Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 13778
cen
definicion
1) ce qui est à moi, à nous… "cen mio", "cen noutro": 2) ...
nota
la première forme, "cen", présente surtout dans le domaine d'oïl, remonte au préfixe ECCE ; la seconde, "quen", qui relève surtout du domaine d'oc, remonte au préfixe *ACCU (voir à ce sujet Pierre Gardette, Etudes de Géographie linguistique, Société de Linguistique Romane, Strasbourg 1983, p. 37-43).
  • pronom dèmostratif [valor* : 10]
  • pronom entèrrogatif [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • cela [valor : 10]
    ---
  • ce qui [valor : 10]
    ---
  • ce (pron.) [valor : 10]
    ---
  • ça [valor : 10]
    ---
  • ceci [valor : 10]
    ---
  • quello pron.[valor : 10]
    ---
  • che cosa[valor : 10]
    ---
  • cosa (che -)[valor : 10]
    ---

Variantes

  • cèn [Bjl] [valor : 10]
    Ècritura d'origina :
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994 Web d'entèrèt :
    ---
  • cen [Pie] [valor : 10]
    Ècritura d'origina : seun
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013 Web d'entèrèt :
    ---
  • icen [valor : 10]
    Ècritura d'origina : icen
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • cen [Bjl] [valor : 10]
    Ècritura d'origina : cen
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Cen s'asiut...! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Sin s’achyeu...!
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Base de donnée du dic. du patois de Bagnes
    nota : Orthographe du dictionnaire du patois de Bagnes
    ---
  • S'asiut de tot cen qu'il vint en idê. [valor : 5]
    ècritura d'origina : S’achyeu dë to sin k’i veïn in-n idé.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Base de donnée du dic. du patois de Bagnes
    nota : Orthographe du dictionnaire du patois de Bagnes
    ---
  • L'italien vat vivre ux dèpens de ta bôrsa, Pœpllo libro, di-mè se cen 'l est pœr ton bien. [valor : 5]
    ècritura d'origina : L'italien vat vivre i depen de ta boursa, Peuple libro, di mè se cen l'est pe ton bien.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : L'italien va vivre aux dépens de ta bourse. Peuple libre, dis-moi si cela est pour ton bien.
    ---
  • Aprés cèn, los/les nœciérs poviéront continuar lyor chemin. La clarinèta modét devànt, en fesent quinar sa musica. La nœce partét aprés, et la folyèta de vin per dèrriér. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Apré sè, lô neûssi poueûyèran kontinuo yeû tseûman. La klarinète moueûdi devè, è fezè kinyun sa muzike. La neusse parti apré, é la fuyète de van pre dèri.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Après cela, les "nociers" purent poursuivre leur chemin. Le joueur de clarinette partit en avant, en faisant couiner son instrument. La noce partit à la suite et la "feuillette" de vin par derrière.
    ---
  • Oubllia les crouês jorns, les soucis. Tè fôt ècrire u present. La via el est bèla, dis marci. Tu recês cen que t'en atends. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Ôblia lè croué zor, lè soussi. Tè fât èhréïrè ou prèjein. Le vià yè bèla, deu mèrsi. Tô rèchi chein quié t'eind'atein.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : André Lagger - Lo Mériou - 1999
    ---
  • Cen que pare-t lo frêd o pare-t 'cor lo chôd. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Seun que pareut lou fret e pareut co lou tchaoud.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013
    ---
  • Il sât cen qu'il vôt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : I sat seun qu'i veut.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013
    ---
  • Qu'est-il cen? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Q'est-i seunc?
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013
    ---
  • Cen que t'âs dét? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Seun que t'a dit?
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013
    ---
  • Los ponts-levis ils los ariant bèssiês, Ariant ôtâ tot cen qu'arêt empachiê, Por fâre entrar l'èscadron de Savouè: Vos los vèrréd bentout en dèsarrouè; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lou pon-levi y lou arion bassia, Arion outa tot cen qu'ar' ampassia, Pé far entra l'escadron de Savoi: Vo lou veii bein-tout em déssaroi;
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 13. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Les ponts-levis ils les auraient abaissés, Ils auraient ôté tout ce qui les gênait, Pour faire entrer l'escadron de Savoie. Vous les verrez bientôt en désarroi.
    ---
  • Dedens cet lévro aparéssêt un luè dèliciox, qui éret si très grand que tot lo mondo no est que un pou de chousa a regârd de cen. En cél luè aparéssêt una très glloriosa lumiére, que sè divisâvet en três parties, assé come en três pèrsones; màs de ço ne fét a parlar de boche d'homo. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dedenz cet livro apparisseit uns lues delicious, qui eret si tres granz que toz li monz no est que un po de chosa a regar de cen. En cel lua apparisseit una tres gloriosa lumeri, que se devisavet en tres parties, assi come en tres persones; mays de co ne fait a parlar de bochi de home.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Dans ce livre apparaissait un lieu délidieux, qui était si grand que le monde entier n'est que peu de chose en comparaison. En ce lieu apparaissait une très glorieuse lumière qui se divisait en trois parties, comme en trois personnes, mais il n'est bouche d'homme capable d'en parler.
    ---
  • U comencement t'avéve prês un papiér bllanc et, tot orgolyox, t'éres parti por la granta aventura de devenir ècriven. Mas, tot de suite, aprés aver ècrit les premiéres paroles, la cèrtituda de ta man ére èvania: t'éres pllen de dôtes et de demandes. Coment ècrire ço, coment ècrire cen ... Et l'entousiasmo de comunicar ètot ta lengoua-mére 'l ére étâ rèdui u pesant silence de l'analfabèto. Pou a pou doves quèstions s'éront ècllarâyes: coment ècrire et coment sè fére comprendre? [valor : 10]
    ècritura d'origina : U comencement t'avéve prês un papiér blanc et, tot orgolyox, t'ére parti por la granta aventura de devenir ècriven. Mas, tot de suite, aprés aver ècrit les premiéres paroles, la cèrtituda de ta man ére èvania: t'ére plen de dôtes et de demandes. Coment ècrire ço, coment ècrire cen ... Et l'enthousiasmo de comunicar atot ta lengoua-mére 'l ére étâ rèdui u pesant silence de l'analfabète. Pou a pou doves quèstions s'éront ècllarâyes: coment ècrire et coment se fére comprendre?
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : F.Corradin - Comunicar ou sonar? - Viena tsu ma trasa - 2010
    ---
  • "Se t'ècris ol est porquè te vôs que quârqu'un liéseye, se t'ècris ol est pœr condivisar tes èmocions, tes idês, tes èsperances ètot d'ôtros" cen vos ècrit mon amis Florant Corradin déns lo romans "lo temps" en ècritura supradialèctâla arpitana. [valor : 10]
    ècritura d'origina : "Se t'ecris o l'est porquè te vos que quarqu'un lièseye, se t'ecris o l'est por condivider te èmocions, te ides, tes esperances atot d'otros" seun vou èicrit moun amis Floran Corradin d'in lou roumanz lo temps an èicrituřa supradialectala arpitana.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Per quei èicrio an francoprovensal - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : "Se t'ecris o l'est porquè te vos que quarqu'un lièseye, se t'ecris o l'est por condivider te èmocions, te ides, tes esperances atot d'otros" queste sono le parole dell'amico Floran Corradin nel suo romanzo Lo temps vergato nel sistema supradialectale arpitano.
    ---
  • Jèsus-Crist est tot franc et pœr cen il at fêt sos amis tant francs et si subtils et si transparents que ils pont entrar et èxir a pôrtes cllôses sens negun empagement, assé come Jèsus-Crist fesêt aprés la rèsurrèccion. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Jhesu Criz e toz frans et per cen il ha fayt sos amis tant frans et si sustiz et si trapercans que il pount entra et issir a portes closes sen negun empegiment, assi com Jhesu Criz fayseit apres la resurrection.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Jésus-Christ est totalement libre et, à cause de cela, il a fait ses amis tellement libres, subtils et immatériels qu'ils peuvent entrer et sortir, portes closes, sans aucun empêchement, comme faisait Jésus-Christ après la résurrection.
    ---
  • Le grôs pâs fin de Pierro a Cuseniér uvrét sa bèca: "Nan, il est pas cèn. Il est que je vôl bêre un côp, mè." Ils sè metéront tôs a rire. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le grô po fan de Pyare a Tchuzeni eûvri sa beke: "Nan, y é po sè. Y è ke dze vou banre un kou, ma." I se métèran teût a rire.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Le gros pas rusé de Pierre Cuisinier ouvrit son bec: "Non, ce n'est pas cela. C'est que je veux boire un coup, moi." Ils se mirent tous à rire. [beke: le féminin pour -bèc- est rare, et désigne plutôt le sommet, l'extrémité, comme infra.]
    ---
  • Il est pas pœr ne pas payér que je tè dio cèn. Je sé bèn qu'il fôt que j'y pâsso. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y é po pe ne po payun ke dze te di sè. Dze sé ban k'i fo ke dz'i posse.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Ce n'est pas pour ne pas payer que je dis cela. Je sais bien qu'il faut que je le fasse.
    ---
  • U(x) métyo(s). Tornàr u(x) métyo(s). Restàr cachiê tot lo jorn u(x) métyo(s). Vin mè trovàr quand te vôs, houé je su tot lo jorn u(x) métyo(s). je su passâ u(x) métyo(s) de tè, màs je t'é pas trovâ. Arreve tojorn târd u(x) métyo(s). Cen 'l est u(x) métyo(s). [valor : 10]
    ècritura d'origina : I mëtso. Torné i mëtso. Resté catsà tot lo dzor i mëtso Vin me trové quan te vou, voueu dze si tot lo dzor i mëtso. Dze si passâ i mëtso de tè, më dze t'i pa trovà. Arreve todzor tar i mëtso. Cen l'est i mëtso.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : À la maison, chez soi. Rentre à la maison. Rester toute la journée à la maison. Viens me trouver à l'heure que tu veux, aujourd'hui je suis toute la journée à la maison. Je sui passé chez toi, mais je ne t'y ai pas trouvé. Il rentre toujours tard à la maison. Cela est venu à la maison (se dit lorsqu'on amasse quelque chose à sa faveur).
    ---
  • Come lo/le montre noutra prateca, cen que nos ens prês a travèrs los/les sens pôt pas étre imèdiatament comprês, et justo cen que nos ens bien comprês pôt étre sentu de maniéra plles profonda. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Kome lo montre notra prateka, hen ke nos en prey a traver le ses pot pa eitre imediatament komprey, e gzestò hen ke nos en bien komprey pot eitre sentu de magneiha pi profonda.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Comme le prouve notre pratique, ce que nous avons perçu par les sens ne peut être immédiatement compris par nous, et seul ce que nous avons bien compris peut être senti d'une manière plus profonde.
    ---
  • "Sensa sôrtre d'enchiéz sè, un "sieoutsai" pôt savêr tot cen que acapite desot lo solely" 'l ére mâques una frâsa vouéda dens los anciàns temps quand la tècneca 'l ére pas dèvelopâye; bien qu'a noutra època de tècneca dèvelopâye, cen seye rèalisâbllo, cés que aquèront vreyament una partia du savêr, sont, dens tot lo mondo, cés que sont gllètâs a la prateca. [valor : 10]
    ècritura d'origina : "Sensa sortre d'en ksei se, in "sieoutsai" pot savey tut hen ke kepite desòt lo soley" l'eire make inha fraza vuida din les ansien temp kan la tekneka l'eire pa deivelopeya; bien k'a notra eipoka de tekneka deivelopeya, hen sie realizaablò, his ke akuiston vreiament inha partia di savey, sont, din tut lo mondò, his ke sont lloato a la prateka.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : "Sans sortir de chez lui, un sieoutsai peut savoir tout ce qui se passe sous le soleil" n'était qu'une phrase vide dans les temps anciens où la technique n'était pas développée; bien qu'à notre époque de technique développée cela soit réalisable, ceux qui acquièrent vraiment du savoir par eux-mêmes sont, dans le monde entier, ceux qui sont liés à la pratique.
    ---
  • Los plles ridiculos sont céls que sè nomont los "mè-sâvo-tot" et que, en èyent mâques de cognessences ocasionèles, particuliéres, sè procllamont les "premiéres ôtoritâts du mondo", cen que signifie simpllament lor ignorança. Les cognessences sont la sciença et la sciença pôt pas admetre la muendra hipocrisia, la muendra prèsompcion: cen qu'ela demande est sûrament lo contrèro: l'honètetât et la modèstia. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le pi ridikulò sont his ke se nomon le "me sei tut" e ke, en aien make de kogneisense okazionaale, partikulare, se proklamon le "premeihe autorito di mondò", hen ke signifie simplament lor ignoransa. Le kogneisense sont la siansa e la siansa pot pa admetre la moendra ipokrizia, la moendra prezompsion: hen k'ila demande et surament lo kontreihò: l'oneiteto e la modestia.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Les plus ridicules sont ceux qu'on appelle les "je-sais-tout" et qui, n'ayant que des connaissances occasionnelles, fragmentaires, se proclament les "premières autorités du monde", ce qui témoigne tout simplement de leur fatuité. Les connaissances, c'est la science, et la science ne saurait admettre la moindre hypocrisie, la moindre présomption; ce qu'elle exige, c'est assurément le contraire: l'honnêteté et la modestie.
    ---
  • Et cen que il est por mè èxpèriença endirècta il est por d'ôtros èxpèriença dirècta. [valor : 10]
    ècritura d'origina : E hen ke i et pe me esperiensa indirekta i et pe d'aatre esperiensa direkta.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Et ce qui est pour moi expérience indirecte reste pour d'autres expérience directe.
    ---
  • Dens la pèrioda iniciâla de sa prateca, pèrioda de la dèstruccion des machines et de la luta spontanêya, lo prolètariat sè trovâve mâques, dens sa cognessença de la sociètât capitalista, u degrâ de la cognessença sensiblla et apréhendâve mâques des aspècts isolâs et les lièsons èxtèrnes des divèrs fenomènos du capitalismo. Il formâve oncor cen qu'on dit "una cllâssa en sè". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Din la perioda inisiaala de sa prateka, perioda de la destruksion di maxine e de la luta spotanea, lo proletariat se trovave make, din sa kogneisensa de la sosieto kapitalista, i degrei de la kogneisensa sensibla e aprehendave make des aspekt izolo e le liezon esterne di divers feinomeinò di kapitalismò. I formave inkò hen k'on dit "inha klasa en se".
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Dans la période initiale de sa pratique, période de la destruction des machines et de la lutte spontanée, le prolétariat ne se trouvait, dans sa connaissance de la société capitaliste, qu'au degré de la connaissance sensible et n'appréhendait que des aspects isolés et la liaison externe des différents phénomènes du capitalisme. Il n'était encore que ce qu'on appelle une "classe en soi".
    ---
  • Les èrrors de ceta tèoria consistont a pas comprendre que, les donâs de la pèrcèpcion sensiblla, tot en étent lo reflèt de cèrtênes rèalitât du mondo objèctif (prègieré pas icé de cét empirismo idèalisto que limite l'èxpèriença a cen qu'on dit entrospeccion), els sont pas muens unilatèrâles, supèrficièles, selon que cét reflèt est encomplèt et que traduét pas l'èssença des chouses. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Les eiror de heta teoria konsiston a pa komprendre ke, le dono de la persepsion sensibla, tut en eiten lo reflet de serteinhe realito di mondò obgzetif (pregzari pa hik de hit empirismò idealistà ke limite l'esperiensa a hen k'on dit introspeksion), i sont pa moen unilateraale, superfisiaale, selon ke hi reflet et inkomplet e ke traduey pe l'eisensa di ksoze.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Les erreurs de cette théorie consistent à ne pas comprendre que, tout e;n étant le reflet de certaines réalités du monde objectif (je ne parlerai pas ici de cet empirisme idéaliste qui limite l'expérience à ce qu'on appelle l'introspection), les données de la perception sensible n'en sont pas moins unilatérales, superficielles, que ce reflet est incomplet, qu'il ne traduit pas l'essence des choses.
    ---
  • Por reflètar pllênament una chousa dens sa totalitât, por reflètar son èssença et ses louès entèrnes, il fôt procèdàr a una opèracion entèlèctuèla en sometent les reches donâs de la pèrcèpcion sensiblla a una èlaboracion que consiste a tapàr lluen la crouésa por gouardar lo gran, a èliminàr cen que il est inutilo por gouardar lo vrê, a passàr d'un aspèct des fenomènos a l'ôtro, du defôra u dedens, de façon a crèàr un sistèmo de concèpts et de tèories: il fôt sôtàr de la cognessença sensiblla a la cognessença racionèla. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pe refletei plenhament inha ksoza din sa totalito, pe refletei son eisensa e se loei interne, i fat prosedei a inha operaksion intelektuaala en sobeten le rekse dono de la persepsion sensibla a inha eilaboraksion ke konsiste a tapei lloen la kroisa pe gardei lo gran, a eliminei hen ke i et inutilò pe gardei lo vrei, a pasei d'in aspekt di feinomeinò a l'aatrò, di defoha i dedin, de fason a kreei in sistema de konsept e de teorie; i fat saotei de la kogneisensa sensibla a la kogneisensa rasionaala.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Pour refléter pleinement une chose dans sa totalité, pour refléter son essence et ses lois internes, il faut procéder à une opération intellectuelle en soumettant les riches données de la perception sensible à une élaboration qui consiste à rejeter la balle pour garder le grain, à éliminer ce qui est fallacieux pour conserver le vrai, à passer d'un aspect des phénomènes à l'autre, du dehors au dedans, de façon à créer un système de concepts et de théories; il faut sauter de la conn.sensible à la conn.rati.
    ---
  • Lo rolo actif de la cognessença s'èxprime pas justo dens lo sôt actif de la cognessença sensiblla a la cognessença racionèla, mas oncor, cen que est plles important, il dêt s'èxprimar dens lo sôt de la cognessença racionèla a la prateca rèvolucionèra. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo roolò aktif de la kogneisensa s'esprime pa gzestò din lo saat aktif de la kogneisensa sensibla a la kogneisensa okasionaala, ma inkò, hen ke et pi importan, i dey s'esprimei din lo saat de la kogneisensa rasionaala a la prateka revoluksioneiha.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Le rôle actif de la connaissance ne s'exprime pas seulement dans le bond actif de la connaissance sensible à la connaissance rationnelle, mais encore, ce qui est plus important, il doit s'exprimer dans le bond de la connaissance rationnelle à la pratique révolutionnaire.
    ---
  • S'il sè trète d'un mouvement sociâl, los veretâbllos dirigients rèvolucionèros dêvont pas justo savêr corregiér les èrrors que sôrtont dens lors idâs, tèories, pllans ou projèts, selon cen que nos ens dét devant, il fôt oncor, quand un procèssus objèctif progrèsse et passe d'un degrâ de son dèvelopement a un ôtro, qu'ils séssant capâbllos lors-mémos et tuéts céls que participont a la rèvolucion avouéc lors, de siuvre cé progrès et cé passâjo dens lor cognessença subjèciva, o-est-a-dére... [valor : 10]
    ècritura d'origina : S'i se trate d'in movement sosial, le vehetaablò dirigzent revoluksioneihò deyon pa gzestò savey koregzei les eiror ke sorton din lors ido, teorie, plan o progzet, selon hen ke nos en det devan, i fat inkò, kan in prosesus obgzetif progrese e pase d'in degri de son deivelopemen a in aatrò, k'i sisan kapaablò lor-meimò e twt his ke partisipon a la revoluksion avoi lor, de suivre hi progres e hi pasagzò din lor kogneisensa subgzetiva, i et a deihe...
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : S'il s'agit d'un mouvement social, les véritables dirigeants révolutionnaires doivent non seulement savoir corriger les erreurs qui apparaissent dans leurs idées, théories, plans ou projets, comme cela a été dit précédemment, il faut encore, lorsqu'un processus objectif progresse et passe d'un degré de son développement à un autre, qu'ils soient aptes, eux-mêmes et tous ceux qui participent à la révolution avec eux, à suivre ce progrès et ce passage dans leur connaissance subjective, c'est-à-dire ...
    ---
  • O vint aprés lo second degrâ du procèssus de la cognessença, lo degrâ du passâjo del'èsprit a la matiéra, de la pensâ a l'étro; o sè trèta alors d'aplecàr dens la prateca sociâla la cognessença aquisa u cors du premiér degrâ, por vêre se cetes tèories, poleteca, pllans, moyens d'accion, ets., produésont les rèsultats atendus. En g·ènèral, o est justo cen que reussét, o est fôx cen que reussét pas; ço est vrê surtot por la luta des homos contre la natura. [valor : 10]
    ècritura d'origina : I veint aprei lo sekond degrei dei prosesus de la kogneisensa, lo degrei di pasagzò de l'espri a la matieha, de la penso a l'eitre: i se trate alora d'aplekei din la prateka sosiaala la kogneisensa akuisteya i kors di premei degrei, pe veire se hete teorie, poleteka, plan, moaien d'aksion, ets., produeyson le rezultat atendu. En gzeneral, i et gzestò hen ke reusey, i et faas hen ke reusey pa; hò et vrei surtot pe la luta dis òmò kontre la natuha.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De io vegnon les ido gzeste? - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1963 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Vient ensuite le second degré du processus de la connaissance, le degré du passage de l'esprit à la matière, de la pensée à l'être: il s'agit alors d'appliquer dans la pratique sociale la connaissance acquise au cours du premier degré, pour voir si ces théories, politiques, plans, moyens d'action, etc. produisent les résultats attendus. En général, est juste ce qui réussit, est faux ce qui échoue; cela est vrai surtout de la lutte des hommes contre la nature.
    ---
  • Dens la luta sociâla, les fôrces que rèprèsentont la cllâssa d'avant-gouârda subésont, des côps, des revèrs et cen pas porquè ils ant des idâs fôsses, mas porquè, dens los rapôrts des fôrces que s'afrontont, éles sont, por lo moment, muens fôrtes que les fôrces de la rèaccion; de lé vegnont lors ensuccès provisouèros, mas éles fenéssont tojorn por trionfàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Din la luta sosiaala, le forse ke reprezenton la klasa d'avan-garda subeyson, de ko, de revers et hen pa perkei i ant des ido faase, ma perkei, din le raport di forse ke s'afronton, ile sont, pe lo momen, moen forte ke le forse de la reaksion; de lai vegnon lors insukses provisoarò, ma ile feneyson sempre pe trionfei.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De io vegnon les ido gzeste? - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1963 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Dans la lutte sociale, les forces qui représentent la classe d'avant-garde subissent parfois des revers, non qu'elles aient des idées fausses, mais parce que, dans le rapport des forces qui s'affrontent, elles sont temporairement moins puissantes que les forces de la réaction; de là viennent leurs échecs provisoires, mais elles finissent toujours par triompher.
    ---
  • 'L at fêt cen per malignitât. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'at fé cen pe malignità.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Il a fait cela par malignité.
    ---
  • O est cèn. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y é sè.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : C'est cela.
    ---
  • En arrevànt u Brœly j'é vu, come una féta; Tot lo mondo assuegiê des pièds tant que a la téta. Les femèles, cél jorn, 'ls aviant de gents pichèts, Franc come vôlont lœr; cen réstâve si rêd! [valor : 10]
    ècritura d'origina : In arreuven i Breuil dz'i vu, come euna fëta; Tot lo mondo achouedzà di pià tanque a la tëta. Le femalle, ci dzor, l'ayan de dzen pitset, Franc come voulon leur; cen restàve se ret!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : En arrivant au Breuil j'ai vu, comme en un jour de fête, Tout le monde en toilette des pieds jusqu'à la tête. Les femmes, ce jour-là, avaient de belles dentelles, Vraiment comme elles les veulent; cela restait si raide!
    ---
  • Bientout, per totes cârres on sentêt ja criàr: L'hora d'ètièva arreve, alens donc vito arriàr. V'ussiâd vu! les bèrgiérs, les petiôdes bèrgiéres, Un chanon aprés l'ôtro, emplléssont les chôdiéres. En duère, vant lavàr lœr chanon, lœr colior, Et mémament lo nâs, tant que cen seye prod. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bientou, pe totte carre in sentset dza crié: L'aoura d'eitava arreuve, alle don vito arrié. Vucho vu! le berdzé, le petsoude berdzëre, Un tsanon aprë l'âtro, impleisson le tsaoudëre. In dzoêre, vant lavé leur tsanon, leur coillaou, Et mëmamen lo nà tanque cen sìe praou.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Bientôt, de toutes parts on entendait déjà crier: L'heure huitième arrive, allons vite traire. Si vous eussiez vu! Les bergers, les petites bergères, Un seau après l'autre, remplissent les chaudières. A la rivière, ils vont laver leur seau, leur couloir, Et mêmement le nez, tant qu'il faut.
    ---
  • Cen sèrt bèle a ren du tot. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Cen sert belle a ren di tot.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Cela ne sert vraiment à rien.
    ---
  • J'é fôta d'una ése pœr alàr querir d'égoue. Prend bèle ço, cen. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dz'i fata d'euna éise pe allé queri d'éve. Pren belle ço, cen.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : J'ai besoin d'un récipient pour aller chercher de l'eau. Prends même ceci, cela.
    ---
  • Fà atencion a cen que te fés, mojon! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Fé attenchon a cen que te féi, modzon!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Fais attention à ce que tu fais, lourdeau!
    ---
  • Fà cen! Per ôtro! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Fé cen, pératro!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Fais cela, sans quoi! Sinon tu vas voir ce qui arrive!
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche