Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : doux
16459

definicion : -

  • Francês : deux
  • Italien : due
  • Gramatica : adjêctif numèrâl cardinâl
  • Varianta : doux (GE)
  • Varianta : doux (Frz)
  • Varianta : doux (Dfn)
  • Varianta : doux m. (Bjl)
  • Varianta : doux m. [Vls]
  • Varianta : doux m. [VdA]
  • Frâsa : Ils teriéront tœt drêt, et ils chapléront pertœt ont qu'ils passéront. Ils aléront vers una ôtra crouesiê de chemin, ont que atèndant doux-três jouenos d'una ôtra vêsenâ.
  • Frâsa : Lo bonhor il vint pas du defôra. Il est lé quand sè tochont doux côrs. L'ami arreve a l'hora, des viâjos por panar les pllors.
  • Frâsa : V'éd por tot chôd doves bétyètes Que sofllont contre voutros pieds, Et de doux bocons de fascètes Pourament v'éte emmalyotâ.
  • Frâsa : Ils sont vegnus le doze de dècembro, Per una nuet asse nêre que d'encro; Il évéve l'an mile siéx cent et doux, Qu'ils vegnéront parlar un pou trop tout.
  • Frâsa : O est de quél menât, dont lo vacabondâjo Est sovent lo sujèt de quârque bavardâjo, Que vuel dére doux mots, portant, sens mè ch•ocar; O n'y at por per dèrriér que sant mè provocar,
  • Frâsa : Souessanta-sèpt tétes ils ont lèssiê(es), Que le borriô a copâ(yes) et trenchiê(es), Por les butar sur doux u três chevrons, Por les montrar a celos que vœdront.
  • Frâsa : M'at rèpondu: «Fét pas ren. Fâ-mè lo dèssin d'un mouton chèque.» Du moment que j'aviô jamés fêt lo dèssin d'un mouton chèque j'é refêt, pœr lui, un des doux dèssins que j'éro bon a fére. Celi de la bouye boa cllôta. Et je su réstâ èbayi de sentir lo petiôd "matassolo" mè repondre: «Nan! Nan! Je vuel pas nen assavêr d'un èlèfant dens la pance d'una bouye boa. Una bouye boa 'l est brâvament dangerosa, et un èlèfant 'l est bravâment embarrassent. En-chiéz mè tot 'l est petiôd. J'é fôta d'un mouton chèque. Fâ-mè lo dèssin d'un mouton chèque.»
  • Frâsa : Èyésont fêt complot d'èxtèrminar los gouârdes! Los uns los mètont nus, font encant de lors hârdes; Los ôtros d'un logis tiront doux mâlherox, Et lor font rèssentir ce que pôt la furor,
  • Frâsa : Et pués y avêt doux fèrméls qui cllosévant lo lévro, qui érant ècrits de lètres d'or.
  • Frâsa : Quand ço fut fêt mout diligement, ele vit venir doux ôtros qui furont plles béls sens comparacion que les premiérs et avévont les faces embronchiêes pllênes de dolors et comenciéront a dèplleyér un mout bél drap d'or.
  • Frâsa : Entre tant (el) en vit venir doux ôtros qui furont mout plles béls que les ôtros. Et cels qui dèplleyêvont lo drap lor balyéront lo chavon qui éret devèrs l'ôtar et étaront cets doux d'amont; et les ôtros qui lo tenent d'avâl lo ètendéront en tèrra que les doux premiérs aviant aparelyê mout diligement et a grant rèvèrence ils lo ARRIARONT de totes pârts.
  • Frâsa : Entretant ele vit venir d'ôtros plles biôs que tuét les premiérs et entréront sè entre celos doux cors, et les cors qui los recevéront sopllearont tuét a grant rèvèrence; ces dèrriérs étiant si grant compagnie que on non y potêt metre nombro, et furont lor doux ôtros cors.
  • Frâsa : Entre celos doux cors qui sè aj·outâront als doux premiérs cors, aparéssêt una pèrsona loquâl teniant quatro ôtros entre lors mans, les doux devèrs la téta et les doux devèrs los pieds. Et céls quatro lui éret sembllent que fussont les plles nôblles crèatures que fussont entre tôs los ôtros. Et posâront cél glloriox côrps que teniant entre lors mans sus lo drap d'or que les premiérs aviant aparelyê. Quand ils posâront cél glloriox côrps, les quatro cors sè vant agenolyér et encllinar a grant rèvèrence devant lui.
  • Frâsa : Aprés totes cetes grâces et pllusiors ôtres que noutron bon crèator lui ut fêtes, ele étêt l'èspâcio de doux ans que ele on ut neguna espèciâla grâce de Noutron-Sègnor, mâques tojorn pèrsèvèrâvet en bônes ôvres et tojorn sembllâvet que ele ut plles de la timor et de l'amôr de Diô.
  • Frâsa : Et a la fin de céls doux ans o ne fut jorns dês féta sent Antouèno tant que la seconda semana de carêma que ele entre la nuet et lo jorn que ele ne vèsét et sut alcuna (chousa) dels sècrèts Noutron-Sègnor, losquâls sècrèts furont si grants et mèravilyox que quand ele en cudiévet ràcontar alcuna partia secrètament o non pôt étre retenu câr Diô non lo volét sofrir, câr pôt-étre que la pèrsona cui ele lo rèvèlâvet non éret digna del reténir.
  • Frâsa : La mariâ relevét un petit pou la téta, sa figura reprenét des cœlœrs, et ele remarciét le Jœsèf, avouéc doux petits uelys contènts. Sèn rièn dére, ele dètachiét son boquèt de dessus son gorgelin, ele cassét la plles grànda fllœr, ceta-qué que fesêt la bèca du boquèt, et la dœnét u Jœsèf èn l'èmbràcient.
  • Frâsa : Quand il venét al pôrt de Tèches, il trovét iqué doux ècuyérs de céls al Dôfin qui aviévont iqué itâ tot lo jorn, y éret hora de midi, câr no poviévont passar per l'égoue que éret fôr des rives; y avêt pllou três jorns et três nuet sens cèssar. Et sè dègnêt iqué avouéc los doux ècuyérs.
  • Frâsa : Il at absorbâ doux litros de vin.
  • Frâsa : Les fènes ont tojorn los doux pouengs sur la hanche, quànd eles sont èn colère.
  • Frâsa : Son aplleyê at fêt doux selyons.
  • Frâsa : Lo/le marxismo-lèninismo èstime que los/les doux degrâs du procèssus de la cognessença ant ço de particuliér, qu'u degrâ enfèrior la cognessença entèrvint en tant que cognessença sensiblla, u degrâ supèrior en tant que cognessença logeca, mas que ces doux degrâ formont los/les degrâs d'un mémo procèssus de la cognessença.
  • Frâsa : Il fôt solégnér HIK doux pouents importants. Lo premiér, de què y at ja étâ quèstion et sur què il convint de retornàr oncora, il est la dèpendença de la cognessença racionèla per rapôrt a la cognessença sensiblla.
  • Frâsa : Yœn et yœn font doux.
  • Frâsa : Ils étant doux. Ils arrevont.
  • Frâsa : Les grôs sè fant d'argent atot lœr endustria; Lo petiôd campagnârd, vendent checa per côp Cen que rend son travâly, sa bôna èconomia, On derêt pas, sè fét de jôlis sous! Fôt ben pœr son bosèt qu'un châcun bien s'entende. "Kadia, kel, cosa k'ala da vende?" N'ens de trifoles jônes atant que nen voléd Pœr dègrèssiér lo ventro ux monsiœrs piemontês; N'ens des peréts d'hivèrn et des pomes rênètes, Des véls grâs, des moutons bons pœr la boucherie, Des liévres, des chamôs et tant d'ôtres bétyètes Que bâs per lé vant sè fére rutir. quand doux payis vesin vivont come des fréres L'un a l'ôtro sè fant lo bien qu'on pôt sè fére: Lœr cuér fét des solârs a tuéts noutros monsiœrs Et les sabôts d'Ayâs vat bâs chôciér les lœurs.
  • Frâsa : Lo chavagnon en brès, la bôna mènagiére S'en vat vendre bien chier lo frut de sa chôdiére. Son burro frèque et ses fromâjos grâs Fant franc envéy'! sont fêts p'étre agouétiês! Pœr sè dèdamagiér des pênes que sè balye Vat vendre, doux sous l'un, les ôfs de ses polalyes; Sè prend sucro, câfè... màs de céls-ce bonbons N'en saviant noutros vielys pas mémament lo nom; Lor fesiant via longe atot pan et fromâjo. Tot-un de cél câfè sè nen fét trop d'usâjo; Dês la plles grôssa dama u dèrriér savatin, Tot vôt pœr dèjonon la tâssa lo matin. Cél cllàr tot-un mè étot je l'âmo; Et se j'é l'êr de fére la leçon, O est qu'on derêt qu'on vint plles grâmo A fôrce de megiér de bon.
  • Frâsa : Lâs, je su ja lagnê, betens la plloma a cârro. Màs, nan! desens doux mots sur lo châtél de Sarro, Que charme ora les uelys du passent que lo vêt. Cen qu'il est de venir lo palache du Rê!
  • Frâsa : Pœr profitàr de l'êr si frès de la montagne, Noutro Rê tot sovent lé d'entôrn lo mê d'oût Quite les bôrds du Tibro, ou de l'Arno, ou du Pô En menant avouéc lui la Rêna, sa compagne. Ben sûr, entre tuéts doux, pôvont mielx reussir A vouegiér lors bienfêts sur tot noutro payis.
  • Frâsa : A tâblla, tot solèt, je ménjo sensa façon; J'agouéto celes gens fachendàr per mêson. Les doux brès rebrètâs je vèyo la frutiére Qu'el avenge lo prês du fond de sa chôdiére.
  • Frâsa : Tot lo mondo formâve un cèrcllo atôrn de lœr, Diont: La nêre pèrd, cen-lé 'l est quâsi sûr. Châcun des doux partits bètont una gajura: La noutra, desiant-ils, at les côrnes plles dures.
  • Frâsa : Bien vito s'est passâ doux quârts d'hora de temps; Màs savêr quinta gâgne, on nen saviêt de ren. Tantout l'una recule, et pués tot setout s'avance, Et châcuna a bétôrn s'ècote a crapa-pance.
  • Frâsa : Sembllâve que ses uelys 'ls ussont de fuè dedens, Et que per ses doux nâs nen sortésse lo fom! Lo mondo atôrn de lœr, tot côrt, s'empend, s'amasse, 'Ls ant tuéts les uelys fixâ dessus les doves vaches.
  • Frâsa : Monsiœr. Come les compliments sâvont pas tuéts les fére, Je penso houé de prendre un chemin bien plles cœrt, Et vos dére en doux mots: pœr mè v'éte un bon pére; Je vos âmo de tot mon cœr. Sur voutra bâblla prod garnia Féde checa pllace a cét pan. 'L est pas bien grôs, féde èconomia, Que n'èyâd encor dens cinquant'ans.
  • Frâsa : Lé tardèt la vèprâ, noutros doux voyagiors Entront chiéz Ragouèl que lor fét grant honœr, Et que cognessent pas quints doux cen possent étre Lor dit: "Je vodrê ben, biôs garçons, vos cognetre. - Nos sens de Nèftali, tribu du pœpllo juif Que pllôre, u jorn de houé, dens Ninive captif.
  • Frâsa : Céls-ce doux s'apelyont pas pœr rire.
  • Sinonimo : doves
  • Maqueta : doux