Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : on
26175

definicion : -

  • Francês : on
  • Italien : si
  • Gramatica : pronom pèrsonel
  • Varianta : l'on
  • Varianta : on (GE)
  • Varianta : on (Frz)
  • Varianta : on (Dfn)
  • Varianta : œn (VdA)
  • Varianta : l'on (Bjl)
  • Varianta : on (Bjl)
  • Frâsa : On vos derat: qui étêt celes canalyes? Los Savoyârds contre noutres muralyes, Três èchiéles ont drèciê et pllantâ, Et per iqué doux cents ils sont montâs.
  • Frâsa : On pôt donc suportar des parèlyes maniéres Quand on vêt quelos véls dens totes les charriéres Vos têsar d'un êr fier, fére més de varél Que s'ils étant sortis de la couesse d'un rê.
  • Frâsa : Drêt u cllochiér on vat sœnar l'alârma, En mémo temps on criat: Ux ârmes! ux ârmes! De tot endrêt on vit des gens sortir, Que desévont : Il fôt vencre ou morir!
  • Frâsa : L'on n'entend racontar que de tristes novèles; L'on ne vêt que brégands, que procès, que querèles; La religion sè pèrd, n'y at plles de Règuliérs; Les gens d'Égllése font coma los sèculiérs;
  • Frâsa : Tandis que los curiox dens les rues sè promènont, Pœr donar de secors los sodârds sè dèmènont; A lor téta l'on vêt lo sègnor comandant Avouéc tota sa cort, ensé que l'Intendant.
  • Frâsa : Los ôrdres sont donâs pœr cantonar doves pôrtes; Pœr chargiér de femiér l'on mène de berouètes; Châcun fât son devêr, sétout dét, sétout fêt. Cependant pllôt tojorn, l'égoua crêt, la nuet chêt:
  • Frâsa : L'un pllôre son cusin, l'ôtro pllôre son frâre, L'un crend pœr sa fèna, l'ôtro pœr sa comâre; L'on ne recognêt plles ni mêtres ni vâlèts; Tâlo qu'at diéx laquès sè trove tot solèt,
  • Frâsa : L'un pôrte de sucro, l'ôtro de cassenâda; Cél pôse son câfè pœr sôvar sa motârda, Iqué l'on vêt de cuér, ilé l'on vêt de fèr, Icé d'homos plles nêrs que des lutins d'enfèrn;
  • Frâsa : Los bouchiérs ne tuont pas, lors bétyes sont pèrdues; Los vins sont empèstâs, les égoues corrompues, Avouéc l'or l'on at tot, diont les gens quârques-fês; Ora, avouéc lui, pas muens, l'on arêt fam et sêf,
  • Frâsa : Quand œn vêt tant d'ètêles félàr, cen mârque l'oura.
  • Frâsa : Œn vit pas tojorn ren que de pan.
  • Frâsa : Des femèles que subllont, Des gelenes que chantont come les pôls, Des pôls que font les ôfs, Fôt s'en dèfére plles vito que on pôt.
  • Frâsa : 'L y at mâques doves brâves femèles u mondo: L'una 'l est pèrdua, l'ôtra, œn pôt pas la trovàr.
  • Frâsa : L'égoua sè fit chemin dedens la catèdrâla, Et enfin n'ègzentét que la colègiâla, Égllése solèta, dens lo nombro de vengt, Yô l'on ne cèssét pas lo sèrviço divin,
  • Frâsa : L'èsquinât, lo gayac et la salsaparèlye Sè trovont mèlangiês dens lo bol et l'orsèlye; L'on trove tot ensems lo tê, lo quinquinâ, Le gingembro, l'anis, et l'ipècacuanâ.
  • Frâsa : Quand venêt lo matin, ele començâvet a pensar coment lo benêt filys Diô volét dèscendre en la misère de cet mond', et prendre nouhtra humanitât et aj·outar a sa dêtât, en tâla maniére que l'on pôt dére que Diô qui éret imortâl fut môrt pœr nos.
  • Frâsa : Or pensâds que en lui y at d'ôtros biens avouéc ceti. Il est très-totes chouses que l'on pôt pensar ne dèsirar en tôs sos sents. Et qu'o est la ècritura qui éret ècrita en lo premiér fèrmél du lévro yô avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus".
  • Frâsa : Entretant ele vit venir d'ôtros plles biôs que tuét les premiérs et entréront sè entre celos doux cors, et les cors qui los recevéront sopllearont tuét a grant rèvèrence; ces dèrriérs étiant si grant compagnie que on non y potêt metre nombro, et furont lor doux ôtros cors.
  • Frâsa : Et céla cllartât jétâvet si grant resplendor que ele fesêt resplendir tota la vèrmelya si que la una biotât enluminâvet si l'ôtra et si étiant la una en l'ôtra que eles rendiant si mèravilyosa biotât et si grant resplendor que on vêt tota la biotât de la bllanche cllartât dedens la vèrmelye et la biotât de la vèrmelye vêt on dedens la biotât de la cllartât bllanche.
  • Frâsa : Depués ele lo vit un temps assé come on porrêt vêr de luen una émagena pinta en parchemin. Totes vês la biotât éret si grant que elle non lo put dére, màs non put fére entendre en ôtra maniére. Aprés ele lo vit tot simpllament come les ôtros. Et pués aventét alcuna-vês que ele vêt si grant cllartât entre les mans del chapelan come lo solo.
  • Frâsa : Lo jorn que venét aprés celi que ele avêt viu cetes rèvèlacions del jouyo et de la gllouère ètèrnâla et ele vêt ôtra maniére de vision et de divèrses rèvèlacions, lesquâles étiant pllênes de si grants dolors et de si grants èpoventements que on ni lo porrêt ni sarêt rècitar tant étiant eles grants.
  • Frâsa : Et la nuet aprés, ele vit les très grants èpoventâblles visions pllênes de si grants dolors et de si grants èpoventements que on non y porrêt metre compto ni sembllence ni neguna èstimacion.
  • Frâsa : On possiéve pas cognetre d'avança, adonc que la sociètât l'ére oncora fèodâla, la louè de la sociètât capitalista, puésque lo/le capitalismo ére pas oncor aparu et que la prateca corrèspondenta mancâve.
  • Frâsa : Dens la pèrioda iniciâla de sa prateca, pèrioda de la dèstruccion des machines et de la luta spontanêya, lo prolètariat sè trovâve mâques, dens sa cognessença de la sociètât capitalista, u degrâ de la cognessença sensiblla et apréhendâve mâques des aspècts isolâs et les lièsons èxtèrnes des divèrs fenomènos du capitalismo. Il formâve oncor cen qu'on dit "una cllâssa en sè".
  • Frâsa : Pas-muens lo mouvement de la cognessença fenét pas lé. S'on arrètésse lo mouvement matèrialisto- dialècteco de la cognessença a la cognessença racionèla, on ariêt mâques prègiê de la mêtiêt du problèmo, et mémo, du pouent de vua de la filosofia marxista, de la mêtiêt qu'el est pas la plles importanta. La filosofia marxista è stime que l'èssencièl il est pas de comprendre les louès du mondo objèctif por étre capâbllo de lo èxpllicàr, mas il est d'emplleyér la cognessença de cetes louès por transformar activament lo mondo.
  • Frâsa : Pas-muens, s'on considère lo procèssus dens son dèvelopement, lo mouvement de la cognessença humèna fenét pas lé. Tot procèssus, qu'il seye naturèl ou sociâl, progrèsse et sè dèvelope en rêson de ses contradiccions et lutes entèrnes, et lo mouvement de la cognessença humèna dêt ègalament progrèssiér et sè dèvelopàr en consèquença.
  • Frâsa : Sè sont passâs trent'ans a fére des demandes Et de projèts pœr lo chemin de fèr, Et, l'afére portant sè mande et sè remande, On arêt dét, tant que dure un enfèrn. Tot-un 'l est mâlherœx cél que sè dèsèsrère: Atendens lo jorn bon, ... tot porrêt pués sè fére.
  • Frâsa : La misère on la vêt roulàr per les velâjos; Nos sens come somês desot un curatœr; Et de noutro travâly, ora semblle d'usâjo D'en partagiér lo fruit avouéc lo pèrcèptœr.
  • Sinonimo :