Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : voutron, voutra, voutros, voutres
23301

definicion : adj.

  • Francês : votre, votre, vos, vos
  • Italien : vostro, vostra, vostri, vostre agg.poss.
  • Gramatica : adjêctif possèssif
  • Varianta : vouhtron, vouhtra, vouhtros, vouhtres
  • Varianta : voutro, voutra, voutros, voutres
  • Varianta : vouhtro, vouhtra, vouhtros, vouhtres (Pie)
  • Varianta : voutro, voutra, voutros, voutres (Pie)
  • Varianta : voutron, voutra, voutros, voutres (Frz)
  • Varianta : voutron, voutra, voutros, voutres (GE)
  • Varianta : voutron, voutra, voutros, voutres (Dfn)
  • Varianta : voutron, voutra, voutros, voutres (Bjl)
  • Frâsa : Màs d'onte donc qu'il vint de nêtre, Voutron Mêtre? Nos y voléd-vœs ensègnér? Se fôt passar l'Amèrique, Ou l'Afrique, Nos s'embarcons tôs nus pieds.
  • Frâsa : "Docement, docement" rèplicat le Jian; "il est bon voutron vin".
  • Frâsa : "Nan, marci bièn. Je vôl vêr ont'que je pôso los pieds, quànd je marchieré. Màs vœs n'avéd payê que la mêtiêt de voutron passâjo.
  • Frâsa : V'éd por tot chôd doves bétyètes Que sofllont contre voutros pieds, Et de doux bocons de fascètes Pourament v'éte emmalyotâ.
  • Frâsa : Ni ne prètendo pas lyor fére des satires: O est por vos galar que j’èssèyo d’ècrire, Por la gorlancherie su voutron g•ènèrâl, Trètâds-mè, s’o vos pllét, de franc orig•inâl;
  • Frâsa : Y avêt huét jœrns que dediens cela vela, Un prèsident de Chambèri la bèla, Fassêt sembllent de rafrèchir l'union, Il vint tramar voutra grand tràyison.
  • Frâsa : Que derat-il, voutron Duc de Savouè? Il môderat lo bèluârd de l'Ôye; Je crèyo ben qu'il morerat de regrèt De vos vér tôs pendus a un gibèt.
  • Frâsa : Quand ben ne vos chôt ren de les gens de ma sôrta, Je vodrên ben povêr fâre uvrir voutra pôrta, Entrar chiéz vos, Monsiœr, vos levar mon chapél, Vos rendre mos devêrs, vos ofrir mos rèspècts.
  • Frâsa : Jèsuites, Pènitents, Parouèsses, Sèminèro, Vos avéd ressenti cél mâlhœr populèro, Minimes qu'ute pouer non sens justa rêson, Ne serat sèc d'un an dens voutres doux mêsons,
  • Frâsa : En jouye et en santât Diœ volye los conduire! Quand ben j'en "aie" prod dét, nen réste bien a dére. Màs pœr ora, Monsiœr, je su voutron vâlèt, Ma Musèta s'endôrt: je velyo tot solèt.
  • Frâsa : A l'honor de Diœ et al "lôdemos" de son benêt nom, et a recognetre sa grant misèricôrde, et regraciér los glloriox dons de sa bontât, y étre plles ferventa a fére lo sèrvice de Noutron-Sègnor Jèsus-Crist et de la sin glloriosa Vièrgéna Mâre, humilment et dèvotament vuel ècrire a voutron èdifiment una partia de la honéta et senta et discrèta convèrsacion que céta èposa de Jèsus-Crist menàt en tèrra entre ses serors, dês l'âjo de XIII ans en sus.
  • Frâsa : Entre les ôtres ele dit: "O très chier Sègnor, mon veré Diœ et mon bon crèator, jo requero a la très provonda misèricôrde de voutra dêtât et a la très pidosa chàritât de voutra pouessienta humanitât que, pués que o est voutra volontât que jo més vivo que a vos pllèset que vos mè DONEIS la sandât d'ârma et de corps et surtot de la maladie de ma téta, si que tojorn pouesso étre en grâce et en pèrsèvèrence de voutro sèrvice fére dèvotament, tant quant a voutra bontât pllérat que je vivo".
  • Frâsa : En ço que ele éret en si grant dèsir de fére a lui alcuna petita preyére, il viriét mout pedosament son dox regârd vers lyé et dit lui: "O ma très chiere filye et èposa, venéd avant et ne dôtâd ren, màs regardâd voutron veré crèator et cognesséd voutron Salvor.
  • Frâsa : Et considerâd a grant diligence sur ço que vos vèrréd de les gries dolors et torments que sofrét voutro bon crèator lo veré Fily de Diœ pœr voutra salut et pœr la salut del humen légnâjo; en considèrent la verétât de ceta chousa vos troveréd plles que vos ne povéd ne savéd dèsirar".
  • Frâsa : Adonc ele rèpondét: "Ah! mon veré Diœ et mon veré Salvor, sens voutra grâce porriê pensar ni considèrar si profondament quant voutra parola sonet".
  • Frâsa : Voutron pâre est èn tren de fagœtàr? Nan, il est alyœr.
  • Frâsa : "Hèlâs! contre lo cièl et contre vos, mon pére, Desêt-il, j'é pèchiê; ô mâlhœr! ô misère! Je mereto pas més d'entràr desot cél têt, Pas mémo pœr sèrvir voutro dèrriér vâlèt. - Tin les cllâfs de l'archon, tes bagues sont plleyêyes; Va betàr tes habits, tes vèrgètes dorâyes. Tot cen que s'est passâ, mè je l'oublio tot; Des rechèces que j'é, t'arés ta pârt étot.
  • Frâsa : Monsiœr. Come les compliments sâvont pas tuéts les fére, Je penso houé de prendre un chemin bien plles cœrt, Et vos dére en doux mots: pœr mè v'éte un bon pére; Je vos âmo de tot mon cœr. Sur voutra bâblla prod garnia Féde checa pllace a cét pan. 'L est pas bien grôs, féde èconomia, Que n'èyâd encor dens cinquant'ans.
  • Frâsa : Aguèta: "Je vodriô vos dére una chousa:" Magotono: "Et doves se vos fét pllèsir!" Aguèta: "Ma polalye, 'l y at pas pousa, Arêt fêt l'ôf dens voutro nid."
  • Frâsa : ... 'N ariant ben meretâ mile côps davantâjo ... Ah! Veriédes pas viâ de mè voutro vesâjo. Je recêvo des mins afronts pœr grants-marcis; Les jorns mè sembllont longs a l'ètat que je su. Fédes que de mes pièds niœn vèye més la trêna; Et que de mes pèchiês crêsse pas més la chêna".
  • Frâsa : Tobie, en sortent, trôve un garçon de son âjo, Que sembllâve ja prèsto a fére un long voyâjo. Màs lluen d'étre un garçon o étêt l'ange Rafaèl Mandâ p'acompagnér les enfants d'Israèl. Lé, treyent son bèrrèt, lo joueno Tobie Llui/Lyé dit: "Lo sâde-vos lo chemin de Mèdie? - Je l'é fêt tant de côps; dens Ragès mémament J'é trovâ Gabelus, un de voutros parents".
  • Frâsa : Lo garçon, u galop, entre et dit a son pére: "Devant chiéz nos sè trôve un de noutros confréres, Que sarêt mè guidàr lo long de mon chemin... - Va, dit lo [crêssient], fé-lo venir dedens." L'ange entre et dit: "Bonjorn! Tobit, homo! corâjo! Que la guêtât tojorn seye voutro partâjo!
  • Frâsa : - Ben-lèf chiéz Ragouèl un de voutros parents; Et se des côps te penses ux vielys jorns de ta via, Cél-lé at una felye et brâva et dègôrdia, Lyé est felye solèta et tè, garçon solèt; En bél, se te la prends, tot son bien tè vindràt.
  • Frâsa : - Sentent voutro propôs, je trevolo de pouére! Je m'ètono que vos v'èyâd pas sentu dére Qu'el at ja prês sèpt homos, et que lo premiér jorn, Lo matin, contre lyé, les ant tuéts trovâs môrts: Et cen qu'o y at lé de pas trop agrèâbllo, 'Ls ant tuéts étâs ètrangllâs, ant-ils dét (=at-on dét), per lo diâbllo!
  • Frâsa : Enfin, ja lo denà sur la tâblla fumâve, Et lo vin dens la copa a lœrs uelys pètelyève. Ragouèl dit ux doux: "De noutros aprèstements Venédes vos sèrvir, sensa niœn compliment". Tobie lyé rèpond: "Je prendré pas ni vianda, Ni pan, ni vin chiéz vos, nan, tant qu'a ma demanda Vos èyâdes consenti. - Qu'arês-tu dèsirâ? - Je vodriô demandar voutra felye Sarra".
  • Frâsa : Ragouèl, a cél mot, sent un freçon, trevole, Et son ètonement arrète ses paroles. Il crend que son cusin, hèlâs! fusse pués môrt, Come les ôtres sèpt, bèle lo premiér jorn. L'Ange les tranquilise: "Et pœr voutro avantâjo Balyédes-lyé, dit-il, voutra felye en mariâjo A cél garçon que vit dens la crente de Diœ, Et vos vèrrédes, dês houé, rèssuyér voutros uelys."
  • Frâsa : Lo papa per-defôra un jorn s'envaleyêve, Et vêt que dens sa cort un mouél de bétyes entrâve; O étêt un bètun de vaches et de biôs moutons grâs; Des fèyes, des agnéls et des caméls chargiês; Et grant nombro de gens que mènont l'èquipâjo. Lyé dit, lo vielyo Tobit: "Ariô-jo l'avantâjo De savêr voutro nom et voutra parentâ?" Una jouena vint et dit: "Je su Sarra". Lé lo pâpa l'embrace et lyé fét politèsse, Et recêt, tot agoèt, la felye et ses rechèces.
  • Frâsa : L'Ange, sentent prègiér de cela rècompensa, Lyés dét: "De voutros biens mè je résto prod sensa! Benédes lo Bon Diœ de tuéts céls-ce bienfêts; Je su que l'entrument du bien que vos at fêt. Du cièl Llui at sentu totes voutres preyéres, Et vos at vu passàr, sovent, des nuets entiéres, A cachiér, dens des tombes, un grant nombro de môrts, Que voutra compassion recuelyêye de jorn.
  • Frâsa : Il vos at vus jœnàr, 'l at vu voutra man drête Èpatàr tuéts les fruits de voutre recuelyètes. Et se vos at mandâ doux-três jorn d'affliccion, Vos at ètot balyê de grants consolacions! Mon bon Tobie, o fôt que houé je vos quiteyo; O fôt que devant Diœ tot setout je mè troveyo, Afin de l'adoràr continuèlament! Je su l'Ange Rafaèl! Portâdes-vos tuéts bien!