Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : noutros
20388

  • Francês : notres m.
  • Francês : nôtres m.
  • Italien : nostri agg. e pron.
  • Gramatica : adjêctif possèssif
  • Gramatica : pronom possèssif
  • Varianta : nôs
  • Varianta : noutros (Môr)
  • Varianta : noutros (SDu)
  • Varianta : noutros (Dfn)
  • Varianta : noutros (Pie)
  • Frâsa : De noutros devantiérs n'ens avu p'héretâjo, Des côrs francs, g·ènèrœx, fidèlos a noutra louè.
  • Frâsa : Lèssont prègiér l'Ôtrich∙e et mémo la Russie, Ceta lo polonês, cela l'italien; Per quinta libèrtât nos vôt-el l'Italie, Dèfendre de prègiér come noutros anciens?
  • Frâsa : Lo francês nos lo fôt; noutro drouèt lo demande; De noutros devantiérs n'ens la lengoua et la fouè. 'l ariant-ils sopatâ les tropes alemandes, Se jamés les canons 'ls ussont pregiê français?
  • Frâsa : – Cetos bougros iqué nœs siuvront bièn tant qu'a l'égllése. – Est-ce qu'ils vant nœs cornar les œrelyes tant qu'u bôrg? – Di donc! se nœs los y tombons sur le râblo? – Te ne vodrês pas… avouéc noutros èfèts des démènches.
  • Frâsa : Los Égouabèlencs? 'Ls ant tot lo temps prês noutros sous, lo demârs de la Sent-Llôdo, a la Sent-Martin et a la fêre d'oût, a nosôtros pouvro Saperins... Et les malotes de burro que totes les fènes d'Égouabèla agôtavont en fassent la trogne?
  • Frâsa : Refren Soflla lœ vent, la bisa! Noutros môrts pllœront diens l'Égllése Bon! Lœ vent et los môrts sè quèsieront Quand les pipètes revindront!
  • Frâsa : L'Èvèque, l'Intendant font de grandes largèsses, Pœr solagiér celos que la mâla fam prèsse. Icé je cèsserên de vos entretenir, Màs lâs! Noutros mâlhœrs ne sont pas tôs finis.
  • Frâsa : Les temps vivont ora tués les jorns, cachiês déns les pllàyes d'les paroles. L'histouèra des noutros vielys 'l est viva déns nos et 'l est pârt de nosôtros se barjaquens la noutra lengoua, est una maniéra de vivre, de cognetre les sentiments, de songiér, de relacionàr. Est l'orgoly de noutra cultura. Vôt dére: continuàr a ègzistre.
  • Frâsa : Nos lutens dens noutros rengs rèvolucionèros contre los entétâs de què les idâs siuvont pas lo ritmo des modificacions de la situacion objèctiva, cen que dens l'histouèra est/at manifèstâ-sè sot la fôrma de l'oportunismo de drêta.
  • Frâsa : Mas, de nos compagnons, un mouél comprendont pas oncora ceta tèoria. Se on lor demande d'yô vegnont lors idâs, opinions, poleteca, pllans, mètodes, concllusions, d'yô vegnont lors discors entèrménâbllos et lors longs articllos ils trôvont la quèstion ètrangiéra et sâvont què rèpondre. Et cés sôts por què la matiéra sè transforme en èsprit et l'èsprit en matiéra, fenomèno ordinèro de la via de châque jorn, réstont encomprèhensibllos por lors.
  • Frâsa : Il fôt donca ensègnér a noutros compagnons la tèoria matèrialista-dialècteca de la cognessença, afin qu'ils séssont s'orientàr dens lors idâs, fére des enquétes et des rechèrches et drèciér lor bilan de lor èxpèriença, qu'ils posséssont surmontàr les dificultâts, èvitàr tant que possibllo de cometre des èrrors, fére bien lor travâly, contribuàr avouéc totes lors fôrces a construire un grand et fôrt payis socialisto et a la fin édar/édiér les masses oprimâyes et èxplouètâyes du mondo en vua de l'acompllissement du nobllo devouèr entèrnacionalisto que nos encombe.
  • Frâsa : Vâldoten, vat pœr tè luire un jorn de bonhœr: Bientout n'alens sentir lo subllo du vapœr! Vêde-lo lé que vint travèrsent les montagnes De Bard, de Montjovèt et les bèles campagnes, Pœr tè portàr lo riz et d'ôtra marchandie, P'achetàr les danrês qu'abonde ton payis. Noutros bons campagnârds végnont de totes cârres, Tot côrt, s'empend, s'amasse a tôrn des gâres; Sont les/lé grôs marchands et petiôds marchandins; Cél-ce tire son sou, cél-lé sos marenguins; Sont lé tuéts les curiox que 'ls ant pas d'ôtro a fére, Tot sè dit entre sè: Jamés plles de misère!
  • Frâsa : Les grôs sè fant d'argent atot lœr endustria; Lo petiôd campagnârd, vendent checa per côp Cen que rend son travâly, sa bôna èconomia, On derêt pas, sè fét de jôlis sous! Fôt ben pœr son bosèt qu'un châcun bien s'entende. "Kadia, kel, cosa k'ala da vende?" N'ens de trifoles jônes atant que nen voléd Pœr dègrèssiér lo ventro ux monsiœrs piemontês; N'ens des peréts d'hivèrn et des pomes rênètes, Des véls grâs, des moutons bons pœr la boucherie, Des liévres, des chamôs et tant d'ôtres bétyètes Que bâs per lé vant sè fére rutir. quand doux payis vesin vivont come des fréres L'un a l'ôtro sè fant lo bien qu'on pôt sè fére: Lœr cuér fêt des solârs a tuéts noutros monsiœrs Et les sabôts d'Ayâs vat bâs chôciér les lœurs.
  • Frâsa : Lo chavagnon en brès, la bôna mènagiére S'en vat vendre bien chier lo frut de sa chôdiére. Son burro frèque et ses fromâjos grâs Fant franc envéy'! sont fêts p'étre agouétiês! Pœr sè dèdamagiér des pênes que sè balye Vat vendre, doux sous l'un, les ôfs de ses polalyes; Sè prend sucro, câfè... màs de céls-ce bonbons N'en saviant noutros vielys pas mémament lo nom; Lor fesiant via longe atot pan et fromâjo. Tot-un de cél câfè sè nen fét trop d'usâjo; Dês la plles grôssa dama u dèrriér savatin, Tot vôt pœr dèjonon la tâssa lo matin. Cél cllàr tot-un mè étot je l'âmo; Et se j'é l'êr de fére la leçon, O est qu'on derêt qu'on vint plles grâmo A fôrce de megiér de bon.
  • Frâsa : Ah! Se de cél pèchiê tes mans sè sont chinchiêes, Rend cela bétye a qui te l'âs des côps robâye." Màs lyé, lluen d'avêr dét: "Du bètion que te sens Un de noutros vesins m'en at fêt un present"; De llui sè moque quâsi, et, de rêson sortia, Lyé/llui reprôge lo bien qu'il at fêt dens sa via.
  • Frâsa : Checa aprés qu'el at vu son joueno garçon Gambàr, quâsi en pllorent, lo lendâr de mêson La mére s'est betâye a sè pllendre a Tobit... "Ah! porquè, desêt-el, mandàr tant que en Mèdie, Mandàr viâ lo bâton de noutros dèrriérs jorns, Afin de tere-pelàr, 'l est veré, des louidors? Màs llui sufisêt ben a son pére, a sa mére!
  • Frâsa : Lé tardèt la vèprâ, noutros doux voyagiors Entront chiéz Ragouèl que lor fét grant honœr, Et que cognessent pas quints doux cen possent étre Lor dit: "Je vodrê ben, biôs garçons, vos cognetre. - Nos sens de Nèftali, tribu du pœpllo juif Que pllôre, u jorn de houé, dens Ninive captif.
  • Frâsa : Enfin, ja lo denà sur la tâblla fumâve, Et lo vin dens la copa a lœrs uelys pètelyève. Ragouèl dit ux doux: "De noutros aprèstements Venédes vos sèrvir, sensa niœn compliment". Tobie lyé rèpond: "Je prendré pas ni vianda, Ni pan, ni vin chiéz vos, nan, tant qu'a ma demanda Vos èyâdes consenti. - Qu'arês-tu dèsirâ? - Je vodriô demandar voutra felye Sarra".
  • Frâsa : Dês inque Tobie part, vat dére a ses parents Coment llui sont venus, en cél jorn, tant de biens! "Cél garçon, llui dit-il, conductœr de Tobie, At fêt venir chiéz nos de grants biens de Mèdie... Venédes a ma mêson, fédes-mè cél pllèsir: Je vuel fére un denâ pœr tuéts noutros amis. Dês grant-temps de mon cœr la jouèx s'ére alâye, Et houé, come mon fely, la jouèx m'est retornâye."