Nôva rechèrche

Vêre tot

La Parola : l'un, l'una, los uns, les unes
26736

definicion : -

  • Francês : l'un, l'une, les uns, les unes
  • Italien : l'uno, l'una, gli uni, le une
  • Gramatica : pronom endèfeni
  • Varianta : l'un, l'una, los uns, les unes (Dfn)
  • Varianta : l'un, l'una, los uns, les unes (Bjl)
  • Frâsa : Três quârts de les mêsons come clloches brandâvont. U travèrs de la rue les fènes sè sôvâvont, L'una chiéz son vesin, l'ôtra per les végnes, L'una chargiê de fil, l'ôtra de colognes.
  • Frâsa : L'un pllôre son cusin, l'ôtro pllôre son frâre, L'un crent pœr sa fèna, l'ôtro pœr sa comâre; L'on ne recognêt plles ni mêtres ni vâlèts; Tâlo qu'at diéx laquès sè trove tot solèt,
  • Frâsa : Dens totes les mêsons, de pertot l'égoua entrâve; Ele ne coriêt pas, sembllâve qu'el volâve. Cela rapiditât surprend los plles prudents: L'un tançone son vin, l'ôtro son égoua-ardent.
  • Frâsa : Los uns ont de mulèts, de bidèts, ou de rôsses; Los ôtros font sèlar lors chevâls de carrosse. Se 'n y at que vont pœr vêr, 'n y at d'ôtros qu'ont lo souen De solagiér celos qu'ont un prèssant besouen:
  • Frâsa : L'un vat vêr sos parents, sos gendros, sos biôs-fréres; L'ôtro sos crèanciérs, sos amis, sos confréres; Cél vat chiéz son patron, cél chiéz son dèbitœr, Et la bigota côrt chèrchiér son dirèctœr.
  • Frâsa : 'L y at mâques doves brâves femèles u mondo: L'una 'l est pèrdua, l'ôtra, œn pôt pas la trovàr.
  • Frâsa : La pllace Sent-André, cela de la Volalye, Et l'Ila Cllavêson, yô je su per la palye. En l'an cinquanta et un los uns diont que 'n y ut muens, Los ôtros que 'n y ut més, màs n'y at plles de tèmouens.
  • Frâsa : L'une trove son fil dens la lâca borbosa, L'ôtra vêt sa têta, sabllonosa, tèrrosa: Poura mè, dit l'una, vê-que tot mon trèsor, Mon fil qu'ére si fin, et plles jôno que l'or;
  • Frâsa : En l'un avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus". En l'ôtro avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
  • Frâsa : Diœ est amôr et de cela il at tant donâ ux sents que ils s'âmont tant come l'un membro pôt amar l'ôtro. Et ço que l'un vôt, vôlont tués les ôtros.
  • Frâsa : Et céla cllartât jétâvet si grant resplendor que ele fesêt resplendir tota la vèrmelya si que la una biotât enluminâvet si l'ôtra et si étiant la una en l'ôtra que eles rendiant si mèravilyosa biotât et si grant resplendor que on vêt tota la biotât de la bllanche cllartât dedens la vèrmelye et la biotât de la vèrmelye vêt on dedens la biotât de la cllartât bllanche.
  • Frâsa : Màs pués aprés eles lèssiéront cél luè, câr éret trop entre los sèculârs, et s'en retornâront en Permagni, mâques cetes três crèatures que érant ja trapassêes et sèvèlies l'una de joûta l'ôtra al cemetiéro de cela mêson d'Êmuéx.
  • Frâsa : La cognessença sensiblla et la cognessença racionèla difèrèsont qualitativament, els sont tojorn pas copâyes l'una de l'ôtra, mas unies sur la bâsa de la prateca.
  • Frâsa : En filosofia ni lo "racionalismo" ni lo "empirismo" comprendont pas lo caractèro historeco ou dialècteco de la cognessença, et bien que cetes tèories contegnéssant, l'una come l'ôtra, un aspèct de la veretât (il sè trète du racionalismo et de l'empirismo matèrialisto et pas idèalisto), ils sont tuéts doux fôx du pouent de vua de la cognessença considèrâye dens son ensembllo.
  • Frâsa : Les grôs sè fant d'argent atot lœr endustria; Lo petiôd campagnârd, vendent checa per côp Cen que rend son travâly, sa bôna èconomia, On derêt pas, sè fét de jôlis sous! Fôt ben pœr son bosèt qu'un châcun bien s'entende. "Kadia, kel, cosa k'ala da vende?" N'ens de trifoles jônes atant que nen voléd Pœr dègrèssiér lo ventro ux monsiœrs piemontês; N'ens des peréts d'hivèrn et des pomes rênètes, Des véls grâs, des moutons bons pœr la boucherie, Des liévres, des chamôs et tant d'ôtres bétyètes Que bâs per lé vant sè fére rutir. quand doux payis vesin vivont come des fréres L'un a l'ôtro sè fant lo bien qu'on pôt sè fére: Lœr cuér fét des solârs a tuéts noutros monsiœrs Et les sabôts d'Ayâs vat bâs chôciér les lœurs.
  • Frâsa : Lo chavagnon en brès, la bôna mènagiére S'en vat vendre bien chier lo frut de sa chôdiére. Son burro frèque et ses fromâjos grâs Fant franc envéy'! sont fêts p'étre agouétiês! Pœr sè dèdamagiér des pênes que sè balye Vat vendre, doux sous l'un, les ôfs de ses polalyes; Sè prend sucro, câfè... màs de céls-ce bonbons N'en saviant noutros vielys pas mémament lo nom; Lor fesiant via longe atot pan et fromâjo. Tot-un de cél câfè sè nen fét trop d'usâjo; Dês la plles grôssa dama u dèrriér savatin, Tot vôt pœr dèjonon la tâssa lo matin. Cél cllàr tot-un mè étot je l'âmo; Et se j'é l'êr de fére la leçon, O est qu'on derêt qu'on vint plles grâmo A fôrce de megiér de bon.
  • Frâsa : Dames et Monsiœrs, tot vint de Turin, de Fllorence, De Roma, de Milan, d'Anglletèrra et de France. Vegnont chèrchiér l'êr frèque et la bôna apetit, Senant les louidors dens tot noutro payis. Les uns a Sent-Martin vant sus per la valâla, U Mont-Rose tot setout y balyont l'escalâla. D'ôtros de Châtelyon siuvont lo drêt chemin, Vant agouétiér de prés lo front du Mont-Sèrven. D'ôtros sur lo Mont-Bllanc y vant pllantar lœrs tendes; Tot-un y réstont pas les fétes de Chalendes; Et p'étre sur les bèques u levâ du solely Pèrdriant en rampelyent les onglles des artelys. D'ôtros côront pas tant; lœr, cregnont trop la lagne; Les bins de Cort-Mayor fant lœr grant pâssa-temps, Ou ben pœr gouarir des mangagnes Prègnont les égoues a Sent-Vincent.
  • Frâsa : L'ètêla du bèrgiér comenciêve de lluire, Lo pére, en atendent cél que son cœr dèsire: "Ah! Tôrna, desêt-il, du drêt fond de son cœr, Tôna, tôrna, mon fely, vin calmàr ma dolœr". - Lé, tot d'un côp, vers llui s'avance docement Un mâlherœx, son fely, tot trevolant de crente: L'un recognêt son pére et l'ôtro son garçon Que vint tot legremant llui demandàr pardon.
  • Frâsa : Les bèrgiérs, lœr étot, 'ls ant trèt lœr vèsta grise; 'ls ant betâ la tanèta et la genta chemise. Aprés mè, tot vegnêt: femèles, homos, garçons: Les uns sur des montures et les ôtros a piaton,
  • Frâsa : Màs come de jetàr lo moment arrevâve, U bouél, vaches, mojons, tot cen sè tormentâve. Pertot on veyêt ja de petiôds garçonèts: Les uns, devant lo bouél, fesiant petàr lœr fouèt;
  • Frâsa : Lé, l'un trèt son habit et l'ôtro son bonèt, D'ôtros, fin que les soques, et jouyont ux palèts. Doze pouents lo boton! Cen 'l est pas bagatèles, Surtot quand fôt copàr cél que tint les bretèles.
  • Frâsa : Bien vito s'est passâ doux quârts d'hora de temps; Màs savêr quinta gâgne, on nen saviêt de ren. Tantout l'una recule, et pués tot setout s'avance, Et châcuna a bétôrn s'ècote a crapa-pance.
  • Frâsa : Lo réstant du tropél avançe en s'empendent; Les unes sè borneyont, les ôtres sè chaçont.
  • Frâsa : Adonc sè vêt, per lo velâjo, Du bouél sortir les vegnerons; Les uns molent lœr corbetion, D'ôtros, atot lo massœt des sôjos.
  • Frâsa : Mècllàr ensembllo les idês de l'un et celes de l'ôtro.