Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : lor / lors
19394

definicion : pronom personèl plurièl.

nota : (Fr. : leur, eux). Pron. pers. m. [et f. avouéc var. lyé(s)]. Des côps utilisâ por celors, fr.: ceux.

  • Francês : eux
  • Francês : leur pron.m.pl.
  • Italien : loro (pron.pers.)
  • Gramatica : pronom pèrsonel
  • Varianta : lœr, lœrs (Frz)
  • Varianta : lor (Pie)
  • Varianta : lœr (Dfn)
  • Varianta : lyor [Bjl]
  • Varianta : lœrs/lœr [GE]
  • Frâsa : Màs y at de grànds fôls permié lyor.
  • Frâsa : Pèndànt qu'ils teriant du coutâ du bôrg, cetos-qué qu'avant menâ le tracassin trinquéront oncœr un côp, en souegnent la nœce s'en alar; et pués ils s'èn retornéront vers lyor. La vouètura que portêt la fœlyèta de vin réstét iqué; ele s'en alét la dèrriére, et revenét a la vêsenâ d'ont’que ele ét étêt parti.
  • Frâsa : Totes les variètât sont bien comprèhensibles entre lor et prenont lo nom de francoprovènçâl.
  • Frâsa : Dens la sociètât sensa cllâsses, châque endividu, en tant que membro de ceta sociètât, unét sos èfôrts a ces des ôtros membros, entre avouéc lor dens des rapôrts de produccion dètèrminâs et sè done a l'activitât de produccion en viua de rèsôdre los problemos rèlatifs a la via matèrièla des homos.
  • Frâsa : Màs qu'o sêt plles parlâ de tôs quelos empllâtros, De quelos arlequins qu'ant des tétes pllâtro; Que mè tenont la pèx, je lyor deré plles ren, Je n'é pas l'entencion de lyor cassar los rens,
  • Frâsa : Son Altèssa dessus Penchat étéve, Yon d'entre lœr s'encorut por lui dére Que le pètârd avêt fêt son èfôrt, Qu'on alâve fâre entrar tot le grôs. (de l'armâ)
  • Frâsa : Ils aléront prontament sur la Trelye: Yon d'entre lœr s'avanciét per adrèce, Et fit alar querir des mantelèts, Por s'en sèrvir cœme d'un parapèt.
  • Frâsa : On lœr dœnâ d'abôrd la reveriê: Des Genevouès ils sentiront l'èpèa, Que frênave d'una bèla façon. Ils savévont ben jouyér de l'èspadon.
  • Frâsa : Tabazan vint en grand magnificence, Et il lœr fit a tôs la rèvèrence; Il tentéve lo chapél a la man: "Que veniâds-vos fâre icé, galants?"
  • Frâsa : On lœr trovat des belyèts dens lœrs fates, Qu'ils aviont pês, afin qu'ils los charméssont, Màs lo charmo n'étéve pas prod fôrt Por los povêr gouarantir de la môrt.
  • Frâsa : J'é fêt vêre mon ch·èf-d'œvra a quârqu'un d'ôtro plles grôs de mè et j'é demandâ-lyé se mon dèssin lyé fesêt pouere. Lœr m'ant rèpondu: "Pœrquè un chapél devrêt-il fére pouere?"
  • Frâsa : Parèly j'é avu, lo long de ma via, un mouél de contacts avouéc un mouél de gens sèriœx. J'é brâvament vècu en-chiéz céls-ce plles grôs de mè. Je les é vus de procho. Cen 'l at quand mémo pas trop amèlyorâ mon opénion dessus lœrs.
  • Frâsa : D'icé la seconda quèstion. L'arpitan, come totes les lengoues minoritères, est, u moment actuèl, un conjuent de dialèctos bien difèrents entre lors et, bien sovent, los mémos arpitano-parlents ant mâltemps a sè comprendre. Èvident que l'adopcion de grafies dialèctâles de tipo fonètico ètrêt feni atot la reproduccion des mémos problèmos de inter-comprèasion que y ant por la comunicacion orâla. En plles, quand sè trète d'un tèxto ècrit, que seye pas una simplla pancârta de quatro paroles, la nècèssitât de sè rèpètar a vouèx hôta parola por parola por chèrchiér de la comprendre dètruit complètament lo pllèsir de la lèctura; et una lèctura sens pllèsir nion la fét.
  • Frâsa : Les gens de Sent-Lôrent, celos de la Pèrriére De totes les façons érant dens la misère: La pouer d'étre neyês, la pouer d'étre ècrasâs Ne lor donâve pas lo lèsir de pensar.
  • Frâsa : Qu'est-o que je vèyo sur cél radél que fllote? Cél que depués qu'est jorn dessus son chevâl trote, Monsiœr de Montferrat qu'a tant de poures gens Pôrte de pan, de vin, et lor balye d'argent;
  • Frâsa : Lor ols jouyont a tarocs et mè su (lo) relèvo.
  • Frâsa : Lo chapeliér gemét d'avêr pèrdu ses fôrmes; A lœr lo bolongiér sè juend et sè confôrme; De rpèarar son forn ne vâlt pas la pêna: Il at pèrdu son bouesc, son bllât, sa faréna.
  • Frâsa : Diœ est pllen de sapience, et de cela il at tant donâ a sos amis que o ne lor convindrat ja (quârque-)ren demandar, câr ils aront tot quant que ils vodront.
  • Frâsa : Or povéds pensar la très grant bontât que est en lui qui ensé at donât tot quant que il at sos amis. Œncor lor at il plles fêt, câr il lor at donâ sè-mémo, câr il los at fêts si béls et si glloriox que la Trinitât vêt châcun en sè, assé come un vêt en un bél merior ço que lui est devant. Et ço est la ècritura que éret en lo second fèrmél, yô avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
  • Frâsa : Certes jo crê metrêt ben son côr en la très grant biotât Noutron-Sègnor et coment il aparêt glloriox en sos sents, cel derêt bien que ço érant drêtes mèrvelyes, et crê que o lo convindrêt a dèfalyir, èh bien porrêt dére que Diœ lor avêt ben rendu ço que il lor promèt per lo profèto David: "Ego dixi, dii estis". Câr o serat sembllant a châcun que il sêtt un petit diœ, câr ils seront ses filys et ses hêrs.
  • Frâsa : Entre tant (el) en vit venir doux ôtros qui furont mout plles béls que les ôtros. Et cels qui dèplleyêvont lo drap lor balyéront lo chavon qui éret devèrs l'ôtar et étaront cets doux d'amont; et les ôtros qui lo tenent d'avâl lo ètendéront en tèrra que les doux premiérs aviant aparelyê mout diligement et a grant rèvèrence ils lo ARRIARONT de totes pârts.
  • Frâsa : Entretant ele vit venir d'ôtros plles biôs que tuét les premiérs et entréront sè entre celos doux cors, et les cors qui los recevéront sopllearont tuét a grant rèvèrence; ces dèrriérs étiant si grant compagnie que on non y potêt metre nombro, et furont lor doux ôtros cors.
  • Frâsa : Et dedens la cllartât bllanche aparéssêt un petit enfant; la très grant biotât de cél enfant ele ni put dére ni fére entendre. Dessus cél enfant et de totes pârts aparéssêt una grant cllartât sembllent a or qui rendêt si grant iluminacion que ele trayêt totes les ôtres assé et tota s'en entrâvet dedens lors.
  • Frâsa : Et les ôtres trèiant tota cela a lors, et totes s'en entrâvont dedens lyé. Cetes quatro(s) divisions sè aparèssant en una méma sembllence et biotât et resplendor. Et lyé éret viêres que céla comona biotât et resplendor aparéssêt tota dedens cél enfant. Et l'enfant aparéssêt tot dedens cela resplendor.
  • Frâsa : Le Jœsèf étêt son vêsin ; ele s'étêt tojorn bien acordâ avouéc sè. Quàrques jœrns avànt, ele lui avêt dét : "Ils vant mè menâr le tracassin, il est a pou prés sûr. Và avouéc LYOR, il est mè que je tè le dio. Te los èmpachierés de trœp mè dèguenelyér.
  • Frâsa : Màs pués aprés ensé come Diô ordonàt les chouses si come lui pllét alcunes de celes de Permagni pœr la rèvèlacion de Noutron-Sègnor ou de cetes três, si come jo cudio, venéront a la prioréssa et al viquéro qui fut mouéno de VâlBôna et orendrêt est de Sente-Crouèx et apelâ dom Roz de Charis, et lors déront que y coventâvet pœr fôrce que on alât quèrre les osses de celes três sentes crèatures et mout d'ôtres paroles.
  • Frâsa : Il atrapét la mariâ a pllens brés cœme un fagœt de bouesc, et sè bèssiét por lyé fére mimi. Il sarràt pôt-étre un pou fôrt: ele poussét un cri et sè dèbatét. Le grôs Pierro la lâchiét; le mariâ nèn prœfitét por èmpouegnér sa mia, et por l'èmmenar le galœp. Màs los ôtros sè metéront devànt lyor et los paréront. Il falyét èmbraciér tœt le mondo.
  • Frâsa : Màs dàmente que il désêt ses hores devant dénâr tot entôrn los sents côrps, il lor requerét que se eles volévont que un les portat en Permagni que eles féssont abèssiér la égoue en tâla maniére qui il la pouét passar sens pèril; ou se ço non, il les tornerét lé d'ont il les avêt trêt, quâr il non avêt de argent de que il puét sèjornar ni alar ôtra pârt.
  • Frâsa : Et tantout la égoue sè dècrèssét si fôrt que o lor éret vis que la égoue s'en entrat en tèrra et que ele remanét dessus, et passont s'en outra, a ben pou que ne venét la égoue a nient.
  • Frâsa : Il lor fotêt de cetes agouelyœnâs.
  • Frâsa : Los membros du groupo d'ètude que sont vegnus en chiéz nos, aprés avêr rèuni un matèriâl variâ et avêr "rèfllèchir", posserrant portàr lo jugement siuvent: "La poleteca du Front uni nacionâl contre lo Japon, aplecâye du partit comunisto, est consèquenta, sincèra et honéta". Se lors sont, avouéc la méma honètetât, partisans de l'unitât por lo salut de la nacion, ils porrant, en partent de ce jugement, alàr plles luen et teriér la concllusion siuventa: "Lo Front uni nacionâl contre lo Japon pôt reussir".
  • Frâsa : Por cognetre dirèctament tèl fenomèno ou tèl ensembllo de fenomènos, il fôt partecipàr dirèctament a la luta prateca que vise a transformàr la rèalitât, a transformàr cé fenomèno ou cét ensembllo de fenomènos porquè il est lo sol moyen por entràr en contact avouéc lors, dens lor aparença; de mémo, il est lé lo sol moyen de dècuvrir l'èssença de cé fenomèno ou de cét ensembllo de fenomènos et de los comprendre.
  • Frâsa : Pas muens, ceta èxpèriença (l'èxpèriença des victouères et surtot des defêtes) lor pèrmtrêt de comprendre l'ensègnement entèrno de quiconque guèrra, il-est-a-dére les louès de ceta guèrra dètèrménâye, de nen comprendre la stratègia et la tacteca et, a travèrs cen mémo, de la dirigiér avouéc suretât.
  • Frâsa : Porquè ils ant pas comprês lo contenu et les condicions de cét travâly selon les louès que lo règéssont: ou bien ils ant jamés avu l'ocasion de s'ocupàr de tâl travâly ou bien ils ant mâques avu-la rârament; il pôt pas donca étre quèstion por lors de cognetre les louès de cés travâlys.
  • Frâsa : S'il sè trète d'un mouvement sociâl, los veretâbllos dirigients rèvolucionèros dêvont pas justo savêr corregiér les èrrors que sôrtont dens lors idâs, tèories, pllans ou projèts, selon cen que nos ens dét devant, il fôt oncor, quand un procèssus objèctif progrèsse et passe d'un degrâ de son dèvelopement a un ôtro, qu'ils séssont capâbllos lors-mémos et tuéts céls que participont a la rèvolucion avouéc lors, de siuvre cé progrès et cé passâjo dens lor cognessença subjèciva, o-est-a-dére...
  • Frâsa : Mas, de noutros compagnons, un mouél comprendont pas oncora ceta tèoria. Se on lor demande d'yô vegnont lors idâs, opinions, poleteca, pllans, mètodes, concllusions, d'yô vegnont lors discors entèrménâbllos et lors longs articllos ils trôvont la quèstion ètrangiéra et sâvont què rèpondre. Et cés sôts por què la matiéra sè transforme en èsprit et l'èsprit en matiéra, fenomèno ordinèro de la via de châque jorn, réstont encomprèhensibllos por lors.
  • Frâsa : Je travèrso vèrs lyor.
  • Frâsa : Mémo se d'uns tè diont bôrsa, Por t'ocupar des tos enfants, Sacrifiye una curcha. Pâssa avouéc lors des vrês moments.
  • Frâsa : Les egnons vegnont grôs, Quand lyœr nêt sur lo dous.
  • Frâsa : Lo chavagnon en brès, la bôna mènagiére S'en vat vendre bien chier lo frut de sa chôdiére. Son burro frèque et ses fromâjos grâs Fant franc envéy'! sont fêts p'étre agouétiês! Pœr sè dèdamagiér des pênes que sè balye Vat vendre, doux sous l'un, les ôfs de ses polalyes; Sè prend sucro, câfè... màs de céls-ce bonbons N'en saviant noutros vielys pas mémament lo nom; Lor fesiant via longe atot pan et fromâjo. Tot-un de cél câfè sè nen fét trop d'usâjo; Dês la plles grôssa dama u dèrriér savatin, Tot vôt pœr dèjonon la tâssa lo matin. Cél cllàr tot-un mè étot je l'âmo; Et se j'é l'êr de fére la leçon, O est qu'on derêt qu'on vint plles grâmo A fôrce de megiér de bon.
  • Frâsa : De mémo n'ens reçu de lœr cét gent lengâjo, Que 'l est cognu pertot sot le nom de "français".
  • Frâsa : En arrevànt u Brœly j'é vu, come una féta; Tot lo mondo assuegiê des pièds tant que a la téta. Les femèles, cél jorn, 'ls aviant de gents pichèts, Franc come vôlont lœr; cen réstâve si rêd!
  • Frâsa : Les bèrgiérs, lœr étot, 'ls ant trèt lœr vèsta grise; 'ls ant betâ la tanèta et la genta chemise. Aprés mè, tot vegnêt: femèles, homos, garçons: Les uns sur des montures et les ôtros a piaton,
  • Frâsa : Pœr balyér de corâjo ux vaches pœr sè batre, U bouél lyés vant portàr, sensa lo dére a d'ôtros, Una demié sèlyê d'avêna pœr lèchon, Ou ben lyés balyont bêre un pàr de quarterons.
  • Frâsa : "Vin tè, te vins, Bôchan, vin tè, Morin, Marquisa, Sardègne, Châtagnon, Guèrra, Fribôrg, Parisa..." Devant lœr, les bèrgiéres acuelyêvont les véls Qu'aprés lœrs mâres en lluen réstâvont en dèrriér.
  • Frâsa : Tot lo mondo formâve un cèrcllo atôrn de lœr, Diont: La nêre pèrd, cen-lé 'l est quâsi sûr. Châcun des doux partits bètont una gajura: La noutra, desiant-ils, at les côrnes plles dures.
  • Frâsa : Sembllâve que ses uelys 'ls ussont de fuè dedens, Et que per ses doux nâs nen sortésse lo fom! Lo mondo atôrn de lœr, tot côrt, s'empend, s'amasse, 'Ls ant tuéts les uelys fixâ dessus les doves vaches.
  • Frâsa : Lœr, quand vant u bornél, 'ls y réstont una pousa; Lé, tac-tac et tac-tac... on nen vêt pas la fin. Fôt ben, que voléd-vos? sè dére quârque chousa; S'érant pas détes ren dês d'hora lo matin.
  • Frâsa : S'entretegnont entre lœr de qui plles gent s'harbelye; Prèjont de lœrs garçons, de lœrs galyârdes felyes; Des mochiors, des pichèts, des fordârs plles novéls; De lœrs guelyes de burro, et de bien d'ôtro avouéc...
  • Frâsa : Ouè, ma chiere, llui 'l est passâ vito en trêsiéma, pœrquè 'l est recho. Lœr, pôrtont tojorn a la mêtrèssa de guelye de burro...
  • Frâsa : Lo sent homo Tobit, a Nèftali nèssu, De sos rechos parents, surtot per lœrs vèrtus, 'L at tojorn avu souen de gouardàr l'héretâjo, Et 'l at su, come lœr, nen fére bon usâjo.
  • Frâsa : De bél avant les Juifs dens cél temps adorâvont Des bons diôs sords et muets, que lœrs mans fabrecâvont. Màs pœr punir cél pœpllo adonc si pèrvèrti, Vêde-o que lo Bon Diô, contre lœr, fêt venir Lo rê Salmanassar, du fond de l'Assirie, Qu'il at pué sacagiê tota la Samarie.
  • Frâsa : Il s'en vat consolàr sos amis, sos parents, Et partage entre lœr, tot cen qu'il at d'argent; Balye viâ des habits, il conselye sos fréres, Et de l'âma et du côrp solage les misères.
  • Frâsa : Bèle se nos sens un mouél, lœr sont encor de plles que nos.
  • Frâsa : Lé tardèt la vèprâ, noutros doux voyagiors Entront chiéz Ragouèl que lor fét grant honœr, Et que cognessent pas quints doux cen possent étre Lor dit: "Je vodrê ben, biôs garçons, vos cognetre. - Nos sens de Nèftali, tribu du pœpllo juif Que pllôre, u jorn de houé, dens Ninive captif.
  • Frâsa : Je y é dœnâ a z-lyor.
  • Frâsa : Ragouèl, cen sè sât, volyêt gouardàr Tobie; "Résta, llui at-il dét, cé de ma compagnie. Chiéz nos n'ens de tot prod; grâce a Diô manque ren; En bél se te vôs réstàr, te fés mon cœr content; Et je mando un vâlèt pœr rassuràr ton pére. - Grant-marci de l'acuely que volédes bien mè fére; Je sé que mes parents atendont mon retôrn; Je pouè pas retardàr, lœr comptont tuéts les jorns".
  • Frâsa : Tobie, en legrement, embrace son biô-pére; Sarra, les lârmes ux uelys, bèse encor un côp sa mére. Enfin, s'en vant tuéts doux tranquilos a lœr mêson, Combllâs de grants recheces et de bènèdiccions. Aprés bien de chemin, l'Ange dit a Tobie: "celya/cé-y-at partagens-nos en doves compagnies; Lœr pôvont pas marchiér; nos doux passens devant. - O est veré; v'éd franc rêson; lœr vegnont pués tot pllan."
  • Frâsa : Céls-ce velachus apelyêvont per les prâts come se fussont a lœr.
  • Frâsa : Mècllens-nos avouéc lœrs.
  • Frâsa : Et Jèsus o àt dét-llui "Cen que devriô fére pœr vosôtros?" Lor ils ànt rèhpondu-llui: "Quànd que te sèrés un rê pllen de Gllouère, Fâ-nos v-éhtàr de cant a tè, un assetâ a ta drêtia et l'ôtro a ta manchina".
  • Sinonimo : elos
  • Sinonimo : lyés