Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : volêr
23245

  • Francês : vouloir
  • Italien : volere
  • Gramatica : vèrbo 3 a [-êr : devêr]
  • Gramatica : vèrbo irrèguliér 3
  • Varianta : volêr (Pie)
  • Varianta : volêr (Dfn)
  • Frâsa : L'égoue de Sent Jian, Ôte lo pan; La ploge de Sent Lôrent, Arreve justo a temps; Mas a Sent Bartelomél, Nion nen vôt més.
  • Frâsa : En volent chèrchiér les feyes, lo feyérox est alâ s'empotèrrar (sè dèpèrdre) en-hôt per los sèx.
  • Frâsa : Màs d'onte donc qu'il vint de nêtre, Voutron Mêtre? Nos y voléd-vœs ensègnér? Se fôt passar l'Amèrique, Ou l'Afrique, Nos s'embarcons tôs nus pieds.
  • Frâsa : Je vôl tè parlar.
  • Frâsa : Menar le tracassin? Màs te n'y pènses pas! La Benouèta est ma vêsena; te ne vodrês pas que je mè brôlyo avouéc sè?
  • Frâsa : Vôs-tu étar fèrmo !
  • Frâsa : Le grôs pas fin de Pierro a Cuseniér uvrét sa bèca: "Nan, il est pas cen. Il est que je vôl bêre un côp, mè."
  • Frâsa : "Nan, marci bièn. Je vôl vêr ont que je pôso los pieds, quànd je marchieré. Mas vœs n'avéd payê que la mêtiêt de voutron passâjo.
  • Frâsa : Le Jœsèf l'èmbraciét. Ceta-qué lui desét tœt docement a l'œrelye: "Di! fà atèncion, se tè plét, a ceto grôs bredin de Pierro. Je ne vôl pas qu'il m'acouende avouéc ses grôsses pates.
  • Frâsa : – Cetos bougros iqué nœs siuvront bièn tant qu'a l'égllése. – Est-ce qu'ils vant nœs cornar les œrelyes tant qu'u bôrg? – Di donc! se nœs los y tombons sur le râblo? – Te ne vodrês pas… avouéc noutros èfèts des démènches.
  • Frâsa : Ceta-qué n'en menêt pas lârjo; ele bèssiét la téta et sos uelys pelyonéront come se ele alêt plœrar. El étêt gonflla. Le mariâ, que regardêt sa mia du couen de l'uely, s'en apèrcevét. El ut un côp u cœr. Il parlét un pou hiôt: "Què qu'il vœs fôt de més? Y at-il quàrqu'yon que vuelyont un ôtro vêrro de vin?"
  • Frâsa : *** Et l’orgolh de notra coultuřa. Vout diře de countinué a ezistre.
  • Frâsa : Lo premiér an, lo gramon dit u laborœr: trè-mè, se te vôs; lo second lui dit; trè-mè se te pôs; lo trêsiémo: tè fôt la cobla des bôfs.
  • Frâsa : Quand veneit lo matin, illi commencavet a pensar coment li beneyz fiuz Deu volit descendre en la miseri de ce mont, et prendre nostra humanita e ajotar a sa deita, en tal maneri que l'on puet dire que Deus qui eret immortauz fut mors per nos.
  • Frâsa : Et pués (el) pensâve coment il volut étre pèrsècutâ tojorn.
  • Frâsa : Qui il vôt il pôt.
  • Frâsa : Il sât cen qu'il vôt.
  • Frâsa : O est de quél menât, dont lo vacabondâjo Est sovent lo sujèt de quârque bavardâjo, Que vuel dére doux mots, portant, sens mè ch•ocar; O n'y at por per dèrriér que sant mè provocar,
  • Frâsa : Et qu'à l'hora d'enqu'houé vodriant sur ma conduite Barfoliér châque jorn et nen règllar la suite. Màs ils sont trop bornâs por mè dictar des louès, Surtot quand o s'ag•it d'ècrire lo patouès.
  • Frâsa : Dens cet que je dio qué, ne fôt pas sè mèprendre, Gorlanchiérs, mos amis, vôlo pas y comprendre Un grand nombro de gens qu'habitont dens l'endrêt, Et que seriant fâchiês de fére un pâssa-drêt.
  • Frâsa : Pecor vegnêt avouéc granda hardièsse, Por fâre vér qu'il avêt de l'adrèce, Il voléve la pôrta pètardar, Il est iqué yô il fut ben atrapâ.
  • Frâsa : Il voléve fâre de tâla sôrta, Qu'arêt volu tota èfondrar la pôrta, Et l'arêt mêsa per brelôdes et bocons, Pués fâre alar tot drêt dessus le pont.
  • Frâsa : "Te ne sâs pas: y at ben de la besogne: Ils sont trèze qu'aront de la vèrgogne. Il los fôt tôs pendre et ètrangllar; Dèpachie-tè, que je m'en vôl alar."
  • Frâsa : Vos aviâds dét per devant son Altèsse Que vos n'ariâds (ni) pediêt ni tendrèsse, Que vos voliâds tuar grands et petits, Nos ètrangllar et fâre tôs morir.
  • Frâsa : Y en avêt yon qu'il avêt bârba rossa, Que fit quâsi rire tota la tropa; Il deséve qu'il ne voléve pas Per un valèt, étre tant hiôt montâ.
  • Frâsa : Souessanta-sèpt tétes ils ont lèssiê(es), Que le borriô a copâ(yes) et trenchiê(es), Por les butar sur doux u três chevrons, Por les montrar a celos que vœdront.
  • Frâsa : Per sos enfants il at de la tendrèsse, A ben volu sè butar a la brèche Et renvèrsar los ènemis mordents Que vegnévont fâre los arrogants.
  • Frâsa : Ben butâ. Ben vu. Ben tornâ. Ben sèrvi. Ben volu.
  • Frâsa : Quand ben ne vos chôt ren de les gens de ma sôrta, Je vodrên ben povêr fâre uvrir voutra pôrta, Entrar chiéz vos, Monsiœr, vos levar mon chapél, Vos rendre mos devêrs, vos ofrir mos rèspècts.
  • Frâsa : Et qu'amusont pas-muens les jouenes ricandèles Que vodriant tojorn vêr de babiôles novèles. Grossiér ! mè deréd-vos, fôdrêt parlar françouès? — Il ne mè revint pas si bien que lo patouès,
  • Frâsa : A Grenobllo, surtot, los pllèsirs comenciêvont, Lo bon temps revegnêt, los bits s'aprivouèsiêvont; Les gens de qualétât payêvont los marchands; Se vos voliâd de sous, vos 'n aviâd sur-lo-champ;
  • Frâsa : Je cognesso ton mâl, te vodrês tojorn rire; Lo temps passâ n'est plles, n'est pas de jouye que vire. Quint dèsôdre, grand Diœ! qui porrêt l'èxprimar? Homœ portant chapél vèrrat-il tant de mâl?
  • Frâsa : La pârt portanta du lévro est la lengoua, ècrire vôt dére mantenir-la, consèrvàr-la et déns les pâgines que "trovâd" la traduccion italiâna lyé pèrd la fôrça, volyiô "anque" montràr quârque-ren mas mè rendo conte que en italian su pas bon a ècrire, alor pœr fôrça fôt liére en jalyonês.
  • Frâsa : Volêr s'enmèllàr de tot.
  • Sinonimo : volyêr