Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : aviêt/avêt
26707

definicion : 3 p.s. - endicatif empèrfèt - vèrbo avêr.

  • Francês : avait
  • Italien : aveva
  • Gramatica : endicatif empèrfèt 3.p.sing.
  • Varianta : avêt
  • Varianta : aviêt (Dfn)
  • Varianta : aviêt (FC)
  • Varianta : avêt (Bjl)
  • Varianta : avêt (Bjl)
  • Frâsa : Assé fut-et jamés si grôssa, ni si fôrta; Et qui l'avêt tot vu s'ètendre de la sôrta? Tota la valèya ne semblle qu'un ètang; Los âbros, los feniérs, los gèrbiérs vont fllotant;
  • Frâsa : Et coma pèrsona n'aviêt vu tâl dèlujo, Qui decé, qui delé corêt chèrchiér refujo. Assé, dens muens de ren, Grenobllo tot entiér Sè trovét ressarrâ dens un petit quartiér.
  • Frâsa : Un viely renàrd qu'aviêt corratâ Et gorsâ quâsi totes les gerénes de noutro càrro, Vint a chêre un jor sur 'na trapa qu'ére ben cachiêe.
  • Frâsa : Céta crèatura, per la grâce de Nouhtron-Sègnor, avêt ècrit en son côr la sente via que Diô Jèsus-Crist menét en tèrra et sos bons ègzempllos et sa bôna doctrina.
  • Frâsa : Et avêt ele mês lo dox Jèsus-Crist en son côr que ol lyé éret sembllent/sembllâ alcuna vês que il lyé fut present et que il tenét un lévro cllôs en sa màn pœr lyé ensègnér.
  • Frâsa : En l'un avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus". En l'ôtro avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
  • Frâsa : Quand ele avêt ben regardâ cet lévro, ele començâve-t a liére lo lévro de sa conscience, loquâl ele trovâve-t tot pllen de fôssetât(s) et de mençonges.
  • Frâsa : Ora n'o at pas grant-temps que ele éret en orêson aprés maténes et començâvet (a) regardar en son lévro assé come ele avêt acotuma.
  • Frâsa : Quand ele ne s'en prét gouârda ol lui fut sembllant que lo lévro sè uvrét, loquâl ele n'en avêt onques vu 'ment que defôr.
  • Frâsa : Or pensâds que en lui y at d'ôtros biens avouéc ceti. Il est très-totes chouses que l'on pôt pensar ne dèsirar en tôs sos sents. Et qu'o est la ècritura qui éret ècrita en lo premiér fèrmél du lévro yô avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus".
  • Frâsa : Lo second fèrmél del lévro avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sactis suis". Diœ est mèravilyox en sos sents. O non est corps d'homo qui pouet pensar come Diœ est mèravilyox en sos sents.
  • Frâsa : Or povéds pensar la très grant bontât que est en lui qui ensé at donât tot quant que il at sos amis. Œncor lor at il plles fêt, câr il lor at donâ sè-mémo, câr il los at fêts si biôs et si glloriox que la Trinitât vêt châcun en sè, assé come un vêt en un bél merior ço que lui est devant. Et ço est la ècritura que éret en lo second fèrmél, yô avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
  • Frâsa : Certes jo crê metrêt ben son côr en la très grant biotât Noutron-Sègnor et coment il aparêt glloriox en sos sents, cel derêt bien que ço érant drêtes mèrvelyes, et crê que o lo convindrêt a dèfalyir, èh bien porrêt dére que Diœ lor avêt ben rendu ço que il lor promèt per lo profèto David: "Ego dixi, dii estis". Câr o serat sembllant a châcun que il sêtt un petit diœ, câr ils seront ses filys et ses hêrs.
  • Frâsa : Al comencement ele fut un grant-temps que a tôs jorns et en totes ôvres et en quâlque luè que ele fut, elle avêt si grant grâce que o lui éret sembllant que Noutron-Siro fut adés "aranda" lyé apèrtament. Aprés la crèssét Noutron-Siro tant sa grâce que mout sovent en quâlque luè que elle fut, elle sentévet si grant grâce et si grant gllouère en son côr de la amôr de Noutron-Sègnor que at/a pênes que ele la potêt sotenir.
  • Frâsa : En cet èspâcio aventiét que ele un jorn aprés vépres fut devant l'ôtar en orêson et on avêt cel jorn per aventura ôtâ la bouèta en que on gouârde CORPUS DOMINI de la custode, se l'avêt on mês(a) en una de les fenétres de l'ôtar. Et ele sè veriét cela pârt en fesent sa orêson et querét fôrtament la môrt a Noutron-Sègnor, a mout grants legremes. Adonc en fesent sa preyére ele aouét et entendét la vouèx de son crèator qui parliêt en la bouèta de que jo é dét de sus que éret en la fenétra.
  • Frâsa : Nos entendens que entre les ôtres chouses o lyé fut demandâ quinta vouèx et quinta parola o lyé éret sembllent que ele aouét. Et ele rèpondét qu'il la avêt come homo, ço lyé éret sembllent; màs difèrence y avêt si grant que no lyé éret viêres que negun côrps humen que vivét en tèrra pouét entendre en son côr ne dére de boche neguna sembllence ni neguna èstimacion de la grant biotât et doçor de cela glloriosa vouèx et parola.
  • Frâsa : En ço que il lyé parl(i)ét, il lyé dit apèrtament ni dèsirar ni querir ceta chousa: "câr, ço dit-il, ne vuel que tu mueres oncor". Iço lyé dit tant bènignament et tant amâbllament que o no lyé éret sembllent que ele ni neguna ôtra pèrsona o pôt fére entendre. Et les grants dèsirs que ele avêt de la môrt lyé passàt tantout del côr et remanat en grant consolacion et en grant dèsir de més vivre al sèrvice de son bon crèator.
  • Frâsa : En cela hora lui venét en côr que la maladie que ele avêt de sa fèbllèsse lui porrêt mout nuére al sèrvice de Noutron-Sègnor et tantout ele tornàt mout dèvotament en sa orêson.
  • Frâsa : En fesent ceta preyére ele aouét et entendét assé come ele avêt devant la glloriosa vouèx et parola de son veré crèator qu'il lyé dit: "Quant que jo tè vodré donar, recês et sofrês en mon nom". Iço lyé dit mout alégrament y at bien pou, ço lyé fut sembllent, en sorisent. La grant consolacion de lyé éret si grant devant que ele non y porrêt metre compto, màs ele fut plles grant aprés et la grâce de Noutron-Sègnor fut tojorn en lyé.
  • Frâsa : Una ôtra vês avençiêt que uns frâres que ele avêt fut de guèrra. Per la grant pediêt que ele en ut de la grant prêson de lui, ele sè mét en grant orêson et en grant aflliccion vers Noutron-Sègnor qui lo son frâre volyésse dèlivrar de les mans de sos ènemis.
  • Frâsa : Et (ils) teniant les déts un drap d'or en que avêt trèze piérres prècioses de que châcuna pœr sè rendêt si grant cllartât que o lui ére viêres que se tot lo mondo fut en pures tènèbres que il furet tot enluminâ de la minor rèsplendor que la plles petita piérra jétâvet.
  • Frâsa : Cél mémo jorn ele aouét dére que son frâre éret dèlivro. Et ele demandàt diligement l'hora qui il salyét de la prêson et trovàt que ço éret la hora que Noutron-Siro lyé avêt octrœyê.
  • Frâsa : Una ôtra vês aventét en Avent que ele fut en mout grant tribulacion de côr, câr lyé éret sembllent que Nouhtron-Siro l'avêt oublliâ perço que ele ne put avêr la fervor ni la dèvocion en sa orêson que ele avêt acotuma. Et ensé quant plles sè aprouèmâve de Chalendes et sa grant dolor plles lyé crèssêt.
  • Frâsa : Quand ele fut en son siècho, ele plloràt si fôrtament que ele perdét de tot lo vêr et la hostie que ele avêt en la boche sè vêt si crêtre que ele ut tota la boche pllêna. Et per lo grant èsperdiment que ele ut, quand ele sentét de ço si pllêna boche, se paràt la man et cudiét metre fôr de la boche. Et fut lui sembllant que no sé que la tirat arriére et lui avêt tâl savor come de chèrn et de sang. La grant pouer que ele avêt, nion n'oserêt ràcontar.
  • Frâsa : En fesent sa preyére de côr a tant grant dèvocion que ele dèfalyêvet del tot et ele ut reciu ço que ele aviêt en la boche sens ço que ele onques non lo sentét tant que ele lo sentét ferir al côr. Per lo grant jouyo et la grant consolacion que ele sentét en son côr, ele cudiévet del tot dèfalyir.
  • Frâsa : Ele sè cudiét èforciér de mengiér pœr les ôtres que ne prissant gouârda et per neguna maniére ele non put, màs lui coventiét metre fôr de la boche un pou de pan que ele avit prês, loquâl ne lui aviêt plles de savor que la tèrra,
  • Frâsa : Le Jœsèf étêt son vêsin ; ele s'étêt tojorn bien acordâ avouéc sè. Quàrques jœrns avànt, ele lui avêt dét : "Ils vant mè menâr le tracassin, il est a pou prés sûr. Và avouéc LYOR, il est mè que je tè le dio. Te los èmpachierés de trœp mè dèguenelyér.
  • Frâsa : Ele vit cossi Noutra-Dona remembrâvet a son glloriox fily cossi ele lo avêt portâ en son glloriox côrps et enfantâ et nurri et alêtâ pœr lo dèlivrament et pœr la salut des pèchiors, et cossi Noutron-sègnor remembrâvet a son glloriox pâre la môrt et la passion et les pllayes et los cllavéls et la lance et la corona et l'èpanchement de son prèciox sang et les ôtres dolors et divèrs torments que il sofrét en sa humanitât pœr sâlvar lo human legnâjo.
  • Frâsa : Quand vit ço lodét viquéro que il lo coventâvet fére, cél aliét cela pârt et en ut mout de dângiérs et de travâlys, ensé que céls qui gouârdont lo luè d'Êmuéx lui volussont lèssiér ço que il demandâvet et que l'èvèque de Valence lo volsét comandar. Totes vês ense come Diô lo avêt ordonâ o sè fit.
  • Frâsa : Justo ceto-qué avêt ècartâ tœs los ôtros, et arrevêt per dèrriér le Jœsèf: "Il est a mon tœrn", qu'il bredolyét. Il fesêt brendegœlar son grànd côrp cœme le balanciér d'un relœjo.
  • Frâsa : Il est perquè que le jœrn du mariâjo, le Jœsèf sè trœvêt dèns la bènda avouéc una diézêna d'ôtros jouenos. Il est pas sè que fesêt le muens de bruit. Il avêt aportâ un morsél de toula de fèr bllanc;
  • Frâsa : Quand il venét al pôrt de Tèches, il trovét iqué doux ècuyérs de céls al Dôfin qui aviévont iqué itâ tot lo jorn, y éret hora de midi, câr no poviévont passar per l'égoue que éret fôr des rives; y avêt pllou três jorns et três nuet sens cèssar. Et sè dègnêt iqué avouéc los doux ècuyérs.
  • Frâsa : Màs dàmente que il désêt ses hores devant dénâr tot entôrn los sents côrps, il lor requerét que se eles volévont que un les portat en Permagni que eles féssont abèssiér la égoue en tâla maniére qui il la pouét passar sens pèril; ou se ço non, il les tornerét lé d'ont il les avêt trêt, quâr il non avêt de argent de que il puét sèjornar ni alar ôtra pârt.
  • Frâsa : Quand il venét encontro Tulins il trovàt una ôtra égoua que dèscend de les montàgnes que éret fôr rives, pœr les grants plloves que érant fêtes, charreyévêt céls russéls ârbros et tronches que àrragiévet en la montàgne d'ont il dèscend. Et avêt iqué joûta lo gouâ três charrètes chargiêes de sâl que non osâvont passar.
  • Frâsa : Aprés ço, cél mémo jorn, a un ôtro russél yô la égoue avêt dèrochiê la pllanche, sè dèviàt la sôma per sè per un sentiér ètrêt que vàt per les végnes. Quand ut alâ lo trèt de una arbarèsta sè sè dèviàt vers lo russél et de què non sè muét pœr ferir que un lyé fit.
  • Frâsa : Quàl donc argènt que te vôs qu'il èye, son pâre n'en avêt pouent.
  • Frâsa : Huét jorns, por lœr, 'ls étiant diéx ans; Et se jamés l'âno tornâve Hèlâs! nion 'l aviêt pas més fam.
  • Frâsa : Je vuel vos racontàr la via d'un garçon, Qu'ennoyê du bon temps, at quitâ sa mêson, Yô qu'il étêt tranquilo et que ren lyé mancâve; 'L aviêt l'ècuèla pllêna et pas ren lyé côtâve. Volyêt alàr chèrchiér dens des payis plles lluen Bonhœr et libèrtât; màs s'est trompâ de bien.
  • Frâsa : 'L ére tot sarvouegiê: ses uelys érant franc rojos, Et lo fond de son cœr lyé fesêt un preprôjo... Pariér, sensa travâly, 'l avêt pas de mengiér; Pœr gouardàr les gadins 'l est alâ s'engagiér. Per pèrmission de Diœ, son mêtre lo trètâve Atot de crouê pan nêr, come lo meretâve;
  • Frâsa : Son pâpa, que les ans 'ls ant pllètâ lo vesâjo, 'L avêt vu cent foréls revèrdir lo velâjo. A pêna possêt més s'édiér de son bâton; 'L alâve tuéts les jorns encontre a son garçon, Màs, jamés nion de llui, jamés nion s'aprochiêve, Ou plletout, étiant pas cél que son cœr amâve. Passâve jorn et nuet acabllâ de chagrin, Et jamés d'un uely sèc il vesêt lo matin.
  • Frâsa : S'est pués savu plles târd que l'Alemagne amia, Sensa scrupulos nos avêt trahi.
  • Frâsa : Niœn 'l aviêt encor vu de batalyes pariér!... A Morin lyé dècape un des pièds de dèrriér; Adonc on sent criàr: Fribôrg! Fribôrg!... la rêna! Tot gent!... lo mot 'l est p'encor dét a pêna,
  • Frâsa : Fôt-o pas, per mâlhœr, qu'un jorn una polalye D'Aguèta - et 'n aviêt doze, et trèze atot lo pôl - U bouél de Magoton aleye fére l'ôf! Un ôf, ben sûr, est pas chousa que valye: O/'L étêt tot-un lo prix de ses grandes atencions. Du moment, vat trovàr comàre Magoton.
  • Frâsa : Magoton: "Te tè trompes, ma chière." Aguèta: "Je vodriô pués oncor vêre!... Lo matin j'é tochiê, la pola 'l aviêt l'ôf." Magoton: "'L at pas fêt l'ôf chiéz nos; di tot come te vôs."
  • Frâsa : Tobit, mâlgrât cen, pregnent bien ses mesures, Comptâve tuéts sos jorns p(er) un mouél de sèpultures. Cél rê, qu'il aviêt sêf du sang et de l'argent, Condane a môrt Tobit, et llui/lyé prend tot son bien.
  • Frâsa : 'L ére bèle ren vrê cen que t'avê dét.
  • Frâsa : Bientout des envitâs la tâblla 'l est ja pllêna. "Ora, dit Ragouèl, prende vêr sensa gêna. N'ens pas, dens cél denâ, fêt grants bagues avouéc ren; Du poca qu'o y at, fédes niœn compliment". Màs Tobie, tot-un, possêt encor ren prendre; L'Ange revegnêt pas, cen possêt pas l'entendre (=il s'en consolâve pas)! Câr 'l aviêt preyê-lo de volêr bien alar Prendre, avouéc Gabelus, l'argent a tere-pelàr (qu'il dêt).
  • Frâsa : Betàr les uelys bllèts. 'L avêt les uelys tot bllèts.
  • Frâsa : 'L étie pas franc nèssua a la cura, màs, muerre, quârques-uns desiant que 'l aviêt fêt comptio de muerre lé. Lo mondo vôt pués franc s'emmèllàr de tot!
  • Sinonimo : aviéve