Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : noutron
20387

  • Francês : notre m.
  • Italien : nostro agg.
  • Gramatica : adjêctif possèssif
  • Varianta : noutro
  • Varianta : nouhtro (Pie)
  • Varianta : noutron (Dfn)
  • Varianta : noutron (Bjl)
  • Frâsa : Tôssent lo prend, Et a noutron aventâjo, Senta Aguèta lo rend.
  • Frâsa : Jamés nos quiterens noutra ancièna patria; L'amôr des changements 'l est pas dens noutro cœr.
  • Frâsa : Nan, nan! Nos cognessens quint 'l est noutr'aventâjo, Por gagnér noutro pan nos passens la Savouè, Et lé, n'en vôlont pas d'italien lengâjo, En-bél, noutro pregiér dêt étre lo français.
  • Frâsa : En atendent, chiéz nos, tot vat de mâl en pire: Noutro Coléjo arreve a ses dèrriérs abouès… Vâldoten, tes mâlhœrs, u moment que t'èxpires, A tes riére-nevots conta-les en français!
  • Frâsa : La misère on la vêt roular per les velâjos; Nos sens come somês desot un curatœr; Et de noutro travâly, ora semble d'usâjo D'en partagiér lo fruit avouéc lo pèrcèptœr.
  • Frâsa : Hèlâs! noutro payis 'l est venu, de province, Un arrondissement… Quint drôlo de progrès! Et pués serat-il dét que les bouègnos du prince Volyont pas més sentir niona plente en français?
  • Frâsa : Lèssont prègiér l'Ôtrich∙e et mémo la Russie, Ceta lo polonês, cela l'italien; Per quinta libèrtât nos vôt-el l'Italie, Dèfendre de prègiér come noutros anciens?
  • Frâsa : Lo francês nos lo fôt; noutro drouèt lo demande; De noutros devantiérs n'ens la lengoua et la fouè. 'l ariant-ils sopatâ les tropes alemandes, Se jamés les canons 'ls ussont pregiê français?
  • Frâsa : Nos, fidèlos sujèts de noutra Monarch∙ie, N'ens vouegiê noutro sang por les rês de Savouè. Nos volens possêr dére: Et viva l'Italie! Màs, cél mot, lo derens, lo derens qu'en français.
  • Frâsa : Jane a Gllodon, Jane a Gllodon, Levâd-vœs donc! Un merâcllo est arrevâ! Sur noutron pomiér sarvâjo, Dens los nuâjos, J'entend(o) los anges chantar.
  • Frâsa : Ceta crèatura, per la grâce de Noutron-Sègnor, avêt ècrit en son côr la sente via que Diô Jèsus-Crist menét en tèrra et sos bons ègzemplos et sa bôna doctrina.
  • Frâsa : Oy mè semble que jo vos é aoui dére que quant vos âves aoui racontar alcuna grâce que Noutron Siro at fêt a alcuns de ses amis, que vos en valye mielx grant-temps.
  • Frâsa : Un viely renàrd qu'aviêt corratâ Et gorsâ quâsi totes les gerénes de noutro càrro, Vint a chêre un jor sur 'na trapa qu'ére ben cachiêe.
  • Frâsa : Avouéc Marc nos condivisens l'amôr et l'atachement profond a noutron Payis et a noutra lengoua, la prôva est dedens cetes pâges fruit cotidien du sacrifiço por mantenir vivent tot cen que nos amens. La reflèccion sur un futur possibllo est comencêye, réste a nos de lo rendre concrèt adoptent un chemin que seye parcoribllo... Alor lo problèmo quint 'l est, comunicar ou sonar?
  • Frâsa : Dins un petit golyèt je vuel/véso fâre nôfrâjo. Fénésse que vodrat ceti mèchient ovâjo! Mon èsprit s'est trobllâ: noutron pont est dètruit, Ce pont, ce brâvo pont, si brâvament construit!
  • Frâsa : Lo "Messager Valdôtain" il est lo noutro armànac.
  • Frâsa : Et tot assé come les sents sè dèlèctont en vêr la biotât Noutron-Sègnor, sè dèduit noutro bon crèator en la biôtat et en l'amôr de ses bèles crèatures qu'il a fêt a sa émâge et a sa sembllence, assé come lo bon mêtre regârdet volontiér una bèla cârta, quand il l'a bien fêta.
  • Frâsa : Et dês que ele ut rendu grâces avouéc lo covent, en tant que hora nôna sonàt, ele étiêt en mout grant contemplacion, et tant que noutron bon crèator lui mostràt ôtra vês mout de sos secrèts en vision si doce et si dèlèctâblla que ele porrêt ben dére ensé come lo dit sent Pol: "Quod oculus non vidit nec audivit et cetera".
  • Frâsa : Aprés totes cetes grâces et pllusiors ôtres que noutron bon crèator lui ut fêtes, ele étêt l'èspâcio de doux ans que ele on ut neguna espèciâla grâce de Noutron-Sègnor, mâques tojorn pèrsèvèrâvet en bônes ôvres et tojorn sembllâvet que ele ut plles de la timor et de l'amôr de Diô.
  • Frâsa : Totes vês nos entendens que ele veyêt tot lo avénément de Noutron-Sègnor et la passion et rèsurrèccion et la ascension et CUSSI il fut reciu a la drêta pârt de son glloriox pâre. En ço ele vit si grants chouses et si secrètes et de si obscur entendément que segont noutron petit entendément o non nos est viêres que sêt neguna pèrsona qui per sens ni per CLERGI o pouét entendre se lo Sant-Èsprit non lui uvrêt los uelys del côr.
  • Frâsa : Iqué o lui fut dèmostrâ la signifiance de les doze piérres prècioses qui étiant dessus lo cuvèrtor de l'or, duquâl il éret cuvèrt ensé come nos vos avens ràcontâ. Et lui fut dèmonstrâ la signifiance de ço que il lui dit que regârdet son veré crèator et cognésset son veré Salvor et considèret a grant diligence sur ço que ele vèrrêt la grant hôtesse et la grant provondior et largior de les grièves dolors et de divèrs torments que sofrét noutro bon crèator.
  • Frâsa : Ele vit coment la preyére de Noutra-Dona fêt abontar noutron bon crèator vers ses crèatures. Et vit cossi noutro pédox crèator reconciliét los pèchiors vers son glloriox pâre en demontrent sa glloriosa humanitât et en remembrent sos divèrs torments.
  • Frâsa : Ceta vegne s'abâtarse dèns noutron payis.
  • Frâsa : Cet procèssus, de la prateca de transformacion du mondo, procèssus dètèrménâ de la cognessença scientefeca, est arrevâ a un moment historeco, en China come dens lo mondo entiér, a un moment de granta importança, sensa prècèdent dens l'histouèra de l'humanitât, lo moment de fére disparêtre les tènèbres en China et en tot lo mondo, et de transformàr noutro mondo en un mondo radiox, come on l'at jamés vu.
  • Frâsa : Oubliâs dês grant-temps u méten des montagnes, N'ens souegnê des sordâts por batre a cent campagnes, Fidèlos a noutro Rê tot come d'ôtros côps, Nos, les anciens sujèts de noutra Monarchie.
  • Frâsa : Montgenèt, Gèrvason fabricont, sè pôt dére, Lo plles bon fèr en fondent la miniére Des grants filons de Cogne et céls du Lac Gelâ Que noutro Sènatœr possède a Champdeprâts...
  • Frâsa : Mè semblle franc que lo cœr mè reprôge: Màs, pas/por dére lo mot et des vaches et des moges Que vend noutro payis! Per ègzempllo: a Brechon, Alèvont des bôfs/bouéls pllens et fant burro et fromâjo, Et lœrs moges surtot 'ls ant cél grant avantâjo D'étre prèstes a vélàr quâsi a totes sêsons.
  • Frâsa : Pœr possêr vos prègiér du bon cllàr de la trelye Que fét noutro payis, serêt franc a propôs, D'avêr-nen devant mè, tot justo huét botelyes Pœr les agôtar bien a bél tôrn doux-três côps. Èprovens: Tè Donâs? Oh, lo bon pecotendro! Grôs rojo de l'Enfèrn, tè t'és pas lo plles muendro. A ton tôrn, des Oulyéres, honœr de Chesalèt! Et tè bon Malvouèsie de Monsiœr Farinèt! Ô, colena de Vela, agôtent de ta Biôla; Fé-mè de ton Oriou sentir lo gôt, Vegnôla, Chambâva ton Môscat fêt, je n'en dôbto pas, Gouarét lo ventro a tuéts, mémo a qui 'l at nion mâl. Lâs, pèrdens pas lo temps atot d'historiètes; Chavonens, o est ben mielx, l'amolon des Torètes: Ôtro ço que cél vin fêt de l'égoue du Pô Ou de cela de noutra Duère Que sât s'en tornàr sus, dedens des bosses entiéres, Atot bèla colœr, màs tojorn sensa gôt!
  • Frâsa : Pœr profitàr de l'êr si frès de la montagne, Noutro Rê tot sovent lé d'entôrn lo mê d'oût Quite les bôrds du Tibro, ou de l'Arno, ou du Pô En menant avouéc lui la Rêna, sa compagne. Ben sûr, entre tuéts doux, pôvont mielx reussir A vouegiér lors bienfêts sur tot noutro payis.
  • Frâsa : Quand noutro pâpa mè marchande Avouéc des mêtres p'alàr viâ, Mama en pllorent lyé recomande De mè lèssiér réstàr [cé-ilé]. Desot lo têt cuvèrt de palye, Pâpa, pœr mè, 'l at couét de pan; Je penso pas-més que mè falye Roulàr per les payis cét an.
  • Frâsa : A l'ombra de celes brengouètes, Sur la tepa, alens nos sietàr; N'arriens-pués doves ècuelètes De lacél, pœr noutro denà. Prôchos du têt cuvèrt de palye, U son du fifro, ora chantens: De lacél, la chiévra nen balye; Mâma nos fét d'harbelyements.
  • Frâsa : Magoton: "Nan, nan! Pensâde pas, comàre; 'L est venua fére L'ôf cé dens noutro bouél; Agouétiéde..." Aguèta: "Cél-ce! (prend l'ôf en man) Je lo cognesso prod."
  • Frâsa : Ragouè u méten de tota sa famelye Juend la man de Tobie a cela de sa felye. "Je su content, dit-il, qu'a mon prôcho parent Je balyeyo ma felye avouéc tot noutro bien. Qu'en cél jorn lo Bon Diœ llui-mémo vos unésse! Que sa bènèdiccion sur vos houé s'acompllésse! Que les jorns de ma felye, aprés tant de chagrin, Seyont des jorns serens et de mémo les tins." Que de biens, de bonhœr son cœr lyé souhètâve! Tot-un, d'apréhensions dens son cœr ne réstâve.
  • Frâsa : Quand n'avians llui chiéz nos, n'avians noutro trèsor. Llui, cé, ére ma via, et llui viâ est ma môrt. Lllui, cé, nos valyêt mielx que totes les rechèces; 'L étêt noutro bâton pedent noutra vielyèce. - Lo garçon revindràt, Ana, troblla-tè pas; Câr son bon compagnon saràt guidàr ses pâs". Màs sa fèna, jamés, jamés ren la console: Sa dolœr, en prègient, copâve ses paroles.