Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 20387
noutron
  • adjêctif possèssif [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • notre m. [valor : 10]
    ---
  • nostro agg.[valor : 10]
    ---

Variantes

  • noutro [valor : 10]
    Ècritura d'origina : noutro
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • nouhtro [Pie] [valor : 10]
    Ècritura d'origina : neustou
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013 Web d'entèrèt :
    ---
  • noutron (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : noutron
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • noutron (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : nostre/nostri/nostres/nostron/nostrum/nostro
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Tôssent lo prend, Et a noutron aventâjo, Senta Aguèta lo rend. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Toussaint lo pren, Et a noutro aventadzo, Sainte Aguetta lo ren.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.247 a la pâge 70 du lévro)
    nota : Toussaint le prend, Et à notre avantage, Sainte Agathe le rend.
    ---
  • Jamés nos quiterens noutr'ancièna patria; L'amôr des changements 'l est pas dens noutro cœr. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Jamë no quetteren noutr'ancheina patrie; L'amour di tsandzemen l'est pa din noutro coeur.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : Jamais nous ne quitterons notre ancienne patrie; L'amour des changements n'est pas dans notre coeur.
    ---
  • Nan, nan! Nos cognessens quint 'l est noutr'aventâjo, Por gagnér noutro pan nos passens la Savouè, Et lé, nen vôlont pas d'italien lengâjo, En-bél, noutro prègiér dêt étre lo français. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Nà, nà ! No cognëssen quin l'est noutr'aventadzo, Pe gagné noutro pan no passen la Savoè, Et lé, n'en voulon pas d'italien lingadzo, Imbë noutro prèdzé deit ëtre lo français.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : Non, non! Nous connaissons que est notre avantage: Pour gagner notre parin nous passons la Savoie, Et là, on ne veut pas de la langue italienne; Ainsi, notre langage doit être le français.
    ---
  • En atendent, chiéz nos, tot vat de mâl en pire: Noutro Coléjo arreve a ses dèrriérs abouès… Vâldoten, tes mâlhœrs, u moment que t'èxpires, A tes riére-nevots conta-les en francês! [valor : 5]
    ècritura d'origina : In attenden, tsi nò, tot vat de mal in pire: Noutro Collèdzo arreuve a se dèrë s-aboè… Valdotain, te maleur, i momen que t'espire, A te reë-nevaou conta-lè s-in français!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : En attendant, chez nous, tout va de mal en pire: notre Collège arrive à ses derniers abois... Valdôtain, tes malheurs, au moment où tu expires, à tes arrière-neveux raconte-les en français!
    ---
  • La misère on la vêt roulàr per les velâjos; Nos sens come somês desot un curatœr; Et de noutro travâly, ora semblle d'usâjo D'en partagiér lo fruit avouéc lo pèrcèptœr. [valor : 5]
    ècritura d'origina : La misére in la veit roulé pe le velladzo; No sen come soumi dèsot un curateur; Et de noutro travail, arra semble d'usadzo, D'en partadzé lo fruit avouë lo perceiteur.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : La misère on la voit courir par les villages; Nous sommes comme soumis à un curateur; Et notre travail, maintenant il semble d'usage D'en partages les fruits avec le percepteur.
    ---
  • Hèlâs! noutro payis 'l est venu, de province, Un arrondissement… Quint drôlo de progrès! Et pués seràt-il dét que les bouègnos du/dés prince(s) Volyont pas més sentir niœnes pllentes en français? [valor : 5]
    ècritura d'origina : Hélà! noutro pay l'est venu de province Un arrondissemen… Quin dròlo de progrè! Et pouë saret-ë deut que le bouegno di prince, Vouillen pamë senti gneune plente in français?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : Hélas! Notre pays est devenu, de province Un arrondissement... Quel drôle de progrès! Puis sera-t-il dit que les oreilles du prince Ne veuillent plus entendre aucune plainte en français?
    ---
  • Lèssont prègiér l'Ôtrich∙e et mémo la Russie, Ceta lo polonês, cela l'italien; Per quinta libèrtât nos vôt-el l'Italie, Dèfendre de prègiér come noutros anciens? [valor : 5]
    ècritura d'origina : Leisson prèdzé l'Autriche et mëmo la Russie, Cetta lo polonè, cella l'italien; Pe quinta libertà no vout-ë l'Italie, Defendre de prèdzé come noutre s-anchen?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : L'Autriche et même la Russie laissent parler Celle-ci le polonais, celle-là l'italien; Par quel privilège l'Italie veut-elle Nous défendre de parler comme nos anciens?
    ---
  • Lo francês nos lo fôt; noutro drouèt lo demande; De noutros devantiérs n'ens la lengoua et la fouè. 'ls ariant-ils sopatâ les tropes alemandes, Se jamés les canons 'ls ussont prègiê français? [valor : 5]
    ècritura d'origina : Lo francè no lo fat; noutro droit lo demande; De noutre devantë n'en la lenga et la foè. L'arian-të soppatà le trope s-allemande, Se jamé le canon l'uchan prèdzà français?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : Le français, il nous le faut, notre droit le demande; de nos devanciers nous avons la langue et la foi. Auraient-ils vaincu (en 1859) les troupes autrichiennes Si les canons n'avaient parlé français?
    ---
  • Nos, fidèlos sujèts de noutra Monarch∙ie, N'ens vouegiê noutro sang por los/les rês de Savouè. Nos volens possêr dére: Et viva l'Italie! Màs, cél mot, lo derens, lo/le derens qu'en français. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Nò, fidèlo seudzet de noutra Monarchie, N'en vouedzà noutro san pe le rei de Savoè, No volen possei dëre: Et viva l'Italie! Më, ci mot, lo deren, lo deren qu'in français.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : Nous, fidèles sujets de notre Monarchie, Nous avons versé notre sang pour les rois de Savoie. Nous voulons pouvoir dire: Et vive l'Italie! Mais, ce mot, nous ne le dirons, nous ne le dirons qu'en français.
    ---
  • Jane a Gllodon, Jane a Gllodon, Levéd-vœs donc! Un merâcllo est arrevâ! Sur noutron pomiér sarvâjo, Dens los nuâjos, J'entend(o) los anges chantar. [valor : 5]
    ècritura d'origina : D'zanne à Yaudan, D'zanne à Yaudan, Levi veus dan! Un mérakieu est arrévo! Su neton pommi sarvadze, Dins los nuadzes, Dz'intinds los andzes tsintô.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    ---
  • Céta crèatura, per la grâce de Nouhtron-Sègnor, avêt ècrit en son côr la sente via que Diô Jèsus-Crist menét en tèrra et sos bons ègzempllos et sa bôna doctrina. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Citi creatura, per la graci de Nostre Seignor, aveit escrit en son cor la seinti via que Deus Jhesu Criz menet en terra et sos bons exemplos et sa bona doctrina.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Par la grâce de Notre-Seigneur, cette créature avait gravé dans son cœur la sainte vie que Dieu Jésus-Christ mena sur terre, ses bons exemples et sa bonne doctrine.
    ---
  • Ol mè semblle que jo vos é aoui dére que quant vos avéds aoui ràcontar alcuna grâce que Nouhtron-Siro at fêt a alcuns de sos amis, que vos en valye mielx grant-temps. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Oy me semble que jo vos ay huy dire que quant vos aves huy recontar alcuna graci que Nostres Sires a fayt a acuns de ses amis, que vos en vales meuz grant tens.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il me semble que je vous ai entendu dire que, quand vous avez entendu raconter quelque grâce que Notre-Seigneur a faite à certins de ses amis, vous en devenez meilleur pendant un long temps.
    ---
  • Un viely renàrd qu'aviêt corratâ Et gorsâ quâsi totes les gerénes de noutro càrro, Vint a chêre un jor sur 'na trapa qu'ére ben cachiêe. [valor : 10]
    ècritura d'origina : On vieu Renet qu'avieu corata Et gorsa quasi tote lô dzerines de neutre kêr, Vint à tsèr on dzor sur na trappe Qu'ire bin catsa.
    Règ·ion : Franche-Comtât
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : FRANCOPROVENÇAL Proposition d'une orthographe supra-dialectale standardisée - D.Stich - 2001
    nota : Un vieux renard qui avait poursuivi Et mangé presque toutes les poules de notre coin, Vint à tomber un jour sur un piège Qui était bien caché.
    ---
  • Avouéc Marc nos condivisens l'amôr et l'atachement profond a noutron Payis et a noutra lengoua, la prôva est dedens cetes pâges fruit quotidien du sacrifiço por mantenir vivent tot cen que nos amens. La reflèccion sur un futur possibllo est comencêye, réste a nos de lo rendre concrèt adoptent un chemin que seye parcoribllo... Alor lo problèmo quint 'l est, comunicar ou sonar? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Avouéc Marco nos condivisens l'amôr et l'atachement profond a noutron Payis et a noutra lengoua, la prôva est dedens cetes pâges fruit cotidien du sacrifiço por mantenir vivent tot cen que nos amens. La reflèccion sur un futur possiblo est comencêye, réste a nos de lo rendre concrèt adoptent un chemin que seye parcoriblo... Alor lo problèmo quint 'l est, comunicar u sonar?
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : F.Corradin - Comunicar ou sonar? - Viena tsu ma trasa - 2010
    ---
  • Dins un petit golyèt je vuel/véso fâre nôfrâjo. Fénésse que vodrat ceto mèchient ovâjo! Mon èsprit s'est trobllâ: noutron pont est dètruit, Ce pont, ce brâvo pont, si brâvament construit! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Din un petit goliat je voey fare naufrageo. Finisse que voudra cetteu méchent ouvrageo, Mon esprit s'eyt troubla: noutron Pont eyt détruit, Ceu Pont, ceu bravo Pont, si bravament construit!
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Dans un petit trou d'eau je vais/veux faire naufrage. Finisse qui voudra ce méchant ouvrage! Mon esprit est troublé; notre pont est détruit, Ce pont, ce beau pont, d'une si belle façon construit!
    ---
  • Lo "Messager Valdôtain" il est lo noutro armànac. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lou "Messager Valdôtain" y è lou noutrou armenàc.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : BREL, École pop. de patois Vald.
    Sôrsa : Glarey M. - Dictionnaire du patois de Champorcher - 2011
    nota : Le "Messager valdôtain" est notre almanach.
    ---
  • Et tot assé come les sents sè dèlèctont en vêr la biotât Noutron-Sègnor, sè dèduit noutro bon crèator en la biôtat et en l'amôr de ses bèles crèatures qu'il a fêt a sa émâge et a sa sembllence, assé come lo bon mêtre regârdet volontiér una bèla cârta, quand il l'a ben fêta. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et tot assi com li saint se delectunt en veir la beuta Nostron Seignour, se deduit nostre bons creares en la beuta y en l'amour de se beles creatures qu'il a fait a sa ymagi et a sa semblanci, assi come li bon meitres regardet volunteyrs una bela carta, quant il l'a bein fayta.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et tout comme les saints se plaisent à voir la beauté de Notre-Seigneur, notre bon Créateur se plaît dans la beauté et l'amour de ses belles créatures qu'il a faites à son image et à sa ressemblance: ainsi le bon maître regarde-t-il volontiers un beau tableau, quand il l'a bien fait.
    ---
  • Et dês que ele ut rendu grâces avouéc lo covent, en tant que hora nôna sonàt, ele étiêt en mout grant contempllacion, et tant que noutron bon crèator llui mostràt ôtra vês mout de sos secrèts en vision si doce et si dèlèctâblla que ele porrêt ben dére ensé come lo dit sent Pol: "Quod oculus non vidit nec audivit et cetera". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et deis que illi ot rendu graces avoy lo covent, en tant que hora nona sonet, illi ytiet en mout grant contenplacion, et tant que nostri bons creares li mostret autra veis mout de sos secrez en vision si douci et si delectabla que illi pourret bein dire ensi come lo dit senz Po en s'epistola: "Quod oculus non vidit nec audivit et cetera".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et dès qu'elle eut rendu grâces avec la communauté, jusqu'à ce que sonne l'heure de none, elle demeura dans une profonde contemplation, si bien que notre bon Créateur lui révéla, encore une fois, beaucoup de ses secrets dans une vision si douce et si délicieuse qu'elle pourrait bien dire comme saint Paul dans son épître: "Quod oculus non vidit nec audicit et cetera".
    ---
  • Aprés totes cetes grâces et pllusiors ôtres que noutron bon crèator llui ut fêtes, ele étêt l'èspâcio de doux ans que ele on ut neguna espèciâla grâce de Noutron-Sègnor, mâques tojorn pèrsèvèrâvet en bônes ôvres et tojorn sembllâvet que ele ut plles de la timor et de l'amôr de Diô. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Apres totes cetes graces et pluysor autres que nostri bons creares li ot faytes, illi este l'espacio de dos anz que illi non ot neguna especial graci de Nostrum Segnour, maques toz jors perseveravet en bones ovres et toz jors semblavet que illi out plus de la temour et de l'amour de Diu.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Après toutes ces grâces et plusieurs autres que notre bon Créateur lui fit, elle demeura l'espace de deux ans sans avoir aucune grâce spéciale de Notre-Seigneur, si ce n'est qu'elle persévérait toujours en bonnes œuvres et qu'elle semblait avoir toujours plus de crainte et d'amour de Dieu.
    ---
  • Totes vês nos entendens que ele veyêt tot lo avénément de Noutron-Sègnor et la passion et rèsurrèccion et la ascension et cossi il fut reciu a la drêta pârt de son glloriox pâre. En ço ele vit si grants chouses et si secrètes et de si obscur entendément que segont noutron petit entendément o non nos est viêres que sêt neguna pèrsona qui per sent ni per CLERGI o pouét entendre se lo Sant-Èsprit non llui uvrêt los uelys del côr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Totes veis nos entendin que illi veit tot lo aviniment de Nostrum Segnour et la passion et resurrection et la ascension et cussi il fut receus a la destra part de son glorious pare. En co illi vit si granz choses et si secretes et de si obscur entendiment que segont nostrum petit endtendiment oy non nos est viayres que oy seyt neguna persona qui per sent ne per clergi o puit entendre se li sanz espiriz non li ureyt los euz del cors.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Toutefois nous savons qu'elle voyait tout l'avènement de Notre-Seigneur et sa Passion et sa Résurrection et son Ascension et comment il fut reçu à la droite de son glorieux Père. Dans ces visions elle vit des choses si importantes et si secrètes et si difficiles à comprendre que, selon notre entendement, il ne semble pas que personne puisse les comprendre ni par l'intelligence ni par le savoir, à moins que le Saint-Esprit ne lui ouvre les yeux du cœur.
    ---
  • Iqué o llui fut dèmostrâ la signifiance de les doze piérres prècioses qui étiant dessus lo cuvèrtor de l'or, duquâl il éret cuvèrt ensé come nos vos avens ràcontâ. Et llui fut dèmonstrâ la signifiance de ço que il llui dit que regârdet son veré crèator et cognésset son veré Salvor et considèret a grant diligence sur ço que ele vèrrêt la grant hôtesse et la grant provondior et largior de les grièves dolors et de divèrs torments que sofrét noutro bon crèator. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Iqui oy li fut demostra li signifianci de les doze peres precioses qui estiant desus lo cuvertour de l'or, del qual el eret cuvers ensi come nos vos aveyn devant reconta. Et li fut demonstra li signifianci de co que il li dit que regardet son veray creatour et cognoyssit son veray salvour et considerat a grant diligenci sure con que illi verrit la grant auteci et la grant prevundia et largia de les gries dolors et de divers tormenz que sofrit nostri bons creares.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Là lui fut révélée la signification des douze pierres précieuses qui étaient sur la couverture d'or dont il était couvert comme nous l'avons raconté plus haut. Et il lui fut révélée la signification de de qu'il lui dit: qu'elle regarde son vrai Créateur et connaisse son vrai Sauveur et qu'elle considère avec grand soin, d'après ce qu'elle verrait, la grande hauteur et la grande profondeur et la largeur des terribles souffrances et des divers tourements que souffrit notre bon Créateur.
    ---
  • Ele vit coment la preyére de Noutra-Dona fêt abontar noutron bon crèator vers ses crèatures. Et vit cossi noutron pédox crèator reconciliét los pèchiors vers son glloriox pâre en demontrent sa glloriosa humanitât et en remembrent sos divèrs torments. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Illi vit coment li preeri de Nostra Donna fayt abontar nostrum bon creatour vers ses creatures. Et vit cussi notri pidous creares reconciliet los pechiors vers son glorious pare en demonstranz sa gloriosa humanita y en remenbrenz sos divers tormenz.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Elle vit comment la prière de Notre-Dame fait que notre bon Créateur s'apaise à l'égard de des créatures. Et elle vit comment notre Créateur compatissant réconcilia les pécheurs avec son glorieux Prère en lui montrant sa glorieuse humanité et en lui rappelant ses divers tourments.
    ---
  • Ceta vegne s'abâtarse dèns noutron payis. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ste vènye s'abotarse dè nton payi.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Cette espèce de vigne dégénère dans notre pays.
    ---
  • Cet procèssus, de la prateca de transformacion du mondo, procèssus dètèrménâ de la cognessença scientefeca, est arrevâ a un moment historeco, en China come dens lo mondo entiér, a un moment de granta importança, sensa prècèdent dens l'histouèra de l'humanitât, lo moment de fére disparêtre les tènèbres en China et en tot lo mondo, et de transformàr noutro mondo en un mondo radiox, come on l'at jamés vu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Hi prosesus, de la prateka de transformaksion di mondò, prosesus determino de la kogneisensa siantefeka, et arevo a in momen istorekò, en Kxina kome din lo mondò intier, a in momen de granta importansa, sensa presedent din l'istoara de l'umanito, lo momen de feihe dispareitre le tenebre en Kxina e en tut lo mondò, e de transformei notrò mondò en in mondò radiozò, kome on l'at gzamei vu.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Ce processus, la pratique de transformation du monde, processus déterminé par la connaissance scientifique, est arrivé à un moment historique, en Chine comme dans le monde entier, à un moment d'une haute importance, sans précédent dans l'histoire de l'humanité - le moment de dissiper complètement les ténèbres en Chine comme dans le monde entier, et de transformer notre monde en un monde radieux, tel qu'on n'en a jamais connu.
    ---
  • Oublliâs dês grant-temps u méten des montagnes, N'ens souegnê des sordâts por batre a cent campagnes, Fidèlos a noutro Rê tot come d'ôtros côps, Nos, les anciens sujèts de noutra Monarchie. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Oublià dei gran ten i meiten di montagne, N'en sognà de sordà pe battre à cent campagne, Fidèlo à noutro Rei tot come d'atrecou, Nò, lè-z-anchen seudzet de noutra Monarchie.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Oubliés dès longtemps au milieu des montagnes, Nos avons fourni des soldats pour battre à cent campagnes. Fidèles à notre Roi tout comme autrefois, Nous, les anciens sujets de notre Monarchie Nous semblions frères des Italiens Uniquement pour payer les impôts. Trente ans se sont passés à faire des demandes Et des projets pour le chemin de fer, Et l'affaire pourtant se renvoie et se renvoie encore Autant, eût-on dit, que dure un enfer. Cependant, il est malheureux celui qui se désespère: ...
    ---
  • Montgenèt, Gèrvason fabricont, sè pôt dére, Lo plles bon fèr en fondent la miniére Des grants filons de Cogne et céls du Lac Gelâ Que noutro Sènatœr possède a Champdeprâts... [valor : 10]
    ècritura d'origina : Montgenet, Gervason fabbrecon, se pout dère, Lo pi bon fer in fonden la megnére Di gran felon de Cogne et sù di Lacdzalà Que noutro Senateur possède a Zandeprà
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Montgenet, Gervason fabriquent, on peut le dire, Le meilleur fer en fondant le minéral De la grande mine de Cogne et du Lac-Gelé, que notre Sénateur possède à Champdepraz. Il me semble que le coeur me fait un repoche: Pourquoi ne dire mot des vaches et des génisses Que vend notre pays? Par exemple: à Brusson, On élève force bestiaux et l'on fait beurre et fromage, Et les génisses de l'endroit ont le grand avantage D'être prêtes à vêler presque à toute saison.
    ---
  • Mè semblle franc que lo cœr mè reprôge: Màs, pas/por dére lo mot et des vaches et des moges Que vend noutro payis! Per ègzempllo: a Brechon, Alèvont des bôfs/bouéls pllens et fant burro et fromâjo, Et lœrs moges surtot 'ls ant cél grant avantâjo D'étre prèstes a vêlàr quâsi a totes sêsons. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Me semble fran que lo coeur me reprodze: Mé, pa dere lo mot et di vatze et di modze Que vend noutro pay! Per esemplo: a Bretzon, Alevon de baou plein et fan beuro et fromadzo, Et leur modze surtout l'an ci gran avantadzo D'étre preste a veilé case a totte seison.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    ---
  • Pœr possêr vos prègiér du bon cllàr de la trelye Que fét noutro payis, sèrêt franc a propôs, D'avêr-nen devant mè, tot justo huét botelyes Pœr les agôtar bien a bél tôrn doux-três côps. Èprovens: Tè Donâs? Oh, lo bon Pecotendro! Grôs rojo de l'Enfèrn, tè t'és pas lo plles muendro. A ton tôrn, des Oulyéres, honœr de Chesalèt! Et tè bon Malvouèsie de Monsiœr Farinèt! Ô, colena de Vela, agôtent de ta Biôla; Fà-mè de ton Oriou sentir lo gôt, Vegnôla, Chambâva ton Môscat fêt, je n'en dôbto pas, Gouarét lo ventro a tuéts, mémo a qui 'l at nion mâl. Lé, pèrdens pas lo temps ètot d'historiètes; Chavonens, o est ben mielx, l'amolon du Torète: Ôtro ço que cél vin fêt de l'égoue du Pô Ou de cela de noutra Duère Que sât s'en tornàr sus, dedens des bosses entiéres, Ètot bèla colœr, màs tojorn sensa gôt! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pe possei vo predzé di bon cllier de la treille Que feit noutro pay, sareit fran apropou, D'aveinen devant mè tot jeusto vouit boteille Pe le-z-agouét bien a bétor dò trei cou. Aproven: Tè Donnas? Oh, lo bon peccotendro! Grou rodzo de l'Infer, té t'i pa lo pi mendro. A ton tor, di-z-Ouillère, honeur de Tzesalet! Et tè bon Malvoisi de Monsuer Farinet! O, collena de Veulla, agouten de ta Bioula; Fé-mè de ton Oriou senti lo gout, Vegnoula. Tzambava ton Moscat feit, dze n'en douto pà, Gari lo ventro a tzeut, mémo a qui l'at grun mà. La, perden pa lo ten atot d'hitoriette; Tzavonnen, l'est ben miou, l'amolon di Torette: Atro so que ci vin fét de l'égue di Pou O de cella de noutra Dzouére Que sat s'en torné sù, dedin de bosse intzére, Atot bella couleur, mé todzor sensa gout!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Pour pouvoir vous parler du bon jus de la treille Que notre pays fait, il serait grandement à propos, D'en avoir devant moi, tout juste, huit bouteilles Pour les goûter bien, tour à tour, deux ou trois fois. Essayons: toi, Donnas, oh, le bon piccotendre! Gros-rouge de l'Enfer, toi tu n'es pas le moindre. A ton tour, des Ouillères, honneur de Chesalet! Et toi, bonne Malvoisie de Monsieur Farinet! Ô colline d'Aoste, goûtons de ta Biola; de ton Oriou fais-moi sentir le goût, Vignola. Chambave, ...
    ---
  • Pœr profitàr de l'êr si frès de la montagne, Noutro Rê tot sovent lé d'entôrn lo mê d'oût Quite les bôrds du Tibro, ou de l'Arno, ou du Pô En menant avouéc llui la Rêna, sa compagne. Ben sûr, entre tuéts doux, pôvont mielx reussir A vouegiér lors bienfêts sur tot noutro payis. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pe profité de l'air frëque de la montagne, Noutro Rei tot soven, lé dentor lo mei d'ou, Quette le bord di Tibre, o de l'Arno, o di Pou In meinen avouë lliu la Reina, sa compagne. Bin cheur, intre tseut dò pouvon miou reussì A vouedzé leur bienfé su tot noutro pay.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Pour profiter de l'air frais de la montagne, Notre Roi tout souvent, vers le mois d'août, Quitte les bords du Tibre, ou de l'Arno, ou du Pô, En menant, avec lui, la Reine sa compagne. Sans doute, entre les deux, ils peuvent mieux réussir À verser leurs bienfaits sur tout notre pays.
    ---
  • Quand noutro pâpa mè marchande Avouéc des mêtres p'alàr viâ, Mama en pllorent lyé recomande De mè lèssiér réstàr celya/cé-y-at. Desot lo têt cuvèrt de palye, Pâpa, pœr mè, 'l at couét de pan; Je penso pas-més que mè falye Roulàr per les payis cét an. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quan noutro papa me martsande Avouë de métre p'allé vià, Mamma in plaouren lei recomande De me leiché resté ceillà. Dèsot lo tet queuver de paille, Papa, per mè, l'at couet de pan; Dze penso pamë que me faille Roulé pe le pay ci-t-an.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Lo berdzé et lo ramoneur - 1857
    nota : Lorsque notre papa me loue À des maîtres pour aller au loin, Maman en pleurant lui recommande De me laisser rester ici. Sous le toit couvert de paille, Papa, pour moi, a cuit du pain; Je ne pense plus qu'il me faille rouler à l'étranger cette année.
    ---
  • A l'ombra de celes brengouètes, Sur la tepa, alens nos sietàr; N'arriens-pués doves ècuelètes De lacél, pœr noutro denà. Prôchos du têt cuvèrt de palye, U son du fifro, ora chantens: De lacél, la chiévra nen balye; Mâma nos fét d'harbelyements. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A l'ombra de celle brenvette, Su la teppa, allen no chatté; N'arrien pouë dove s-ecouellette De lait, pe notre dené. Protso di tet queuver de paille, I son di fifre, arra tsanten: De lacë, la tseuvra n'en baille; Mamma no fét d'arbeillemen.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Lo berdzé et lo ramoneur - 1857
    nota : A l'ombre de ces petits mélèzes Sur le gazon, allons nous asseoir; Nous trairons deux petite écuelles De lait, pour notre dîner. Près du toit couvert de paille, Au son du fifre, maintenant chantons: Du lait, la chpvre en donne; Maman nous fait des habillements.
    ---
  • Magoton: "Nan, nan! Pensâde pas, comàre; 'L est venua fére L'ôf cé dens noutro bouél; Agouétiéde..." Aguèta: "Cél-ce! (prend l'ôf en man) Je lo cognesso prod." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Magoton: "Na, na! pensàde pa, comére; L'est pas veneuva fére L'ou ce din noutro baou; Aveitsàde..." Aguetta: "Ci-ceu! (Pren l'ou in man) Dze lo cognësso praou."
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Marguerite: "Non, non! ne pensez pas cela, commère; Elle n'est pas venue faire l'oeuf ici dans notre étable; Regardez..." Agathe: "Celui-ci! (elle prend l'oeuf en main) Je lo reconnais assez."
    ---
  • Ragouè u méten de tota sa famelye Juend la man de Tobie a cela de sa felye. "Je su content, dit-il, qu'a mon prôcho parent Je balyeyo ma felye avouéc tot noutro bien. Qu'en cél jorn lo Bon Diœ llui-mémo vos unésse! Que sa bènèdiccion sur vos houé s'acompllésse! Que les jorns de ma felye, aprés tant de chagrin, Seyont des jorns serens et de mémo les tins." Que de biens, de bonhœr son cœr lyé souhètâve! Tot-un, d'apréhensions dens son cœr ne réstâve. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ragüel i meiten de totta sa fameille Dzoin la man de Tobie a cella de sa feille. "Dze si conten, deut-ë, qu'a mon protso paren Dze bailleyo ma feille avouë tot noutro bien. Qu'in ci dzor lo Bondzeu, llui mëmo vo s-unisse! Que sa benedechon, su vò, vouë s'accomplisse! Que le dzor de ma feille, aprë tant de tsagrin, Sien de dzor seren et de mëmo le tin". Que de bien, de bonneur son coeur lei souètàve! Teuteun d'aprenchon din son coeur n'en restàve.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Raguël au milieu de toute sa famille Joint la main de Tobie à celle de sa fille: "Je suis content, dit-il, à mon proche parent De donner ma fille avec tout notre bien. Qu'en ce jour le bon Dieu lui-même vous unisse! Que sa bénédiction sur vous aujourd'hui descende! Que les jours de ma fille, après tant de chagrins, Soient des jours sereins, et de même les tiens!" Que de biens, de bonheur son cœur lui souhaitait! Toutefois dans son cœur il lui restait des appréhensions.
    ---
  • Quand n'avians llui chiéz nos, n'avians noutro trèsor. Llui, cé, ére ma via, et llui viâ est ma môrt. Lllui, cé, nos valyêt mielx que totes les rechèces; 'L étêt noutro bâton pedent noutra vielyèce. - Lo garçon revindràt, Ana, troblla-tè pas; Câr son bon compagnon saràt guidàr ses pâs". Màs sa fèna, jamés, jamés ren la console: Sa dolœr, en prègient, copâve ses paroles. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quan n'ayan lliu tsi nò, n'ayan noutro trasor. Lliu, ce, l'ëre ma vìa, et lliu viâ l'est ma mor. Lliu, ce, no vaillet niou que totte le reutsesse; L'ëtse noutro bâton penden noutra vieillesse. - Lo garçon revindret; Anna, trobla-tè pa; Car son bon compagnon saret guedé se pà". Më sa fenna, jamë, jamë ren la consolle: Sa doleur, in predzen, copàve se parolle.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Lorsque nous l'avions chez nous, nous avions notre trésor. Lui, ici, c'était ma vie, et lui loin c'est ma mort. Lui nous valait mieux que toutes les richesses; Il était notre bâton pendant notre vieillesse...". - Le garçon reviendra, Anne, ne te trouble pas; Car son bon compagnon saura guider ses pas". Mais sa femme, jamais, jamais rien ne la console; La douleur, en parlant, coupait ses paroles.
    ---
  • Los bouescs sont una fortuna dèns noutron pouro payis. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lô bô son un-ne fôrtune dè nton poure payi.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Les bois sont une fortune dans notre pauvre pays.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche