Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : tuéts
24183

definicion : -

  • Francês : tous
  • Italien : tutti
  • Gramatica : adjêctif endèfeni
  • Gramatica : pronom endèfeni
  • Gramatica : advèrbo
  • Varianta : tués (Bjl)
  • Varianta : tués (VdA)
  • Frâsa : Mârs èssuét, bon a tués.
  • Frâsa : Lo jorn de Sent Pol s'il est cllâr et seren, Abondance de tués biens; Se fét l'oura, la guèrra; S'il at de nebles roges lo matin, mortalitât.
  • Frâsa : La libèrtât tot-un a tués nos est balyêye, Màs ses ples grôs bienfêts pôvont pas passar Bard. L'èscllâvo 'l at sa lengoua; a nos est t-ôtâye, Sens-nos de la patria agouétiês por bâtârds?
  • Frâsa : Ils vôlont, Vâldoten, ôgmentar ta dètrèsse, Et ja devant lo temps fére blanchir tes pêls. A tués tes devantiérs, les Ducs, per cent promèsses, 'l ant jurâ de lèssiér la lengoua de lœrs Rês.
  • Frâsa : Lo nom francoprovènçâl o l’est étâ enventâ du profèssor Graziadio Isaia Ascoli dens lo 1873 mas-que por dèfenir la lengoua, et pas justo parlar de francoprovènçâl cœme raça mas ora tués diont francoprovènçâl assé lo tèrritouère dèlimitâ de la lengua.
  • Frâsa : Vivo dens un payis yô pôvio tués les jorns, quand sôrto de mêson, barjacar la lengoua de ma mâre, quand rêsono dens ma téta, quand sônjo quârque-ren lo sonjo dens ma lengoua: alor porquè pas ècrire?
  • Frâsa : Son ègzempllo nos fét comprendre Qu'en ce mondo n'ens a sofrir, Et nos engage tués a prendre Lo chemin drêt du paradis.
  • Frâsa : Que ils arrévont tués.
  • Frâsa : Et ceta doçor ne sè pôt dècrêtre assé plles et muens que les égoues de la mar. Câr tot assé come les flluvos salyont de la mar tués et tués y retôrnont, tot assé la biotât Nouhtron-Sègnor et la doçor, come ben que ele s'èxpandet a tot, ele retôrnet tojorn a lui. Et per ço ne pôt ele jamés dècrêtre.
  • Frâsa : De inqué salyont tués les bens qui pôvont étre. De inqué salyêt la veré sapience per laquâla totes chouses sont fêtes et crèês. Iqué éret la pouessience a la cui volontât totes chouses sè encllinont. De inqué salyêt una si grand doçor et una si grand rèfèccion que les anges et les ârmes éhtiant si repèssues que eles ne povant outra ço dèsirar nèent.
  • Frâsa : Diœ est amôr et de cela il at tant donâ ux sents que ils s'âmont tant come l'un membro pôt amar l'ôtro. Et ço que l'un vôt, vôlont tués les ôtros.
  • Frâsa : Quand ço fut fêt, ele vit venir una grant compagnie de gens lesquâls furont sens comparèson plles resplendissents que les solos en sa plles grant cllartât. Et tuét, ensé quant veniant, ils sopllèâvont envers l'ôtar, en la partia en que éret Corpus Domini et aviant les face sembronchiêes come pllênes de grant pediêt. Les premiérs et tuét céls dèrriérs sè metéront ensems, et pués ils sè dèpartéront et furont entre lor doux cors.
  • Frâsa : Entretant ele vit venir d'ôtros plles biôs que tuét les premiérs et entréront sè entre celos doux cors, et les cors qui los recevéront sopllearont tuét a grant reverence; ces dèrriérs étiant si grant compagnie que on non y potêt metre nombro, et furont lor doux ôtros cors.
  • Frâsa : La prateca sociâla des homos sè limite pas a la sola activitât de produccion; el prend oncor bien d'ôtres fôrmes; luta de cllâsses, via politica, activitât scientifica e artistica; bref, en tant qu'êtro sociâl, l'homo participe a tués los domênos de la via prateca de la sociètât.
  • Frâsa : Nos lo rèpètens: la cognessença logeca est divèrsa de la cognessença sensiblla, porquè ceta embraçe des aspècts isolâs des chouses, des fenomènos, lors coutiérs aparents, lors lièsons èxtèrnes, adonc que la cognessença logeca, en fesent un grant pâs en devant, embraçe les chouses et les fenomènos en entiér, lor èssença et lor lièson entèrna, s'èleve tant qu'a la misa en èvidença des contradiccions entèrnes du mondo que nos encèrclle et, a travèrs ço mémo, est capâblla de comprendre lo dèvelopament de ce mondo dens sa complètuda, dens la lièson entèrna de tués sos aspècts.
  • Frâsa : En celes aprenêt non pas solament les tribulacions sofrir en pacience, màs "assé" aprenêt a delêtiér en tâla maniére que tués/tuéts les confôrts de cet mondo lui tornâvont a grant hàna, àssé que ol lui éret sembllent que en cet mondo non éret si digna chousa ne si doce come sofrir les pênes et les torments de cet siègllo pœr l'amôr de son crèator.
  • Frâsa : Les temps vivont ora tués/tuéts les jorns, cachiês déns les pllàyes d'les paroles. L'histouèra des noutros vielys 'l est viva déns nos et 'l est pârt de nosôtros se barjaquens la noutra lengoua, est una maniéra de vivre, de cognetre les sentiments, de songiér, de relacionàr. Est l'orgoly de noutra cultura. Vôt dére: continuàr a ègzistre.
  • Frâsa : Fôt pas betàr tuéts los ôfs dens lo mémo garbin.
  • Frâsa : Tâlo est lo procèssus de vèrificacion et de dèvelopament de la tèoria, lo prolongement de tuéts los procèssus de la cognessença.
  • Frâsa : S'il sè trète d'un mouvement sociâl, los veretâbllos dirigients rèvolucionèros dêvont pas justo savêr corregiér les èrrors que sôrtont dens lors idâs, tèories, pllans ou projèts, selon cen que nos ens dét devant, il fôt oncor, quand un procèssus objèctif progrèsse et passe d'un degrâ de son dèvelopement a un ôtro, qu'ils séssont capâbllos lors-mémos et tuéts céls que participont a la rèvolucion avouéc lors, de siuvre cé progrès et cé passâjo dens lor cognessença subjèciva, o-est-a-dére...
  • Frâsa : Ceta particularitât est prôpra des idâs de tuéts los entétâs. Lors idâs sont copâyes de la prateca sociâla, et ils sâvont pas marchiér devant lo charrèt de la sociètât por lo guidar, ils fant pas d'ôtro que sè trênar aprés, en sè pllegnent qu'il vat trop vito et en cherchent de lo reportàr en dèrriér ou de lo fére roulàr en sens envèrs.
  • Frâsa : ... Et lo mondo objèctif, a transformàr, encllue tuéts los advèrsèros de ceta transformacion; ils dêvont passàr pas l'ètapa de la contrenta devant que possêr abordàr l'ètapa de la transformacion conscienta.
  • Frâsa : Èxposâ a tuéts les vents, a la bisa, u solely, Je n'é ja prod sentu dens ma via tempétes.
  • Frâsa : Les grôs sè fant d'argent atot lœr endustria; Lo petiôd campagnârd, vendent checa per côp Cen que rend son travâly, sa bôna èconomia, On derêt pas, sè fét de jôlis sous! Fôt ben pœr son bosèt qu'un châcun bien s'entende. "Kadia, kel, cosa k'ala da vende?" N'ens de trifoles jônes atant que nen voléd Pœr dègrèssiér lo ventro ux monsiœrs piemontês; N'ens des peréts d'hivèrn et des pomes rênètes, Des véls grâs, des moutons bons pœr la boucherie, Des liévres, des chamôs et tant d'ôtres bétyètes Que bâs per lé vant sè fére rutir. quand doux payis vesin vivont come des fréres L'un a l'ôtro sè fant lo bien qu'on pôt sè fére: Lœr cuér fêt des solârs a tuéts noutros monsiœrs Et les sabôts d'Ayâs vat bâs chôciér les lœurs.
  • Frâsa : Pœr possêr vos prègiér du bon cllàr de la trelye Que fét noutro payis, serêt franc a propôs, D'avêr-nen devant mè, tot justo huét botelyes Pœr les agôtar bien a bél tôrn doux-três côps. Èprovens: Tè Donâs? Oh, lo bon Pecotendro! Grôs rojo de l'Enfèrn, tè t'és pas lo plles muendro. A ton tôrn, des Oulyéres, honœr de Chesalèt! Et tè bon Malvouèsie de Monsiœr Farinèt! Ô, colena de Vela, agôtent de ta Biôla; Fé-mè de ton Oriou sentir lo gôt, Vegnôla, Chambâva ton Môscat fêt, je n'en dôbto pas, Gouarét lo ventro a tuéts, mémo a qui 'l at nion mâl. Lâs, pèrdens pas lo temps atot d'historiètes; Chavonens, o est ben mielx, l'amolon des Torètes: Ôtro ço que cél vin fêt de l'égoue du Pô Ou de cela de noutra Duère Que sât s'en tornàr sus, dedens des bosses entiéres, Atot bèla colœr, màs tojorn sensa gôt!
  • Frâsa : Pœr profitàr de l'êr si frès de la montagne, Noutro Rê tot sovent lé d'entôrn lo mê d'oût Quite les bôrds du Tibro, ou de l'Arno, ou du Pô En menant avouéc lui la Rêna, sa compagne. Ben sûr, entre tuéts doux, pôvont mielx reussir A vouegiér lors bienfêts sur tot noutro payis.
  • Frâsa : Son pâpa, que les ans 'ls ant pllètâ lo vesâjo, 'L avêt vu cent foréls revèrdir lo velâjo. A pêna possêt més s'édiér de son bâton; 'L alâve tuéts les jorns encontre a son garçon, Màs, jamés nion de llui, jamés nion s'aprochiêve, Ou plletout, étiant pas cél que son cœr amâve. Passâve jorn et nuet acabllâ de chagrin, Et jamés d'un uely sèc il vesêt lo matin.
  • Frâsa : A Sent-Pierro j'é prês lo chemin que menâve Sus du coutiér de Vèrtosan. Ja per Sent-Nicolas lo mondo s'aprèstâve Come cen sè fét tuéts les ans.
  • Frâsa : Per les prâts, tuéts en fllœr, qu'un'égoue pura arrôse Desot l'hèrba cachiê chante lo greselyon. Du bouesson u sapin lo rossignon sè pôse, Et regâle ux passents ses plles bèles chançons.
  • Frâsa : Ja les vaches sont totes atot lo morro en l'êr, Borneyent, cornatent cela que 'ls ant a pârt. Les bèrgiéres, les arpians, les mêtres, les frutiéres, Que pèrdusse la lœr 'ls aviant ja tuéts pensiére.
  • Frâsa : Sembllâve que ses uelys 'ls ussont de fuè dedens, Et que per ses doux nâs nen sortésse lo fom! Lo mondo atôrn de lœr, tot côrt, s'empend, s'amasse, 'Ls ant tuéts les uelys fixâ dessus les doves vaches.
  • Frâsa : 'Ls ant côrnes contre côrnes, et front contre lo front; U méten des èpâles enfonçont lo cochon. Ben que fesiant d'èfôrts, tuéts lœrs membros cracâvont; Lœrs ôsses sortéssant, lœr vênes sè confllâvont.
  • Frâsa : Quand lo tropél 'l at cognu sa rêna Et tuéts les vachiérs ja fotont lo camp, Des felyes et garçons on sent a pêna, L'êr des chançons dèscendre vers lo pllan.
  • Frâsa : Mémo se avouéc chagrin Tuéts vendont lœr nurrim, Tuéts lèssont vacàr Fin que les vèrgiérs.
  • Frâsa : U fond d'un bouél, tuéts en famelye, Châcun 'l at son ocupacion; Lo sordât de Napoléon Les amuse atot des contelyes.
  • Frâsa : Tuéts les matins, come d'usâjo, Je prègno ma bouge et mon fouèt; J'assemblo de tot lo velâjo Les fèyes, u son de mon cornèt. Desot lo têt cuvèrt de palye, Lo bèrgiér vit sensa torment; De lacél, la chiévra nen balye; Lo champ lo nurrét de froment.
  • Frâsa : Tobit, mâlgrât cen, pregnent bien ses mesures, Comptâve tuéts sos jorns p(er) un mouél de sèpultures. Cél rê, qu'il aviêt sêf du sang et de l'argent, Condane a môrt Tobit, et llui/lyé prend tot son bien.
  • Frâsa : Pœr nos 'l ére un trèsor mémo dens la misère, O arêt bien mielx valu pèrdre cen que tè vint, Que d'alàr lo mandàr fére un si long chemin. - Ana, consola-tè; j'èspèro que torneye Et que, dens poca temps, contenta, te lo vèyes, Câr, en cél mondo tuéts pœr nos guidàr nos ens Drêt, a coutiér de nos, lo bon ange gardien".
  • Frâsa : - Sentent voutro propôs, je trevolo de pouére! Je m'ètono que vos v'èyâd pas sentu dére Qu'el at ja prês sèpt homos, et que lo premiér jorn, Lo matin, contre lyé, les ant tuéts trovâs môrts: Et cen qu'o y at lé de pas trop agrèâbllo, 'Ls ant tuéts étâs ètrangllâs, ant-ils dét (=at-on dét), per lo diâbllo!
  • Frâsa : Tuéts l'aviant una genta cravâta, Lo pllêt u pantalon, De botes des monsiœrs Et la casquèta.
  • Frâsa : Dens la crete de Diœ lo repâs continue; Entre lœr niœn desêt des paroles pèrdues. et ben muens de rêsons détes grossiérement, Que vant portàr la môrt dens lo cœr inocent. Je vos é pas comptâ les porcions que fumâvont! Les moges, les moutons, les três bosses sontlé; L'afére, mielx que mè, lœr, pôvont la contàr.
  • Frâsa : Quand y aviant p'encor de machines lo demârs tuéts les campagnârds vegnévont en Vela u marchiê avouéc lœrs mulèts et lœrs âno: et ment que fesiant les comissions 'ls aviant l'habetude d'apelyér les bétyes ux fèrrâs des fenétres de mêson comena.
  • Frâsa : L'Ange, sentent prègiér de cela rècompensa, Lyés dét: "De voutros biens mè je résto prod sensa! Benédes lo Bon Diœ de tuéts céls-ce bienfêts; Je su que l'entrument du bien que vos at fêt. Du cièl Llui at sentu totes voutres preyéres, Et vos at vu passàr, sovent, des nuets entiéres, A cachiér, dens des tombes, un grant nombro de môrts, Que voutra compassion recuelyêye de jorn.
  • Frâsa : Il vos at vus jœnàr, 'l at vu voutra man drête Èpatàr tuéts les fruits de voutre recuelyètes. Et se vos at mandâ doux-três jorn d'affliccion, Vos at ètot balyê de grants consolacions! Mon bon Tobie, o fôt que houé je vos quiteyo; O fôt que devant Diœ tot setout je mè troveyo, Afin de l'adoràr continuèlament! Je su l'Ange Rafaèl! Portâdes-vos tuéts bien!
  • Frâsa : Te vas bllètir tuéts avouéc cela égoue.
  • Frâsa : Dens lo tenâjo uvèrt, tués èpoueriês, cllochent la téta et lo regârd crouesiê, N'ens cuchiê sur lo fllanc la grôssa tena.
  • Frâsa : Vosôtros séde lo cllâr d'lo mondo. Una citât en cema una montagne Il pœt gnint éhtre èhcondua Et s'aprèmd gnint una lâmpia. Per butàr-la sot lo casson Il sè butet sur lo lampadêre Et il lluit per tuéts quâls qui sont en-t-la mêson. Donca, que vouhtron cllâr o lluiset dœvant a l'homos: Alœra, en veyènt cen que fédes de bén Ils rendéront glluère a vouhtro pâpa qu'ol est en en-t-lo cièr.
  • Frâsa : Vosôtros séde lo cllâr d'lo mondo. Una citât en cema una montagne Il pœt gnint éhtre èhcondua Et s'aprèmd gnint una lâmpia. Per butàr-la sot lo casson Il sè butet sur lo lampadêre Et il lluit per tuéts quâls qui sont en-t-la mêson. Donca, que vouhtron cllâr o lluiset dœvant a l'homos: Alœra, en veyènt cen que fédes de bén Ils rendéront glluère a vouhtro pâpa qu'ol est en en-t-lo cièr.
  • Sinonimo : tôs
  • Sinonimo : tot lo mondo