Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : ses f.
21710

definicion : -

  • Francês : ses f.
  • Italien : sue agg.
  • Gramatica : adjêctif possèssif
  • Varianta : ses (Dfn)
  • Varianta : ses f. (Pie)
  • Varianta : ses f. (Bjl)
  • Frâsa : En les lètres blanches éret ècrita la senta "convèrsacions" u benêt fily Diô, laquâla fut tota blanche per sa très grant'inocence et per ses sentes ôvres.
  • Frâsa : L'ôtro prend u côlan un homo que labôre, Qu'en bien sè dèdendant 'n est quito pœr ses lâvres; Et un hardi bèrgiér que s'est prècôcionâ, Revint dus champs, sangllant, et sens mans et sens nâs.
  • Frâsa : Ço éront les lètres bllanches, en que ére-t èhcrita les convèrsacions u benêt fily Diô. Aprés quand avêt ben regardâ totes ses dèfôtes, ele sè perforçâve-t de l'emenar tant come elle povêt a ègzampllêro de la via de Jèsus-Crist.
  • Frâsa : Sè parle d'un temps et des vielys, pas pœr magon, mas pœr capir de yô arrévens, pœr cognetre qui que sens et fâr'-sè un'idêa de yô volens alàr. Una rêson pœr dére que travalyes et vivens a noutra mêson et pœr fâre cognetre et partagiér ses sentiments et ses èmocions que nos édont. Et vivens tués les jorns!
  • Frâsa : Ton bout ére pas cél de fére cognetre u mondo los sons de la lengoua de ton velâjo (chousa que entèrèsse solament ux dialèctologos), mas cél de fére cognetre u mondo les tienes idês (chouses que pôt-étre entèrèssont ux êtros humens) et de lo fére emplleyent ta lengoua. En dèfinitiva - t'avéve rèfllèchi - la Marguérita d'Oingt, quand nos at trasmês ses pouessients ècrits, voléve nos parlar de ses visions divines, pas de coment sonâve sa lengoua.
  • Frâsa : Dejâ depués long-temps la citât mâlherosa, Atendêt u levar l'ôrora pèrèssosa, Quand, pœr chaciér la nuet, u luè de ses colors, De pouer de mèchient êr ele prenét son lop;
  • Frâsa : Lo drapiér dègarnét totes ses ètagiéres, De mémo lo merciér, de mémo les lingiéres. Cél quite son pllan-pied, l'ôtro son magasin; Qui côrt chiéz son parent, qui vat chiéz son vesin;
  • Frâsa : Ce megnât il est un brèdoly, il rengie pas ses afâres.
  • Frâsa : Châcun devant chiéz sè cueve, netèye, lâve; Qui tire sos toniôs, qui fât vouedar ses câves. Se los grands per lors gens sè font complimentar, Celos du tièrs-ètat côront sè visitar:
  • Frâsa : Emmode sos enfants, sos garçons, ses sèrventes; Mais un novél souci l'enquiète et lo tormente: N'y at ren dens son amêd, ren a son râteliér. Los forns ni los molins ne pont pas travalyér:
  • Frâsa : Lo chapeliér gemét d'avêr pèrdu ses fôrmes; A lœr lo bolongiér sè juend et sè confôrme; De rpèarar son forn ne vâlt pas la pêna: Il at pèrdu son bouesc, son bllât, sa faréna.
  • Frâsa : Lo tèrralyér contrit ne sè dèmène gouéro, Sos pots sont tôs cassâs, ses botelye, sos vêrros; Lo sèliér fât sechiér ses vaches de Russie, Lo cordaniér, sos cuérs et sos véls qu'ont musi;
  • Frâsa : Entre les ôtres o lui fut sembllant que elle vêt Jèsus-Crist si très glloriox que côr ne porrêt pensar, qui éret vehtu de cela glloriosa roba qu'il prét lo très nôbllo côrps de Nouhtra-Dona. En ses très nôblles màns et en ses pieds aparéssant les gllorioses pllayes que il sofrit pœr amôr de nos. De cél glloriox pèrtués salyét una si très grand cllartât que ço éret un grand èbayiment assé come si tota la biotâ de la divinitât salyét per mè.
  • Frâsa : Et tot assé come les sents sè dèlèctont en vêr la biotât Noutron-Sègnor, sè dèduit noutro bon crèator en la biôtat et en l'amôr de ses bèles crèatures qu'il a fêt a sa émâge et a sa sembllence, assé come lo bon mêtre regârdet volontiér una bèla cârta, quand il l'a bien fêta.
  • Frâsa : A l'honor de Diœ et al "lôdemos" de son benêt nom, et a recognetre sa grant misèricôrde, et regraciér los glloriox dons de sa bontât, y étre plles ferventa a fére lo sèrvice de Noutron-Sègnor Jèsus-Crist et de la sin glloriosa Vièrgéna Mâre, humilment et dèvotament vuel ècrire a voutron èdifiment una partia de la honéta et senta et discrèta convèrsacion que céta èposa de Jèsus-Crist menàt en tèrra entre ses serors, dês l'âjo de XIII ans en sus.
  • Frâsa : Ele portâvet la brâsa tota viva en ses màns nues, si que lo cuér lui broulâvet tot et les pârmes. A tot ço non sentévet ren. Ele prenêt si grant disciplina que lo sang en corêt per totes les coutes.
  • Frâsa : En ceta grant dolor ele pensét que totes ses compagnes receviant lor Salvor et ele, a tâl jorn que el éret dègnêe venir et nêtre en cet mondo pœr noutra salut, no s'osâvet prèsumir pœr les grants ofenses que ele cudâvet avêt, sè propensét que ele recordrét a la grant misèricôrde de son dox crèator.
  • Frâsa : Ele vit coment la preyére de Noutra-Dona fêt abontar noutron bon crèator vers ses crèatures. Et vit cossi noutro pédox crèator reconciliét los pèchiors vers son glloriox pâre en demontrent sa glloriosa humanitât et en remembrent sos divèrs torments.
  • Frâsa : Màs dàmente que il désêt ses hores devant dénâr tot entôrn los sents côrps, il lor requerét que se eles volévont que un les portat en Permagni que eles féssont abèssiér la égoue en tâla maniére qui il la pouét passar sens pèril; ou se ço non, il les tornerét lé d'ont il les avêt trêt, quâr il non avêt de argent de que il puét sèjornar ni alar ôtra pârt.
  • Frâsa : Je vé lui arrèngiér ses aribotes.
  • Frâsa : Étre assurâ sur ses chambes.
  • Frâsa : En ègzempllo, de gens de l'èxtèrior sont vegnus en mission d'ètude a Yenan. Lo premiér jorn ou les doux premiérs jorns, ils ant vu la vela, sa topografia, ses rues et ses mêsons, ils sont entrâs en contact avouéc un mas de pèrsones, ils ant assistâs a des rècèpcions, velyês, meetings, ils ant acutâ divèrses entèrvencions, liesu divèrs documents; ils sont lé les coutiérs aparents et des aspècts isolâs des fenomènos, avouéc lors lièsons èxtèrnes. Ce degrê du procèssus de la cognessença sè nome lo degrê des sensacions et des reprèsentacions.
  • Frâsa : Pas-muens, s'on considère lo procèssus dens son dèvelopement, lo mouvement de la cognessença humèna fenét pas lé. Tot procèssus, qu'il seye naturèl ou sociâl, progrèsse et sè dèvelope en rêson de ses contradiccions et lutes entèrnes, et lo mouvement de la cognessença humèna dêt ègalament progrèssiér et sè dèvelopàr en consèquença.
  • Frâsa : Lo chavagnon en brès, la bôna mènagiére S'en vat vendre bien chier lo frut de sa chôdiére. Son burro frèque et ses fromâjos grâs Fant franc envéy'! sont fêts p'étre agouétiês! Pœr sè dèdamagiér des pênes que sè balye Vat vendre, doux sous l'un, les ôfs de ses polalyes; Sè prend sucro, câfè... màs de céls-ce bonbons N'en saviant noutros vielys pas mémament lo nom; Lor fesiant via longe atot pan et fromâjo. Tot-un de cél câfè sè nen fét trop d'usâjo; Dês la plles grôssa dama u dèrriér savatin, Tot vôt pœr dèjonon la tâssa lo matin. Cél cllàr tot-un mè étot je l'âmo; Et se j'é l'êr de fére la leçon, O est qu'on derêt qu'on vint plles grâmo A fôrce de megiér de bon.
  • Frâsa : Lé, la grâssa des "Frà" sè bète pœr de bon; L'ôtra fét cen que pôt pœr dére sa rêson (=pœr lyé tenir téta). Tot lo parti du Brœly trevole ja de crente; Màs, lœr Morin tot-setout de ses côrnes pouegnentes,
  • Frâsa : Vendre ses armalyes. Acudir les armalyes.
  • Frâsa : Lo pâpa 'l empond sa famelye, Tot 'l est règllâ dens sa mêson; Seyér lo fen vant ses garçons; Et miére lo bllât vant ses felyes.
  • Frâsa : Tobit, mâlgrât cen, pregnent bien ses mesures, Comptâve tuéts sos jorns p(er) un mouél de sèpultures. Cél rê, qu'il aviêt sêf du sang et de l'argent, Condane a môrt Tobit, et llui/lyé prend tot son bien.
  • Frâsa : Vat envitàr ses gens, et ben que s'en revint Vêt un côrp sensa via a travèrs du chemin. Il galope a mêson, et lo dit a son pére: Lé, son pâpa tot setout sât cen qu'il at a fére: Il sè lève de tâblla, et dit: "Lé, pèrmission!" Et vat querir cél môrt, l'aduit a sa mêson;
  • Frâsa : Quand n'avians llui chiéz nos, n'avians noutro trèsor. Llui, cé, ére ma via, et llui viâ est ma môrt. Lllui, cé, nos valyêt mielx que totes les rechèces; 'L étêt noutro bâton pedent noutra vielyèce. - Lo garçon revindràt, Ana, troblla-tè pas; Câr son bon compagnon saràt guidàr ses pâs". Màs sa fèna, jamés, jamés ren la console: Sa dolœr, en prègient, copâve ses paroles.
  • Frâsa : La rosâ bllètéssêt ses botes.