Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : mas
19689

definicion : mas (rèalisacions mâ, mé, mi = "màs")

nota : "mas que" / "medês que" = pourvu que / purché

  • Francês : mais
  • Italien : ma
  • Gramatica : conjonccion
  • Varianta : màs
  • Varianta : màs (VL)
  • Varianta : màs (Frz)
  • Varianta : màs (GE)
  • Varianta : màs (Dfn)
  • Varianta : màs (SDu)
  • Varianta : mas (Pie)
  • Frâsa : La libèrtât tot-un a tués nos est balyêye, Màs ses ples grôs bienfêts pôvont pas passar Bard. L'èscllâvo 'l at sa lengoua; a nos est t-ôtâye, Sens-nos de la patria agouétiês por bâtârds?
  • Frâsa : Nos, fidèlos sujèts de noutra Monarch∙ie, N'ens vouegiê noutro sang por les rês de Savouè. Nos volens possêr dére: Et viva l'Italie! Màs, cél mot, lo derens, lo derens qu'en français.
  • Frâsa : Màs d'onte donc qu'il vint de nêtre, Voutron Mêtre? Nos y voléd-vœs ensègnér? Se fôt passar l'Amèrique, Ou l'Afrique, Nos s'embarcons tôs nus pieds.
  • Frâsa : On sofre bien per los crouyos ans màs n'ens p'oncor viu la famena come los noutros anciens.
  • Frâsa : Màs ses côrnes l'engolyéront, Ils le tuéront, Sens qu'il pouesse sortir, Et le sêr, ils l'entèrréront, Et chàntéront Tot le tôrn le chibreli.
  • Frâsa : Màs aména una bôna caquelye de vin.
  • Frâsa : "Nan, marci bièn. Je vôl vêr ont'que je pôso los pieds, quànd je marchieré. Màs vœs n'avéd payê que la mêtiêt de voutron passâjo.
  • Frâsa : Màs la chànçon n'étêt pas féni. Cetos-qué que venant de batre le tracassin sôtéront dèns los prâts et les tèrres. Ils s'aviéront la dèvaliére, et sè metéront a cœrir tant qu'ils poviant, por passar devànt la nœce. Ils veredolant dèrriér-lé-avâl; ils n'avisant pas s'il y avêt de fen dèns los prâts, ou des trufes dèns les tèrres.
  • Frâsa : Lo nom francoprovènçâl o l’est étâ enventâ du profèssor Graziadio Isaia Ascoli dens lo 1873 mas-que por dèfenir la lengoua, et pas justo parlar de francoprovènçâl cœme raça mas ora tués diont francoprovènçâl assé lo tèrritouère dèlimitâ de la lengua.
  • Frâsa : Vache mégra crape mégra mas vint vielye.
  • Frâsa : Lo papiér est gnint ceti mas cél aprés.
  • Frâsa : Que ce petiôt dêt étre gent! Mas que 'l est pouro en mémo temps!
  • Frâsa : Mas por bonhœr houé vint de nêtre Lo Sôvœr promês dês grand temps. Il vint de sè fére cognetre A des bèrgiérs pouros, ignorents.
  • Frâsa : Màs qu'o sêt plles parlâ de tôs quelos empllâtros, De quelos arlequins qu'ant des tétes pllâtro; Que mè tenont la pèx, je lyor deré plles ren, Je n'é pas l'entencion de lyor cassar los rens,
  • Frâsa : Màs que la brâvetât ocupêse sa pllâce: Dens lo fond de mon cœr, vê-qué tota la grâce Qu’atèndo de quél qu’at crèâ l’univèrs. Adiô, mos vielys amis, je finésso mos vèrs.
  • Frâsa : Màs vê-ce ben des ôtros èpisodos: Quand ils viront lœrs três èchiéles rotes Ils ne pôviont descendre ni montar; Il est iqué yô ils furont domptâs.
  • Frâsa : Màs le Consèly en granda diligence Fit lœr procès, prononLat lœr sentence: Qu'ils seriont tôs pendus et ètrangllâs Dessus l'Oye, cél biô bèluârd.
  • Frâsa : Màs d'avêr (cét') honor l'èsperance s'envole; Ye su tot rebuti, la gota mè dèsole; Ye ne pouè plles marchiér, dèscendre, ni montar: A Pompon-Lorion ye mè fouè charrontar.
  • Frâsa : Màs, dens lo muens d'un an, totes chouses changiéront; L'argent sè ressarrat, et los vivres ôgmentéront; Tant y at que dês depués tot vat de mâl en pir. Vint un novél mâlœor quand l'ôtro est assopi:
  • Frâsa : Màs, lâssa! Sur-lo-champ l'égoua devint si fôrta, Qu'el fât tombar lo pont qu'aboutét a la pôrta. Prod gens que sont dessus chêyont dens los bèbris, Et un joueno mariâ funèstament pèrét.
  • Frâsa : Refren Bllanchét los boués, bllanchét la palye! Lœ gllas pendœlye a la muralye Bon! Màs palye et boués revèrdiront Quand les pipètes revindront!
  • Frâsa : En celes aprenêt non pas solament les tribulacions sofrir en pacience, màs "assé" aprenêt a delêtiér en tâla maniére que tués les confôrts de cet mondo lui tornâvont a grant hàna, àssé que ol lui ére-t sembllant que en cet mondo non ére-t si digna chousa ne si doce come sofrir les pênes et les torments de cet siègllo pœr l'amôr de son crèator.
  • Frâsa : Màs sovent, mâlgrât mè, ma Musèta fantasca Dens lo miluè du côp vint me fâre una frasca. Yô su-jo, pouro mè! Je pèrdo lo subllèt, Et je ne vâlo pas quatro cllous de sofllèt;
  • Frâsa : Quand ele vit que ço ne potêt prendre fin, màs crèssêt tojorn, et la pouer et lo timor lui comènçàt fôrt a crêtre.
  • Frâsa : Una ôtra nuet, aprés ço un pou de temps, il lyé venét devant et cudiét la decêvre et travelyér en ôtres chouses a mout grant fôrce; màs tantout que ele comenciét recllamar Noutra-Dona et dére Ave Maria, per l'AIUA de Noutra-Dona il sè dèpartét de devant lyé, tot confus. Et s'en entràt/entrent en tèrra, en sembllence de una grant fumiére nêre. Et quant il entràt en tèrra, la tèrra fremét mout fôrt per iqué ont il entràt.
  • Frâsa : En ço que ele éret en si grant dèsir de fére a lui alcuna petita preyére, il viriét mout pedosament son dox regârd vers lyé et dit lui: "O ma très chiere filye et èposa, venéd avant et ne dôtâd ren, màs regardâd voutron veré crèator et cognesséd voutron Salvor.
  • Frâsa : De la grant biotât que ils aviant non lyé éret sembllent que lo solo quand il est en sa plles grant cllartât et biotât, fut mâques un pou de chousa u regârd de la grant biotât que avinat les sents que ele vêt DEJOTA sè de totes pârts, et dessus come en l'êr. Totes vês ele non o vêt pas dês uelys corporâls màs en èsprit; et vêt son côrps al liét a ben pou sembllâbllo al côrps môrt.
  • Frâsa : Mas que agouétâdes-vos du coutiér du mucent? J'agouéto cet velâjo et celes tors bâs-lé.
  • Frâsa : Mas dês la seconda pèrioda de sa prateca, pèrioda de la luta poleteca et èconomeca conscienta et organisâye, por lo fêt de son activitât prateca, de son èxpèriença aquesia u cors d'una lunta prolongiêya, èxpèriença que fut g·ènèralisâye scientificament per Marx et engels et de yô et nèssua la tèoria marxista qu'el at sèrvi a l'èducàr, ceta cllâssa fut capâblla de comprendre l'èssença de la sociètât capitalista, los rapôrts d'èxplouètacion entre les cllâsses sociâles, sos prôpros devouèrs historecos et devint adonc una "cllâssa por sè".
  • Frâsa : Tot setout des combatents sè vêt corre lo sang! Màs! màs! qu'est-o ço-cé? Tot vat encontinent Pœr vêre quinta o est cela dèfortunâye... O étêt Morin du Brœly a mêtiêt dècornâye.
  • Frâsa : Et pués, tot legrement, reprend sa pllace a tâblla. Màs, nion pas de trovàr sa bôna accion louâblla, ses parents lyé/llui desiant: "Fôt-o que pœr des môrts, En dèpllèsent u rê, t'èxpôseyes tes jorns?" Màs, pœr pllére u Bon Diô, Tobit continue A recuelyir les Juifs frêds et rêds per les rues.
  • Frâsa : - Màs! coment, biô garçon, màs coment m'èguèyir? Je su lluen du Jorden! Je pllôro mon payis. Dês grant-temps de mes uelys come cuvèrts de têles, Je vèyo ni solely, ni lena, ni z-ètêles. Pœr mè, o est tot tot-un, jorn, nuet, ombra, cllartât. Que pariér du Bon Diœ seye la volontât. - Atende, reprend l'Ange, atende avouéc pacience: Lo Bon Diœ vint a nos plles tout qu'on sè lo pense.