Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : ço (pron.)
14445

definicion : -

  • Francês : ce (pronom)
  • Francês : ceci
  • Francês : cela
  • Gramatica : pronom dèmostratif
  • Varianta : ço (Bjl)
  • Frâsa : Le solely, quànd il téteye, Sur les Fayes, Dèrriér le crét des Armâs, Ou le sêr, quànd il sè cuche, Sur la Buche, N'étêt pas si biô que ço.
  • Frâsa : La chapèla du Sent-Suêro 'l est una des chapèles ples vielyes de la Valâda d'Aoûtha. Ceta chapèla, bâtia des sègnœrs d'Entrôd a travèrs de la seconda mêtiêt du quatorgiémo sièclo, el est consacrâye u Sent Suêro. Ço en honœr de la Mêson de Savouè, propriètèra du lençôl, que a l'època mantegnêt des bons rapôrts avouéc les sègnœrs d'Entrôd, les Sarriod.
  • Frâsa : Ço éront les lètres bllanches, en que ére-t èhcrita les convèrsacions u benêt fily Diô. Aprés quand avêt ben regardâ totes ses dèfôtes, ele sè perforçâve-t de l'emenar tant come elle povêt a ègzampllêro de la via de Jèsus-Crist.
  • Frâsa : U comencement t'avéve prês un papiér bllanc et, tot orgolyox, t'éres parti por la granta aventura de devenir ècriven. Mas, tot de suite, aprés aver ècrit les premiéres paroles, la cèrtituda de ta man ére èvania: t'éres pllen de doutes et de demandes. Coment ècrire ço, coment ècrire cen ... Et l'entousiasmo de comunicar atot ta lengoua-mére 'l ére étâ rèdui u pesant silence de l'analfabèto. Pou a pou doves quèstions s'éront ècllarâyes: coment ècrire et coment sè fére comprendre?
  • Frâsa : De ço que ele vit dedens lo lévro, jo ne vos conterê pas [mout], câr jo no é côr qui lo pôt pensar, ni boche qui lo sât dèvisar. Tot-adés jo vos dirê alcun-petit se Diô mè done-t la grâce.
  • Frâsa : Or povéds pensar la très grant bontât que est en lui qui ensé at donât tot quant que il at sos amis. Œncor lor at il plles fêt, câr il lor at donâ sè-mémo, câr il los at fêts si biôs et si glloriox que la Trinitât vêt châcun en sè, assé come un vêt en un bél merior ço que lui est devant. Et ço est la ècritura que éret en lo second fèrmél, yô avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
  • Frâsa : Certes jo crê metrêt ben son côr en la très grant biotât Noutron-Sègnor et coment il aparêt glloriox en sos sents, cel derêt bien que ço érant drêtes mèrvelyes, et crê que o lo convindrêt a dèfalyir, èh bien porrêt dére que Diœ lor avêt ben rendu ço que il lor promèt per lo profèto David: "Ego dixi, dii estis". Câr o serat sembllant a châcun que il sêtt un petit diœ, câr ils seront ses filys et ses hêrs.
  • Frâsa : Ele portâvet la brâsa tota viva en ses màns nues, si que lo cuér lui broulâvet tot et les pârmes. A tot ço non sentévet ren. Ele prenêt si grant disciplina que lo sang en corêt per totes les coutes.
  • Frâsa : Quand il ut ço fêt pllusiors vês et en totes maniéres l'ut èsseyêe et vit que tot ço ne lui valêt, il lo comenciét a trère per sembllences assé come carréls. Et adonc lui éret viêres que céls carréls qui étiant formâs de vilos et de pllusiors pèchiês la ferissent en l'ârma de totes pârts et ren ne lui pont nuére.
  • Frâsa : Quand ele vit que ço ne potêt prendre fin, màs crèssêt tojorn, et la pouer et lo timor lui comènçàt fôrt a crêtre.
  • Frâsa : En ço que ele ut fêt sa preyére et Noutra-Dona lyé vént devant et sembllâvet lyé que Noutra-Dona fut del âjo de quinze ans et la très grant biotât de lyé ne pôt onques ràcontar.
  • Frâsa : Aprés un grant temps que tot ço fut passâ et mout de ôtres grants grâces et secrètes rèvèlacions que Noutron-Siro lyé ut fêtes comenciét mout fôrt a dèsirar étre avouéc Noutron-Sègnor, et sur cet grant dèsir, comenciét fôrtament quèrre la môrt a Noutron-Sègnor.
  • Frâsa : En ço que il lyé parl(i)ét, il lyé dit apèrtament ni dèsirar ni querir ceta chousa: "câr, ço dit-il, ne vuel que tu mueres oncor". Iço lyé dit tant bènignament et tant amâbllament que o no lyé éret sembllent que ele avêt de la môrt lyé passàt tantout del côr et remanat en grant consolacion et en grant dèsir de més vivre al sèrvice de son bon crèator.
  • Frâsa : En fesent ceta preyére ele aouét et entendét assé come ele avêt devant la glloriosa vouèx et parola de son veré crèator qu'il lyé dit: "Quant que jo tè vodré donar, recês et sofrês en mon nom". Iço lyé dit mout alégrament y at bien pou, ço lyé fut sembllent, en sorisent. La grant consolacion de lyé éret si grant devant que ele non y porrêt metre compto, màs ele fut plles grant aprés et la grâce de Noutron-Sègnor fut tojorn en lyé.
  • Frâsa : Quand ço fut fêt mout diligement, ele vit venir doux ôtros qui furont plles béls sens comparacion que les premiérs et avévont les faces embronchiêes pllênes de dolors et comenciéront a dèplleyér un mout bél drap d'or.
  • Frâsa : Quand ço fut fêt, ele vit venir una grant compagnie de gens les quâls furont sens comparacion plles respllendissents que les solos en sa plles grant cllartât. Et tuét, ensé quant veniant, ils sopllèâvont envers l'ôtar, en la partia en que éret Corpus Domini et aviant les face sembronchiêes come pllênes de grant pediêt. Les premiérs et tuét céls dèrriérs sè metéront ensems, et pués ils sè dèpartéront et furont entre lor doux cors.
  • Frâsa : Ele pensâvet que ço ne potêt étre mâques lo glloriox côrps de doux crèator, lo veré Fily de Diœ. Et dèsirâvet mout que ele lui osat fére alcuna petita preyére. Màs ele non osâvet prèsumir ne tant solament vers lui son regârd.
  • Frâsa : Adonc il lyé dit brévament: "En ôtro temps jo tè daré entendément en totes cetes chouses. Et ço que tu vodrés orendrêt et tu mè demanda".
  • Frâsa : Quand ele ut ço vu pœr mout grant-temps, ele pensàt que ele mout grant pècherèsse éret et que ele ofendêt vers son crèator et comenciét dôtar ôcunes chouses. Et sur ço ele preyét a mout grant timor Noutron-Sègnor que a sa grant bontât pllését que ele a la èlèvacion pouét vêr son glloriox côrps tot simpllament.
  • Frâsa : Et preyét lui que a lui volsét pllére qui il lyé donàt ensègnement que ele potêt cognetre ço que plles serêt sa volontât ou de lui recêvre ou del lèssiér.
  • Frâsa : Quand ele fut en son siècho, ele plloràt si fôrtament que ele perdét de tot lo vêr et la hostie que ele avêt en la boche sè vêt si crêtre que ele ut tota la boche pllêna. Et per lo grant èsperdiment que ele ut, quand ele sentét de ço si pllêna boche, se paràt la man et cudiét metre fôr de la boche. Et fut lui sembllant que no sé que la tirat arriére et lui avêt tâl savor come de chèrn et de sang. La grant pouer que ele avêt, nion n'oserêt ràcontar.
  • Frâsa : En fesent sa preyére de côr a tant grant dèvocion que ele dèfalyêvet del tot et ele ut reciu ço que ele aviêt en la boche sens ço que ele onques non lo sentét tant que ele lo sentét ferir al côr. Per lo grant jouyo et la grant consolacion que ele sentét en son côr, ele cudiévet del tot dèfalyir.
  • Frâsa : Aprés ço, ele sè retornàt a sè méma et a sa cognessence corporâla, vit que ele non éret a tâblla avouéc les ôtres en covent et pensàt que la prioréssa et les ôtres porriant avêr mèrvelyes que ele a tâl jorn fut remassâ de covent sens licence d'alar a trâblla, et tantout ele aliét demandar licence de alar a trâblla.
  • Frâsa : Los três jorns de Chalendes ele fut adés en ceta grant consolacion, èxtèr ço que ele no vit la vision mâques lo premiér jorn, màs la grant consolacion et la amôr de son bon crèator lui abondâvet adés plles fôrt al côr, si que ele en perdét del tot lo mengiér et lo dormir. Lo quârt jorn de Chalendes ele ut alcuna chousa que lui dèpllését en son côr, et tantout la grant consolacion sè dèpartét en partia de son côr et tornét en son premiér ètat, loquâl éret bon devant et mèlyor fut aprés.
  • Frâsa : Totes vês nos entendens que ele veyêt tot lo avénément de Noutron-Sègnor et la passion et rèsurrèccion et la ascension et CUSSI il fut reciu a la drêta pârt de son glloriox pâre. En ço ele vit si grants chouses et si secrètes et de si obscur entendément que segont noutron petit entendément o non nos est viêres que sêt neguna pèrsona qui per sens ni per CLERGI o pouét entendre se lo Sant-Èsprit non lui uvrêt los uelys del côr.
  • Frâsa : Iqué o lui fut dèmostrâ la signifiance de les doze piérres prècioses qui étiant dessus lo cuvèrtor de l'or, duquâl il éret cuvèrt ensé come nos vos avens ràcontâ. Et lui fut dèmonstrâ la signifiance de ço que il lui dit que regârdet son veré crèator et cognésset son veré Salvor et considèret a grant diligence sur ço que ele vèrrét la grant hôtesse et la grant provondior et largior de les grièves dolors et de divèrs torments que sofrét noutro bon crèator.
  • Frâsa : Quand vit ço lodét viquéro que il lo coventâvet fére, cél aliét cela pârt et en ut mout de dângiérs et de travâlys, ANCIS que céls qui gouârdont lo luè d'Êmuéx lui volussant lèssiér ço que il demandâvet et que l'èvèque de Valence lo volsét comandar. Totes vês ense come Diô lo avêt ordonâ o sè fit.
  • Frâsa : Màs dàmente que il désêt ses hores devant dénâr tot entôrn los sents côrps, il lor requerét que se eles volévont que un les portat en Permagni que eles féssont abèssiér la égoue en tâla maniére qui il la pouét passar sens pèril; ou se ço non, il les tornerét lé d'ont il les avêt trêt, quâr il non avêt de argent de que il puét sèjornar ni alar ôtra pârt.
  • Frâsa : Quand ço viront les ècuyérs se lo siugont et furont si èbayis que non savévont ont ils érant. Et tantout la égoue sè crût.
  • Frâsa : S'ils vôlont obtegnir de succès dens lor travâly, il est a dére arrevàr u(x) rèsultat(s) ategnu(s), ils dêvont fére en maniéra que lors idês corrèspondussant ux louès du mondo objèctif èxtèrior; se ço sè vèrifiye pas, ils reusséssont pas dena la prateca. Aprés avêr subi un non-succès, ils teriont la leçon, modifiont lors idês de façon a la fére corrèspondre ux louès du mondo èxtèrior et pôssont pariér transformàr lo non-succès en succès; il est cela la significacion du provèrbo: "La dèfêta est la mâre du/des succès" et "quârque non-succès nos rend plles fin".
  • Frâsa : Lo/le marxismo-lèninismo èstime que los/les doux degrâs du procèssus de la cognessença ant ço de particuliér, qu'u degrâ enfèrior la cognessença entèrvint en tant que cognessença sensiblla, u degrâ supèrior en tant que cognessença logeca, mas que ces doux degrâ formont los/les degrâs d'un mémo procèssus de la cognessença.
  • Frâsa : O vint aprés lo second degrâ du procèssus de la cognessença, lo degrâ du passâjo del'èsprit a la matiéra, de la pensâ a l'étro; o sè trèta alors d'aplecàr dens la prateca sociâla la cognessença aquisa u cors du premiér degrâ, por vêre se cetes tèories, poleteca, pllans, moyens d'accion, ets., produésont les rèsultats atendus. En g·ènèral, o est justo cen que reussét, o est fôx cen que reussét pas; ço est vrê surtot por la luta des homos contre la natura.
  • Frâsa : J'é fôta d'una ése pœr alàr querir d'égoue. Prend bèle ço, cen.
  • Sinonimo : ce (ço)
  • Sinonimo : ço-ce
  • Sinonimo : ço-que
  • Sinonimo : ce-lé
  • Sinonimo : cen
  • Sinonimo : quen
  • Sinonimo : cen-lé
  • Sinonimo : cen-qué
  • Sinonimo : o
  • Sinonimo : ce-cé
  • Sinonimo : ce-que
  • Sinonimo : cen-que