Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : je
19034

definicion : -

  • Francês : je
  • Italien : io
  • Gramatica : pronom pèrsonel
  • Varianta : ye
  • Varianta : je (Frz)
  • Varianta : je (GE)
  • Varianta : ye (Dfn)
  • Varianta : je (Dfn)
  • Varianta : jo (Bjl)
  • Varianta : je (Bjl)
  • Frâsa : Je vôl tè parlar.
  • Frâsa : Y'é comenciê a ècrire tants ans féts, a ma maniére, enventâ de mè. Aprés dens les ans huétanta y'é fêt d’ècoula, grâce u profèssor Tullio Telmon et l’univèrsitât de Turin avens emparâ un codex d’ècritura; ensems l’ami Valerio Tonini avens fêt un abècèdère.
  • Frâsa : Poua-mè, liye-mè, sapa-mè, chapla-mè la frapa; je tè faré menar la japa. Poua-mè, liye-mè, sapa-mè, chapla-mè la frapa, beta-mè de druge u cul; je tè faré balyér lo betecul.
  • Frâsa : Blanchèta, t'és bâs! Coment est-tu harbelyê? Pantalon pèrs et jupon de velu. Èh ben, je su p'oncor bâs. Blanchèta, tè fôt bâs! Coment est-tu harbelyê? Chôces grises et jupon blanc. Ce côp, mè fôt bâs.
  • Frâsa : J'alens a la bôrna du sarvâjo?
  • Frâsa : On entendêt celi vipèra Alèxandro Que deséve : Il ne vos fôt ren crendre, Lâs ! mos enfants, dèpachiéd de montar, En paradis je vos fé tôs alar.
  • Frâsa : "Te ne sâs pas: y at ben de la besogne: Ils sont trèze qu'aront de la vèrgogne. Il los fôt tôs pendre et ètrangllar; Dèpachie-tè, que je m'en vôl alar."
  • Frâsa : Vos devriâds ben avêr de la vèrgogne De mè vegnir balyér tant de bèsogne, Câr je m'en vâ vos dèvetir tot/tôs nus, Et a vos fâre a tôs montrar lo cul."
  • Frâsa : Je su surprês d'una granda tristèsse D'avêr pèrdu la fllœr de ma nobllèsse. Lo cœr mè fôt, vegnéds mè secorir, Aportâds-mè un pou de rosolis.
  • Frâsa : Màs d'avêr (cét') honor l'èsperance s'envole; Ye su tot rebuti, la gota mè dèsole; Ye ne pouè plles marchiér, dèscendre, ni montar: A Pompon-Lorion ye mè fouè charrontar.
  • Frâsa : L'Èvèque, l'Intendant font de grandes largèsses, Pœr solagiér celos que la mâla fam prèsse. Icé je cèsserên de vos entretenir, Màs lâs! Noutros mâlhœrs ne sont pas tôs finis.
  • Frâsa : Je cognesso ton mâl, te vodrês tojorn rire; Lo temps passâ n'est plles, n'est pas de jouye que vire. Quint dèsôdre, grand Diœ! qui porrêt l'èxprimar? Homœ portant chapél vèrrat-il tant de mâl?
  • Frâsa : Ol mè semblle que jo vos é aoui dére que quant vos avéds aoui racontar alcuna grâce que Noutron Siro at fêt a alcuns de ses amis, que vos en valye mielx grant-temps.
  • Frâsa : De ço que ele vit dedens lo lévro, jo ne vos conterê pas [mout], câr jo no é côr qui lo pôt pensar, ni boche qui lo sât dèvisar. Tot-adés jo vos dirê alcun-petit se Diô mè done-t la grâce.
  • Frâsa : La pllace Sent-André, cela de la Volalye, Et l'Ila Cllavêson, yô je su per la palye. En l'an cinquanta et un los uns diont que 'n y ut muens, Los ôtros que 'n y ut més, màs n'y at plles de tèmouens.
  • Frâsa : En jouye et en santât Diœ volye los conduire! Quand ben j'en "aie" prod dét, nen réste bien a dére. Màs pœr ora, Monsiœr, je su voutron vâlèt, Ma Musèta s'endôrt: je velyo tot solèt.
  • Frâsa : Certes jo crèyo metrêt ben son côr en la très grant biotât Noutron-Sègnor et coment il aparêt gllorios en sos sents, cel derêt bien que ço érant drêtes mèrvelyes, et crèyo que o lo convindrêt a dèfalyir, èh bien porrêt dére que Diœ lor avêt ben rendu ço que il lor promèt per lo profèto David: "Ego dixi, dii estis". Câr o serat sembllant a châcun que il sêtt un petit diœ, câr ils seront ses filys et ses hêrs.
  • Frâsa : Le Jœsèf l'èmbraciét. Ceta-qué lui desét tœt docement a l'œrelye: "Di! fà atèncion, se tè pllét, a ceto grôs bredin de Pierro. Je ne vôl pas qu'il m'acouende avouéc ses grôsses pates".
  • Frâsa : "Ah ouè, je mè sœvin", desét le grôs Pierro; "il fôt s'èmbràciér."
  • Frâsa : "Nan, marci bièn. Je vôl vêr ont'que je pôso los pieds, quànd je marchieré. Màs vœs n'avéd payê que la mêtiêt de voutron pâssâjo."
  • Frâsa : Te pôs étre tranquilo. Je l'arrèteré ben. Màs aména una bôna caquélye de vin.
  • Frâsa : Il est pas pœr ne pas payér que je tè dio cèn. Je sé ben qu'il fôt que j'y pâsso.
  • Frâsa : N'abistrœnie pas ton devàntiér, je ne vôl pas t'èn achetâr tôs los jœrns.
  • Frâsa : D'abôrd, je ne vôl pas lui parlâr.
  • Frâsa : Je su aprés adrècir los agouelyons.
  • Frâsa : Je vé partir.
  • Frâsa : Je m'èn vé u bouesc.
  • Frâsa : Je lui est aplicâ una mornissia que sè portêt bièn.
  • Frâsa : Je lui é dœnâ un côp de poueng dèns lo vèntro, et il s'est aculâ èn dèrriér.
  • Frâsa : Èxposâ a tuéts les vents, a la bisa, u solely, Je n'é ja prod sentu dens ma via tempétes.
  • Frâsa : Je y é portâ a-z y-eles. Je y é dœnâ a y-ele.
  • Frâsa : Je o é dœnâ a y-ele.
  • Frâsa : Lo chavagnon en brès, la bôna mènagiére S'en vat vendre bien chier lo frut de sa chôdiére. Son burro frèque et ses fromâjos grâs Fant franc envéy'! sont fêts p'étre agouétiês! Pœr sè dèdamagiér des pênes que sè balye Vat vendre, doux sous l'un, les ôfs de ses polalyes; Sè prend sucro, câfè... màs de céls-ce bonbons N'en saviant noutros vielys pas mémament lo nom; Lor fesiant via longe atot pan et fromâjo. Tot-un de cél câfè sè nen fét trop d'usâjo; Dês la plles grôssa dama u dèrriér savatin, Tot vôt pœr dèjonon la tâssa lo matin. Cél cllàr tot-un mè étot je l'âmo; Et se j'é l'êr de fére la leçon, O est qu'on derêt qu'on vint plles grâmo A fôrce de megiér de bon.
  • Frâsa : Je vuel vos racontàr la via d'un garçon, Qu'ennoyê du bon temps, at quitâ sa mêson, Yô qu'il étêt tranquilo et que ren lyé mancâve; 'L aviêt l'ècuèla pllêna et pas ren lyé côtâve. Volyêt alàr chèrchiér dens des payis plles lluen Bonhœr et libèrtât; màs s'est trompâ de bien.
  • Frâsa : "Hèlâs! contre lo cièl et contre vos, mon pére, Desêt-il, j'é pèchiê; ô mâlhœr! ô misère! Je mereto pas més d'entràr desot cél têt, Pas mémo pœr sèrvir voutro dèrriér vâlèt. - Tin les cllâfs de l'archon, tes bagues sont plleyêyes; Va betàr tes habits, tes vèrgètes dorâyes. Tot cen que s'est passâ, mè je l'oublio tot; Des rechèces que j'é, t'arés ta pârt étot.
  • Frâsa : "A mon tôrn!" 'l at-il dét, un bèrgiér valêsan; Je vâ chèrchiér Fribôrg, rêna de Jovençan. Una vache s'avance en brenlent sa sonalye; O est Fribôrg, que s'en vint presentàr la batalye.
  • Frâsa : Tuéts les matins, come d'usâjo, Je prègno ma bouge et mon fouèt; J'assemblo de tot lo velâjo Les fèyes, u son de mon cornèt. Desot lo têt cuvèrt de palye, Lo bèrgiér vit sensa torment; De lacél, la chiévra nen balye; Lo champ lo nurrét de froment.
  • Frâsa : - Màs! coment, biô garçon, màs coment m'èguèyir? Je su lluen du Jorden! Je pllôro mon payis. Dês grant-temps de mes uelys come cuvèrts de têles, Je vèyo ni solely, ni lena, ni z-ètêles. Pœr mè, o est tot tot-un, jorn, nuet, ombra, cllartât. Que pariér du Bon Diœ seye la volontât. - Atende, reprend l'Ange, atende avouéc pacience: Lo Bon Diœ vint a nos plles tout qu'on sè lo pense.
  • Frâsa : Je tè dio bèle ora cen que je penso de tè.
  • Frâsa : Je nen é bèle prod de sentir tes contes.
  • Frâsa : Je su bèle content de tè vêre.
  • Frâsa : Je su alâ vêre cét/cél film, m'at bèle bien pllésu.
  • Frâsa : Je tè fio de bon-lèf cét pllèsir.
  • Frâsa : Mè je m'emmèlo pas.
  • Frâsa : Houé, je mècllo a la lètra imaginêre Una âma mocœsa et mèchienta.
  • Frâsa : Je mè su entervâ.
  • Frâsa : Je llui est rènvoyê un côp, bugne!
  • Frâsa : Je lui dœneré lo bonjœrn pœr vos.
  • Frâsa : Je ne sé pas d'ont'que il vint.
  • Sinonimo : mè, m'
  • Sinonimo : jo