Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : nion
20283

definicion : pronom

  • Francês : personne (pronom indéfini)
  • Italien : nessuno (pronome)
  • Gramatica : pronom endèfeni
  • Varianta : nion (GE)
  • Varianta : nion (VdA)
  • Varianta : nion (Bjl)
  • Frâsa : Ils avévont de les lantèrnes sœrdes; Ils contrefassiant celes grôsses grenolyes, Il étéve pœr alar et pœr vegnir, Sen que jamés nion ne los pôt dècruvir.
  • Frâsa : D'icé la seconda quèstion. L'arpitan, come totes les lengoues minoritères, est, u moment actuèl, un conjuent de dialèctos bien difèrents entre lors et, bien sovent, los mémos arpitano-parlents ant mâltemps a sè comprendre. Èvident que l'adopcion de grafies dialèctâles de tipo fonètico ètrêt feni atot la reproduccion des mémos problèmos de entèrcomprèansion que y ant por la comunicacion orâla. En plles, quand sè trète d'un tèxto ècrit, que seye pas una simplla pancârta de quatro paroles, la nècèssitât de sè rèpètar a vouèx hôta parola por parola por chèrchiér de la comprendre dètruit complètament lo pllèsir de la lèctura; et una lèctura sens pllèsir nion la fét.
  • Frâsa : Des trenta jorns d'Avril pllovusse ben trent'un, (faràt/Farêt) p'oncor de(s) dam(s) a nion.
  • Frâsa : L'égoue de Sent Jian, T-ôte lo pan; La plloge de Sent Lôrent, Arreve justo a temps; Màs a Sent Bartolomél, Nion nen vôt més.
  • Frâsa : Quand ele fut en son siècho, ele plloràt si fôrtament que ele perdét de tot lo vêr et la hostie que ele avêt en la boche sè vêt si crêtre que ele ut tota la boche pllêna. Et per lo grant èsperdiment que ele ut, quand ele sentét de ço si pllêna boche, se paràt la man et cudiét metre fôr de la boche. Et fut lui sembllant que no sé que la tirat arriére et lui avêt tâl(a) savor come de chèrn et de sang. La grant pouer que ele avêt, nion n'oserêt ràcontar.
  • Frâsa : L'avarice 'l est una vèrtu, que nion joure 'l at possu.
  • Frâsa : Ouè, màs cen que 'l est pèrmês a niœn, 'l est de sè betàr a fére, come v'éds fêt, de dèmonstracions publeques et de tenir a hôta vouèce de discors rèvolucionèros.
  • Frâsa : Lo matèrialismo-dialècteco est una veretât gènèrala porquè nion, dens sa prateca, pôt sorti de cét câdro.
  • Frâsa : Huét jorns, por lœr, 'ls étiant diéx ans; Et se jamés l'âno tornâve Hèlâs! nion 'l aviêt pas més fam.
  • Frâsa : Lé, cél châtél de Quârt que chesêt en morgiéres, Vesêt pas passàr nion per ses dèsèrts chemins: Houé comence a revivre, et "grant-marci" pôt dére A Monsiœr Lateltin.
  • Frâsa : Son pâpa, que les ans 'ls ant pllètâ lo vesâjo, 'L avêt vu cent foréls revèrdir lo velâjo. A pêna possêt més s'édiér de son bâton; 'L alâve tuéts les jorns encontre a son garçon, Màs, jamés nion de llui, jamés nion s'aprochiêve, Ou plletout, étiant pas cél que son cœr amâve. Passâve jorn et nuet acabllâ de chagrin, Et jamés d'un uely sèc il vesêt lo matin.
  • Frâsa : Les ètrangiérs portant, aprés fêt long chemin, Sè nen retôrnont pas sensa vêre la fin. Niœn sembllâve més guê; châcun s'empacientâve, Atendêt cél moment que p'encora arrevâve.
  • Frâsa : Niœn 'l aviêt encor vu de batalyes pariér!... A Morin lyé dècape un des pièds de dèrriér; Adonc on sent criàr: Fribôrg! Fribôrg!... la rêna! Tot gent!... lo mot 'l est p'encor dét a pêna,
  • Frâsa : Et pués, tot legrement, reprend sa pllace a tâblla. Màs, nion pas de trovàr sa bôna accion louâblla, ses parents lyé/llui desiant: "Fôt-o que pœr des môrts, En dèpllèsent u rê, t'èxpôseyes tes jorns?" Màs, pœr pllére u Bon Diô, Tobit continue A recuelyir les Juifs frêds et rêds per les rues.
  • Frâsa : ... 'N ariant ben meretâ mile côps davantâjo ... Ah! Veriédes pas viâ de mè voutro vesâjo. Je recêvo des mins afronts pœr grants-marcis; Les jorns mè sembllont longs a l'ètat que je su. Fédes que de mes pièds niœn vèye més la trêna; Et que de mes pèchiês crêsse pas més la chêna".
  • Frâsa : En alent pués dromir Tobie sè sovint Des bons avis reçus lo long de son chemin. Il pâsse un premiér jorn et la nuet tota entiére, Come l'Ange 'l at dét, tojorn dens la preyére: Câr niœr dêt sè mariàr pœr son contentement, Màs pœr crêtre du cièl lo mouèl des habitents. Et Sarra de chargrin a cachon legremâve; L'ombra de ses sèpt homos a lyé sè presentâve, Èposa de la velye et veva lo matin. "De cél-ce, desêt-el, faré-jo més lo brun?"
  • Frâsa : Galopâdes envitàr parents, vesins, amis... Que niœn d'entre tuéts lœr manqueye de venir. Détes-lœr: "De Sarra n'alens fére les noces. J'é ja betâ, pœr cen, la brochèta a três bosses. Ana, tè, te lo sâ, fés pués d'aprèstement; Fé-nen prod, fé-lo bon p'atant que nos serens".
  • Frâsa : Dens la crete de Diœ lo repâs continue; Entre lœr niœn desêt des paroles pèrdues. et ben muens de rêsons détes grossiérement, Que vant portàr la môrt dens lo cœr inocent. Je vos é pas comptâ les porcions que fumâvont! Les moges, les moutons, les três bosses sontlé; L'afére, mielx que mè, lœr, pôvont la contàr.
  • Frâsa : Ben que chiéz Ragouèl Tobie s'apllantâve, Son pâpa l'atendêt, et jamés 'l arrevâve. "Ah! revin, desêt-il, qu'atends-tu, mon garçon? Pœrquè revins-tu pas lo jorn dét a mêson? Magâra que la môrt, cela môrt afrontâye 'L arêt prês Gabelus! et la soma prétâye Épêr niœn la rendrêt". Et sè bète a plloràr. Màs sa fèna surtot, ren pôt la consolàr! "Hèlâs! sè desêt-el, n'ens mandâ viâ Tobie Pôt-étre pœr trovàr la môrt dens la Mèdie.
  • Frâsa : A la fin du repâs quand niœn mengiêve més, Lo vielyo Tobit dét a son garçon pariér: "A cél bon jouenèt balyerens-nos quint gajo. Pœr cen que t'at guidâ lo long de ton voyâjo? - Pœr lo rècompensàr, vos lo sâdes étot vos, Sufit pas la mêtiêt du bien venu chiéz nos! En santât m'at prês cé; san, cé, mè tôrne rendre. L'argent, chiéz Gabelus, o est alâ llui lo prendre;
  • Sinonimo : pèrsona (pronom)
  • Sinonimo : nengun
  • Sinonimo : lengun