Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : três
24053

  • Francês : trois
  • Italien : tre
  • Gramatica : pronom ou adjèctif numeral
  • Varianta : três (GE)
  • Varianta : três (Frz)
  • Varianta : três (Bjl)
  • Varianta : três (Pie)
  • Varianta : três (VdA)
  • Varianta : três (Vls)
  • Varianta : três (Lyn)
  • Varianta : três (Dfn)
  • Frâsa : Três les n'é, et três n'empronteré avouéc lo mien compâre Avril; et les tiens cutions tè faré morir.
  • Frâsa : Quand Chalende l'est lo Delon, De três bôfs nen fôt tuar un.
  • Frâsa : Quand Chalende l'est por Delon, Des três bôfs n'hinvèrne qu'un.
  • Frâsa : "Jorjèt", "Crouèxèt" et "Marquèt", Sont los três cavaliérs du frêd.
  • Frâsa : Bôna nuet, monsiors los anges, Noutres louanges! Que vos avéd de bèles vouèx! Mas que voutres três sèrventes, Seriant contentes, Se vos lyor parléd patouès!
  • Frâsa : Ils teriéront tœt drêt, et ils chapléront pertœt ont qu'ils passéront. Ils aléront vers una ôtra crouesiê de chemin, ont que atèndant doux-três jouenos d'una ôtra vêsenâ.
  • Frâsa : Est la lengoua que sè barjaque en três payis: l'Italie (Vâl d'Aousta et huét valâdes piemontêses), la Suissa Romanda (pas lo Jura) et la França [payis de Savouè, Liyonês, Forêz, nord Dôfenâ, sud de la Borgogne (Brêsse, Bugê, la Domba, Biôjolês..)] et de la Franche-Comtât, dens lo carrâ de Rouana·Nôchâtél·Aousta·Sent-Ètièno.
  • Frâsa : Luna nôva, Três jorns a la prôva.
  • Frâsa : U marchiê y at fin a três bachins.
  • Frâsa : On vos derat: qui étêt celes canalyes? Los Savoyârds contre noutres muralyes, Três èchiéles ont drèciê et pllantâ, Et per iqué doux cents ils sont montâs.
  • Frâsa : Màs vê-ce ben des ôtros èpisodos: Quand ils viront lœrs três èchiéles rotes Ils ne pôviont descendre ni montar; Il est iqué yô ils furont domptâs.
  • Frâsa : Souessanta-sèpt tétes ils ont lèssiê(es), Que le borriô a copâ(yes) et trenchiê(es), Por les butar sur doux u três chevrons, Por les montrar a celos que vœdront.
  • Frâsa : J'é diéx ècus dens mon gossèt, Prenéds-nen sèpt, lèssiéds-nen três, Por achetar n'ôtro âno Por revenir u molin.
  • Frâsa : Dedens cet lévro aparéssêt un luè dèliciox, qui ére-t si très grand que tot lo mond' no est que un pou de chousa a regârd de cen. En cél luè aparéssêt una très glloriosa lumiére, que sè divisâve-t en três parties, assé come en três pèrsones; màs de ço ne fét a parlar de boche d'homœ.
  • Frâsa : Fôt pacientar três jorns devant qu'usse por mè payér.
  • Frâsa : Mont-Cendro, Mon-Thou, Mont Verdon, Três gèants que n'en font que yon Sè hiôssont a l'enveya, per vêr de louen Liyon.
  • Frâsa : Sortêt d'égoua pertot, los ègots, les bialiéres Aviant dejâ bouchiê três ou quatro charriéres. Desot lo pont de bouesc, sur le quê, vers lo Bôf, Dèrniér los Cordeliérs, l'Isera fasêt pouer;
  • Frâsa : Cependant los batéls vôgont per les charriéres; L'ont rencontre pertot misères sur misères; Dens los três hopétâls parêt tot renvèrsâ; Per dèrniér, per devant, les bialiéres ont vèrsâ.
  • Frâsa : Per dedens Sent-Lôrent nombro de mêsons fendont, 'N y at três que sont tombêes et prod d'ôtres que brendont. Per tota la véla, de crenta du segrôl, L'on dèfend de roular carrosses ni bèrrots.
  • Frâsa : Se los cossiôls prudents ne donâvont des ôrdres D'aduire de pertot quârque-ren de què môrdre. Pœr nos facilitar de mielx nos mans levâs Durant três semanes tôs los drêts sont levâs.
  • Frâsa : Quand lo Solely fét boràr, En três jorns at a plloràr.
  • Frâsa : Quand l'égoue fét ècuma en três jorns pllôt.
  • Frâsa : 'L y at três maniéres de vivre: vivre, vicotàr, estantàr.
  • Frâsa : Qui porrêt habitar ceta vila puanta, Cimentâ de três pieds d'una bôrba gluanta, Plles nêre que pege, plles sâla que bèrtou, Qu'enfècte les mêsons, et que nos jônét tôs?
  • Frâsa : Los três jorns de Chalendes ele fut adés en ceta grant consolacion, èxtèr ço que ele no vit la vision mâques lo premiér jorn, màs la grant consolacion et la amôr de son bon crèator lui abondâvet adés plles fôrt al côr, si que ele en perdét del tot lo mengiér et lo dormir. Lo quârt jorn de Chalendes ele ut alcuna chousa que lui dèpllését en son côr, et tantout la grant consolacion sè dèpartét en partia de son côr et tornét en son premiér ètat, loquâl éret bon devant et mèlyor fut aprés.
  • Frâsa : Màs pués aprés eles lèssiéront cél luè, câr éret trop entre los sèculârs, et s'en retornâront en Permagni, mâques cetes três crèatures que érant ja trapassêes et sevelies l'una de joûta l'ôtra al cemetiéro de cela mêson d'Êmuéx.
  • Frâsa : Màs pués aprés ensé come Diô ordonàt les chouses si come lui pllét alcunes de celes de Permagni pœr la rèvèlacion de Noutron-Sègnor ou de cetes três, si come jo cudio, venéront a la prioréssa et al viquéro qui fut mouéno de VâlBôna et orendrêt est de Sente-Crouèx et apelâ dom Roz de Charis, et lors déront que y coventâvet pœr fôrce que on alât quèrre les osses de celes três sentes crèatures et mout d'ôtres paroles.
  • Frâsa : O venét lo viquéro et trését les osses de celes três sentes crèatures et metét en un sac et chargiét sus una somére; et les osses al sègnor de Tulins et pllusiors ôtres pèrsones metét sus una èga et pués s'en vét.
  • Frâsa : Quand il venét al pôrt de Tèches, il trovét iqué doux ècuyérs de céls al Dôfin qui aviévont iqué itâ tot lo jorn, y éret hora de midi, câr no poviévont passar per l'égoue que éret fôr des rives; y avêt pllou três jorns et três nuet sens cèssar. Et sè dègnêt iqué avouéc los doux ècuyérs.
  • Frâsa : Quand il venét encontro Tulins il trovàt una ôtra égoua que dèscend de les montàgnes que éret fôr rives, pœr les grants plloves que érant fêtes, charreyévêt céls russéls ârbros et tronches que àrragiévet en la montàgne d'ont il dèscend. Et avêt iqué joûta lo gouâ três charrètes chargiêes de sâl que non osâvont passar.
  • Frâsa : De yô vegnont les idâs justes? Chesont-éls du cièl? Nan. Sont-éls ennèssues? Nan. Éls pôssont mâques venre de la prateca sociâla, de três sôrtes de prateca sociâla: la luta por la produccion, la luta des cllâsses, et l'èxpèrimentacion scientefeca. L'ègzistença sociâla des homos dètèrméne lor pensâ.
  • Frâsa : L'hora aprôche: on sent ja les tronos des sonalyes; On vêt três grôs tropéls per la Revena en champ: Sont les vaches du Brely, des "Frà", de Jovensan Qu'empacientes atendiant l'hora de la batalye.
  • Frâsa : Mè sârre cela rêna a môdo per lo côl! La mè fét reculàr, mon chier, tant qu'a três côps! Lé, l'ôtra sè reprend; màs lyé s'est bien bardâye (=mantenua); Et lo quatriémo côp bien luen l'at enchôciêye;
  • Frâsa : Três chavon d'armalyes Trère les armalyes.
  • Frâsa : Sont mes armalyes Quatro lapins et siéx polalyes Três chats Un grâmo chin.
  • Frâsa : O est bèle três hores, couètiens-nos.
  • Frâsa : Gouéro de temps fôt-il pœr alàr tant que lé? Se te vas checa de bon-lèf te beterés pas de plles que três quârts d'hora.
  • Frâsa : Màs tè, pouére de ren... pâssa dens la preyére, Avouéc Sarra, três jorns et três nuets totes entiéres; Et la premiére nuet pœr chaciér lo dèmon, Bourla dessus lo fuè lo fèjo du pêsson, Et, les três jorns passâs, mon ami, je t'engajo A vivre sentement dens l'ètat du mariâjo".