Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : môrt, môrta, môrts, môrtes
24864

definicion : -

  • Francês : mort adj.
  • Italien : morto, -a
  • Gramatica : adjêctif
  • Gramatica : nom
  • Gramatica : participo passâ
  • Varianta : muert, muerta, muerts, muertes
  • Varianta : môrt, môrta, môrts, môrtes (GE)
  • Varianta : môrt, môrta, môrts, môrtes (Frz)
  • Varianta : môrt, môrta, môrts, môrtes (VdA)
  • Varianta : môrt, môrta, môrts, môrtes (SDu)
  • Varianta : môrt, môrta, môrts, môrtes (Bjl)
  • Varianta : môrt, môrta, môrts, môrtes (Trt)
  • Varianta : môrt, môrta, môrts, môrtes (Dfn)
  • Frâsa : U mês d'Avril, Lo coucou dêt venir, Ou môrt ou vif.
  • Frâsa : Quand vegnêt lo matin, ele començâvet a pensar coment lo benêt filys Diô volét dèscendre en la misère de ce mond, et prendre noutra humanitât et aj·outar a sa dêtât, en tâla maniére que l'on pôt dére que Diô qui éret imortâl fut môrt por nos.
  • Frâsa : Quéssa a môrt.
  • Frâsa : Alar a velyér les môrts.
  • Frâsa : Un savoyârd, uprés de la Monéya, Il fut tuâ d'un grand côp de marmita Qu'una fèna lui acuelyat dessus; Il tombat môrt, frêd et rêd ètendu.
  • Frâsa : Màs Tabazan, que perdéve pacience, Sôtat dessus, et pués aprés l'ètranglle: "Môrta la bétye, et môrt lo venim! Te ne farés jamés ni mâl ni ben!"
  • Frâsa : Moniér, moniér, vos avéds tôrt De vêre mon âno qu'est môrt, Et lo lop que lo menge, A la pôrta du molin.
  • Frâsa : J'agouétâvo donc ceta aparicion avouéc les uelys grôs uvèrts pllens d'ètonaments. Oublliâdes pas que je mè trovâvo a plles de mile huét cent et cinquant'et-doux kilomètres d'un luè habitâ. Donc mon petiôd matasolo mè sembllâve ni dèperdu, ni môrt de fatega, ni môrt de fam, ni môrt de sêf, ni môrt de pouere. 'L aviêt pas la mena d'un menât dèperdu u méten du dèsèrt, a plles de mile huét cent et cinquant'et-doux kilomètres d'un luè habitâ.
  • Frâsa : La bise en rognent sàgogne La pôrta de la mêson; Fela, fela ta cologne Pendent la môrta sêson.
  • Frâsa : Refren Soflla lœ vent, la bisa! Noutros môrts pllœront diens l'Égllése Bon! Lœ vent et los môrts sè quèsieront Quand les pipètes revindront!
  • Frâsa : Il at étâ administrâ hièr nuet, et il est môrt ceta matin.
  • Frâsa : L'èpiciér, mêtiêt môrt, soupirant de misère, Pêche dens sa mêson lo rèsto de sa fêre; Que d'ôlyo, d'ôdevie, de gerofllo pèrdu! Que de pouèvro gâtâ, que de sucro fondu!
  • Frâsa : Des ètofes gâtêes, de draps de totes sôrtes! Combien de vin vèrsâ, combien de bétyes môrtes! Lo bllât du grenatiér dens l'entrepôt gèrmâ! Enfin tot s'en sentét, et châcun ut de mâl;
  • Frâsa : De la grant biotât que ils aviant non lyé éret sembllent que lo solo quand il est en sa plles grant cllartât et biotât, fut mâques un pou de chousa u regârd de la grant biotât que avinat les sents que ele vêt DEJOTA sè de totes pârts, et dessus come en l'êr. Totes vês ele non o vêt pas dês uelys corporâls màs en èsprit; et vêt son côrps al liét a ben pou sembllâbllo al côrps môrt.
  • Frâsa : Desot cet mâbro bllanc, 'l est entèrrâ l'homo plles avâro de la cœmena que 'l est môrt lo dèrriér jorn de l'an pœr pouere de balyér de trêna d'an a sa parentâ.
  • Frâsa : L'avâro 'l at son fôrt... 'l est bon aprés môrt.
  • Frâsa : L'avâro avouéc sa pouere 'l est môrt dens la misère.
  • Frâsa : De bien d'ôtros châtéls est môrta la nobllèsse: A sa pllace on y vêt sovent de grôs payisans Qu'étent trètâs checa avouéc politèsse, Sont plles fiers que des intendants.
  • Frâsa : Pœr fére un grôs denâ, mes vâlèts, aprèstâde; Alâde vito tuàr lo vél que v'engrèssiéde, Alâde teriér bêre u bossèt du plles bon, Pœrquè houé 'l est un jorn, un grant jorn de pàrdon. Ètonâde-vos pas, portâde niona enveya, Se hièr sembllâvo môrt, se houé repregno via: J'aviô pèrdu mon fely et je l'é retrovâ! Mon fely, qu'il ére môrt, houé 'l est rèssuscitâ!"
  • Frâsa : La rèsurrèccion des môrts u dèrriér jugement.
  • Frâsa : Prêsoniérs dens Ninive on les at vus menàr Come un bètun d'agnéls que pôt ren que bèlàr. Lé, Tobit serêt môrt de fam per les rues, Plletout que mengiér des viandes dèfendues.
  • Frâsa : Tobit adonc sè cache avouéc de ses confréres, Et come tant qu'adonc continue de fére, Per les rues a cachon vat recuelyir les môrts; De la gôrge des chins t-ôte viâ céls-ce côrps Que la rage du rê châque jorn massacrâve; Et quand la nuet vegnêt, adonc les entèrrâve.
  • Frâsa : Vat envitàr ses gens, et ben que s'en revint Vêt un côrp sensa via a travèrs du chemin. Il galope a mêson, et lo dit a son pére: Lé, son pâpa tot setout sât cen qu'il at a fére: Il sè lève de tâblla, et dit: "Lé, pèrmission!" Et vat querir cél môrt, l'aduit a sa mêson;
  • Frâsa : Et pués, tot legrement, reprend sa pllace a tâblla. Màs, nion pas de trovàr sa bôna accion louâblla, ses parents lyé/llui desiant: "Fôt-o que pœr des môrts, En dèpllèsent u rê, t'èxpôseyes tes jorns?" Màs, pœr pllére u Bon Diô, Tobit continue A recuelyir les Juifs frêds et rêds per les rues.
  • Frâsa : - Sentent voutro propôs, je trevolo de pouére! Je m'ètono que vos v'èyâd pas sentu dére Qu'el at ja prês sèpt homos, et que lo premiér jorn, Lo matin, contre lyé, les ant tuéts trovâs môrts: Et cen qu'o y at lé de pas trop agrèâbllo, 'Ls ant tuéts étâs ètrangllâs, ant-ils dét (=at-on dét), per lo diâbllo!
  • Frâsa : Ragouèl, a cél mot, sent un freçon, trevole, Et son ètonement arrète ses paroles. Il crend que son cusin, hèlâs! fusse pués môrt, Come les ôtres sèpt, bèle lo premiér jorn. L'Ange les tranquilise: "Et pœr voutro avantâjo Balyédes-lyé, dit-il, voutra felye en mariâjo A cél garçon que vit dens la crente de Diœ, Et vos vèrrédes, dês houé, rèssuyér voutros uelys."
  • Frâsa : Ragouèl devant jorn, u premiér chant du pôl, Pœr cachiér son bi-fely at fêt fére lo crox, Afin de l'entèrràr devant que 'l arbeyeye (vegneye l'ârba)... En câs que contre lyé tot frêd on le troveye. "Magâra, desêt-il, devant que seye jorn, Come les ôtros sèpt, n'alens lo trovar môrt." Ben que dens son èsprit roule cela pensiére, Una de ses sèrventes, u galop, vint lyé dére: "Tobie n'est pas môrt! 'l est san come un pêsson! 'Ls ant vu-lo du moment que préye en genolyon."
  • Frâsa : Adonc lo bon crêssient, recevent cél mèssâjo, At tot subitament dèpllètâ son vesâjo. Sa fèna, qu'avouéc llui, fesêt un mémo cœr, Benéssent lo Bon Diœ, partage son bonhœr, Ragouèl devant llui fét venir sa famelye: "Houé chavone, dit-il, lo long brun de ma felye; Alâdes, devant jorn, vito combllar lo crox; Grâce a Diœ 'l est pas môrt; il vit encor; tant mielx! Ora je vâ content tuàr doves moges grâsses, A quatro moutons grâs, nan, je lœr fâ pas grâce.
  • Frâsa : Lé tot setout Ragouèl vat fére lo partâjo. "Tin, la mêtiêt, dit-il, de tot mon héretâjo. Un viâjo Ana et mè môrts, tè vindràt l'ôtra pârt; Va, mon fely, je vuel pas tè retenir plles târd! Que l'Ange du Bon Diœ, mes enfants, vos guideye, Afin que niœn mâlhœr en chemin arreveye. Mè fôt donc vos quitàr! Màs j'èspèro qu'un jorn Nos porrens vos revêre encor devant la môrt".
  • Frâsa : L'Ange, sentent prègiér de cela rècompensa, Lyés dét: "De voutros biens mè je résto prod sensa! Benédes lo Bon Diœ de tuéts céls-ce bienfêts; Je su que l'entrument du bien que vos at fêt. Du cièl Llui at sentu totes voutres preyéres, Et vos at vu passàr, sovent, des nuets entiéres, A cachiér, dens des tombes, un grant nombro de môrts, Que voutra compassion recuelyêye de jorn.