Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 17462
enfant, enfants é.
definicion
Enfant m.f. (1e syllabe souvent dénasalisée).
nota
1) Enfant de chœur = "cllèrjon" (mot assez rare, parfois teinté d'anticléricalisme); 2) enfant espiègle = "crapôtin,-t(i)èt,-tion" (pas général); 3) enfant illégitime = "bâsco,-a", var. rare "bascolin"; 4) enfant vif et rusé = "sèrvan" (pas général); 5) enfant qui pousse (trop) rapidement ="vat-dru" (mot rare) 6) enfant dorloté "sention" (surtout romand) 7) enfant gâté "gâtion" (romand, savoyard local) ou "fllèron" (pas général); 8) enfant grand pour son âge = "grossèt" (alpin, rare); 9) faire des petits, des enfants "petiolar/-nar/-tar" (mots pas généraux).
  • nom èpiceno [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • enfant, enfants é. [valor : 10]
    ---
  • bambino, bambini[valor : 10]
    ---
  • fanciullo, fanciulla, fanciulli, fanciulle[valor : 10]
    ---
  • pargolo, pargola, pargoli, pargole[valor : 10]
    ---
  • infante, infante, infanti, infanti[valor : 10]
    ---
  • bambina, bambine[valor : 10]
    ---

Variantes

  • enfant, enfants (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : enfan
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : FRANCOPROVENÇAL Proposition d'une orthographe supra-dialectale standardisée - D.Stich - 2001 Web d'entèrèt :
    ---
  • ènfant, ènfants m. (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : efant
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • enfant, enfants (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : enfant/enfes
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Oh! oh! Vêde-vos mes menâts! Lo merâcllo de la nuet de Chalende 'l est acomplli. L'enfant Jèsu 'l est nèssu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Oh! oh! Véde-vou me mèinà! Lou miratcho de la nouaït de Tsalende l'est accompli. L'enfan Jésù l'es nèissù.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Legende de l'Erfollet - R.Bibois. NDPV
    nota : Oh! Oh! Oh! Voyez-vous, mes enfants! Le miracle de la nuit de Noël est accompli. L'enfant Jésus est né.
    ---
  • La jouèx de vivre sè vouagne. Pas fôta d'achetar lo gran. D'étre du bon lât, tu gâgnes. Sê coment les petits enfants. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Le zoué dè véïvrè chè ouâgnè. Pâ fâta d'atsètâ lo gran. D'éhrè dou bôn lâ, tô gâgnè. Chi comein lè petéc j'einfan.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : André Lagger - Lo Mériou - 1999
    nota : "Sê = empèratif du vèrbo étre"
    ---
  • Mémo se d'uns tè diont bôrsa, Por t'ocupar des tos enfants, Sacrifiye una curcha. Pâssa avouéc lors des vrês moments. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Mimo che d'ôn tè djiôn borcha, Po t'ocôpâ dè to j'einfan, Sacrefeye ôna corcha. Pach'avoué lour dè vré moman.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : André Lagger - Lo Mériou - 1999
    ---
  • Ben que les rês, dens l'abondance, Pâssont lœrs jorns dens les pllèsirs, L'Enfant Jèsus, dens la sofrence 'L at quâse ren pœr sè cruvir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Binque le rei, din l'abondance, Passon leur dzor din le pleisi, L'Infan Jesu, din la souffrance L'at case ren pe se creuvi.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA PASTORALA, 1861
    nota : Pendant que les rois, dans l'abondance, Passent leurs jours dans les plaisirs; L'Enfant Jésus, dans la souffrance, N'a presque rien pour se couvrir.
    ---
  • Les rês, dens lœr palache, Rechèrchont les honœrs; Et l'enfant Jèsus cache Dens un bouél sa grandœr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le rei, din leur palatse, Retsertson le s-onneur; Et l'infan Jesu catse Din un baou sa grandeur.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA PASTORALA, 1861
    nota : Les rois, dans leur palais Recherchent les honneurs; et l'Enfant Jésus cache Dans une étable sa grandeur.
    ---
  • On entendêt celi vipèra Alèxandro Que deséve : Il ne vos fôt ren crendre, Lâs ! mos enfants, dèpachiéd de montar, En paradis je vos fé tôs alar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : On entendai celi vipére Alexandro Que desivé : Y ne vo fau ran crandro, Las mous enfan, dépassi de monta, En paradi ze vo fai to alla.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 23. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : On entendait ce vipérin Alexandre, Qui disait: "Il ne vous faut rien craindre. Las! mes enfants, dépêchez de monter En paradis, je vous fais tous aller." [crandro : le -o final est pour la rime, mais par la suite ce parler a fini par confondre -o et -e en [-I].]
    ---
  • Per sos/ses enfants il at de la tendrèsse, A ben volu sè butar a la brèche Et renvèrsar los/les ènemis mordents Que vegnévont fâre los/les arrogants. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pè sous anfan il a de la tandresse, A bin volu se bouta à la brèche Et ranversa lous ennemi mordan Que vegnivon fare lous arrogan.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 67. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Pour ses enfants il a de la tendresse, A bien voulu se mettre à la brèche, Et renverser les ennemis mordants, Qui venaient faire les arrogants.
    ---
  • Tantout lo/le lop surprend un ènfant que s'ègâre, Tantout lo/le vint nafrar dens los/les brès de sa mâre; L'un tue-t una filye, lyé travèrse lo/le Drac, Iqué l'on vêt un pied, ilé l'on vêt un brès. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tantou lo loup surpren un efant que s'égare, Tantou lo vint nafrâ din lou brat de sa mare; L'un tuët, una filli, l'y traverse lo Drac, Iquy l'on veit un pied, ylay l'on veit un brat.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Tantôt le loup surprend un enfant qui s'égare, Tantôt le vient blesser dans les bras de sa mère; L'un tue une fille, lui fait traverser le Drac, Ici l'on voit un pied, là l'on voit un bras.
    ---
  • Les fènes, les filyes, los/les ènfants sè dèsôlont; Los/les homos constèrnâs fêbllament los/les consôlont; L'un s'enfuit sens savêr quinto chemin tenir; L'ôtro, sè veyant prês, ne sât que devenir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Les fenet, le filet, lou z-efan se désolont; Lou z-home consterna faiblament lou consolont: L'un s'enfuit sans sçavey quinto chamin teni; L'autro, se veyant prey, ne sça que deveni.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Les femmes, les filles, les enfants se désolent; Les hommes consternés faiblement les consolent; L'un s'enfuit sans savoir quel chemin tenir; L'autre, se voyant pris, ne sait que devenir.
    ---
  • La mâre dens sos brès empôrte sa marmalye; L'ènfant tot ètordi prend son pâre en carcalye; L'un chârge sa seror, l'ôtro sa cuséna, L'un (chârge) doves de ses filyes, un ôtro sa fèna. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La mare din sou brat emporte sa marmailli; L'efan tout étourdi prend son pare en carcailli; L'un charge sa serou, l'autro sa cousina, L'un deu de se fillet, un autro sa fena.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : La mère dans ses bras emporte sa marmaille; L'enfant tout étourdi prend son père sur son dos; L'un charge sa sœur, l'autre sa cousine, L'un (charge) deux de ses filles, un autre sa femme.
    ---
  • Emmode sos/ses ènfants, sos/ses garçons, ses sèrventes; Màs un novél souci l'enquiète et lo/le tormente: N'y at ren dens son amêd, ren a son râteliér. Los/les forns ni los/les molins ne pont pas travalyér: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Emode souz enfan, sou garçon, se servente: Mais un novet souci l'inquiete et lo tourmente: N'y at ren den son amat, ren à son ratelié. Lou four ni lou moulin ne pon pa travalié;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Fait bouger ses enfants, ses garçons, ses servantes; Mais un nouveau souci l'inquiète et le tourmente: Il n'y a rien dans son pétrin, rien à son râtelier. Les fours ni les moulins ne peuvent pas travailler.
    ---
  • Ele étiêt un grant-temps que ele vêt tojorn corpus Domini a la lèvacion en sembllence d'un petit enfant. En tâl maniére ele vêt entre les mans del chapelan una grant cllartât que éret si très grant et si très bllanche et de si mèravilyosa biotât que o non lyé éret viêres que de neguna chousa que côr humen pouét pensar que un y pouét metre figura ni comparèson. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Illi ytiet hun grant teins que illi veit toz jors corpus Domini a la levacion en semblanci d'on petit enfant. En tal maneri illi veit entre les mans del chapellan una grant clarta que eret si tres granz et si tres blanci et de si meravilousa beuta que ay no li eret vyaires que de neguna chosa que cuors humans poit pensar que hun y poyt metre figura ne comparacion.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Pendant une longue période de temps, elle vit tous les jours, à l'élévation, le Corps du Seigneur sous l'apparence d'un petit enfant. C'est ainsi qu'elle voyait entre les mains du chapelain une grande clarté, si vive et si blanche et d'une si merveilleuse beauté qu'à son avis on ne pouvait la comparer à quoi que ce soit que l'esprit humain pût imaginer.
    ---
  • Et dedens la cllartât bllanche aparéssêt un petit enfant; la très grant biotât de cél enfant ele ni put dére ni fére entendre. Dessus cél enfant et de totes pârts aparéssêt una grant cllartât sembllent a or qui rendêt si grant iluminacion que ele trayêt totes les ôtres assé et tota s'en entrâvet dedens lors. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et dedenz la clarta blanchi apparisseyt huns petit enfes; la tras grant beuta de cel enfant illi ne puyt dire ne fayre entendre. Desus cel enfant et de totes pars apparisseyt una granz clarta semblanz a or qui rendeit si grant illumination que illi trahit totes les autres a si et tota s'en entravet dedenz lour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et dans la clarté blanche apparaissait un petit enfant; la très grande beauté de cet enfant, elle ne put la dire ni la faire comprendre. Au-dessus de cet enfant et de toutes parts apparaissait une grande clarté semblable à de l'or, qui jetait un si vif éclat qu'elle attirait à elle toutes les autres tandis qu'elle entrait tout entière en elles.
    ---
  • Et les ôtres trèiant tota cela a lors, et totes s'en entrâvont dedens lyé. Cetes quatro(s) divisions sè aparèssant en una méma sembllence et biotât et resplendor. Et lyé éret viêres que céla comuna biotât et resplendor aparéssêt tota dedens cél enfant. Et l'enfant aparéssêt tot dedens céla resplendor. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et les autres traiant tota cela a lour, et totes s'en entravont dedenz liey. Ycetes quatro divisions se appareyssant en una mema semblanci et beuta et replandour. Et li eret viaires que cilli comunauz beuta et resplandors apparissit tota dedenz cel enfant. Et li enfes apparisseyt toz dedenz cela resplandour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et les autres attiraient celle-là tout entière en elles, tandis que toutes entraient en elle. Ces quatre divisions se montraient sous une même apparence, une même beauté et une même splendeur. Et il lui semblait que cette commune beauté et splendeur apparaissait toute dans cet enfant. Et l'enfant apparaissait tout entier dans cette splendeur.
    ---
  • Ceta fèna a diéx enfant, et ele apond a tot. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ste fene a diz anfan, é èle apon a tou.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Cette femme a dix enfants et elle suffit à faire tout le travail (de la maison).
    ---
  • Les enfants fant de bâles avouéc les bolêts. [valor : 10]
    ècritura d'origina : É j-infan fan dé bowé avwéi é bowi.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Christophe Favre et Zacharie Balet - Lexique du Parler de Savièse - Berne - 1960
    nota : Les enfants font des balles à jouer avec les champignons durs.
    ---
  • Tobit, sè creyent d'alàr muerre bientout, Fét venir son garçon, l'embrace per lo côl; "Mon garçon, lyé dit-il, je penso que ma via Vat étre pœr lo mondo en poca temps fenia. Quand lo Bon Diœ arat mon âma entre ses mans, D'ensevelir mon côrp sovin-tè, mon enfant. Fà que t'èyes tojorn de rèspèct pœr ta mére; Bèta-la, quand moreràt, a coutiér de ton pére. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tobie, se creyen d'allé mouere bientou, Feit veni son garçon, l'imbrasse pe lo cou: "Mon garçon, lei deut-ë, dze penso que ma vìa Vat ëtre pe lo mondo in poca ten fenìa. Quan lo Bondzeu l'arret mon ama intre se man, D'inseveli mon corp sovin-tè, mon infan. Feit que t'aye todzor de respet pe ta mére; Betta-la, quand mouerret, a coutë de ton pére.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Tobie, croyant devoir mourir bientôt, Fait venir son fils, se jette à son cou: "Mon fils, lui dit-il, je pense que ma vie Va ëtre pour le monde en peu de temps finie. Lorsque le bon Dieu aura mon âme entre ses mains, D'ensevelir mon corps, souviens-toi, mon enfant. Fais que tu aies toujours du respect pour ta mère; Mets-la, lorsqu'elle mourra, à côté de ton père.
    ---
  • Tobie, en sortent, trôve un garçon de son âjo, Que sembllâve ja prèsto a fére un long voyâjo. Màs lluen d'étre un garçon o étêt l'ange Rafaèl Mandâ p'acompagnér les enfants d'Israèl. Lé, treyent son bèrrèt, lo joueno Tobie Lyé dit: "Lo sâde-vos lo chemin de Mèdie? - Je l'é fêt tant de côps; dens Ragès mémament J'é trovâ Gabelus, un de voutros parents". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tobie, in sorten, trouve un garçon de son adzo, Que semblàve dza preste a fére un lon voyadzo. Më llioen d'ëtre un garçon l'ëtse l'andze Raphaèl Manda p'accompagné le s-infan d'Israèl. Lé, treyen son berret, lo dzovenno Tobie Lei deut: "Lo sade-vo lo tsemin de Medie? - Dze l'i fét tan de cou; din Ragès mëmamen Dzi trovà Gabelus un de voutre paren".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Tobie, en sortant, trouve un jeune homme de son âge, Qui semblait déjà prêt à faire un long voyage. Mais au lieu d'être un garçon, c'était l'ange Raphaël Envoyé pour accompagner les enfants d'Israël. Alors, tirant son bonnet, le jeune Tobie Lui dit: "Connaissez-vous le chemin de la Médie? - Je l'ai fait tant de fois; dans Ragès mêmement J'ai trouvé Gabelus un de vos parents".
    ---
  • Ouè, ouè, je l'é cognu cet homo de bon cœr! Ah! que de t'embraciér j'èyo houé lo bonhœr. Nos sens, ton pére et mè, les enfants de doux fréres. Ton vesâjo mè dit que j'embraço ton pére. Que lo Bon Diœ, mon fely, tè comblleye de biens, Pœrquè t'és lo garçon du plls bon des viquents!" [valor : 10]
    ècritura d'origina : Vouè, vouè, dze l'i cognu cit ommo de bon coeur! Ah! que de t'imbraché dzeyo vouë lo bonneur. No sen, ton pére et mè, le s-infan de dò frére. Ton vesadzo me deut que dz'imbrasso ton pére. Que lo Bondzeu, mon feus, te combleye de bien, Perquè ti lo garçon di pi bon di vequen!".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Oui, oui, je l'ai connu cet homme de bon coeur! Ah! Que de t'embrasser j'aie aujourd'hui le bonheur. Ton père et moi nous sommes enfants de deux frères. Ton visage me dit que j'embrasse ton père. Que le bon Dieu, mon fils, te comble de biens, Parce que tu es le garçon du meilleur des vivants!".
    ---
  • Lé tot setout Ragouèl vat fére lo partâjo. "Tin, la mêtiêt, dit-il, de tot mon héretâjo. Un viâjo Ana et mè môrts, tè vindràt l'ôtra pârt; Va, mon fely, je vuel pas tè retenir plles târd! Que l'Ange du Bon Diœ, mes enfants, vos guideye, Afin que niœn mâlhœr en chemin arreveye. Mè fôt donc vos quitàr! Màs j'èspèro qu'un jorn Nos porrens vos revêre encor devant la môrt". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lé toustou Ragüel vat fére lo partadzo. "Té, la meitsà, deut-ë, de tot mon eretadzo. In adzo Anna et mè mort, te vindret l'âtra par; Va, mon feus, dze voui pa te reteni pi tar! Que l'andze di Bondzeu, me s-infan, vo guedeye, Afin que gneun maleur in tsemin arreuveye. Me fat don vo quetté! Mé dz'espéro qu'un dzor No porren no revère incò devant la mor".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Alors, Raguël va aussitôt faire le partage. "Tiens la moitié, dit-il, de tout mon héritage. Une fois Anne et moi morts, il te viendra l'autre part; Va, mon fils, je ne veux pas te retenir plus tard! Que l'ange du bon Dieu, mes enfants, vous guide, Afin qu'aucun melheur en route ne vous arrive! Il me faut donc vous quitter! Mais j'espère qu'un jour Nous pourrons nos revoir encore avant la mort".
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche