Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 14081
châcun, châcuna, châcuns, châcunes
definicion
pronom endèfini.
nota
châcun, -a ; a châ
  • pronom endèfeni [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • chacun, chacune, chacuns, chacunes [valor : 10]
    ---
  • ognuno, ognuna, ognuni, ognune (pronome)[valor : 10]
    ---
  • ciascuno, ciascuna, ciascuni, ciascune (pronome)[valor : 10]
    ---

Variantes

  • châcun, châcuna, châcuns, châcunes (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : saquion
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : ATHENA - Pierre Perroud Web d'entèrèt : http://athena.unige.ch
    ---
  • châcun, châcuna, châcuns, châcunes (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : tsacun
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • châcun, châcuna, châcuns, châcunes (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : chacuns, chacuna
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---
  • châcun, châcuna, châcuns, châcunes (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : chacun
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • En Mârs, quand trone, Châcun s'ètone. [valor : 5]
    ècritura d'origina : En Mars, quan troune, Tsacun s'étonne.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.74 a la pâge 27 du lévro)
    nota : En Mars, quand il tonne, Chacun s'étonne.
    ---
  • La dama Gonèt qu'est réche, Que s'en féche, Aportat de bon fricot, Avouéc ses tœtes bèles, Damouesèles; Firont châcuna lor cadô. [valor : 5]
    ècritura d'origina : La dame Gonnet qu'est ritse, Que s'in fitse, Apportit de bon fricot, Avui ses teutes belles, Demoiselles; Féron tsakeune lu cadot.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    nota : s'in fitse: dans un noël écrit par un prêtre, l'expression ne doit donc pas être trop vulgaire.
    ---
  • Lo/le Jœsèf sèntét qu'il falêt arrèngiér los/les aféres. Il rèpondét sèn sè fâchiér: "Un vêrro de vin nœs ferat bièn pllêsir. Màs il est pas prœd; nœs vodrans bièn que la mariâ nœs dœne a châcun una fllœr de son boquèt de nœce. Aprés nœs ne l'ennœyerens pas més. Nœs la lèssierens s'èn alâr bièn tranquila." [valor : 5]
    ècritura d'origina : Le Dzeûzé sèti k'i foleû arèdzyun lôz afére. A répondi sè se fotsyun: "Un vare de van neû fera byè planzi. Mé y é po preû; neû voudran byè ke la maryan neû deune a tsokan un-ne fleû de son boutché de neusse. Apré, neû ne l'èneuyeran po mé. Neû la lésseran s'èn alo byè trantchile."
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Joseph sentit qu'il fallait arranger la situation. Il répondit sans se fâcher: "Un verre de vin nous fera bien plaisir. Mais ce n'est pas suffisant; nous voudrions bien que la mariée nous donne à chacun une fleur de son bouquet de noce. Ensuit, nous ne l'ennuierons plus, Nous la laisserons s'en aller bien tranquille.
    ---
  • Trèze on en prét qu'étévont tot en via; Ils desévont: "De nos usséds pediêt!" Tot en codant qu'en payent lœr rançon Ils s'en iriont châcun dens lœr mêson. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Treize on an prai qu'étivon to an via; I desivon: "De no ossi pedia!" To an coudan qu'an payan leu rançon I s'an irion saquion dan leu maison.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 30. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : On en prit treize qui étaient bien vivants; Ils disaient: "De nous ayez pitié!" Tout en croyant qu'en payant leur rançon, Ils s'en iraient chacun dans leur maison.
    ---
  • Coment nen sortir? La rèponsa est très simplla, mas empllique un engagement sèriox. Nos fôt pensar por tot lo payis arpitan a una ortografia que seye comena et condivisa. Quârque-chousa que, en tot lo domêno lengouistico, possésse pèrmetre una lèctura avouéc pllèsir, concentrâye sur les idês comunicâyes, sens l'embarras continuèl de devêr indentifiyér silaba aprés silaba. Porquè j'é emplleyê la parola ortografia? Perce que l'ortografia est lo sol chemin por avêr un pouent comon de rèfèrence. Por l'amôr de Diô, que seye cllâr, châcun a son velâjo continuerat ètot sa grafia, mas u moment de publleyér, a la pllace de betar a coutâ de la sina bèla poèsia una traduccion en italien ou en francês, beterat la transcripcion en ortografia de rèfèrence. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Coment nen sortir? La rèponsa est très simpla, mas implique un engagement sèriox. Nos fôt pensar por tot lo payis arpitan a una ortografia que seye comona et condivisa. Quârque chousa, que en tot lo domêno lengouistico, possésse pèrmetre una lèctura avouéc plèsir, concentrâye sur les idês comunicâyes, sens l'embarras continuèl de devêr indentifiar sillaba aprés sillaba. Porquè j'é empleyê la parola ortografia? Perce que l'ortografia est lo sol chemin por avêr un pouent comun de rèfèrence. Por l'amôr de Diô, que seye cllâr, châcun a son velâjo continuerat atot sa grafia, mas u moment de publeyér, a la place de betar a coutâ de la sina béla poèsia una traduccion en italien ou en francês, beterat la transcripcion en ortografia de rèfèrence.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : F.Corradin - Comunicar ou sonar? - Viena tsu ma trasa - 2010
    ---
  • Los ôrdres sont donâs pœr cantonar doves pôrtes; Pœr chargiér de femiér l'on mène de bèrrotes; Châcun fât son devêr, setout dét, sétout fêt. Cependent pllôt tojorn, l'égoua crêt, la nuet chêt: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Louz ordre sont dona pe cantonna deux porte; Pe chargié de fumié l'on mene de barrote; Chacun fat son devey, sitou dit, sitout fat. Cependant plot touiour, l'aigua creyt, la no chat:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Les ordres sont donnés pour cantonner deux pôrtes; Pour charger du fumier l'on mène des brouettes; Chacun fait son devoir, (aus)si tôt dit (aus)si tôt fait. Cependant (il) pleut toujours, leau croîi, la nuit tombe:
    ---
  • Châcun devant chiéz sè cueve, netèye, lâve; Qui tire sos/ses toniôs, qui fât vouedar ses câves. Se los/les grands per lors gens sè font complimentar, Celos du tièrs-ètat côront sè visitar: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Chacun devan chieu si coïve, neteye, lave; Qui tire sou tonneau, qui fat voïda se cave. Si lou grand pe lor gen se fon complimenta, Celou du tier eitat couron se visita:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Chacun devant soi balaye, nettoye, lave; Qui tire ses tonneaux, qui fait vider ses caves. Si les grands par leurs gens se font complimenter, Ceux du tiers-état courent se visiter:
    ---
  • Lo savatiér du couen, plles pèmo que marmota, N'ôse plles ricaniér, ni subllar la linota; Qui decé, qui delé, châcun s'en sentirat; Et tâl n'y pense pas, que s'en soventerat: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo savatié du coin, plu paimo que marmota, N'auze plu ricanyé, ni sibla la linota; Qui decey, qui deley, chacun s'en sentirat; Et tau n'y pense pas, que s'en vouventarat:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Le savetier du coin, plus engourdi qu'une marmotte, N'ose plus ricaner, ni siffler la linotte; Qui deçà, qui delà, chacun s'en (res)sentira, En tel n'y pense pas, qui s'en souviendra:
    ---
  • Châcun dens son ètat, dens cél temps de dètrèsse, De sos petits moyens ux pouros fit largèsse: Qui donàt diéx louidors, qui cinq, qui vengt ècus; Cél-ce qu'il llui falyêt, l'ôtro son supèrflu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Chacun din son eitat, din ceu temps de deitreissi, De sou petit moyen u pourou fit largessi: Qui donnit dix loui d'or, qui cinq, qui vingt eicu; Ceu ce que 'l y faillet, l'autro son superflu.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Chacun dans son état, dans ce temps de détresse, De ses petits moyens aux pauvres fit largesse: Qui donna dix louis d'or; qui cinq, qui vingt écus; Celui-ci ce qu'il lui fallait, l'autre son superflu.
    ---
  • Or pensâds la très grant biotât de llui que est si très grant que il at donâ a tôs los anges et a tôs sents qui sont ses membros que châcuns est assé cllârs come les solos. Or povéds pensar quant biô lo luè yô at tant de cllartâts. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or pensas la tre grant beauta de lui que est si tres granz que il ha dona a toz los angelos e a toz seins qui sont ses membro que chacuns est aussi clars com li selouz. Or poes pensar quant beuz est li lues ou a tant de clartes.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or, imaginez sa très grande beauté, si grande qu'il a donné à tous les anges et à tous les saints qui sont ses membres, d'être aussi clairs que le soleil. Vous pouvez penser comme il est beau le lieu où il y a tant de clartés.
    ---
  • Or povéds pensar la très grant bontât que est en llui qui ensé at donât tot quant que il at sos amis. Œncor lor at il plles fêt, câr il lor at donâ sè-mémo, câr il los at fêts si biôs et si glloriox que la Trinitât vêt châcun en sè, assé come un vêt en un bél merior ço que llui est devant. Et ço est la ècritura que éret en lo second fèrmél, yô avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or poes pensar la tres grant bonta que est en luy qui ensi a dona tot quanque il ha sos amis. Encor lor ha il plus fait, quar il lor ha dona se memo, quar il los ha fait si beuz et si glorious que la Trinita veit chacuns en se, assi come un veit en un bel mireour co que li est devant. Et co est li escriptura que eret escripta el secont fermel, ou aveyt escrit: "Mirabilis Deus in sactis suis".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or vous pouvez vous représenter la très grande bonté qui est en lui, qui a donné ainsi tout ce qu'il a à ses amis. Il a fait plus pour eux, car il s'est donné lui-même. Il les a faits si beaux et si glorieux que chacun voit la Trinité en soi, comme on voit en un beau miroir ce qui est en face. Et c'est l'insciption qui était sur le second fermoir, où était écrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
    ---
  • Certes jo crê metrêt ben son côr en la très grant biotât Noutron-Sègnor et coment il aparêt glloriox en sos sents, cél derêt bien que ço érant drêtes mèrvelyes, et crê que o lo convindrêt a dèfalyir, èh bien porrêt dére que Diœ lor avêt ben rendu ço que il lor promèt per lo profèto David: "Ego dixi, dii estis". Câr o serat sembllent a châcun que il sêt un petit diœ, câr ils seront ses filys et ses hêrs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Certes jo crey qui metrit bein son cor en la tres grant beuta Nostron Seignour et coment il appareyt glorious en sos sains, hel dyroyt bien que so erant dreites mervilles, e crey que oy lo convindrit a defalir, e bein porreit dire que Deus lor aveit bein rendu co que il lour promet per lo propheta David: "Ego dixi, dii estis". Quar oy sera semblanz a chascun que il seit uns petiz deus, quar il seront si sil et si heyr.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : A mon avis, celui qui se prendrait à réfléchir à la très grande beauté de Notre-Seigneur et à sa gloire qu'il manifeste dans ses saints, celui-là pourrait dire avec raison que ce sont là de vraies merveilles, et je pense qu'il tomberait en défaillance; il pourrait dire que Dieu a tenu à ses saints la promesse qu'il leur fait par le prophète David: "Ego dixi, dii estis". Car il semblera à chacun être un petit dieu, puisqu'ils seront ses fils et ses héritiers.
    ---
  • Et (ils) teniant les déts un drap d'or en que avêt trèze piérres prècioses de que châcuna pœr sè rendêt si grant cllartât que o llui ére viêres que se tot lo mondo fut en pures tènèbres que il furet tot enluminâ de la minor resplendor que la plles petita piérra jétâvet. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et teneant li dis hun drap d'or en que aveyt XIII peres pretioses de que chacuna per sei rendeyt si grant clarta que oy li ere vyares que se toz li monz fut em pures tenebres que el furet toz enluminaz de la menour repandour que li plus petita pera gitavet.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et les dits personnages tenaient un drap d'or sur lequel il y avait treize pierres précieuses, dont chacune rendait par elle-même une si vive clarté qu'il lui semblait que, si le monde tout entier était plongé dans des ténèbres complètes, il aurait été tout illuminé par le moindre des feux que la plus petite pierre lançait.
    ---
  • Aprés, ele sèrvét los/les ôtros; il est lo/le grànd Pierro a Cuseniér qu'aviét lo/le talon du boquèt avouéc lo/le rébàn. Il fut vito fêt. Los/les nœciérs ne musisséront pas sur pllàce; ils étant prèssiês de partir. Châcun prenét sa jouena, et sè sovét avouéc, sèn demàndâr son réstœ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Apré, éle sarvi lôz otre; y é le grè Pyare a Tchuzeni k'ayi le talan du boutché avoui le ribè. I fi vite fé. Lô neûssi ne muzitsèran po su plèsse; y étan prissyun de parti. Tsokan preni sa dzône, é se sovi avoui, sè demèdo son rèste.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Ensuite, elle servit les autres; ce fut Pierre Cuisinier qui eut le talon du bouquet avec le ruban. Ce fut vite fait. Les nociers ne moisirent pas sur place; ils étaient pressés de partir. Chacun prit sa cavalière, et s'enfuit avec elle, au plus vite.
    ---
  • O pllut més/mielx que devant. Entretant ils biuront una vês brévament et pués chargét sa èga et sa sôma et montiét sus son roncin et vàt s'en a l'égoue. Et châcun llui dit que o pèrirêt quand que il metrêt en l'égoue. Et il comandàt ux/als menents que ils méssont la sôma premiére en l'égoue que portâvet los três sents côrps. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ay plut ades meuz/menz que devant. Entretant il biuront una vey briament et puis charget sa egua et sa soma et montyet sus son roncin et vayt s'en a l'aygui. Et chascuns li dit que ay piririt quant que il metri en l'aygui. Et il comandiet as meynenz que il missant la soma premeri en l'aygui que portavet los tres seins cors.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : À l'instant la pluie redoubla. Alors ils burent un coup rapidement, puis il chargea sa jument et son ânesse, monta sur son cheval et se dirigea vers la rivière. Et chacun lui dit que tout ce qu'il mettrait à l'eau périrait. Il commanda aux conducteurs de mettre à l'eau, en premier lieu, l'ânesse qui portait les trois saints corps.
    ---
  • La luta du prolètariat et du pœpllo rèvolucionèro por la transformacion du mondo emplleque la rèalisacion des tâches siuventes: la transformacion du mondo objèctif come la transformacion du mondo subjèctif de châcun; la transformacion des capacitâts de cognessença de châcun come cela du rapôrt ègzistent entre lo mondo subjèctif et lo mondo objèctif. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La luta di proletariat e di peplò revoluksioneihò pe la transformaksion di mondò impleke la realizaksion di takse suivante: la transformaksion di mondò obgetif kome la transformaksion di mondò subgzetif de ksak'in; la transformaksion di kapasito de kogneisensa de ksak'in kome hala di rapor eizisten intre lo mondò subgzetif e lo mondò obgzetif.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : La lutte du prolétariat et du peuple révolutionnaire pour la transformation du monde implique la réalisation des tâches suivantes: la transformation du monde objectif comme celle du monde subjectif de chacun - la transformation des capacités cognitives de chacun comme celle du rapport existant entre le monde subjectif et le monde objectif.
    ---
  • Les grôs sè fant d'argent ètot lœr endustria; Lo petiôd campagnârd, vendent checa per côp Cen que rend son travâly, sa bôna èconomia, - On derêt pas - sè fét de jôlis sous! Fôt ben pœr son bosèt qu'un châcun bien s'entende. "Kadia, kel, cosa k'ala da vende?" N'ens de trifoles jônes âtènt que nen voléd Pœr dègrèssiér lo ventro ux monsiœrs piemontês; N'ens des peréts d'hivèrn et des pomes rênètes, Des véls grâs, des moutons bons pœr la boucherie, Des liévres, des chamôs et tant d'ôtres bétyètes Que bâs per lé vant sè fére rutir. quand doux payis vesin vivont come des fréres L'un a l'ôtro sè fant lo bien qu'on pôt sè fére: Lœr cuér fét des solârs a tuéts noutros monsiœrs Et les sabôts d'Ayâs vat bâs chôciér les lœurs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le grou se fan d'ardzen atot leur industria; Lo petzou campagnar, venden tzecca pe cou Cen que rend son travail, sabonna economia, - In dereit pa - se feit de jouli sou! Fa bin pe son borset qu'un tzacun bien s'intende. "Kadia, kel, cosa k'ala da vende?" N'en de trifolle dzàne autan que n'en volei Pe degreiché lo ventro i monseur piemontei; N'en de pereut d'hiver et de pomme reinette, De vé gra, de maouton bon pe la beutzerì, De lévre, de tzamos et tan d'atre betzette Que ba per lé van se fére routì. Quand do pay vesun vivon come do frére L'un a l'atro se fan lo bien qu'on peut se fére: Leur couér feit de solèr a tzeut noutre monseur Et le sabò d'Ayas van ba tzaouché le leur.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Les grands font de l'argent avec leur industrie; Le petit campagnard, vendant peu à peu Ce que rend son travail, sa soingneuse économie, - On ne le dirait pas - se fait de jolis sous! Il faut bien que chacun s'ingénie pour sa bourse. Dites donc, vous, qu'avez-vous à vendre? - Des pommes de terres jaunes autant que vous en voulez pour dégraisser le ventre aux messieurs piémontais; Nous avons des poires d'hiber et des pommes reinettes, Des veaux gras, des moutons ...
    ---
  • Les frutiéres ux bèrgiérs criont: Denâ 'l est prèsto! P'arrevàr lo premiér, o est a qui est plles lèsto. Châcun prend sa culyér, dit lo Bènècitè; Un garçonèt vat prendre un pan u panatiér. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le fretëre i berdzé crion: Dené l'est preste! P'arreuvé lo premië, l'est a qui l'est pi leste. Tsacun pren sa coueiller deut lo Benecitë Un garçonnet vat prendre un pan i panatë.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Les fruitières crient aux bergers: le dîner est prêt! Pour arriver le premier, c'est à qui est le plus leste. Chacun prend sa cuillère, dit le Benedicite; Un garçonnet va prendre un pain au dépôt.
    ---
  • Châque devant-bèrgiér comence de s'emmôvre: Les vaches en boralànt, sè bètont a lo siuvre. 'Ls acutont quand lyés dit: "Ma vache, mon vachon", Et quand les crie a pât châcuna per son nom: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tsaque devan-berdzé comence de s'inmoure: Le vatse in boralen, se betton a lo choure. L'acouton quan lei deut: ma vatse, mon vatson, Et quan le crie à par tsaqeuna pe son non:
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Chaque premier-berger commence à se mouvoir; Les vaches, en mugissant, se mettent à le suivre. Elles écoutent lorsqu'il leur dit: ma vache, ma petite vache, Et lorsqu'il les appelle chacune à part par son nom:
    ---
  • Les ètrangiérs portant, aprés fêt long chemin, Sè nen retôrnont pas sensa vêre la fin. Niœn sembllâve més guê; châcun s'empacientâve, Atendêt cél moment que p'encora arrevâve. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le s-étrandzé pourtan, aprë fét lon tsemin, Se n'en retornon pa sensa vère la fin. Gneun semblàve më guei; tsacun s'impachentàve, Attendzet ci momen que pancora arreuvave.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Les étrangers pourtant, après (avoir) fait long chemin, Ne s'en retournent pas sans en voir la fin. Nul ne semblait plus gai; chacun s'impatientait, attendait ce moment qui n'arrivait pas encore.
    ---
  • Cela du Brœly l'atend, la téta de travèrs, Montrent lo bllanc des uelys desot son grôs front nêr. En sofllent, jarrètent, els sè sont aprochiêyes; Châcuna fét un hurlo, et sè sont atacâyes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Cella di Breuil l'atten, la tëta de traver, Montren lo blan di jeu dèsot son grou fron ner. In soufflen, dzaraten, lé se son approtsaye; Tsaqeuna feit un eurlo, et se son attaquaye.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Celle du Breuil l'attend, la tête de travers, Montrant le blanc des yeux dessous son gros front noir. En soufflant, en remuant la terre, elles se sont approchées; chacune pousse un mugissement, et elles s'attaquent.
    ---
  • Tot lo mondo formâve un cèrcllo atôrn de lœr, Diont: La nêre pèrd, cen-lé 'l est quâsi sûr. Châcun des doux partits bètont una gajura: La noutra, desiant-ils, at les côrnes plles dures. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tot lo mondo formàve un cercllio ator de leur, Dion: la neire perd, cen-lé l'est case cheur. Tsacun di dò parti betton euna gadzure: La noutra, dejan-t-ë, l'at le corne pi dure.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Tout le monde faisait un cercle autour d'elles, Disant: La noire perd, cela est presque sûr. Chacun des deux partis met une gageure: La nôtre, disaient-ils, a les cornes plus dures.
    ---
  • Bien vito s'est passâ doux quârts d'hora de temps; Màs savêr quinta gâgne, on nen saviêt de ren. Tantout l'una recule, et pués tot setout s'avance, Et châcuna a bél tôrn s'ècote a crapa-pance. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bien vito s'est passà do quar d'aoure de ten Me savei quinta gagne, in n'en sayet de ren: Tantou l'euna recule, et poue toustou s'avance, Et tsaqeuna a bë tor s'ecotte a crapa panse.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Bien vite il s'est passé deux quarts d'heure de temps; Mais deviner laquelle aurait gagné, on n'en savait rien. Tantôt l'une recule et puis aussitôt s'avance, Et, tour à tour, chacune s'efforce à crève-ventre.
    ---
  • Lé, qui gage un ècu, qui gage un louidor; Tot terie son borsèt; ren lyé côte cél jorn. Les rênes du moment s'apelyont pas pœr rire: Châcuna fêt son côp, châcuna sè revire. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lé, qui gadze un écu, qui gadze un luoi d'or; Tot terie son borset; ren lei coute ci dzor. Le reine di momen s'apeillon pa per rire: Tsaqueuna feit son cou; tsaqeuna se revire.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Là, qui parie un écu, qui parie un louis d'or; Chacun tire dehors sa bourse; rien ne lui coûte en ce jour. Les reines tout à coup s'attaquent sérieusement: Chacune fait son coup, chacune se défend.
    ---
  • Et châcuna, a bél tôrn, pœr pas pèrdre tèrren, Pllante ses coques en tèrra, et lé vat pas plles lluen. Ègâla 'l est lœr fôrce, ègâl est lœr corâjo; Faront-els de lœr gllouère ètot ègâl partâjo?... [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et tsaquena, a bë-tor, pe pa perdre terren Plante se coque in terra, et lé vat pa pi llioen. Egàla l'est leur force, egal l'est leur coradzo: Faren-t-ë de leur gloère ettot egal partadzo?...
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Et chacune, tour à tour, pour ne pas perdre terrain, Enfonce ses sabots en terre, tient bon et ne va pas plus loin. Egale est leur force, égal est leur courage; Feront-elles de leur gloire aussi égal partage?
    ---
  • Lé, pœr les revengiér sè betont les partits; Màs, ni brotes, ni fouèt, ren pôt les sèpartir! Châcun des combatents, p'honoràr sa montagne, 'L èparme ni de fllât, ni d'èfôrts, ni de lagne. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lé, pe le revendzé se betton le parti; Më, ni brotte, ni fouet, ren pout le separti! Tsacun di combatten, p'onnoré sa montagne, L'eparme ni de flà, ni d'effor, ni de lagne.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Alors, pour les séparer, s'unissent les partis; Mais, ni verges, ni fouets, rien ne peut les détacher. Chacune des rivales, pour honorer sa montagne, n'épargne ni souffle, ni efforts, ni fatigue.
    ---
  • U fond d'un bouél, tuéts en famelye, Châcun 'l at son ocupacion; Lo sordât de Napoléon Les amuse ètot des contelyes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : I fon d'un baou, tseut in fameille, Tsacun l'at son occupachon; Lo sordà de Napolion Le s-amuse atot de conteille.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le quatro seison - 1859
    nota : Au fond d'une étable, tous (sont réunis) en famille; Chacun a son occupation. Lo soldat de Napoléon Les amuse avec des hisoires.
    ---
  • Oh! Dens cela reche sêson Châcun mulate, Châcun mulate; Oh! Dens cela reche sêson Châcun mulate a sa mêson. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Oh! din cella reutse seison Tsacun melatte, Tsacun melatte; Oh! den cella reutse seison Tsacun melatte a sa meison.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le quatro seison - 1859
    nota : Oh! Dans cette riche saison Chacun porte, Chacun porte; Oh! Dans cette riche saison Chacun porte (des denrées) à sa maison.
    ---
  • Aguèta: "Je mè pensâvo pas que... entre nos, bônes amies..." Magoton: "Un lârro 'l at la fê qu'un ôtro ètot lo seye: Je vodriô pas p'un ôf mè chargiér la conscience." Aguèta: "T'és prod bôna pœr cen, lo mondo sè lo pense. Rend-mè l'ôf que te m'âs robâ." Lé, châcuna s'aprôche a sè tochiér du nâs... [valor : 10]
    ècritura d'origina : Aguetta: "Dze me pensàvo pa que... intre nò, boune amie..." Magoton: "Un larre l'at la fei qu'un âtro ettot lo sìe: Dze voudriò pa p'un ou me tsardzé la conchence." Aguetta: "Ti praou bouna pe cen, lo mondo se lo pense. Rend-mè l'ou que te m'a robà." Lé, tsaqueuna s'approtse a se totsé di nà...
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Agathe: "Je ne pensais pas que... entre nous, bonnes amies..." Marguerite: "Un voleur croit qu'un autre le soit aussi: Je ne voudrais pas pour un oeuf me charger la conscience." Agathe: "Tu assez bonne pour cela, le monde se le pense. Rends-moi l'oeuf que tu m'as volé." Là, chacune s'approche à se toucher du nez...
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche