Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 19689
mas
definicion
mas (rèalisacions mâ, mé, mi = "màs")
nota
"mas que" / "medês que" = pourvu que / purché
  • conjonccion [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • mais [valor : 10]
    ---
  • ma[valor : 10]
    ---

Variantes

  • màs (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : mays
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---
  • màs (Vls) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : meïn
    Règ·ion : Valês
    Grafia : STPPB
    Sôrsa : Dict. du patois de Bagnes Web d'entèrèt :
    ---
  • màs (Frz) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : mais, mait
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 Web d'entèrèt :
    ---
  • màs (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : mai
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : ATHENA - Pierre Perroud Web d'entèrèt : http://athena.unige.ch
    ---
  • màs (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : mais
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • màs (SDu) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : mais
    Règ·ion : Savouè [Chamberien]
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Amélie Gex - Poésies et contes de Savoie - EMCC - Lyon - 2012 Web d'entèrèt :
    ---
  • mas (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ma
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011 Web d'entèrèt : http://www.dizionariogiaglionese.it/
    ---

Frâses

  • La libèrtât tot-un a tuéts nos est balyêye, Màs sos plles grôs bienfêts pôvont pas passàr Bard. L'èscllâvo 'l at sa lengoua; a nos est tôtâye, Sens-nos de la patria agouétiês por bâtârds? [valor : 1]
    ècritura d'origina : La libertà teuteun a tseut no s-est baillàye, Më se pi grou bienfé pouvon pa passé Bard. L'esclavo l'at sa lenga ; a nò, no s-est toutàye, Sen-nò de la patrìa aveitsà pe batar?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : La liberté pourtant nous est donnée à tous; mais ses plus grands bienfaits ne peuvent pas passer Bard. L'esclave a sa langue; à nous, elle nous est enlevée; Sommes-nous de la patria regardés comme des bâtards?
    ---
  • Nos, fidèlos sujèts de noutra Monarch∙ie, N'ens vouegiê noutro sang por los/les rês de Savouè. Nos volens possêr dére: Et viva l'Italie! Màs, cél mot, lo derens, lo/le derens qu'en français. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Nò, fidèlo seudzet de noutra Monarchie, N'en vouedzà noutro san pe le rei de Savoè, No volen possei dëre: Et viva l'Italie! Më, ci mot, lo deren, lo deren qu'in français.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : Nous, fidèles sujets de notre Monarchie, Nous avons versé notre sang pour les rois de Savoie. Nous voulons pouvoir dire: Et vive l'Italie! Mais, ce mot, nous ne le dirons, nous ne le dirons qu'en français.
    ---
  • Màs d'onte donc qu'il vint de nêtre, Voutron Mêtre? Nos y voléd-vœs ensègnér? Se fôt passar l'Amèrique, Ou l'Afrique, Nos s'embarcons tôs nus pieds. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Mais d'on dan qu'a vant de naître, Veton Maître? N'zy voleu veus inségneu? Si fau passo l'Amérique, Ou l'Afrique, Neu s'imbarquons tou nu pieu.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    ---
  • On sofre bien per los/les crouyos ans màs n'ens p'oncor viu la famena come los/les noutros anciens. [valor : 1]
    ècritura d'origina : On soùfè byin p’i krouè-z an meïn n’in p’ onko yu a famena komë i nontro-z anshlyan.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Dict. du patois de Bagnes
    ---
  • Màs ses côrnes l'engolyéront, Ils le tuéront, Sens qu'il pouesse sortir, Et lo sêr, ils l'entèrréront, Et chàntéront Tot le tôrn le chibreli. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Mais ses cornes l'ingolièrent, Y le tuièrent, Sins qu'a poyesse sorti, Et le sa, y l'intarèrent, Et tsintèrent, Teu le teur le tsibreli.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    ---
  • Te pôs étre tranquilo. Je l'arrèteré ben. Màs aména una bôna caquélye de vin. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Te pou étre trantchile. Dze l'arétré ban. Mé amene un-ne boueune kakiye de van.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Tu peux être tranquille: je l'arrêterai bien. Mais amène un bon "quartaut" de vin.
    ---
  • "Nan, marci bièn. Je vôl vêr ont'que je pôso los/les pieds, quànd je marchieré. Màs vœs n'avéd payê que la mêtiêt de voutron pâssâjo." [valor : 1]
    ècritura d'origina : "Nan, marsi byè. Dze vou va onke dze pouze lô pyun, kè dze martseré. Mé voueû n'avi payun ke la matchun de voueûton possadze."
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : "Non, merci bien. Je veux voir où je pose les pieds, quand je marcherai. Mais vous n'avez payé que la moitié de votre passage."
    ---
  • Màs la chànçon n'étêt pas féni. Cetos-qué que venant de batre lo/le tracassin sôtéront dèns los/les prâts et les tèrres. Ils s'aviéront la dèvaliére, et sè metéront a cœrir tant qu'ils poviant, por pâssâr devànt la nœce. Ils veredolant dèrriér-lé-avâl; ils n'avisant pas s'il y avêt de fen dèns los/les prâts, ou des trufes dèns les tèrres. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Mé la tsèssan n'éteû po fini. Stotyé ke venan de batre le tcharkassan sotèran dè lô pro é lé tare. I s'avyèran la dévalire, é se métèran a keûri tan k'i poueûyan, pe possyun devè la neusse. I vredoleû dérelovun; i n'avizan po si iy avoueû de fan dè lô pro, ou de treufe dè lé tare.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Mais la chanson n'était pas finie. Ceux qui venaient de battre le charivari sautèrent dans les prés et les terres. Ils s'élancèrent sur la descente et se mirent à courir de toutes leurs forces pour passer devant la noce. Ils fuyaient du côté d'en bas, comme un troupeau de vaches piquées par les taons; ils ne regardaient pas s'il y avait du fon dans les prés ou des pommes de terre dans les terres. [s'avyèran: aviar allumer, donner la vie, mettre en mouvement, du lat. VITA.]
    ---
  • Lo nom francoprovènçâl ol est étâ enventâ du profèssor Graziadio Isaia Ascoli déns lo 1873 mâques por dèfénir la lengoua, et pas justo parlar de francoprovènçâl cœme raça mas ora tués/tuéts diont francoprovènçâl assé lo tèrritouère dèlimitâ de la lengua. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Lou noun francoprovensal ou l’et itaa anventaa dou proufesou Graziadio Isaia Ascoli d’in lou 1873 maque per definii la lèinga, et pa dzeust parlé de francoprovensal queme rasa ma ařó touit deuioun francoprovensal asé lou teřitoře delimita da la lèinga.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Per quei èicrio an francoprovensal - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : La definizione francoprovenzale fu coniata dal glottologo Graziadio Isaia Ascoli nel 1873 puramente per definizioni dialettologiche, sicuramente non ha senso parlare di francoprovenzali come etnia ma, ormai è consolidato parlare di francoprovenzale per il territorio che delimita l'area linguistica.
    ---
  • Vache mégra crape mégra màs vint vielye. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Vatse megra crape megra më ven viëille.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.381 a la pâge 133 du lévro)
    nota : Vache maigre crève maigre mais elle vient vieille.
    ---
  • Lo papiér est gnint cét mas cél aprés. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Lou papé est gnint sit ma seul aprés.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013
    nota : Il foglio non è questo ma quello dopo.
    ---
  • Que cél petiôd dêt étre gent! Mas que 'l est pouro en mémo temps! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Que ci petsou deit ëtre dzen! Më que l'est pouro in mëmo ten!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA PASTORALA, 1861
    nota : Que ce petit doit être beau! Mais qu'il est pauvre en même temps!
    ---
  • Màs per bonhœr houé vint de nêtre Lo Sôvœr promês dês grant-temps. Il vint de sè fére cognetre A des bèrgiérs pouros, ignorents. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Më pe bonneur vouë vint de nëtre Lo Sauveur promi dei gran ten. I vin de se fére cognëtre A de berdzé pouro, ignoren.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA PASTORALA, 1861
    nota : Mais, par bonheur, aujourd'hui vient de naître Le Sauveur promis dès longtemps. Il vient de se faire connaître À des bergers pauvres, ignorants.
    ---
  • Màs qu'o sêt plles parlâ de tôs quelos empllâtros, De quelos arlequins qu'ant des tétes pllâtro; Que mè tenont la pèx, je lyor deré plles ren, Je n'é pas l'entencion de lyor cassar los/les rens, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais qu'o se plus parlô de tous queloz implôtro, De queloz arlequins qu'ant des tête de plôtro; Que me tenant la paix, je liou dzire plus rin, Je n'ai pô l'intention de liou cassô lo rein,
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : Mais qu'il ne soit plus parlé de tous ces emplâtres, De ces arlequins qui ont des têtes de plâtres; Qu'ils me laissent la paix, je ne leur dirai plus rien, Je n'ai pas l'intention de leur casser les reins,
    ---
  • Màs que la brâvetât ocupêse sa pllâce: Dens lo fond de mon cœr, vê-qué tota la grâce Qu’atèndo de quél qu’at crèâ l’univèrs. Adiô, mos vielys amis, je finésso mos vèrs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mait que la brôvetò occupeise sa plôci: (sub.pres) Dins lo fond de mon coeur, véqua tota la grôci Que j’attindo de quou qu’a creyô l’ugnivârs. Adzo, mos viox amis, je fignésso mos vârs.
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : Pourvu que l'honnêteté occupe sa place: Dans le fond de mon coeur, voici tout la grâce Que j'attends de celui qui créa l'univers. Adieux, mes vieux amis, je termine mes vers.
    ---
  • Màs vê-ce ben des ôtros èpisodos: Quand ils viront lœrs três èchiéles rotes Ils ne pôviont descendre ni montar; Il est iqué yô ils furont domptâs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mai vaissia bin dés atré épenosse: Quant i viron leu trai eitialla rotte I ne povion désandre ne monta; Y et iqué yo i furon donta.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 27. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Cependant voici bien d'autres épisodes: Quand ils virent leurs trois échelles rompues Ils ne pouvaient descendre ni monter; Et c'est ici qu'ils furent domptés.
    ---
  • Màs le Consèly en granda diligence Fit lœr procès, prononçat lœr sentence: Qu'ils sèriont tôs pendus et ètrangllâs Dessus l'Oye, cél biô bèluârd. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mai le Conseil an granda dilijance Fi leu procè, prononça leu sentance: Qu'i sarion to pandu et eitranglia Dessu l'Oyé, celi bio béluar.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 31. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Mais le Conseil en grande diligence Fit leur procès, prononça leur sentence: Qu'ils seraient tous pendus et étranglés Sur l'Oie, ce beau belluard
    ---
  • Màs d'avêr cet/cél honor l'èsperance s'envole; Ye su tot rebuti, la gota mè dèsole; Ye ne pouè plles marchiér, dèscendre, ni montar: A Pompon-Lorion ye mè fouè charrontar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais d'auey cell' honnou l'esperanci s'enuole; Ie seu tout rebuti, la goutta me deisole; Ie ne poey plu marchié, deicendre, ni monta: A Pompon Lorion ie me foey charronta.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Mais d'avoir cet honneur l'espérance s'envole; Je suis tout crispé, la goutte me désole, Je ne puis plus marcher, descendre, ni monter: A Pompon-Lorion je me fais voiturer.
    ---
  • Màs, dens lo/le muens d'un an, totes chouses changiéront; L'argent sè ressarrat, et los/les vivres ôgmentéront; Tant y at que dês depués tot vat de mâl en pir. Vint un novél mâlœor quand l'ôtro est assopi: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais, din lo moin d'vn an, toute chouse changiron; L'argent se ressarrit, et lou viure augmentiron; Tant y at que du deipui tout va de mal en pi. Vint vn nouveau malheur quan l'autro eyt assoupi:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Mais, dans (le) moins d'un an, toutes choses changèrent; L'argent se resserra, et les vivres augmentèrent; Tant il y a que désormais tout va de mal en pis. (Il) vient un nouveau malheur quand l'autre est assoupi:
    ---
  • Màs, lâssa! Sur-lo-champ l'égoua devint si fôrta, Qu'el fât tombar lo/le pont qu'aboutét a la pôrta. Prod gens que sont dessus chêyont dens los/les bèbris, Et un joueno mariâ funèstament pèrét. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais, lassa! Su lo champ l'aiga devint si forta, Qu'y fat tomba lo pont qu'aboutit à la porta. Prout gen que son dessu chayon din lo débrit, Et un joëno maria funestament périt.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Mais, hélas! Sur-le-champ l'eau devient si forte, Qu'elle fait tomber le pont qui aboutit à la porte. Beaucoup de gens qui sont dessus tombent dans les débris, Et un jeune marié funestement périt.
    ---
  • Refren Bllanchét los boués, bllanchét la palye! Lo gllas pendœlye a la muralye Bon! Màs palye et boués revèrdiront Quand les pipètes revindront! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Refrain Blançaî lo bouì, blançaî la paille! Le gla pêindeille à la moraille Bon! Mais paille et bouì revarderont Quand le pipette revindront.
    Règ·ion : Savouè [Chamberien]
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Amélie Gex - Poésies et contes de Savoie - EMCC - Lyon - 2012
    nota : Refrain Les buis et la paille blanchissent Le glaçon pend à la muraille Bon! Mais paille et buis reverdiront Quand les primevères reviendront!
    ---
  • En celes aprenêt non pas solament les tribulacions sofrir en pacience, màs "assé" aprenêt a delêtiér en tâla maniére que tuéts les confôrts de cet mondo llui tornâvont a grant hàna, àssé que ol llui éret sembllent que en cet mondo non éret si digna chousa ne si doce come sofrir les pênes et les torments de cet siègllo pœr l'amôr de son crèator. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En celes apreneit non pas soulament les tribulations sofrir en patienci, mays si apreneit a deleitier en tal maneri que tuit li confort de cet mundo li tornavont a grant haine, essi que oy li eret semblanz que en cet mundo non eret ci digna chosa ne si douci come sofrit les peynes et les tormenz de cet seglo per l'amour de son creatour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Dans ces lettres elle apprenait non seulement à souffrir les tribulations avec patience, mais aussi à s'en réjouir, de telle sorte que tous les plaisirs de ce monde lui devenaient haïssables, au point qu'il lui semblait n'y avoir pas au monde chose si digne ni si douce que de souffrir les peines et les tourments de ce siècle pour l'amour de son Créateur.
    ---
  • Màs sovent, mâlgrât mè, ma Musèta fantasca Dens lo miluè du côp vint me fâre una frasca. Yô su-jo, pouro mè! Je pèrdo lo subllèt, Et je ne vâlo pas quatro cllous de sofllèt; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais souvent, maugra mi, ma Musetta fantasqua Din lo milieu du cop vint me fare una frasqua. Ou seu-ie/je, pouro mi! Ie/je perdo lo siblet, Et je/ie ne valo pas quatro clou de soufflet;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Mais souvent, malgré moi, mon humble Muse fantasque Dans le milieu du coup vient me faire une frasque. Où suis-je? pauvre moi! (hélas!) je perds le sifllet, Et je ne vaux pas quatre clous de soufllet;
    ---
  • Quand ele vit que ço ne potêt prendre fin, màs crèssêt tojorn, et la pouer et lo timor llui comenciét fôrt a crêtre. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant illi vit que co ne poet prendre fin mays creseyt toz jors, et li pours et li temors li comencet fort a creytre.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand elle vit que cela ne pouvait prendre fin, mais augmentait toujours, sa peur commença à devenir beaucoup plus forte.
    ---
  • Una ôtra nuet, aprés ço un pou de temps, il lyé venét devant et cudiét la decêvre et travelyér en ôtres chouses a mout grant fôrce; màs tantout que ele comenciét recllamar Noutra-Dona et dére Ave Maria, per l'AIUA de Noutra-Dona il sè dèpartét de devant lyé, tot confus. Et s'en entràt/entrent en tèrra, en sembllence de una grant fumiére nêre. Et quant il entràt en tèrra, la tèrra fremét mout fôrt per iqué ont il entràt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Una autra noyt, apres co un po de teins, il li venit devant et cudyet la deceyvre et travalyer en atres choses a mout grant force; mays tantot que illi comenciet reclamar Nostra Donna et dire Ave Maria, per l'aiua de Nostra Donna il se despartit de davant li, toz confus. Et s'en entret en terra, en semblanci de una grant fumeri neyri. Et quant el entret en terra, li terra fremit mout fort per qui ont el intret.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Une autre nuit, peu de temps après, il se présenta devant elle avec l'intention de la tromper et de la tourmenter violemment d'autre manière; mais, dès qu'elle se mit à invoquer Notre-Dame et à dire "Ave Maria", par le secours de Notre-Dame, il partit de devant elle, tout confus. Et il entra en terre sous la forme d'une grande fumée noire. Et quand il entra en terre, la terre trembla très fort à l'endroit où il entra.
    ---
  • En ço que ele éret en si grant dèsir de fére a llui alcuna petita preyére, il viriét mout pedosament son dox regârd vers lyé et dit llui: "O ma très chiere filye et èposa, venéd avant et ne dôbtâd ren, màs regardâd voutron veré crèator et cognesséd voutron Salvor. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En co que illi eret en si grant desir de fayre a lui alcuna petita preeri, il viriet mout pidousament son douz regart ver lyey et dit li: "O ma tra chieri fili et espousa, venez avant et ne dotas rent, mays regardaz vostrun veray creatour et cognoyssiez vostrun salvour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Comme elle était dans un si grand désir de lui faire quelque petite prière, il tourna vers elle son doux regard avec beacoup de pitié et lui dit: "O ma très chère fille et épouse, approchez-vous et ne craignez rien, mais regardez votre vrai Créateur et connaissez votre Sauveur.
    ---
  • De la grant biotât que ils aviant non lyé éret sembllent que lo solo quand il est en sa plles grant cllartât et biotât, fut mâques un pou de chousa u regârd de la grant biotât que avinat les sents que ele vêt de joûta sè de totes pârts, et dessus come en l'êr. Totes vês ele non o vêt pas dês uelys corporâls màs en èsprit; et vêt son côrps al liét a ben pou sembllâbllo al côrps môrt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : De la grant beuta que il aveunt non li eret semblanz que li selouz quant il est en sa plus grant clarta et beuta, fut maques hun po de chosa au regart de la grant beuta que aviant li saint que illi veit dejota sei de totes pars, et de sus come en l'air. Totes veis illi non o veit pas des heuz corporaz mays en espirit; et veit son cors el leit a bein po semblablo al cors mort.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quant à la grande beauté qu'ils avaient, il lui semblait que le soleil, quand il est dans son plus grand et plus bel éclat, n'était que peu de chose en face de la grande beauté des saints qu'elle voyait à côté d'elle, de toutes parts et au-dessus d'elle comme dans l'air. Toutefois elle ne les voyait pas avec les yeux de la chair, mais en esprit; et elle voyait son corps dans le lit presque semblable à un corps mort.
    ---
  • Mas que agouétâdes-vos du coutiér du mucent? J'agouéto cét velâjo et celes tors bâs-lé. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ma que aveitsade-vo di côté di meussen? Dz'aveitso ci veulladzo e çalle tor ba-lé.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Mais que regardes-vous du côté du couchant? Je regarde ce village et ces tours là-bas.
    ---
  • Mas dês la seconda pèrioda de sa prateca, pèrioda de la luta poleteca et èconomeca conscienta et organisâye, por lo fêt de son activitât prateca, de son èxpèriença aquisa u cors d'una lunta prolongiêya, èxpèriença que fut g·ènèralisâye scientificament per Marx et engels et de yô et nèssua la tèoria marxista qu'el at sèrvi a l'èducàr, ceta cllâssa fut capâblla de comprendre l'èssença de la sociètât capitalista, los rapôrts d'èxplouètacion entre les cllâsses sociâles, sos prôpros devouèrs historecos et devint adonc una "cllâssa por sè". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ma dey la sekonda perioda de sa prateka, perioda de la luta poleteka e eikonomeka konsienta o organizeya, pe lo feit de son aktivito prateka, de son esperiensa akuisteya i kors d'inha luta prolongzeya, esperiensa ke fut gzeneralizeya siantifikament pe Marx e Engels e de io et neysuha la teoria marsista k'i at servi a l'edukei, heta klasa fut kapaabla de komprendre l'eisensa de la sosieto kapitalista, le rapor d'esploataksion intre le klase sosiaale, se propre devouar istorèko e deveint adon inha "klase pe se".
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Mais dès la seconde période de sa pratique, période de la lutte économique et politique consciente et organisée, du fait de son activité pratique, de son expérience acquise au cours d'une lutte prolongée, expérience qui fut généralisée scientifiquement par M. et E. et d'où naquit la théorie marxiste qui servit à l'éduquer, il fut à même de comprendre l'essence de la soc. capitaliste, les rapports d'exploitation entre les classes sociales, ses propres tâches historiques, et devint alors une classe pour soi.
    ---
  • Tot setout des combatents sè vêt corre lo sang! Màs! màs! qu'est-o ço-cé? Tot vat encontinent Pœr vêre quinta o est cela dèfortunâye... O étêt Morin du Brœly a mêtiêt dècornâye. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Toustou di combatten se veit coure lo san! Më! më! qu'est-ë ço-ce? Tot vat incontinan Pe vère quinta l'est cella deforteunàye... Lëtse Maurin di Breuil a meitsà decornàye.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Soudain des combattants on voit couler le sang! Mais! mais! qu'est-ce donc? Chacun va sur-le-champ Pour voir quelle était cette infortunéee... C'était Maurette du Breuil à moitié écornée.
    ---
  • Et pués, tot legrement, reprend sa pllace a tâblla. Màs, nion pas de trovàr sa bôna accion louâblla, ses parents lyé/llui desiant: "Fôt-o que pœr des môrts, En dèpllèsent u rê, t'èxpôseyes tes jorns?" Màs, pœr pllére u Bon Diœ, Tobit continue A recuelyir les Juifs frêds et rêds per les rues. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et pouë, tot legreumen, repren sa place a tabla. Më, non pa de trové sa bouna achon louabla, Se paren lei dejan: Fat-ë que pe de mor, In depleisen i rei, t'esposeye te dzor? Më pe plére i Bondzeu Tobie conteneuve A recoueilli le Juif fret et ret pe le reuve.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Et puis, tout larmoyant, il reprend sa place à table. Mais, au lieu de trouver sa bonne action louable, Ses parents lui disaient: faut-il que pour des morts En déplaisant au roi, tu exposes tes jours? Mais, pour plaire au bon Dieu, Tobie continue À ramasser les Juifs froids et raides dans les rues.
    ---
  • - Màs! coment, biô garçon, màs coment m'èguèyir? Je su lluen du Jorden! Je pllôro mon payis. Dês grant-temps de mes uelys come cuvèrts de têles, Je vèyo ni solely, ni lena, ni z-ètêles. Pœr mè, o est tot tot-un, jorn, nuet, ombra, cllartât. Que pariér du Bon Diœ seye la volontât. - Atende, reprend l'Ange, atende avouéc pacience: Lo Bon Diœ vint a nos plles tout qu'on sè lo pense. [valor : 10]
    ècritura d'origina : - Më! comen, bò garçon, më comen m'egueyi? Dze si llioen di Jourdain! Dze plaouro mon pay. Dei gran ten de me jeu, come queuver de teile, Dze veyo ni solei, ni leuna, ni s-eteile. Per mè, l'est tot teuteun, dzor, nét, ombra, clliartà. Que parë di Bondzeu sìe la volontà. - Attende, repren l'Andze, attende avouë pachence: Lo Bondzeu vint a nò pi tou qu'in se lo pense.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : - Mais! comment, beau jeune homme, comment m'égayer? Je suis loin du Jourdain! je pleure mon pays. Depuis longtemps, de mes yeux, comme couverts d'une toile, Je ne vois ni soleil, ni lune, ni étoiles. Pour moi, c'est tout la même chose, jour, nuit, ombre. Que la volonté de Dieu soit faite! - Attendez, reprend l'Ange, attendez avec patience: Le bon Dieu vient à nous plus tôt qu'on ne le pense.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche