Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 20283
nion
definicion
pronom
  • pronom endèfeni [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • personne (pronom indéfini) [valor : 10]
    ---
  • nessuno (pronome)[valor : 10]
    ---

Variantes

  • nion (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : nion
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : FRANCOPROVENÇAL Proposition d'une orthographe supra-dialectale standardisée - D.Stich - 2001 Web d'entèrèt :
    ---
  • nion (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : gneun
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 Web d'entèrèt :
    ---
  • nion (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : neuns
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Ils avévont de les lantèrnes sœrdes; Ils contrefassiant celes grôsses grenolyes, Il étéve pœr alar et pœr vegnir, Sen que jamés nion ne los/les pût dècruvir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Il avivon de lé lanterné cheurdé; Y contrefassion celé grousse grenollié, Y étivé pé alla et pé vegni, Sans que jamais nion ne lou pu décrevi.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 10. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Ils avaient des lanternes sourdes; Ils contrefaisaient les grosses grenouilles. C'était pour aller et venir, Sans que jamais on les pût découvrir.
    ---
  • D'icé la seconda quèstion. L'arpitan, come totes les lengoues minoritères, est, u moment actuèl, un conjuent de dialèctos bien difèrents entre lors et, bien sovent, los mémos arpitano-parlants ant mâltemps a sè comprendre. Èvident que l'adopcion de grafies dialèctâles de tipo fonètico ètrêt feni ètot la reproduccion des mémos problèmos de entèrcomprèhension que y ant por la comunicacion orâla. En plles, quand sè trète d'un tèxto ècrit, que seye pas una simplla pancârta de quatro paroles, la nècèssitât de sè rèpètar a vouèx hôta parola por parola por chèrchiér de la comprendre dètruit complètament lo pllèsir de la lèctura; et una lèctura sens pllèsir nion la fét. [valor : 10]
    ècritura d'origina : D'icé la seconda quèstion. L'arpitan, come totes les lengoues minoritères, est, u moment actuèl, un conjuent de dialèctes bien difèrents entre lors et, bien sovent, los mémos arpitano-parlents ant mâltemps a sè comprendre. Èvident que l'adopcion de grafies dialèctales de tipo fonètico ètrêt feni atot la reproduccion des mémos problèmos de inter-comprèasion que y ant por la comunicacion orala. En ples, quand sè trète d'un tèxte ècrit, que seye pas una simpla pancârta de quatro paroles, la nècèssitât de sè rèpètar a vouèx hôta parola por parola por chèrchiér de la comprendre dètruit complètament lo plèsir de la lèctura; et una lèctura sens plèsir nion la fét.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : F.Corradin - Comunicar ou sonar? - Viena tsu ma trasa - 2010
    ---
  • Des trenta jorns d'Avril pllovusse ben trent'un, (faràt/Farêt) p'encor de(s) dam(s) a nion. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Di trenta dzor d'Avri plouyuche bin trent'un, Faret panco de dan a gneun.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.87 a la pâge 29 du lévro)
    nota : Des trente jours d'Avril, s'il pleuvait bien trente et un cela ne causerait pas encore du dommage à personne.
    ---
  • L'égoue de Sent Jian, Tôte lo pan; La plloge de Sent Lôrent, Arreve justo a temps; Màs a Sent Bartolomé, Nion nen vôt més. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'eve de Saint Dzouan, tôte lo pan; La plodze de Saint Loren, Arreuve dzeusto a ten; Më a Saint Bartolomé, Gneun n'en vout më.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.286 a la pâge 84 du lévro)
    nota : L'eau de la Saint-Jean, Ôte le pain; La pluie de la Saint-Laurent, Arrive juste à temps; Mais à la Saint-Barthélemy, personne n'en veut plus.
    ---
  • Quand ele fut en son siècho, ele plloràt si fôrtament que ele perdét de tot lo vêr et la hostie que ele avêt en la boche sè vêt si crêtre que ele ut tota la boche pllêna. Et per lo grant èsperdiment que ele ut, quand ele sentét de ço si pllêna boche, se paràt la man et cudiét metre fôr de la boche. Et fut llui sembllant que no sé que la tirat arriére et llui avêt tâl(a) savor come de chèrn et de sang. La grant pouer que ele avêt, nion n'oserêt ràcontar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant illi fut en son secho, illi ploret si forment que illi perdit de tot lo veir et li oti que illi aveyt en la bochi se vayt si creytre que illi ot tota la bochi pleyna. Et per lo grant esperdiment que illi ot, quant illi sentit de co si pleyna la bochi, se paret la man et cudyet metre fors de la bochi. Et fut li senblanz que nossayque la tirat arriere et li aveyt tal savour come de cher et de san. La grant pour que illi aveit neuns n'oserit recontar.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand elle fut à son siège, elle pleura si fort qu'elle n'y voyait plus, et l'hostie qu'elle avait dans la bouche se mit à croître de telle sorte qu'elle en eut la bouche entièrement pleine. Et, dans le grand trouble qu'elle éprouva en sentant sa bouche si pleine, elle approcha sa main et faillit la retirer de sa bouche. Mais il lui sembla que je ne sais qui la tirât en arrière et qu'elle y trouvait une saveur de chair et de sang. La grande peur qu'elle en avait, personne n'oserait la raconter.
    ---
  • L'avarice 'l est una vèrtu, que nion joure 'l at possu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'avarice l'est euna veru, que gneun dzoure l'at possu.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : L'avarice est une vertu, dont personne n'a pu jouir.
    ---
  • Ouè, màs cen que 'l est pèrmês a niœn, 'l est de sè betàr a fére, come v'éd fêt, de dèmonstracions publeques et de tenir a hôta vouèce de discors rèvolucionèros. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Vouè më cen que l'est permi a gneun, l'est de se betté a fére, comme v'èi fé, de demonstrachon peubleque et de teni a aata voéce de discour revoluchonnéro.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Oui, mais ce qui est permis à personne, c'est de se mettre à faire, comme vous avez fait, des démonstrations publiques et de tenir à haute voix des discours révolutionnaires.
    ---
  • Lo matèrialismo-dialècteco est una veretât gènèrala porquè nion, dens sa prateca, pôt sorti de cét câdro. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo materialismò-dialektekò et inha veheto gzeneraala perkei gnun, din sa prateka, pot sorti de hi kadrò.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Le matérialisme dialectique est une vérité générale parce que personne, dans sa pratique, ne peut sortir de ce cadre.
    ---
  • Huét jorns, por lœr, 'ls étiant diéx ans; Et se jamés l'âno tornâve Hèlâs! nion 'l aviêt pas més fam. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Vouit dzor, pèr leur, l'étzon dzé-z-an; Et se jamé l'àno tornave Hèla! gnun l'ayet pamé fan.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    ---
  • Lé, cél châtél de Quârt que chesêt en morgiéres, Vesêt pas passàr nion per ses dèsèrts chemins: Houé comence a revivre, et "grant-marci" pôt dére A Monsiœr Lateltin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lé, ci tsâtë de Quart que tsëjet in meurdzére, Vejet pa passé gnun pe se deser tsemin: Vouë comence a revivre, et gramaci put dére A Monseur Lateltin.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Là, ce château de Quart qui tombait en ruines Ne voyait plus passer personne par ses chemins déserts. Aujourd'hui, il commence à revivre, et il peut en dire merci À Monsieur Lateltin.
    ---
  • Son pâpa, que les ans 'ls ant pllètâ lo vesâjo, 'L avêt vu cent foréls revèrdir lo velâjo. A pêna possêt més s'édiér de son bâton; 'L alâve tuéts les jorns encontre a son garçon, Màs, jamés nion de llui, jamés nion s'aprochiêve, Ou plletout, étiant pas cél que son cœr amâve. Passâve jorn et nuet acabllâ de chagrin, Et jamés d'un uely sèc il vesêt lo matin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Son papa, que le s-an l'an plettà lo vesadzo, L'ayet vu cent fourië reverdi lo veladzo. A peina pochet më s'aidzé de son bâton; L'allàve tseut le dzor incontre a son garçon, Më, jamë gneun de lliu, jamë gneun s'approtsàve, O pitou l'etson pa ci que son coeur amàve. Passàve dzor et nët accablà de tsagrin, Et jamë d'un jeu sèque i vejet lo matin.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : Son père, dont les ans ont ridé le visage, Avait vu cent printemps reverdire le village. À peine pouvait-il encore s'aider de son bâton; Il allait tous les jours à la rencontre de son garçon. Mais, jamais aucun de lui, jamais aucun ne s'approchait. Ou plutôt, ce n'était pas celui que son coeur aimait. Il passait jour et nuit accablé de chagrin, Et jamais d'un oeil sec il ne voyait le matin.
    ---
  • Les ètrangiérs portant, aprés fêt long chemin, Sè nen retôrnont pas sensa vêre la fin. Niœn sembllâve més guê; châcun s'empacientâve, Atendêt cél moment que p'encora arrevâve. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le s-étrandzé pourtan, aprë fét lon tsemin, Se n'en retornon pa sensa vère la fin. Gneun semblàve më guei; tsacun s'impachentàve, Attendzet ci momen que pancora arreuvave.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Les étrangers pourtant, après (avoir) fait long chemin, Ne s'en retournent pas sans en voir la fin. Nul ne semblait plus gai; chacun s'impatientait, attendait ce moment qui n'arrivait pas encore.
    ---
  • Niœn 'l aviêt encor vu de batalyes pariér!... A Morin lyé dècape un des pièds de dèrriér; Adonc on sent criàr: Fribôrg! Fribôrg!... la rêna! Tot gent!... lo mot 'l est p'encor dét a pêna, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Gneun l'ayet incò vu de bataille parë!... A Maurin lei decappe un di pià de dèrë; Adonc in sent crié: Fribour! Fribour!... la reina! Tôdzen!... lo mot l'est p'anco deut a peine,
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Personne n'avait encore vu des batailles pareilles!... À Maurette il glisse un des pieds de derrière; Alors on entend crier: Fribourg! Fribourg!... reine! Tout doucement!... Le mot n'est pas à peine dit,
    ---
  • Et pués, tot legrement, reprend sa pllace a tâblla. Màs, nion pas de trovàr sa bôna accion louâblla, ses parents lyé/llui desiant: "Fôt-o que pœr des môrts, En dèpllèsent u rê, t'èxpôseyes tes jorns?" Màs, pœr pllére u Bon Diœ, Tobit continue A recuelyir les Juifs frêds et rêds per les rues. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et pouë, tot legreumen, repren sa place a tabla. Më, non pa de trové sa bouna achon louabla, Se paren lei dejan: Fat-ë que pe de mor, In depleisen i rei, t'esposeye te dzor? Më pe plére i Bondzeu Tobie conteneuve A recoueilli le Juif fret et ret pe le reuve.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Et puis, tout larmoyant, il reprend sa place à table. Mais, au lieu de trouver sa bonne action louable, Ses parents lui disaient: faut-il que pour des morts En déplaisant au roi, tu exposes tes jours? Mais, pour plaire au bon Dieu, Tobie continue À ramasser les Juifs froids et raides dans les rues.
    ---
  • ... 'N ariant ben meretâ mile côps davantâjo ... Ah! Veriédes pas viâ de mè voutro vesâjo. Je recêvo des mins afronts pœr grants-marcis; Les jorns mè sembllont longs a l'ètat que je su. Fédes que de mes pièds niœn vèye més la trêna; Et que de mes pèchiês crêsse pas més la chêna". [valor : 10]
    ècritura d'origina : ... N'arrian bin meretà melle cou d'aventadzo ... Ah! Verriàde pa vià de mè voutro vesadzo. Dze receivo di min, affron pe gramaci; Le dzor me semblon long a l'état que dze si. Féde que de me pià gneun veye më la treina; Et que de me petsà creisse pa më la tseina".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : ... En auraient bien mérité mille fois davantage ... Ah! Ne détournez pas de moi votre visage. Je reçois des miens des affronts pour des remerciements; Les jours me semblent longs dans l'état où je suis. Faites que de mes pieds personne ne voie plus la trace, Et que de mes péchés ne croisse plus la chaîne".
    ---
  • En alent pués dromir Tobie sè sovint Des bons avis reçus lo long de son chemin. Il pâsse un premiér jorn et la nuet tota entiére, Come l'Ange 'l at dét, tojorn dens la preyére: Câr niœr dêt sè mariàr pœr son contentement, Màs pœr crêtre du cièl lo mouèl des habitents. Et Sarra de chargrin a cachon legremâve; L'ombra de ses sèpt homos a lyé sè presentâve, Èposa de la velye et veva lo matin. "De cél-ce, desêt-el, faré-jo més lo brun?" [valor : 10]
    ècritura d'origina : In allen poue drumi Tobie se sovin Di bon s-avi reçu lo lon de son tsemin. I passe un premië dzoer et la nët totta intsëre, Come l'Andze l'at deut, todzor din la preyëre: Car gneun deit se marié pe son contentemen, Më pe creitre di cheil lo mouë di s-abiten. Et Sara de tsgrin a catson legreumàve; L'ombra de se sat ommo a llië se presentàve, Epaousa de la veille et vèva lo matin. "De ci-cieu, dejet-ë, farri-dzò më lo brin?"
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : En allant dormir Tobie se souvient Des bons avis reçus le long de son chemin. Il passe un premier jour et la nuit tout entière, Ainsi que l'avait dit l'Ange, toujours dans la prière: Car personne ne doit se marier pour son contentement, Mais pour croître du ciel le nombre des habitants. Et Sara, de chagrin pleurait en secret; L'ombre de sept maris à elle se présentait, Epouse de la veille et veuve le matin. "De celui-ci, disait-elle, ferai-je encore le deuil?"
    ---
  • Galopâdes envitàr parents, vesins, amis... Que niœn d'entre tuéts lœr manqueye de venir. Détes-lœr: "De Sarra n'alens fére les noces. J'é ja betâ, pœr cen, la brochèta a três bosses. Ana, tè, te lo sâ, fés pués d'aprèstement; Fà-nen prod, fà-lo bon p'atant que nos sèrens". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Galopàde invité paren, veseun, ami. Que gneun d'intre tseut leur manqueye de veni. Dete-leur: "De Sara n'allen fére la noce. Dz'i dza bettà, pe cen, la brotsetta a trei bosse. Anna, ti, te lo sa, fé pouë d'aprestemen; Fé n'en praou, fé-lo bon b'autan que no saren".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Courez inviter parents, voisins, amis... Que personne d'entre eux ne manque de venir. Dites-leur: "De Sara nous allons faire les noces. J'ai déjà mis, pour cela, le robinet à trois tonneaux. Anne, toi, tu le sais, tu feras les préparatifs du repas; Fais-le suffisant, fais-le bon pour tous, tant que nous serons".
    ---
  • Dens la crete de Diœ lo repâs continue; Entre lœr niœn desêt des paroles pèrdues. et ben muens de rêsons détes grossiérement, Que vant portàr la môrt dens lo cœr inocent. Je vos é pas comptâ les porcions que fumâvont! Les moges, les moutons, les três bosses sontlé; L'afére, mielx que mè, lœr, pôvont la contàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Din la crente de Dzeu lo repà conteneuve; Intre leur gneun dejet de parole perdeuve. Et bin men de reison deute grouchëremen, Que van porté la mor din lo coeur innocen. Dze vo s-i pa contà le porchon que feumàvon, Ni tseut le quarteron que ci dzor se vouedzàvon! Le modze, le maouton, le trei bosse son lé; L'affére, mioù que mè, leur pouvon la conté.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Dans la crainte de Dieu le repas continue; Pas un d'entre eux ne disait des paroles inutiles, Et bien moins encore des propos grossiers, Qui vont porter la mort dans les coeurs innocents. Je ne vous ai pas compté les portions qui fumaient, Ni tous les quarterons qu'en ce jour on se versait! Les génisses, les moutons, les trois tonneaux sont là; Eux, mieux que moi, peuvent vous raconter le tout.
    ---
  • Ben que chiéz Ragouèl Tobie s'apllantâve, Son pâpa l'atendêt, et jamés 'l arrevâve. "Ah! revin, desêt-il, qu'atends-tu, mon garçon? Pœrquè revins-tu pas lo jorn dét a mêson? Magâra que la môrt, cela môrt afrontâye 'L arêt prês Gabelus! et la soma prétâye Épêr niœn la rendrêt". Et sè bète a plloràr. Màs sa fèna surtot, ren pôt la consolàr! "Hèlâs! sè desêt-el, n'ens mandâ viâ Tobie Pôt-étre pœr trovàr la môrt dens la Mèdie. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bin que tsi Ragüel Tobie s'aplantàve, Son papa l'attendzet, et jamë l'arreuvàve. "Ah! revin, dejet-ë, qu'atten-teu, mon garçon? Perquè revin-teu pa lo dzor deut a meison? Magara que la mor, cella mor affrontàye, L'aret prei Gabelus! Et la somma prëtàye Epei gneun la rendret". Et se bette a plaouré. Më sa fenna surtou, ren pout la consolé! "Héla! se dejet-ë, n'en mandà vià Tobie Peut-ëtre pe trové la mor din la Medie.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Pendant que Tobie s'arrêtait chez Raguël, Son père l'attendait, et jamais il n'arrivait. "Ah! reviens, disait-il, qu'attends-tu, mon fils? Pourquoi ne reviens-tu pas au jour dit à la maison? Peut-être que la mort, cette mort cruelle, Aura pris Gabelus! Et la somme prêtée Peut-être personne ne la rendra". Et il se met à pleurer. Mais sa femme surtout, rien ne peut la consoler! "Hélas! se disait-elle, nous avons envoyé loin Tobie Peut-être pour trouver la mort dans la Médie.
    ---
  • A la fin du repâs quand niœn mengiêve més, Lo vielyo Tobit dét a son garçon pariér: "A cél bon jouvenèt balyerens-nos quint gajo. Pœr cen que t'at guidâ lo long de ton voyâjo? - Pœr lo rècompensàr, vos lo sâdes ètot vos, Sufit pas la mêtiêt du bien venu chiéz nos! En santât m'at prês cé; san, cé, mè tôrne rendre. L'argent, chiéz Gabelus, o est alâ llui lo prendre; [valor : 10]
    ècritura d'origina : A la fin di repà quan gneun mindzàve më Lo vioù Tobie deut a son garçon parë: "A ci bon dzovenet bailleren-nò quin gadzo, Pe cen que t'a guedà lo lon de ton voyadzo? - Pe lo recompensé, vo lo sàde ettot vò, Suffi pa la meitsà di bien venu tsi nò! In santé m'a prei ceu; san ceu me torne rendre. L'ardzen, tsi Gabelus, l'est allà lliu lo prendre:
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : A la fin du repas, lorsque personne ne mangeait plus, Le vieux Tobie parla à son fils ainsi: "A ce bon jeune homme que donnerons-nous, Pour t'avoir guidé le long de ton voyage? - Pour le récompenser, vous le savez aussi vous, Il ne suffit pas de la moitié du bien venu chez nous. En santé il m'a pris ici; sain, ici, il me ramène; L'argent chez Gabelus, il est allé lui-même le prendre;
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche