Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 20317
ni
definicion
conjonccion
  • conjonccion [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • ni [valor : 10]
    ---
  • nè cong.[valor : 10]
    ---

Variantes

  • ni (Frz) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : gni
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 Web d'entèrèt :
    ---
  • ni (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ne
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : ATHENA - Pierre Perroud Web d'entèrèt : http://athena.unige.ch
    ---
  • ni (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ni
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862 Web d'entèrèt :
    ---
  • ni (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ni
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • ni (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ne
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Ni l'or ni crouèx d'honœr, noutro cœr ren lo gâgne, Câr lo cœr vâldoten sât mielx fére son ch·ouèx. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ni l'or ni croé d'onneur, noutro coeur ren lo gagne, Car lo coeur valdotain sat mioù fére son choè.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : Ni or ni croix d'honneur, rien ne gagne notre coeur; Car le coeur valdôtain sait mieux faire son choix:
    ---
  • Ni ne prètendo pas lyor fére des satires: O est pœr vos galar que j’èssèyo d’ècrire, Por la gorlancherie su voutron g·ènèrâl, Trètâds-mè, s’o vos pllét, de franc orig·inâl; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Gni ne prétindô pô liou faire de satsire: Ov est par vos galô que j'essayo d'ecrire. Par la gorlanchari sus voutron général, Traitòs-me, so vo plait, de franc original;
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : Ni ne prétends leur faire des critiques: C'est pour vous amuser que j'essaie d'écrire. Pour la flâneire, je suis votre général. Traitez-moi, s'il vous plaît, de franc original;
    ---
  • Màs vê-ce ben des ôtros èpisodos: Quand ils viront lœrs três èchiéles rotes Ils ne pôviont descendre ni montar; Il est iqué yô ils furont domptâs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mai vaissia bin dés atré épenosse: Quant i viron leu trai eitialla rotte I ne povion désandre ne monta; Y et iqué yo i furon donta.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 27. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Cependant voici bien d'autres épisodes: Quand ils virent leurs trois échelles rompues Ils ne pouvaient descendre ni monter; Et c'est ici qu'ils furent domptés.
    ---
  • Il fôt butar de l'ôrdre a la potence, Et pués, avêr des côrdes en sufisence, Por los/les gllètar et los/les ben garrotar, Qu'ils ne pouessont ni veriér ni tornar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y fau bouta de l'oudre à la potance, Et poi, avai dé courde an suffisance, Pè lou gliéta et lou bin garotta, Qu'i ne poission ne veri ne torna.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 34. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Il faut mettre de l'ordre à la potence Et puis avoir des cordes en suffisance, Pour les lier et les bien garrotter, Qu'ils ne puissent ni virer ni tourner.
    ---
  • Màs Tabazan, que pèrdéve pacience, Sôtat dessus, et pués aprés l'ètranglle: "Môrta la bétye, et môrt lo venim! Te ne farés jamés ni mâl ni ben!" [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mai Tabazan, que perdive paciance, Cheuta dessu, et poi aprè l'eitranglie: "Mourta la béque, et mourta le venin! Te ne faré zamai ne ma ne bin!"
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 54. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Mais Tabazan, qui perdait patience, Sauta dessus, et puis après l'étrangle "Morte la bête et mort le venin! Tu ne feras plus jamais ni mal ni bien!"
    ---
  • Mâlgrât tant de chagrin, quand ye su lâs de liére, Quârques-fês per hasârd je mè mèlo d'ècrire; Y'èstropio quârques vèrs, ye fouè quârques chançons, Que n'ont lo plles sovent ni rima ni rêson, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Maugra tant de chagrin, quan ie seu las de lire, Quoque fei per hasard ie me meilo d'eicrire; I'estropio quoque vers, ie foey quoque chanson, Que n'ont lo plu souent ni rima ni raison,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Malgré tant de chagrin, quand je suis las de lire, Quelquefois par hasard je me mêle d'écrire; J'estropie quelques vers, je fais quelques chansons, Qui n'ont le plus souvent ni rime ni raison,
    ---
  • Quand a mè dèlâssiér ma Musèta m'envite, Je mèto per ècrit ce que la fôla dicte, N'atendant de ce-lé ni profit ni renom; Passant mos tristos ans, j'enstruiré mos nevots; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quand à me delassié ma Musetta m'inuite, Ie metto par eicrit ce que la fola dicte, N'attendan de celey ni profit ni renom; Passan mou tristouz an, i'instruirai mou neuon,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Quand à me délasser mon humble Muse m'invite, Je mets par écrit ce que la folle dicte, N'attendant de cela ni profit, ni renom, Passant mes tristes ans, j'instruirai mes neveux;
    ---
  • L'égoua nos vint de lluen: dejâ sur la Romanche, L'on ne vêt plles de pont, ni de pôrt, ni de pllanche; Plles fôrta que lo Drac, el lo fât ècartar; A son rapido cors ren ne pôt rèsistar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'aigua nou vint de loin: dejà su la Romanchi L'on ne veit plu de pont, ni de port, ni de planchi; Plu forta que lo Drac, y lo fat écarta; A son rapido cour ren ne pot resista.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'eau nous vient de loin: déjà sur la Romanche, L'on ne voit plus de pont, ni de port, ni de planche; Plus forte que le Drac, elle le fait écarter; A son rapide cours rien ne peut résister.
    ---
  • De ço que ele vit dedens lo lévro, jo ne vos conteré pas mout, câr jo no é côr qui lo pôt/pouesse pensar, ni boche qui lo sât/sache dèvisar. Tot-adés jo vos deré alcun-petit se Diô mè donet la grâce. [valor : 10]
    ècritura d'origina : De co que illi vit dedenz lo livro, jo ne vo conteray pas mout, quar jo no hay cor qui lo puit pensar, ne bochi qui lo sout devisar. Tot ades jo vos direy alcon petit si Deus me donet la graci.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : De ce qu'elle vit dans le livre, je ne vous conterai pas beaucoup de choses, car je n'ai ni intelligence qui puisse le concevoir, ni la bouche qui sache le raconter. Je vous en dirai toujours quelque chose, si Dieu m'en donne la grâce.
    ---
  • L'un pllôre son cusin, l'ôtro pllôre son frâre, L'un crend pœr sa fèna, l'ôtro pœr sa comâre; L'on ne recognêt plles ni mêtres ni vâlèts; Tâlo qu'at diéx laquès sè trove tot solèt, [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'un ploure son cousin, l'autro ploure son frare, L'un craint pe sa fena, l'autro pe sa comare; L'on ne reconneit plus ni maitre ni valet; Talo qu'a dix laquais se trove tout solet,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'un pleure son cousin, l'autre pleure son frère, L'un craint pour sa femme, l'autre pour sa commère; L'on ne reconnaît plus ni maîtres ni valets; Tel qui a dix laquais se trouve tout seul,
    ---
  • De grands que la vèrtu renge du premiér ôrdre, Et que ni los jalox, ni l'envéye n'ont pu môrdre; Tâlos sont los Gramont, de Vâlx, de Dolomiœ; Tâlos, los Sent-Adré, los Tencin, los Marciœ, [valor : 10]
    ècritura d'origina : De grand que la vertu renge du permier ordre, Et que ni lou ialou, ni l'envey n'ont pu mordre; Talou sont lou Grammont, de Vaulx, de Dolomieu; Talou, lou Saint André, lou Tencin, lou Marcieu,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Des grands que la vertu range du permier ordre, Et que ni les jaloux, ni l'envie n'ont pu mordre; tels sont les Grammont, de Vaulx, de Dolomieu; Tels, les Saint-André, les Tencin, les Marcieu,
    ---
  • En ço que il lyé parl(i)ét, il lyé dit apèrtament ni dèsirar ni querir ceta chousa: "câr, ço dit-il, ne vuel que tu muerres encora". Iço lyé dit tant bènignament et tant amâbllament que o no lyé éret sembllent que ele ni neguna ôtra pèrsona o pôt fére entendre. Et les grants dèsirs que ele avêt de la môrt lyé passàt tantout del côr et remanat en grant consolacion et en grant dèsir de més vivre al sèrvice de son bon crèator. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En co qui el li parlyet, el li dit apertament ne desirrar ne quirir ceta chosa: "car, co dit il, no voil que tu moyres encores". Ico li dit tant benignament et tant amiablament que oy no ly eret semblanz que illi ne neguna autra persona o puit fayre entendre. Et li granz desirs que illi aveyt de la mort li passet tantot del cor et remat en grant consolacion y en grant desir de mays vivre el servis de son bon creatour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Pendant qu'il lui parlait, il lui dit clairement de ne pas dérirer et de ne pas demander cette chose, car, dit-il, je ne veux pas que tu meures encore. Il lui dit cela avec une bienveillance et une amitié telles qu'à son avis, ni elle-même ni aucune autre personne ne pourrait le faire comprendre. Et le grand désir qu'elle avait de la mort lui sortit aussitôt de l'esprit et elle resta grandement réconfortée et désireuse de vivre encore au service de son bon Créateur.
    ---
  • Nos non trovens pas que ele volét onques de ceta vision rèvèlar ôtres chouses mâques, tant que de celes très hôtes et secrètes dèmonstrances que Noutron-Siro lyé dèmostràt la compagnie de sos glloriox sents, ele non o porrêt rècontar ni comprendre. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Nos non trovein pas que illi voucit unques de ceta vision revelar autres choses maques, tant que de celles tres autes et secretes demonstrances que Nostri Sires li demostret la compagni de sos glorious sainz, illi non o porret recontar ne comprendre.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : A notre connaissance, elle ne voulut jamais de cette vision (comme de ces très hautes et secrètes révélations dans lequelles Notre-Seigneur lui montra l'assemblée de ses saint glorieux) révéler autre chose si ce n'est qu'elle ne pourrait ni raconter cela no le comprendre.
    ---
  • Un'ôtra vês aventét en Avent que ele fut en mout grant tribulacion de côr, câr lyé éret sembllent que Nouhtron-Siro l'avêt oublliâ perço que ele ne put avêr la fervor ni la dèvocion en sa orêson que ele avêt acotuma. Et ensé quant plles sè aprouèmâve de Chalendes et sa grant dolor plles lyé crèssêt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Un autra veys aventet en Avenz que illi fut en mout grant tribulacion de cuor, car li eret semblanz que Nostri Sires l'avit ublia per co que illi ne puit aveir la fervour ne la devocion en sa oreyson que illi avit acostuma, Et ynsi quant plus se approymave de Chalendes et sa granz dolors plus li creyseyt.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Une autre fois, pendant l'Avent, il lui arriva d'être dans une grande tribulation de cœur: il lui semblait que Notre-Seigneur l'avait oublié, parce qu'elle ne pouvait avoir, dans son oraison, la même ferveur et la même dévotion que d'habitude. Et ainsi, plus on approchait de Noël, plus sa grande douleur augmentait.
    ---
  • Lo jorn que venét aprés celi que ele avêt viu cetes rèvèlacions del jouyo et de la gllouère ètèrnâla et ele vêt ôtra maniére de vision et de divèrses rèvèlacions, lesquâles étiant pllênes de si grants dolors et de si grants èpoventements que on ni lo porrêt ni sarêt rècitar tant étiant eles grants. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo jor qui venit apres celui que illi aveyt veu cetes revelacions del joy et de la gloyri eternal et illi veit autre maneri de vision et de diverses revelacions, les quauz estiant pleynes de si granz dolors et de si granz espavantamenz que hun ne o porrit ne sarit recitar tant estiant eles granz.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Le jour qui vint après celui où elle avait eu ces révélations de joie et de la gloire éternelle, elle eut un autre genre de vision et de révélations, si pleines de douleurs et d'épouvante qu'on ne pourrait les raconter tant elle étaient grandes.
    ---
  • Et la nuet aprés, ele vit les très grants èpoventâblles visions pllênes de si grants dolors et de si grants èpoventements que on non y porrêt metre compto ni sembllence ni neguna èstimacion. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et la noyt apres illi vit les tras granz epavantables visions pleynes de si granz dolors et de si granz espavantamenz que hun non y porret metre contio ne semblanci ne neguna estimacion.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et la nuit suivante, elle eut les visions très épouventables, pleines de si grandes douleurs et de si grandes épouvantes qu'on ne pourrait les dénombrer, ni en donner une image ou une estimation.
    ---
  • Justo les gens que els ant una vua subjèctiva, unilatèrâla et supèrficièla des problèmos sont sûrs de donàr prèsomptuosament des ôrdros ou des enstruccions dês que arrevont dens un pôsto novél, sensa s'enformàr de l'ètat de la situacion, sensa chèrchiér a vêre les chouses dens lor ensembllo (lor histouère et lor ètat present considèrâ come un tot) ni a en penetrar l'èssença méma (lor caractèro et lor lièson entèrna); il est inèvitâbllo que de tâles gens trancalont. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Gzestò le gzen ke i ant inha vua subgzetiva, unilateraala e superfisiaala di problema sont sur de donei prezomptuozament des ordre o des instruksion dey ke i arevon din in poste novel, sensa s'informei de l'eità de la situaksion, sensa kserksei a veire le ksoze din lor eisemblò (lor istoara e lor eità prezen konsideiho kome in tut) ni a en penetrei l'eisensa meima (lor karakteihò e lor liezon interne); i et inevitaablò ke de tele gzen trankalon.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Seuls les gens qui ont une vue subjective, unilatérale et superficielle des problèmes se mêlent de donner présomptueusement des ordres ou des instructions dès qu'ils arrivent dans un endroit nouveau, sans s'informer de l'état de la situation, sans chercher à voir les choses dans leur ensemble (leur histoire et leur état présent considéré comme un tout) ni à en pénétrer l'essence même (leur caractère et leur liaison interne); il est inévitable que de telles gens trébuchent.
    ---
  • Il est cen que compregnont pas los "praticiens" vulgèros que s'encllinont devant l'èxpèriença et dèdègnont la tèoria, de façon qu'ils pôssont pas embraciér lo procèssus objèctif dens son ensembllo et ils ant pas ni cllartât d'orientacion ni vâstes pèrspèctives et sè drogont de lor succès ocasionèl et de lor vua ètrêta. Se cetes gens dirigiéssant la rèvolucion, la conduiriant dens un'empasse. [valor : 10]
    ècritura d'origina : I et hen ke kompregnon pa le "pratiksien" vulgar ke s'inklinon devan l'esperiensa e dedeignon la teoria, de fason k'i poson pa imbrasei lo prosesus obgzetif din son einsemblò e i ant-pa ni klarto d'orientaksion ni vaste perspektive e se drogon de lor sukses okasional e de lor vua eitryta. Se hete gzen dirigzisan la revoluksion, la koduirian din en impase.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : C'est ce que ne comprennent pas les "praticiens" vulgaires qui s'inclinent devant l'expérience et dédaignent la théorie, si bien qu'ils ne peuvent embrasser le processus objectif dans son ensemble, n'ont ni clarté d'orientation ni vastes perspectives et s'enivrent de leurs succès occasionnels et de leurs vues étroites. Si ces gens dirigeaient la révolution, ils la conduiraient dans une impasse.
    ---
  • En filosofia ni lo "racionalismo" ni lo "empirismo" comprendont pas lo caractèro historeco ou dialècteco de la cognessença, et bien que cetes tèories contegnéssant, l'una come l'ôtra, un aspèct de la veretât (il sè trète du racionalismo et de l'empirismo matèrialisto et pas idèalisto), ils sont tuéts doux fôx du pouent de vua de la cognessença considèrâye dens son ensembllo. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En filozofia ni lo "rasionalismò" ni lo "empirismò" komprendon pa lo karakteihò istorekò o dialektekò de la kogneisensa, e, bien ke hete teorie kontegnisan, l'inha kome l'aatra, in aspekt de la veheto (i se trate di rasionalismò e de l'empirismò materialista e pa idealista), i sont tut do fas di point de vua de la kogneisensa konsidereya din son eisemblò.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : En philosophie, ni le " rationalisme " ni l'" empirisme " ne comprennent le caractère historique ou dialectique de la connaissance, et, bien que ces théories recèlent l'une comme l'autre un aspect de la vérité (il s'agit du rationalisme et de l'empirisme matérialistes et non idéalistes), elles sont toutes deux erronées du point de vue de la théorie de la connaissance considérée dans son ensemble.
    ---
  • - Màs! coment, biô garçon, màs coment m'èguèyir? Je su lluen du Jorden! Je pllôro mon payis. Dês grant-temps de mes uelys come cuvèrts de têles, Je vèyo ni solely, ni lena, ni z-ètêles. Pœr mè, o est tot tot-un, jorn, nuet, ombra, cllartât. Que pariér du Bon Diœ seye la volontât. - Atende, reprend l'Ange, atende avouéc pacience: Lo Bon Diœ vint a nos plles tout qu'on sè lo pense. [valor : 10]
    ècritura d'origina : - Më! comen, bò garçon, më comen m'egueyi? Dze si llioen di Jourdain! Dze plaouro mon pay. Dei gran ten de me jeu, come queuver de teile, Dze veyo ni solei, ni leuna, ni s-eteile. Per mè, l'est tot teuteun, dzor, nét, ombra, clliartà. Que parë di Bondzeu sìe la volontà. - Attende, repren l'Andze, attende avouë pachence: Lo Bondzeu vint a nò pi tou qu'in se lo pense.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : - Mais! comment, beau jeune homme, comment m'égayer? Je suis loin du Jourdain! je pleure mon pays. Depuis longtemps, de mes yeux, comme couverts d'une toile, Je ne vois ni soleil, ni lune, ni étoiles. Pour moi, c'est tout la même chose, jour, nuit, ombre. Que la volonté de Dieu soit faite! - Attendez, reprend l'Ange, attendez avec patience: Le bon Dieu vient à nous plus tôt qu'on ne le pense.
    ---
  • Enfin, ja lo denà sur la tâblla fumâve, Et lo vin dens la copa a lœrs uelys pètelyève. Ragouèl dit ux doux: "De noutros aprèstements Venédes vos sèrvir, sensa niœn compliment". Tobie lyé rèpond: "Je prendré pas ni vianda, Ni pan, ni vin chiéz vos, nan, tant qu'a ma demanda Vos èyâdes consenti. - Qu'arês-tu dèsirâ? - Je vodriô demandar voutra felye Sarra". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Enfin, dze lo dené su la tabla fumàve, Et lo vin din la coppa a leur jeu peteillàve. Ragüel deut i dò: "De noutro apprestement Venide vo servi, sensa gneun complimen". Tobie lei repond: "Dze prendri pa ni vianda, Ni pan, ni vin tsi vò, nà, tanque a ma demanda Vo s-eyo consenti. - Qu'arei-teu desirà? - Dze voudriò demandé voutra feille Sara".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Enfin, déja le dîner sur la table fumait, Et le vin dans la coupe à leurs yeux pétillait. Raguël dit à ses deux hôtes: "Des mets apprêtés Venez vous servir sans aucun compliment". Tobie lui répond: "Je ne prendrai ni viande, Ni pain, ni vin chez vous, jusqu'à ce qu'à ma demande Vous ayez consenti. - Qu'aurais-tu désiré? - Je voudrais épouser votre fille Sara".
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche