ceta via en cela méma hora, ou que lui dègnât pllére que lo consèly et consolacion lui transmit de cela grant pouer.
  • Frâsa : Los três jorns de Chalendes ele fut adés en ceta grant consolacion, èxtèr ço que ele no vit la vision mâques lo premiér jorn, màs la grant consolacion et la amôr de son bon crèator lui abondâvet adés plles fôrt al côr, si que ele en perdét del tot lo mengiér et lo dormir. Lo quârt jorn de Chalendes ele ut alcuna chousa que lui dèpllését en son côr, et tantout la grant consolacion sè dèpartét en partia de son côr et tornét en son premiér ètat, loquâl éret bon devant et mèlyor fut aprés.
  • Frâsa : Et lui fut dèmostrâ ço que il lui dit, que plles troveriêt en considèrant la verétât de ceta chousa que ele ne porrêt dèsirar.
  • Frâsa : En ceta èpoventâblla vision ele vêt les très grièves et les très èpoventâblles pênes que sofront los pèchiors pœr divèrses maniéres de ofenses, et en les divèrsitâts de les grants ofenses étiant les grants divèrsitât de les grièves pênes.
  • Frâsa : Ceta sente crèatura Béatrix de Ornaciox et una ôtra de céls de Chassonâjo et una ôtra de céls des Alaman de Grèsivodan si come jo é entendu, et non pué onques savêr lo prôpro nom de cetes doves quand jo ècrisévo ço, dèscendéront de Permagni avouéc les ôtres que lo ôrdre tramét en Êmuét , pœr comenciér iqué una mêson novèla.
  • Frâsa : Una côrda barrêt le chemin en travèrs. Los jouenos avant pecâ contre des branches d'agrebllo qu'ils avant cœpâ dèns les brœssàlyes de la sevelâ. Quànd la clarinèta, qu'étêt le premiér de la nœce, arrevét devànt ceta barriére, un joueno criyét èn francês: "On ne passe pas."
  • Frâsa : Ceta vache apartint u Touène.
  • Frâsa : Ceta fèna a diéx enfant, et ele apond a tot.
  • Frâsa : Je vé a l'avri dèrriér ceta sevelâ.
  • Frâsa : Ceta vegne s'abâtarse dèns noutron payis.
  • Frâsa : Entre lo concèpt et la sensacion, la difèrença est pas justo quantitativa mas qualitativa. En alent plles luen dens ceta dirèccion, avouéc l'édo du jugement, de la dèduccion, on pôt arrevàr a des concllusions loqiques. L'èxprèssion du SAN KOUO YEN YI: "Un froncement de la téta et una idâ vint a l'èsprit" ou cèla du lengâjo ordinèro: "Lèssiédes-mè rèfllèchir" signifiont que l'homo opère entèlèctuèlament a l'édo de concèpts por portàr des jugements et por fére des dèduccions. Il est lé lo second degrâ de la cognessença.
  • Frâsa : A l'època du capitalismo libèrâl, Marx possiéve pas cognetre d'avança, concrètament, cèrtênes louès prôpres a l'època de l'emperialismo, puésque l'emperialismo, fâsa supèriora du capitalismo, 'l ére pas oncora aparu et que la prateca corrèspondenta mancâve; justo Lènino et Stalino ant possu sè chargiér de ceta tâche.
  • Frâsa : Se Marx, Engels, Lènino et Stalino ant possu èlaboràr lors tèories, est étâ surtot, abstraccion fêta de lor gènio, porquè ils sè sont emplleyê pèrsonèlament dens la prateca de la luta de cllâssa et de l'èxpèriença scientefeca de lor temps; sensa ceta condicion nion gènio ariêt possu reussir.
  • Frâsa : Mas dês la seconda pèrioda de sa prateca, pèrioda de la luta poleteca et èconomeca conscienta et organisâye, por lo fêt de son activitât prateca, de son èxpèriença aquisa u cors d'una lunta prolongiêya, èxpèriença que fut g·ènèralisâye scientificament per Marx et engels et de yô et nèssua la tèoria marxista qu'el at sèrvi a l'èducàr, ceta cllâssa fut capâblla de comprendre l'èssença de la sociètât capitalista, los rapôrts d'èxplouètacion entre les cllâsses sociâles, sos prôpros devouèrs historecos et devint adonc una "cllâssa por sè".
  • Frâsa : Lo second degrâ fut justo ceti de la cognessença racionèla, quand lo popllo ch·inês distinguat les divèrses contradiccions entèrnes et èxtèrnes de l'empèrialismo, quand il distingat l'èssença de l'oprèssion et de l'èxplouètacion ègzèrciêya sur les lârges masses populères de la Ch·ina de la pârt de l'empèrialismo que ére aliâ-sè avouéc la borgèsia et la cllâssa fèodâla ch·inêsa; ceta cognessença comenciét mâques avouéc la pèrioda du Mouvement du 4 Mê 1919.
  • Frâsa : Pas muens, ceta èxpèriença (l'èxpèriença des victouères et surtot des defêtes) lor pèrmtrêt de comprendre l'ensègnement entèrno de quiconque guèrra, il-est-a-dére les louès de ceta guèrra dètèrménâye, de nen comprendre la stratègia et la tacteca et, a travèrs cen mémo, de la dirigiér avouéc suretât.
  • Frâsa : L'histouèra de la filosofia at cognu una ècoula "racionalista" que admèt mâques la rèalitât de la rêson et néye cela de l'èxpèriença, que crêt qu'on pôt mâques sè fondàr sur la rêson et pas sur l'èxpèriença sensiblla; l'èrror de ceta ècoula et d'avêr envèrsâ l'ôrdro des chouses.
  • Frâsa : Les èrrors de ceta tèoria consistont a pas comprendre que, les donâs de la pèrcèpcion sensiblla, tot en étent lo reflèt de cèrtênes rèalitât du mondo objèctif (prègieré pas icé de cét empirismo idèalisto que limite l'èxpèriença a cen qu'on dit entrospeccion), els sont pas muens unilatèrâles, supèrficièles, selon que cét reflèt est encomplèt et que traduét pas l'èssença des chouses.
  • Frâsa : Ceta èlaboracion rend pas noutra cognessença muens complèta, muens sûra. U contrèro, tot cen que dens lo procèssus de la cognessença est étâ somês a una èlaboracion scientefeca sur la bâsa de la prateca, reflète, come lo dit Lènino, la rèalitât objèctiva d'una maniéra plles profonda, plles fidèla, plles complèta.
  • Frâsa : De ceta tèrra 'l èspere (lo semœr) et atend lo pan Que farét vivre céls-ce que l'âme tant. 'L est a cen que pense en pllongent la man Dens una gorba ou dens un sac de têla bllanche Pllêna de sements.
  • Frâsa : Se, étent arrevâ a una tèoria justa, on sè contente d'en fére un argument de convèrsacion, por la lèssiér aprés de coutâ, sensa la betàr en prateca, ceta tèoria, tant bèl que fusse, et dèporvu de quiconque significacion.
  • Frâsa : Por rèsôdre complètament ceta quèstion, il est nècèssèro dirigiér tôrna la cognessença racionèla vers la prateca sosiâla, aplecàr la tèoria dens la prateca et vêre se ela pôt conduire u but proposâ.
  • Frâsa : De mémo, lo marxismo-lèninismo est recognu come veretât pas justo porquè ceta doctrina est itâye scientificament ètudiyêya de Marx, Engels, Lènino et Stalino, mas porquè est itâye confirmâye a travèrs l'ulteriora prateca de la luta rèvolucionèra por la libèracion de la nacion.
  • Frâsa : Ceta particularitât est prôpra des idâs de tuéts los entétâs. Lors idâs sont copâyes de la prateca sociâla, et ils sâvont pas marchiér devant lo charrèt de la sociètât por lo guidar, ils fant pas d'ôtro que sè trênar aprés, en sè pllegnent qu'il vat trop vito et en cherchent de lo reportàr en dèrriér ou de lo fére roulàr en sens envèrs.
  • Frâsa : Ceta transformacion est ja comenciêya sur una partia de la Tèrra, en Union Sovieteca. On y accèlère actuèlament lo procèssus. Lo pœpllo chinouès et los pœpllos de tot lo mondo sont prês dens cét procèssus de transformacion ou seront bien vito prês.
  • Frâsa : ... Et lo mondo objèctif, a transformàr, encllue tuéts los advèrsèros de ceta transformacion; ils dêvont passàr pas l'ètapa de la contrenta devant que possêr abordàr l'ètapa de la transformacion conscienta.
  • Frâsa : La prateca, la cognessença, aprés, tôrna la prateca et la cognessença. Ceta fôrma ciclleca at pas de fin, et en plles, a châque cicllo, lo contenu de la prateca et de la cognessença s'èleve a un nivél supèrior. Tâla est dens son ensembllo la tèoria matèrialista-dialècteca de la cognessença, tâla est la concèpcion que sè fét lo matèrialismo-dialècteco de l'unitât du savêr et de l'accion.
  • Frâsa : Mas, de noutros compagnons, un mouél comprendont pas oncora ceta tèoria. Se on lor demande d'yô vegnont lors idâs, opinions, poleteca, pllans, mètodes, concllusions, d'yô vegnont lors discors entèrménâbllos et lors longs articllos ils trôvont la quèstion ètrangiéra et sâvont què rèpondre. Et cés sôts por què la matiéra sè transforme en èsprit et l'èsprit en matiéra, fenomèno ordinèro de la via de châque jorn, réstont encomprèhensibllos por lors.
  • Frâsa : Ceta louè 'l at provocâ la tempéta dens l'opénion publeca.
  • Frâsa : O/'L est arrevâ qu'un jorn, de grant lagne abatu, Tobit, u pièd d'un mur, u solely s'est jesu: Et lé - passâdes-mè ceta libra parola -, Una punasse chêt du nid d'una hèrondola,
  • Frâsa : Ceta novèla lo at dèridâ.
  • Frâsa : Ceta nuet 'l est venu bâs una piérriére que 'l at barrâ lo chemin.
  • Frâsa : Ceta fèna semblle un mojon apelyê a la rèche.
  • Frâsa : Ceta folx 'l at pas més de tempra/trempa.
  • Frâsa : 'L at pas volu s'emmèlàr de ceta afére.
  • Frâsa : Ceta fèna parle més de la lèngoua que du batelyê.
  • Frâsa : Atencion, cet'œye vàt tè bècâr.
  • Frâsa : Ceta polaye sàt bièn bècâr lo froment.
  • Frâsa : Y at gelâ ceta nuet u fond de la cœlina.
  • Frâsa : Ceta fèna at bièn besœgnê pendènt sa via.
  • Frâsa : Ceta chemisa est a son usâjo.
  • Sinonimo : queta adj.