Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : sos/ses m.
23338

definicion : -

  • Francês : ses m.
  • Italien : suoi agg.
  • Gramatica : adjêctif possèssif
  • Varianta : sos (GE)
  • Varianta : ses (Bjl)
  • Varianta : sos (Bjl)
  • Varianta : ses m. (Pie)
  • Varianta : sos (Dfn)
  • Frâsa : La Sante Vièrge, sa mére, Sen ren dére, Le contemple a genolys; Sant Josèf réste de pouenta, Les mans juentes, Doves grôsses lârmes a sos uelys.
  • Frâsa : L'âno avouéc sa grôssa téta, Fét la féta; Sa babèta èchànd sos pieds; De l'ôtro coutâ la vache, A l'atache, Ronge sur sos dêgts qu'ant frêd.
  • Frâsa : Ceta crèatura, per la grâce de Noutron-Sègnor, avêt ècrit en son côr la sente via que Diô Jèsus-Crist menét en tèrra et sos bons ègzemplos et sa bôna doctrina.
  • Frâsa : Dens la sociètât sensa cllâsses, châque endividu, en tant que membro de ceta sociètât, unét sos èfôrts a ces des ôtros membros, entre avouéc lor dens des rapôrts de produccion dètèrminâs et sè done a l'activitât de produccion en viua de rèsôdre los problemos rèlatifs a la via matèrièla des homos.
  • Frâsa : Per sos enfants il at de la tendrèsse, A ben volu sè butar a la brèche Et renvèrsar los ènemis mordents Que vegnévont fâre los arrogants.
  • Frâsa : Ol mè semblle que jo vos é aoui dére que quant vos avéds aoui ràcontar alcuna grâce que Nouhtron-Siro at fêt a alcuns de ses amis, que vos en valye mielx grant-temps.
  • Frâsa : Sè parle d'un temps et des vielys, pas pœr magon, mas pœr capir de yô arrévens, pœr cognetre qui que sens et fâr'-sè un'idêa de yô volens alàr. Una rêson pœr dére que travalyes et vivens a noutra mêson et pœr fâre cognetre et partagiér ses sentiments et ses èmocions que nos édont. Et vivens tués les jorns!
  • Frâsa : La mâre dens sos bras empôrte sa marmalye; L'ènfant tot ètordi prend son pâre en carcalye; L'un chârge sa seror, l'ôtro sa cuséna, L'un doux de ses filyes, un ôtro sa fèna.
  • Frâsa : Châcun devant chiéz sè cueve, netèye, lâve; Qui tire sos toniôs, qui fât vouedar ses câves. Se los grands per lors gens sè font complimentar, Celos du tièrs-ètat côront sè visitar:
  • Frâsa : L'un vat vêr sos parents, sos gendros, sos biôs-fréres; L'ôtro sos crèanciérs, sos amis, sos confréres; Cél vat chiéz son patron, cél chiéz son dèbitœr, Et la bigota côrt chèrchiér son dirèctœr.
  • Frâsa : Emmode sos enfants, sos garçons, ses sèrventes; Mais un novél souci l'enquiète et lo tormente: N'y at ren dens son amêd, ren a son râteliér. Los forns ni los molins ne pont pas travalyér:
  • Frâsa : Solevent son pllanchiér de mémo que de liéjo, Renvèrsét son burô, sos armouèros, sos sièjos; Et dens l'afrox sèjorn yô règne Bigilyon, Los criminèls molyês sortéront des crotons.
  • Frâsa : L'ôtra criet en pllorent: n'en déte ren, comâre, Mon homo ne sât pas que j'en faséso fâre. Iqué lo sarraliér dèroulye sos outils, Ilé lo gargotiér dètèrre son pontél;
  • Frâsa : Veyéd cél tenturiér, la fumiére l'ètofe, Fôt de tôs sos marchands repllongiér les ètofes; Icé lo bonetiér relâve sos bonèts, Ilé lo menusiér trove son chantiér nèt;
  • Frâsa : Lo tèrralyér contrit ne sè dèmène gouéro, Sos pots sont tôs cassâs, ses botelye, sos vêrros; Lo sèliér fât sechiér ses vaches de Russie, Lo cordaniér, sos cuérs et sos véls qu'ont musi;
  • Frâsa : Or pensâds que en lui y at d'ôtros biens avouéc ceti. Il est très-totes chouses que l'on pôt pensar ne dèsirar en tôs sos sents. Et qu'o est la ècritura qui éret ècrita en lo premiér fèrmél du lévro yô avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus".
  • Frâsa : Lo second fèrmél del lévro avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sactis suis". Diœ est mèravilyox en sos sents. O non est corps d'homo qui pouet pensar come Diœ est mèravilyox en sos sents.
  • Frâsa : Diœ est très fôrt et très pouessient et per ço il at donâ a sos amis si grant pouessience et si grant fôrce que ils pont quand que ils vôlont: se ils avant volontât de levar tot lo mondo al petit dêgt ils lo porriant fâre legiérament.
  • Frâsa : Jèsus-Crist est tot franc et pœr cen il at fêt sos amis tant francs et si subtils et si transparents que ils pont entrar et èxir a pôrtes cllôses sens negun empagement, assé come Jèsus.Crist fesêt aprés la rèsurrèccion.
  • Frâsa : Diœ est empassibllo et no pôt avêr nula enfirmitât en sè et per ço il at donâ si grant santât a sos amis que no porront jamés avêr maladies, ni étre pesent ni gravâ, ni en ârma ni en côrps.
  • Frâsa : Certes jo crê metrêt ben son côr en la très grant biotât Noutron-Sègnor et coment il aparêt glloriox en sos sents, cel derêt bien que ço érant drêtes mèrvelyes, et crê que o lo convindrêt a dèfalyir, èh bien porrêt dére que Diœ lor avêt ben rendu ço que il lor promèt per lo profèto David: "Ego dixi, dii estis". Câr o serat sembllant a châcun que il sêtt un petit diœ, câr ils seront ses filys et ses hêrs.
  • Frâsa : Adonc veriét la glloriosa Dona son pidox et son dox regârd mout amâbllament vers lyé et dit lyé: "Très chiera filye, aye pouer ni neguna dotence, câr jo, ço dit-ele, su mâre del rê tot pouessient CUI tu és èposa, et su mâre de misèricôrde et en cel povêr et en cela misèricôrde, je preno l'ârma et lo côrps de tè en ma gouârda et en ma dèfenssion; et tè gouarderé et dèfendré del povêr del diâbllo et de sos engins".
  • Frâsa : Una ôtra vês avençiêt que uns frâres que ele avêt fut de guèrra. Per la grant pediêt que ele en ut de la grant prêson de lui, ele sè mét en grant orêson et en grant aflliccion vers Noutron-Sègnor qui lo son frâre volyésse dèlivrar de les mans de sos ènemis.
  • Frâsa : Adonc ele a mout grant timor lui fit mout de preyéres de pllusiors chouses, lesquâles il lyé otreyét mout bènigament. Entre les ôtre chouses lo preyét que a sa grant misèricôrde volyésse pllére qui al son frâre volyésse dèlivrar de les mans de sos ènemis, et il lyé otreyét très-tot. Et tantout qui el lyé ut cet dèrriér OTREY fêt, tot ço que ele vêt lyé èvanét devant los uelys.
  • Frâsa : Nos non trovens pas que ele volét onques de ceta vision rèvèlar ôtres chouses mâques, tant que de celes très hôtes et secrètes dèmonstrances que Noutron-Siro lyé dèmostràt la compagnie de sos glloriox sents, ele non o porrêt rècontar ni comprendre.
  • Frâsa : Et dês que ele ut rendu grâces avouéc lo covent, en tant que hora nôna sonàt, ele étiêt en mout grant contemplacion, et tant que noutron bon crèator lui mostràt ôtra vês mout de sos secrèts en vision si doce et si dèlèctâblla que ele porrêt ben dére ensé come lo dit sent Pol: "Quod oculus non vidit nec audivit et cetera".
  • Frâsa : Sos frâres; sos ânos.
  • Frâsa : Il est sos aféres.
  • Frâsa : Sos uelys fesant de cetes alumâs.
  • Frâsa : Alumâr sos uely.
  • Frâsa : Il at fêt una amodeyê de tœs sos prâts.
  • Frâsa : Il m'at amusiê avouéc sos contos.
  • Frâsa : Il at fêt sos arrèngemènts.
  • Frâsa : Ele est venua avouéc tôs sos afutiôs.
  • Frâsa : Nos lo rèpètens: la cognessença logeca est divèrsa de la cognessença sensiblla, porquè ceta embraçe des aspècts isolâs des chouses, des fenomènos, lors coutiérs aparents, lors lièsons èxtèrnes, adonc que la cognessença logeca, en fesent un grant pâs en devant, embraçe les chouses et les fenomènos en entiér, lor èssença et lor lièson entèrna, s'èleve tant qu'a la misa en èvidença des contradiccions entèrnes du mondo que nos encèrclle et, a travèrs ço mémo, est capâblla de comprendre lo dèvelopament de ce mondo dens sa complètuda, dens la lièson entèrna de tués sos aspècts.
  • Frâsa : Il est por cen que los "mè-sâvo-tot" sont ridiculos. Y at un viely provèrbo ch·inês: "Sensa entràr dens la cacha de la tigra, coment acapàr sos petiôts?"
  • Frâsa : Màs cét encontinent lyé aprèste tâblla d'hôto, Avouéc una grêla de piérres, de côps d'arpions et de copa-fen. Desot cela tempéta, lo consul et sos apôtros 'ls ant DU/DIU fotre lo camp "tambour batent".
  • Frâsa : Lo chavagnon en brès, la bôna mènagiére S'en vat vendre bien chier lo frut de sa chôdiére. Son burro frèque et ses fromâjos grâs Fant franc envéy'! sont fêts p'étre agouétiês! Pœr sè dèdamagiér des pênes que sè balye Vat vendre, doux sous l'un, les ôfs de ses polalyes; Sè prend sucro, câfè... màs de céls-ce bonbons N'en saviant noutros vielys pas mémament lo nom; Lor fesiant via longe atot pan et fromâjo. Tot-un de cél câfè sè nen fét trop d'usâjo; Dês la plles grôssa dama u dèrriér savatin, Tot vôt pœr dèjonon la tâssa lo matin. Cél cllàr tot-un mè étot je l'âmo; Et se j'é l'êr de fére la leçon, O est qu'on derêt qu'on vint plles grâmo A fôrce de megiér de bon.
  • Frâsa : La cagne balye quecàr a ses bétyons.
  • Frâsa : Et cél jôli trin-trin de l'or et de l'argent Sonerat-il tojorn? Pœr mè n'en sé ren. Dens les crouyes compagnies, yô son cœr lo trênâve, 'L at mengiê, dens huét jorns, tot cen que possèdâve; Sè trovant sensa argent, vend fin que ses habits, Vat demandàr son pan pensent a son payis.
  • Frâsa : En atendent, chiéz nos, tot vat de mâl en pire: Noutro Coléjo arreve a ses dèrriérs abouès… Vâldoten, tes mâlhœrs, u moment que t'èxpires, A tes riére-nevots conta-les en francês!
  • Frâsa : Et ses uelys 'ls ant siusi dament que l'ls ant possu, Cela ôtra que s'en vat "mochiêe" d'avêr pèrdu. Les "Frà" sont mècontents d'avêr pèrdu lœr rêna; Lo Brœly bouce des mans; n'en valyêt ben la pêna.
  • Frâsa : Sembllâve que ses uelys 'ls ussont de fuè dedens, Et que per ses doux nâs nen sortésse lo fom! Lo mondo atôrn de lœr, tot côrt, s'empend, s'amasse, 'Ls ant tuéts les uelys fixâ dessus les doves vaches.
  • Frâsa : Lo pâpa 'l empond sa famelye, Tot 'l est règllâ dens sa mêson; Seyér lo fen vant ses garçons; Et miére lo bllât vant ses felyes.
  • Frâsa : Qui 'l at fêt come la fromia, 'L at de roba dens sa mêson; Pôt assembllàr ses compagnons Contre sa tena bien empllia.
  • Frâsa : Lo sent homo Tobit, a Nèftali nèssu, De sos rechos parents, surtot per lœrs vèrtus, 'L at tojorn avu souen de gouardàr l'héretâjo, Et 'l at su, come lœr, nen fére bon usâjo.
  • Frâsa : Llui s'est jamés corbâ p'adoràr lo vél d'or, Màs dens Jèrusalêm adorâve tojorn Lo veretâbllo Diô que sèrvéssiant sos péres, Et balyêve l'armôna ux gens dens la misère.
  • Frâsa : Il s'en vat consolàr sos amis, sos parents, Et partage entre lœr, tot cen qu'il at d'argent; Balye viâ des habits, il conselye sos fréres, Et de l'âma et du côrp solage les misères.
  • Frâsa : Tobit, mâlgrât cen, pregnent bien ses mesures, Comptâve tuéts sos jorns p(er) un mouél de sèpultures. Cél rê, qu'il aviêt sêf du sang et de l'argent, Condane a môrt Tobit, et llui/lyé prend tot son bien.
  • Frâsa : Et pués, tot legrement, reprend sa pllace a tâblla. Màs, nion pas de trovàr sa bôna accion louâblla, ses parents lyé/llui desiant: "Fôt-o que pœr des môrts, En dèpllèsent u rê, t'èxpôseyes tes jorns?" Màs, pœr pllére u Bon Diô, Tobit continue A recuelyir les Juifs frêds et rêds per les rues.
  • Frâsa : Préye bien lo bon Diœ pœr tè, pœr tes parents. Que d'orguely, dens ton cœr, n'entreye jamés ren. Pôrta jamés la man sur lo bien de tes fréres. Fà l'ârmona selon que te la porrés fére. Rend tojorn grâce a Diœ du mâl come du bien, Et siu lo drêt chemin de ses comandements. Prend-tè gouârda d'alàr per les crouyes compagnies; Câr avouéc les mèchients, lo bon mémo s'oubllie.
  • Frâsa : Quand n'avians llui chiéz nos, n'avians noutro trèsor. Llui, cé, ére ma via, et llui viâ est ma môrt. Lllui, cé, nos valyêt mielx que totes les rechèces; 'L étêt noutro bâton pedent noutra vielyèce. - Lo garçon revindràt, Ana, troblla-tè pas; Câr son bon compagnon saràt guidàr ses pâs". Màs sa fèna, jamés, jamés ren la console: Sa dolœr, en prègient, copâve ses paroles.
  • Frâsa : Enfin un biô matin, justo u solely levent, Ana de son cruchèt, vêt Tobie de lluen! El galope a mêson p'anonciér sa venua. Aprés lyé, le chin entre et fouète de sa cœva, En verondant atôrn les chambes du crêssient, Sôt sur ses genolys, et lyé lèche les mans, Come pœr l'avèrtir que son garçon Tobie Et son bon compagnon revegnont de Mèdie.
  • Frâsa : P'avanciér lo pllèsir d'embraciér son garçon Lo bon crêssient sè dèrt, vôt sortir de mêson. Tobie arreve adonc... Son pâpa en tâtonent Lo sârre entre ses bèrs, màs prègiér possêt ren! Tegnêt, en cél moment, un tot ôtro lengâjo: Il molyêve, en pllorent, de son fely lo vesâjo. A la fin 'l at teriê du drêt fond de son cœr Céls-ce mots: "T'és venu!... Benéssens lo Sègnœr!"
  • Frâsa : Dês inque Tobie part, vat dére a ses parents Coment llui sont venus, en cél jorn, tant de biens! "Cél garçon, llui dit-il, conductœr de Tobie, At fêt venir chiéz nos de grants biens de Mèdie... Venédes a ma mêson, fédes-mè cél pllèsir: Je vuel fére un denâ pœr tuéts noutros amis. Dês grant-temps de mon cœr la jouèx s'ére alâye, Et houé, come mon fely, la jouèx m'est retornâye."