Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : nos/n'
20375

definicion : sujet et complément

nota : réalisations nô, nou, ne

  • Francês : nous
  • Italien : noi
  • Italien : ci (particella pronominale complemento)
  • Gramatica : pronom pèrsonel
  • Varianta : nœs
  • Varianta : nos (GE)
  • Varianta : nos (Dfn)
  • Varianta : nos (Bjl)
  • Varianta : nos (Pie)
  • Frâsa : Hardi! prend tes artifalyes, Què qu'il seye, Terése et vos, Blèse, arriér. Je pren(o) ma chemisola, J'en su fôla; Betens-nos totes a corir.
  • Frâsa : Quànd tœs los jouenos aviéront feni de bêre, la mariâ dését: - Alons! Lèssiéd nœs passar, por ne pas fére atèndre Monsiœr le curâ.-
  • Frâsa : Ouè màs il ne convenét gouéro bièn a cetos-qué de la nœce ; et ils ènrayéront a fére vilen. Nœs los èntendêt que marrœnar èntre lyœrs dènts.
  • Frâsa : (L'histouère) des noutros vielys ly'est viva dens nos et ly'est pârt de nosôtros se barjaquens la noutra lengoua, est una maniére de vivre, de cognetre les sentiments, de songiér, de relacionar.
  • Frâsa : En les vèrmelyes érant ècrites les playes et lo prèciox sang qui fut èpanchiê por nos.
  • Frâsa : Quand vegnêt lo matin, ele començâvet a pensar coment lo benêt filys Diô volét dèscendre en la misère de ce mond, et prendre noutra humanitât et aj·outar a sa dêtât, en tâla maniére que l'on pôt dére que Diô qui éret imortâl fut môrt por nos.
  • Frâsa : Per una nuet qu'étéve la plles nêre, Ils vegnéront, il n'étêt pas por bêre; Il étéve por pilyér noutres mêsons, Et nos tuar sens ôcuna rêson.
  • Frâsa : L'égoua nos vint de luen: dejâ sur la Romanche, L'on ne vêt plles de pont, ni de pôrt, ni de pllanche; Plles fôrta que lo Drac, el lo fât ècartar; A son rapido cors ren ne pôt rèsistar.
  • Frâsa : Les temps vivont ora tués les jorns, cachiês déns les pllàyes d'les paroles. L'histouèra des noutros vielys 'l est viva déns nos et 'l est pârt de nosôtros se barjaquens la noutra lengoua, est una maniéra de vivre, de cognetre les sentiments, de songiér, de relacionàr. Est l'orgoly de noutra cultura. Vôt dére: continuàr a ègzistre.
  • Frâsa : Avouéc Marc nos condivisens l'amôr et l'atachement profond a noutron Payis et a noutra lengoua, la prôva est dedens cetes pâges fruit quotidien du sacrifiço por mantenir vivent tot cen que nos amens. La reflèccion sur un futur possibllo est comencêye, réste a nos de lo rendre concrèt adoptent un chemin que seye parcoribllo... Alor lo problèmo quint 'l est, comunicar ou sonar?
  • Frâsa : Se los cossiôls prudents ne donâvont des ôrdres D'aduire de pertot quârque-ren de què môrdre. Pœr nos facilitar de mielx nos mans levâs Durant três semanes tôs los drêts sont levâs.
  • Frâsa : L'Intendant atentif, coma farêt un pâre, Nos fât dens tôs los temps tot lo bien qu'il pôt fâre. Isera, ta furor parêt bien en tot luè: Te devês garandar los templlos du bon Diœ;
  • Frâsa : Entre les ôtres o lui fut sembllant que elle vêt Jèsus-Crist si très glloriox que côr ne porrêt pensar, qui éret vehtu de cela glloriosa roba qu'il prét lo très nôbllo côrps de Nouhtra-Dona. En ses très nôblles màns et en sos pieds aparéssant les gllorioses pllayes que il sofrit pœr amôr de nos. De cél glloriox pèrtués salyét una si très grand cllartât que ço éret un grand èbayiment assé come si tota la biotâ de la divinitât salyét per mè.
  • Frâsa : Jèsus-Crist nos don(e)t vivre si nètament de côr et de côrps que, quand les ârmes nos partéront del côrps, que il nos dègne montrar sa glloriosa face. Amen. Explicit speculum sancte Margarete virginis priorisse de Pelotens; obiit autem anno Domini millesimo trecentesimo decimo, tertio idus februarii.
  • Frâsa : Nos entendens que al comencement de sa sente convèrsacion elle proposàt de guèrpir totes chouses mondanes de bôna volontât de côr pœr la amôr del dox Jèsus-Crist. Son bon propôs elle gouardàt mout entiérement.
  • Frâsa : Nos entendens que entre les ôtres chouses o lyé fut demandâ quinta vouèx et quinta parola o lyé éret sembllent que ele aouét. Et ele rèpondét qu'il la avêt come homo, ço lyé éret sembllent; màs difèrence y avêt si grant que no lyé éret viêres que negun côrps humen que vivét en tèrra pouét entendre en son côr ne dére de boche neguna sembllence ni neguna èstimacion de la grant biotât et doçor de cela glloriosa vouèx et parola.
  • Frâsa : Nos non trovens pas que ele volét onques de ceta vision rèvèlar ôtres chouses mâques, tant que de celes très hôtes et secrètes dèmonstrances que Noutron-Siro lyé dèmostràt la compagnie de sos glloriox sents, ele non o porrêt rècontar ni comprendre.
  • Frâsa : Totes vês nos entendens que ele veyêt tot lo avénément de Noutron-Sègnor et la passion et rèsurrèccion et la ascension et CUSSI il fut reciu a la drêta pârt de son glloriox pâre. En ço ele vit si grants chouses et si secrètes et de si obscur entendément que segont noutron petit entendément o non nos est viêres que sêt neguna pèrsona qui per sens ni per CLERGI o pouét entendre se lo Sant-Èsprit non lui uvrêt los uelys del côr.
  • Frâsa : Iqué o lui fut dèmostrâ la signifiance de les doze piérres prècioses qui étiant dessus lo cuvèrtor de l'or, duquâl il éret cuvèrt ensé come nos vos avens ràcontâ. Et lui fut dèmonstrâ la signifiance de ço que il lui dit que regârdet son veré crèator et cognésset son veré Salvor et considèret a grant diligence sur ço que ele vèrrét la grant hôtesse et la grant provondior et largior de les grièves dolors et de divèrs torments que sofrét noutro bon crèator.
  • Frâsa : Il fôt que nœs seyons u muens quinze. Pensa donc! Una vielye de trènta ans qu'at pènsâ de sè remariér!
  • Frâsa : Totes cetes dèmonstrances et tantes ôtres que ele non lo porrêt ràcontar ne nos non lo porriéd retenir en cél temps que nos vos avens dét devant, en tâla maniére que una nuet ele vit si grants visions et secrètes rèvèlacions de la gllouère ètèrnâla que ço ne porrêt nion mortâl homo dére ni fére entendre.
  • Frâsa : Ele est tœta prèsta. Il est mémo una fœlyèta; una vouètura la charreyerat per dèrriér nœs.
  • Frâsa : Nœs vens fére una arrachiê de genèts.
  • Frâsa : Quànd nœs at bièn travalyê, nœs s'assœrmélye a trâblla.
  • Frâsa : Lo sengllâr sè champét et nœs regardét venir.
  • Frâsa : Nos lo rèpètens: la cognessença logeca est divèrsa de la cognessença sensiblla, porquè ceta embraçe des aspècts isolâs des chouses, des fenomènos, lors coutiérs aparents, lors lièsons èxtèrnes, adonc que la cognessença logeca, en fesent un grant pâs en devant, embraçe les chouses et les fenomènos en entiér, lor èssença et lor lièson entèrna, s'èleve tant qu'a la misa en èvidença des contradiccions entèrnes du mondo que nos encèrclle et, a travèrs ço mémo, est capâblla de comprendre lo dèvelopament de ce mondo dens sa entègritât, dens la lièson entèrna de tués sos aspècts.
  • Frâsa : Come lo/le montre noutra prateca, cen que nos ens prês a travèrs los/les sens pôt pas étre imèdiatament comprês, et justo cen que nos ens bien comprês pôt étre sentu de maniéra plles profonda.
  • Frâsa : Mas on pôt pas avêr en totes les chouses una èxpèriença dirècta; en prateca la plles granta partia de noutres cognessences sont lo produit d'una èxpèriença endirècta, en ègzempllo totes les cognessences que nos ens des siècllos passâs et des payis ètrangiérs.
  • Frâsa : Il nos arreve sovent d'acutar de compagnons, que hèsitont a s'enchargiér de tâl ou tâl travâly, dècllaràr qu'ils cregnont de pas bien lo fére. Porquè cét manco d'assurença?
  • Frâsa : L'histouèra de la cognessença humèna nos aprend que de nombroses tèories érant d'una veretât encomplèta et que il est lor vèrificacion dens la prateca que il at pèrmês de la complètàr.
  • Frâsa : Est-il lé que fenét lo mouvement de la cognessença? Nos rèpondens oi et nan. Quand l'homo, dens la sociètât, sè done a una activitât prateca en vua de la modificacion d'un procèssus objèctif dètèrménâ (qu'il seye naturèl ou sociâl), a un degrâ dètèrménâ de son dèvelopament, il pôt, grâce u reflèt du procèssus objèctif dens sa cèrvèla et a sa prôpra activitât subjèctiva, passàr de la cognessença sensiblla a la cognessença racionèla, èlaboràr des idâs, des tèories, des pllans ou des projèts que corrèspondont, dens l'ensembllo, ux louès de cét procèssus objèctif.
  • Frâsa : S'il sè trète d'un mouvement sociâl, los veretâbllos dirigients rèvolucionèros dêvont pas justo savêr corregiér les èrrors que sôrtont dens lors idâs, tèories, pllans ou projèts, selon cen que nos ens dét devant, il fôt oncor, quand un procèssus objèctif progrèsse et passe d'un degrâ de son dèvelopement a un ôtro, qu'ils séssont capâbllos lors-mémos et tuéts céls que participont a la rèvolucion avouéc lors, de siuvre cé progrès et cé passâjo dens lor cognessença subjèciva, o-est-a-dére...
  • Frâsa : Nos lutens dens noutros rengs rèvolucionèros contre los entétâs de què les idâs siuvont pas lo ritmo des modificacions de la situacion objèctiva, cen que dens l'histouèra est/at manifèstâ-sè sot la fôrma de l'oportunismo de drêta.
  • Frâsa : Nos sens ègalament contre los parlors de "gôche". Lors idâs, s'aventuront plles outre d'una ètapa de dèvelopement dètèrménâ du procèssus objèctif; quârqu'uns pregnont lors fantasies por des rèalitâts, d'ôtros cherchont de rèalisàr por fôrça, dens lo present, des idâs que sont mâques rèalisâblles dens l'avenir; lors idâ copâye de l'actuèla prateca de la plles granta partia des gens, copâyes de l'actuèla rèalitât, sè traduésont dens l'accion en "aventurismo".
  • Frâsa : Il fôt donca ensègnér a noutros compagnons la tèoria matèrialista-dialècteca de la cognessença, afin qu'ils sàchont s'orientàr dens lors idâs, fére des enquétes et des rechèrches et drèciér lor bilan de lor èxpèriença, qu'ils posséssont surmontàr les dificultâts, èvitàr tant que possibllo de cometre des èrrors, fére bien lor travâly, contribuàr avouéc totes lors fôrces a construire un grand et fôrt payis socialisto et a la fin édar/édiér les masses oprimâyes et èxplouètâyes du mondo en vua de l'acompllissement du nobllo devouèr entèrnacionalisto que nos encombe.
  • Frâsa : Oubliâs dês grant-temps u méten des montagnes, N'ens souegnê des sordâts por batre a cent campagnes, Fidèlos a noutro Rê tot come d'ôtros côps, Nos, les anciens sujèts de noutra Monarchie.
  • Frâsa : Nos, fidèlos sujèts de noutra Monarch∙ie, N'ens vouegiê noutro sang por los/les rês de Savouè. Nos volens possêr dére: Et viva l'Italie! Màs, cél mot, lo derens, lo/le derens qu'en français.
  • Frâsa : U ménten du flloc passens encor nos.
  • Frâsa : A l'ombra de celes brengouètes, Sur la tepa, alens nos sietàr; N'arriens-pués doves ècuelètes De lacél, pœr noutro denà. Prôchos du têt cuvèrt de palye, U son du fifro, ora chantens: De lacél, la chiévra nen balye; Mâma nos fét d'harbelyements.
  • Frâsa : Pœr nos 'l ére un trèsor mémo dens la misère, O arêt bien mielx valu pèrdre cen que tè vint, Que d'alàr lo mandàr fére un si long chemin. - Ana, consola-tè; j'èspèro que torneye Et que, dens poca temps, contenta, te lo vèyes, Câr, en cél mondo tuéts pœr nos guidàr nos ens Drêt, a coutiér de nos, lo bon ange gardien".
  • Frâsa : Bèle se nos sens un mouél, lœr sont encor de plles que nos.
  • Frâsa : Inque fôt nos apllantàr.
  • Frâsa : Sèreye bien de nos apllantàr un moment.
  • Frâsa : Quand nos discutens, nos volens pas que tè tè mèclleye.
  • Sinonimo : nosôtres f.
  • Sinonimo : nosôtros m.