Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : lyé
19461

definicion : -

nota : lyé, pronom indirect, après préposition ou en absolu

  • Francês : lui, à elle
  • Gramatica : pronom pèrsonel
  • Varianta : lyé (Dfn)
  • Varianta : lyé (Bjl)
  • Frâsa : Il fôt qu'el lo paye, ou ben nœs lyé ferens vêr trenta siéx miles èluides.
  • Frâsa : Il atrapét la mariâ a plen brés cœme un fagœt de bouesc, et sè bèssiét por lyé fére mimi. Il sarrét pôt-étre un pou fôrt: ele poussét un cri et sè dèbatét. Le grôs Pierro la lâchiét; le mariâ nèn prœfitét por èmpouegnér sa mia, et por l'èmmenar le galœp. Màs los ôtros sè metéront devànt lyor et los paréront. Il falyét èmbraciér tœt le mondo.
  • Frâsa : Et avêt ele mês lo dox Jèsus-Crist en son côr que ol lyé éret semblent alcuna vês que il lyé fut present et que il tenét un lévro cllôs en sa màn por lyé ensègnér.
  • Frâsa : A ce menât dens la misére, Nos fôt lyé portar de presents, Afin que les uelys de sa mére Lo "veyent" pas tojorn sofrent.
  • Frâsa : Nos fôt lyé portar de crèssents, Et de lacél lo chanon pllen.
  • Frâsa : J'é fêt vêre mon ch·èf-d'œvra a quârqu'un d'ôtro plles grôs de mè et j'é demandâ-lyé se mon dèssin lyé fesêt pouere. Lœr m'ant rèpondu: "Pœrquè un chapél devrêt-il fére pouere?"
  • Frâsa : Tantout lo lop surprend un ènfant que s'ègâre, Tantout lo vint nafrar dens los bras de sa mâre; L'un tue-t una filye, lyé travèrse lo Drac, Iqué l'on vêt un pied, ilé l'on vêt un bras.
  • Frâsa : Cependant mâlgrât lyé, et de dèpit hontosa, el s'en vat grondant dens sa cuche borbosa. Dejâ lo cordon-blu, monsior de Fontaniœ, Nombro de colonèls, los mèssiœrs de Marciœ,
  • Frâsa : Al comencement ele fut un grant-temps que a tôs jorns et en totes ôvres et en quâlque luè que ele fut, elle avêt si grant grâce que o lui éret sembllent que Noutron-Siro fut adés "aranda" lyé apèrtament. Aprés la crèssét Noutron-Siro tant sa grâce que mout sovent en quâlque luè que elle fut, elle sentévet si grant grâce et si grant gllouère en son côr de la amôr de Noutron-Sègnor que at/a pênes que ele la potêt sotenir.
  • Frâsa : En ço que ele ut fêt sa preyére et Noutra-Dona lyé vént devant et sembllâvet lyé que Noutra-Dona fut del âjo de quinze ans et la très grant biotât de lyé ne pôt onques ràcontar.
  • Frâsa : Adonc veriét la glloriosa Dona son pidox et son dox regârd mout amâbllament vers lyé et dit lyé: "Très chiera filye, aye pouer ni neguna dotence, câr jo, ço dit-ele, su mâre del rê tot pouessient CUI tu és èposa, et su mâre de misèricôrde et en cel povêr et en cela misèricôrde, je preno l'ârma et lo côrps de tè en ma gouârda et en ma dèfession; et tè gouarderé et dèfendré del povêr del diâbllo et de sos engins".
  • Frâsa : En tant ele sè dèpartét de lyé. Et tantout lo diâbllo la guèrpét et ele remanat de totes chouses en bôna pèx.
  • Frâsa : Una ôtra nuet, aprés ço un pou de temps, il lyé venét devant et cudiét la decêvre et travelyér en ôtres chouses a mout grant fôrce; màs tantout que ele comenciét recllamar Noutra-Dona et dére Ave Maria, per l'AIUA de Noutra-Dona il sè dèpartét de devant lyé, tot confus. Et s'en entràt/entrent en tèrra, en sembllence de una grant fumiére nêre. Et quant il entràt en tèrra, la tèrra fremét mout fôrt per iqué ont il entràt.
  • Frâsa : Nos entendens que entre les ôtres chouses o lyé fut demandâ quinta vouèx et quinta parola o lyé éret sembllent que ele aouét. Et ele rèpondét qu'il la avêt come homo, ço lyé éret sembllent; màs difèrence y avêt si grant que no lyé éret viêres que negun côrps humen que vivét en tèrra pouét entendre en son côr ne dére de boche neguna sembllence ni neguna èstimacion de la grant biotât et doçor de cela glloriosa vouèx et parola.
  • Frâsa : En ço que il lyé parl(i)ét, il lyé dit apèrtament ni dèsirar ni querir ceta chousa: "câr, ço dit-il, ne vuel que tu mueres oncor". Iço lyé dit tant bènignament et tant amâbllament que o no lyé éret sembllent que ele avêt de la môrt lyé passàt tantout del côr et remanat en grant consolacion et en grant dèsir de més vivre al sèrvice de son bon crèator.
  • Frâsa : En fesent ceta preyére ele aouét et entendét assé come ele avêt devant la glloriosa vouèx et parola de son veré crèator qu'il lyé dit: "Quant que jo tè vodré donar, recês et sofrês en mon nom". Iço lyé dit mout alégrament y at bien pou, ço lyé fut sembllent, en sorisent. La grant consolacion de lyé éret si grant devant que ele non y porrêt metre compto, màs ele fut plles grant aprés et la grâce de Noutron-Sègnor fut tojorn en lyé.
  • Frâsa : En ço que ele éret en si grant dèsir de fére a lui alcuna petita preyére, il viriét mout pedosament son dox regârd vers lyé et dit lui: "O ma très chiere filye et èposa, venéd avant et ne dôtâd ren, màs regardâd voutron veré crèator et cognesséd voutron Salvor.
  • Frâsa : Adonc il lui dit brévament: "En ôtro temps jo tè daré entendément en totes cetes chouses. Et ço que tu vodrés orendrêt et tu mè demanda".
  • Frâsa : Nos non trovens pas que ele volét onques de ceta vision rèvèlar ôtres chouses mâques, tant que de celes très hôtes et secrètes dèmonstrances que Noutron-Siro lyé dèmostràt la compagnie de sos glloriox sents, ele non o porrêt rècontar ni comprendre.
  • Frâsa : Et les ôtres trèiant tota cela a lors, et totes s'en entrâvont dedens lyé. Cetes quatro(s) divisions sè aparèssant en una méma sembllence et biotât et resplendor. Et lyé éret viêres que céla comona biotât et resplendor aparéssêt tota dedens cél enfant. Et l'enfant aparéssêt tot dedens cela resplendor.
  • Frâsa : Una ôtra vês aventét en Avent que ele fut en mout grant tribulacion de côr, câr lyé éret sembllent que Nouhtron-Siro l'avêt oublliâ perço que ele ne put avêr la fervor ni la dèvocion en sa orêson que ele avêt acotuma. Et ensé quant plles sè aprouèmâve de Chalendes et sa grant dolor plles lyé crèssêt.
  • Frâsa : Lo jorn de Chalendes devant la mèssa et la vigile de Chalendes et lo jorn devant, ele sè efôrçét a son povêr de confèssar quant que ele onques pensat ni fit ni desét que dut dèpllére a Noutron-Sègnor. Totes vês ne lyé fut pas sembllent que fut sufisent a ço que ele osat prèsumir de comuniér.
  • Frâsa : Quand les ôtres avouéc qui ele éret sè comenciéront trère vers l'ôtar pœr comuniér, ele remanét en son siècho en tant grants pllors et en tant grants legremes et en tant grant amâra dolor que ol lyé éret sembllent a bien pou que la ârma lyé partét del côrps.
  • Frâsa : Or vos deré jo un grant méracllo que Noutron-Siro Diô mostràt pœr lyé et pœr doves ôtres aprés lor fin.
  • Frâsa : Le Jœsèt, qu'étêt contènt de lyé fére pllèsir, lyé rèpondét: "Je vôl ben. Màs te payerés quànd mémo a bêre. Ôtramènt, los ôtros ne serant pas contènts."
  • Frâsa : Cen que l'avâro recuelye, son menât lyé grolye.
  • Frâsa : Portâve pendu u brès un chavin de vâbllo remplli de palye. "LEI" cachiêve los ôfs que les femèles lyé balyévont.
  • Frâsa : Màs cét encontinent lyé aprèste tâblla d'hôto, Avouéc una grêla de piérres, des côps d'arpions et de copa-fen. Desot cela tempéta, lo consul et sos apôtros 'ls ant DU/DIU fotre lo camp "tambour batent".
  • Frâsa : Je vuel vos racontàr la via d'un garçon, Qu'ennoyê du bon temps, at quitâ sa mêson, Yô qu'il étêt tranquilo et que ren lyé mancâve; 'L aviêt l'ècuèla pllêna et pas ren lyé côtâve. Volyêt alàr chèrchiér dens des payis plles lluen Bonhœr et libèrtât; màs s'est trompâ de bien.
  • Frâsa : 'L ére tot sarvouegiê: ses uelys érant franc rojos, Et lo fond de son cœr lyé fesêt un preprôjo... Pariér, sensa travâly, 'l avêt pas de mengiér; Pœr gouardàr les gadins 'l est alâ s'engagiér. Per pèrmission de Diœ, son mêtre lo trètâve Atot de crouê pan nêr, come lo meretâve;
  • Frâsa : L'ètêla du bèrgiér comenciêve de lluire, Lo pére, en atendent cél que son cœr dèsire: "Ah! Tôrna, desêt-il, du drêt fond de son cœr, Tôna, tôrna, mon fely, vin calmàr ma dolœr". - Lé, tot d'un côp, vers llui s'avance docement Un mâlherœx, son fely, tot trevolant de crente: L'un recognêt son pére et l'ôtro son garçon Que vint tot legremant llui demandàr pardon.
  • Frâsa : Lyé rèpondont les bebllos garfuelyent per les nioles.
  • Frâsa : Quand la Rêna des "Frà" s'en part, en boralent, Contre Morin du Brœly, adonc criont "Lyé/Y sens!" Lyé fesêt de grôs uelys, tegnêt sa téta bâssa, Fesent pllètàr lo cuér de son èchena grâssa.
  • Frâsa : Mè sârre cela rêna a môdo per lo côl! La mè fét reculàr, mon chier, tant qu'a três côps! Lé, l'ôtra sè reprend; màs lyé s'est bien bardâye (=mantenua); Et lo quatriémo côp bien luen l'at enchôciêye;
  • Frâsa : Lé, qui gage un ècu, qui gage un louidor; Tot terie son borsèt; ren lyé côte cél jorn. Les rênes du moment s'apelyont pas pœr rire: Châcuna fêt son côp, châcuna sè revire.
  • Frâsa : Niœn 'l aviêt encor vu de batalyes pariér!... A Morin lyé dècape un des pièds de dèrriér; Adonc on sent criàr: Fribôrg! Fribôrg!... la rêna! Tot gent!... lo mot 'l est p'encor dét a pêna,
  • Frâsa : Galope a son bèton p'un chemin lo plles prés, Et la côrna ux cropions Morin lyé vat aprés.
  • Frâsa : Quand noutro pâpa mè marchande Avouéc des mêtres p'alàr viâ, Mama en pllorent lyé recomande De mè lèssiér réstàr [cé-ilé]. Desot lo têt cuvèrt de palye, Pâpa, pœr mè, 'l at couét de pan; Je penso pas-més que mè falye Roulàr per les payis cét an.
  • Frâsa : Lyé vint, d'Ana sa fèna, u mondo un gent garçon, Qu'il at pués bien enstruit dessus le religion. "Mon garçon, desêt-il, que tojorn tè chaouyéyes D'ofensàr lo Bon Diô; que jamés te tè vèyes Per les crouyes compagnies, yô tojorn lo dèmon Dens lo cœr inocent fêt entràr lo poueson".
  • Frâsa : Cél rê, qui sât coment? P'un ôrdre de d'amont? Lèsse libro Tobit et tota sa mêson. Et llui balye d'argent prod pœr son nècèssèro; Màs llui, ben sûr, at pas gouardâ-lo gouéro.
  • Frâsa : Tobit, mâlgrât cen, pregnent bien ses mesures, Comptâve tuéts sos jorns p(er) un mouél de sèpultures. Cél rê, qu'il aviêt sêf du sang et de l'argent, Condane a môrt Tobit, et llui/lyé prend tot son bien.
  • Frâsa : Et pués, tot legrement, reprend sa pllace a tâblla. Màs, nion pas de trovàr sa bôna accion louâblla, ses parents lyé/llui desiant: "Fôt-o que pœr des môrts, En dèpllèsent u rê, t'èxpôseyes tes jorns?" Màs, pœr pllére u Bon Diô, Tobit continue A recuelyir les Juifs frêds et rêds per les rues.
  • Frâsa : Ah! Se de cél pèchiê tes mans sè sont chinchiêes, Rend cela bétye a qui te l'âs des côps robâye." Màs lyé, lluen d'avêr dét: "Du bètion que te sens Un de noutros vesins m'en at fêt un present"; De llui sè moque quâsi, et, de rêson sortia, Lyé/llui reprôge lo bien qu'il at fêt dens sa via.
  • Frâsa : Tobie, en sortent, trôve un garçon de son âjo, Que sembllâve ja prèsto a fére un long voyâjo. Màs lluen d'étre un garçon o étêt l'ange Rafaèl Mandâ p'acompagnér les enfants d'Israèl. Lé, treyent son bèrrèt, lo joueno Tobie Llui/Lyé dit: "Lo sâde-vos lo chemin de Mèdie? - Je l'é fêt tant de côps; dens Ragès mémament J'é trovâ Gabelus, un de voutros parents".
  • Frâsa : Procho de mè, lyé 'l est a bochon. Lyé pllanto un bllos sur lo cochon Una man-renvèrsa el m'assartét Et mè tere-pele per les pêls.
  • Frâsa : - Bèle chiéz Ragouèl un de voutros parents; Et se des côps te penses ux vielys jorns de ta via, Cél-lé at una felye et brâva et dègôrdia, Lyé est felye solèta et tè, garçon solèt; En bél, se te la prends, tot son bien tè vindràt.
  • Frâsa : M'at bèle falu lyé payér cen que mè demandâve.
  • Frâsa : J'é bèle falu lyé balyér rêson.
  • Frâsa : - Sentent voutro propôs, je trevolo de pouére! Je m'ètono que vos v'èyâd pas sentu dére Qu'el at ja prês sèpt homos, et que lo premiér jorn, Lo matin, contre lyé, les ant tuéts trovâs môrts: Et cen qu'o y at lé de pas trop agrèâbllo, 'Ls ant tuéts étâs ètrangllâs, ant-ils dét (=at-on dét), per lo diâbllo!
  • Frâsa : Enfin, ja lo denà sur la tâblla fumâve, Et lo vin dens la copa a lœrs uelys pètelyève. Ragouèl dit ux doux: "De noutros aprèstements Venédes vos sèrvir, sensa niœn compliment". Tobie lyé rèpond: "Je prendré pas ni vianda, Ni pan, ni vin chiéz vos, nan, tant qu'a ma demanda Vos èyâdes consenti. - Qu'arês-tu dèsirâ? - Je vodriô demandar voutra felye Sarra".
  • Frâsa : Ragouè u méten de tota sa famelye Juend la man de Tobie a cela de sa felye. "Je su content, dit-il, qu'a mon prôcho parent Je balyeyo ma felye avouéc tot noutro bien. Qu'en cél jorn lo Bon Diœ llui-mémo vos unésse! Que sa bènèdiccion sur vos houé s'acompllésse! Que les jorns de ma felye, aprés tant de chagrin, Seyont des jorns serens et de mémo les tins." Que de biens, de bonhœr son cœr lyé souhètâve! Tot-un, d'apréhensions dens son cœr ne réstâve.
  • Frâsa : En alent pués dromir Tobie sè sovint Des bons avis reçus lo long de son chemin. Il pâsse un premiér jorn et la nuet tota entiére, Come l'Ange 'l at dét, tojorn dens la preyére: Câr niœr dêt sè mariàr pœr son contentement, Màs pœr crêtre du cièl lo mouèl des habitents. Et Sarra de chargrin a cachon legremâve; L'ombra de ses sèpt homos a lyé sè presentâve, Èposa de la velye et veva lo matin. "De cél-ce, desêt-el, faré-jo més lo brun?"
  • Frâsa : Lyé passâve la nuet sengllotent de chagrin. Et les legremes ux uelys, lyé vesêt lo matin. U sonjon d'un cruchèt lyé tot sovent alâve, Pœr vêre pués de lluen se son fely arrevâve. Se vesêt un bouesson sur lo bôrd du chemin, Ana sè desêt ja: "Cél côp mon fely revint!". A fôrce de plloràr ses doux uelys la trompâvont; Et les pllantes, de lluen, des homos lyé sembllâvont.
  • Frâsa : Enfin un biô matin, justo u solely levent, Ana de son cruchèt, vêt Tobie de lluen! El galope a mêson p'anonciér sa venua. Aprés lyé, le chin entre et fouète de sa cœva, En verondant atôrn les chambes du crêssient, Sôt sur ses genolys, et lyé lèche les mans, Come pœr l'avèrtir que son garçon Tobie Et son bon compagnon revegnont de Mèdie.
  • Frâsa : 'L avenge cela fiél qu'il at prês du pêsson, Nen ouend les uelys du pére: quint merâcllo! adonc On vêt que de ses uelys lyé chêt una têlèta Come fusse d'un ôf la petiôda fllorèta. Lo pére, Ana, Tobie et qui les cognessiant, Rendont/Rendent grâce u Bon Diœ lèvont u cièl lœrs mans.
  • Frâsa : Lyé chêt dessus les uelys. Détes-mè vêr quint sôrt? Tobit du moment 'l at pas més vu lo jorn! Come un sent hono Job, ètot sa grant pacience, Llui veriêve a profit sa dura pènitence.
  • Frâsa : Et se un petiôd sè presente, ètot son ècuelèta, a la mâma quand 'l ârrie les vaches et lyé dét: "S'o-pllét mâma checa de quèlin a mè!..."
  • Frâsa : La suor lyé bllètét les drâps.
  • Frâsa : J'arrevo pas a lyé masseciér cen dens la téta.