Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 23245
volêr
  • vèrbo 3 a [-êr : devêr] [valor* : 1]
  • vèrbo irrèguliér 3 [valor* : 1]
en Francês en Italien sinonimos
  • vouloir v. [valor : 10]
    ---
  • volere v.[valor : 10]
    ---

Variantes

  • volêr (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : voulé
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013 Web d'entèrèt :
    ---
  • volêr (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : voudriont/voudrion
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • L'égoue de Sent Jian, Tôte lo pan; La plloge de Sent Lôrent, Arreve justo a temps; Màs a Sent Bartolomé, Nion nen vôt més. [valor : 5]
    ècritura d'origina : L'eve de Saint Dzouan, tôte lo pan; La plodze de Saint Loren, Arreuve dzeusto a ten; Më a Saint Bartolomé, Gneun n'en vout më.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.286 a la pâge 84 du lévro)
    nota : L'eau de la Saint-Jean, Ôte le pain; La pluie de la Saint-Laurent, Arrive juste à temps; Mais à la Saint-Barthélemy, personne n'en veut plus.
    ---
  • En volent chèrchiér les fèyes, lo fèyérox est alâ s'empotèrrar (sè dèpèrdre) en-hôt per los/les sèx. [valor : 5]
    ècritura d'origina : In vouin tsartsye i fayë, é fayërou ë alô s’inpotërâ inô p’i si.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Dictionnaire du patois de Bagnes
    nota : Graphie du dictionnaire du patois de Bagnes : GDPB
    ---
  • Màs d'onte donc qu'il vint de nêtre, Voutron Mêtre? Nos y voléd-vœs ensègnér? Se fôt passar l'Amèrique, Ou l'Afrique, Nos s'embarcons tôs nus pieds. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Mais d'on dan qu'a vant de naître, Veton Maître? N'zy voleu veus inségneu? Si fau passo l'Amérique, Ou l'Afrique, Neu s'imbarquons tou nu pieu.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    ---
  • Je vôl tè parlâr. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Dze vou te parlo.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Je veux te parler.
    ---
  • Menar le tracassin? Màs te n'y pènses pas! La Benouèta est ma vêsena; te ne vodrês pas que je mè brôlyo avouéc sè? [valor : 1]
    ècritura d'origina : Meno le tcharkassan? Mé te n'i pèsse po! La Benouate é ma vanzène; te ne voudreû po ke dze me brôye avoui sa?
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Mener le charivari? Mais tu n'y songe pas, Benoîte est ma voisine. Tu ne voudrais pas que je me brouille avec elle? vanzène: la voyelle prétonique (IÀ) a ici évolué en [ã] (= ê) comme en français (oi), et non comme en francoprovençal {I}. sa: littéralement "soi", inhabituel dans ce contexte en francoprovençal comme en français standard. (utilisacion ègâla en Bâsa VdA)
    ---
  • Vôs-tu étar fèrmo ! [valor : 1]
    ècritura d'origina : Voeu toù étâ farmo!
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Dict. du patois de Bagnes (203)
    nota : Veux-tu te tenir tranquille!
    ---
  • Le grôs pâs fin de Pierro a Cuseniér uvrét sa bèca: "Nan, il est pas cèn. Il est que je vôl bêre un côp, mè." Ils sè metéront tôs a rire. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Le grô po fan de Pyare a Tchuzeni eûvri sa beke: "Nan, y é po sè. Y è ke dze vou banre un kou, ma." I se métèran teût a rire.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Le gros pas rusé de Pierre Cuisinier ouvrit son bec: "Non, ce n'est pas cela. C'est que je veux boire un coup, moi." Ils se mirent tous à rire. [beke: le féminin pour -bèc- est rare, et désigne plutôt le sommet, l'extrémité, comme infra.]
    ---
  • "Nan, marci bièn. Je vôl vêr ont'que je pôso los/les pieds, quànd je marchieré. Màs vœs n'avéd payê que la mêtiêt de voutron pâssâjo." [valor : 1]
    ècritura d'origina : "Nan, marsi byè. Dze vou va onke dze pouze lô pyun, kè dze martseré. Mé voueû n'avi payun ke la matchun de voueûton possadze."
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : "Non, merci bien. Je veux voir où je pose les pieds, quand je marcherai. Mais vous n'avez payé que la moitié de votre passage."
    ---
  • Le Jœsèf l'èmbraciét. Ceta-qué llui desét tœt docement a l'œrelye: "Di! fà atèncion, se tè pllét, a ceto grôs bredin de Pierro. Je ne vôl pas qu'il m'acouendie avouéc ses grôsses pates". [valor : 1]
    ècritura d'origina : Le Dzeûzé l'èbréssi. Stetyé li dizi teû dousmè a l'eûrèye: "Di! fé atèssyan, si te plé, a stu grô bredan de Pyare. Dze ne vou po k'a m'akouandje avoui sé grôsse pate".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Joseph l'embrassa. Celle-ci lui dit tout doucement à l'oreille: "Dis! fais attention, je te prie, à ce gros idiot de Pierre. Je ne veux pas qu'il me caresse avec ses grosses pattes". [akouandje : en lyonnais acoindo, du lat. ACCOGN(I)TARE, cf. fr. accointer.]
    ---
  • - Cetos bougros iqué nœs siuvront bièn tant qu'a l'égllése. – Est-ce qu'ils vant nœs cornâr les œrelyes tant qu'u bôrg? – Di donc! se nœs los/les y tombons sur lo/le râbllo? – Te ne vodrês pas… avouéc noutros èfèts des démènches. [valor : 1]
    ècritura d'origina : – Stô bougre ityé neû suivran byè tank'a l'églize. – És k'i van neû kôrno léz eûrèye tank'u boueû? – Di dan! si neû lôzi tonban su le roble? – Te ne voudreû po… avoui netôz éfé dé dimètse.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : - Ces marauds-là nous suivront bien jusqu'à l'église. - Est-ce qu'ils vont nous corner dans les oreilles jusqu'au bourg? - Dites donc! Si nous leur tombions sur le râble? - Tu n'y penses pas... avec nos habits des dimanches.
    ---
  • Ceta-qué n'en menêt pas lârjo; ele bèssiét la téta et sos uelys pelyonéront come se ele alêt pllœrâr. Ele étêt gonflla. Le mariâ, que regardêt sa mia du couen de l'uely, s'en apèrcevét. El aviét un côp u cœr. Il parlét un pou hiôt: "Què qu'il vœs fôt de més? Y at-il quàrqu'yons que vuelyont un ôtro vêrro de vin?" [valor : 10]
    ècritura d'origina : Stetyé n'è meneû po lordze; éle béssi la téte é sôz u peyeûnèran kme si éle aleû pleûro. Él éteû gonfle. Le maryun, ke regardeû sa miye du kouan de l'eû, s'èn aparsevi. Al ayi un kou u tcheure. A parli un pou yo: "Ka k'i voueû fo de mé ? Y a t i kétyan ke voueulan un otre vare de van?"
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Celle-ci en était toute navrée; elle baissa la tête et ses yeux papillotèrent comme si elle allait pleurer. Elle était gonflée (par les larmes). Le marié, qui regardait sa mie du coin de l'œil, s'en aperçut. Il eut un coup au cœur. Il parla résolument: "Qu'est-ce qu'il vous faut de plus? Y a-t-il quelqu'un qui désire un autre verre de vin?"
    ---
  • Est l’orgoly de noutra cultura. Vôt dére de continuàr a ègzistre. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Et l’orgolh de notra coultuřa. Vout diře de countinué a ezistre.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Per quei èicrio an francoprovensal - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : È l'orgoglio della propria identità culturale. È continuare a esistere.
    ---
  • Lo premiér an, lo gramon dit u laborœr: "trè-mè, se te vôs"; lo second lyé dit; "trè-mè se te pôs"; lo trêsiémo: "tè fôt la coblla des bôfs". [valor : 1]
    ècritura d'origina : Lo premië an, lo gramon deut i laboureur: tré-me, se te vou; lo secon lei deut: tré-me se te pou; lo troèjëmo: te fat la cobla di bou.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.390 a la pâge 136 du lévro)
    nota : La première année, l'ivreaie dit au laboureur: "arrache-moi si tu veux"; la seconde elle lui dit: "arrache-moi si tu peux"; mais la troisième année elle dit: "à present, il te faut la paire de bœufs".
    ---
  • Quand venêt lo matin, ele començâvet a pensar coment lo benêt filys Diô volét dèscendre en la misère de cet mondo, et prendre nouhtra humanitât et aj·outar a sa dêtât, en tâla maniére que l'on pôt dére que Diô qui éret imortâl fut môrt pœr nos. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quand veneit lo matin, illi commencavet a pensar coment li beneyz fiuz Deu volit desendre en la miseri de ce mont, et prendre nostra humanita e ajotar a sa deita, en tal maneri que l'on puet dire que Deus qui eret immortauz fut mors per nos.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand venait le matin, elle commençait à penser à la façon dont le béni Fils de Dieu voulut descendre dans la misère de ce monde, et prendre notre humanité et la joindre à sa divinité, en sorte que l'on peut dire que Dieu qui était immortel est mort pour nous.
    ---
  • Et pués (el) pensâve coment il volét étre pèrsècutâ tojorn. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et pues pensave coment il vocit estre persegut toz jors.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Puis elle se représentait comment il voulut être toujours persécuté.
    ---
  • Qui il vôt il pôt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Couic i iouc i pouc.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : BREL, École pop. de patois Vald.
    Sôrsa : S.Favre - Le fun-uhèn: un patois singulier - Fénis. Une communauté au fil de l'histoire. - 2000
    ---
  • Il sât cen qu'il vôt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : I sat seun qu'i veut.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013
    ---
  • O est de quél menât, dont lo vacabondâjo Est sovent lo sujèt de quârque bavardâjo, Que vuel dére doux mots, portant, sens mè ch•ocar; O n'y at por per dèrriér que sant mè provocar, [valor : 1]
    ècritura d'origina : Ov est de quou ménò, dont lo vacabonajo Est soveint lo sujët de quauqui bavardajo, Que voué dzire doux mots, portant, sin me choquò; Au gny a pro par darrei que sant me provoquô,
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : C'est de cet enfant dont le vagabondage Est souvent le sujet de quelque bavardage, que je vais vous dire deux mots, pourtant, sans fausse honte. Il y en a assez, par derriére, qui savent me provoquer,
    ---
  • Et qu'a l'hora d'enqu'houé vodriant sur ma conduite Barfolyér châque jorn et nen règllar la suite. Màs ils sont trop bornâs por mè dictar des louès, Surtot quand o s'ag•it d'ècrire lo patouès. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Et qu'à l'hora d'ïnqueu vodriant sus ma condiotsi Barfolî chôque jour et n'in reglô la suitsi. Mais i sont trop bornô par me dzictô de luêt, Surtout quant o s'agit d'écrire lo patuêt.
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : Et qui, à present, voudraient sur ma conduite, bavarder chaque jour, et en régler le mouvement. Mais ils sont trop bornés pour me dicter des lois, Surtout quand il s'agit d'écire le patois:
    ---
  • Dens ce que je dio qué, ne fôt pas sè mèprendre, Gorlanchiérs, mos amis, vôlo pas y comprendre Un grand nombro de gens qu'habitont dens l'endrêt, Et que seriant fâchiês de fére un pâssa-drêt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dins ce que je dzo qui, ne faut pô se méprindre, Gorlanches, moz amis, volo pô yi comprindre In grand nombro de gins qu'habitont dins indrêt, Et que seriant fôchi de faire ïn possa-drêt.
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : Sur ce que je dis ici, il ne faut pas se méprendre, Flâneus, mes amis, je ne veux pas inclure De nombreuses personnes qui habitent le pays, Et qui seraient fâchées de donner lieu à une injustice.
    ---
  • Pecor vegnêt avouéc granda hardièsse, Por fâre vér qu'il avêt de l'adrèce, Il voléve la pôrta pètardar, Il est iqué yô il fut ben atrapâ. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Pico vegnai avoy grande hardiessé, Pé fare vi qu'il avai de l'adressé, Y volivé la pourta petarda, Yet iqué yô y fu bein attrapa.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 11. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Picot venait avec grande hardiesse. Pour faire voir qu'il avait de l'adresse, Il voulait faire sauter la porte: Et c'est ici qu'il fut bien attrapé.
    ---
  • Il voléve fâre de tâla sôrta, Qu'arêt volu tota èfondrar la pôrta, Et l'arêt mêsa per brelôdes et bocons, Pués fâre alar tot drêt dessus le pont. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Y volive fare de tala sourta, Qu'aré volu tot' éfondra la pourta, Et l'aré mé pé brelodé et bocon, Poi far alla tot drai dessu le pon.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 12. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Il a voulu faire de telle sorte Que toute la porte s'effondrât; Il l'aurait mise en lambeaux et morceaux; Puis serait allé tout droit sur le pont.
    ---
  • Te ne sâs pas: y at ben de la besogne: Ils sont trèze qu'aront de la vèrgogne. Il los/les fôt tôs pendre et ètrangllar; Dèpachie-tè, que je m'en vuel alar. [valor : 1]
    ècritura d'origina : "Te ne sa pas: y a bin de la besogne: I son treizé qu'aron de la vergogne. Y lou fau to pandré et eitranglia; Dépasse-té, que ze m'an voi alla."
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 33. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : "Tu ne sais pas, il y a bien de la besogne: Ils sont treize qui auront de la vergogne. Il les faut tous pendre et étrangler. Dépêche-toi, car je veux m'en aller."
    ---
  • Vos aviâds dét per devant son Altèsse Que vos n'ariâds (ni) pediêt ni tendrèsse, Que vos voliâds tuar grands et petits, Nos ètrangllar et fâre tôs morir. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Vos avia dai pè devan sen Altesse Que vo n'aria pedia ne tandresse, Que vo volia tüa gran et peti, Nos eitranglia et fare to mori.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 44. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Vous aviez dit par devant son Altesse Que vous n'auriez ni pitié ni tendresse Que vous vouliez tuer grands et petits, Nous étrangler et nous faire tous mourir.
    ---
  • Y en avêt yon qu'il avêt bârba rossa, Que fit quâsi rire tota la tropa; Il deséve qu'il ne voléve pas Per un vâlèt, étre tant hiôt montâ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y an avai yon qu'avai la barba rossa, Que fi quasi rire tota la tropa; I desivé qu'i ne volive pas Pè on valet, eitre tan yo monta.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 53. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Il y en avait un qui avait barbe rousse, Qui fit presque rire toute la troupe; Il disait qu'il ne voulait pas, Par un valet être si haut monté.
    ---
  • Souessanta-sèpt tétes ils ont lèssiêyes, Que lo borriô at copâyes et trenchiêyes, Por les butar sur doux u três chevrons, Por les montrar a celos que vœdront. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Soissante-cha teite is on lassia Que le borrio a copa et transsia, Pè lé bouta su dou u trai tiévron, Pè lé montra à celeu que veudron.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 64. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Soixante-sept têtes ils ont laissées, Que le bourreau a coupées et tranchées Pour les mettre sur deux ou trois chevrons, Pour les montrer à ceux qui voudront.
    ---
  • Per sos/ses enfants il at de la tendrèsse, A ben volu sè butar a la brèche Et renvèrsar los/les ènemis mordents Que vegnévont fâre los/les arrogants. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Pè sous anfan il a de la tandresse, A bin volu se bouta à la brèche Et ranversa lous ennemi mordan Que vegnivon fare lous arrogan.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 67. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Pour ses enfants il a de la tendresse, A bien voulu se mettre à la brèche, Et renverser les ennemis mordants, Qui venaient faire les arrogants.
    ---
  • Ben butâ. Ben vu. Ben tornâ. Ben sèrvi. Ben volu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bèin bitâ. Bèin vî. Bèin tournâ, Bèin servî. Bèin voulû.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011
    nota : Ben messo (vestito). Ben visto. Ben tornato. Ben servito. Ben voluto.
    ---
  • Quand ben ne vos chôt ren de les gens de ma sôrta, Ye vodrên ben povêr fâre uvrir voutra pôrta, Entrar chiéz vos, Monsiœr, vos levar mon chapél, Vos rendre mos devêrs, vos ofrir mos rèspècts. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quan ben ne vou chaut ren de le gen de ma sorta, Ie voudrin ben pouey fare vuri voutra porta, Intra chieu vou, Monsieu, vou leua mon chapet, Vou rendre mou deuey, vouz vffri mou respect.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Quoiqu'il ne vous soucie aucunement des gens de ma sorte, Je voudrais bien pouvoir faire ouvrir votre porte, Entrer chez vous, Monsieur, vous lever mon chapeau, Vous rendre mes devoirs, vous offrir mes respects. NB: "chaut" = fr. "peu m'en chaut", de CALERE, rare en FP, répandu dans le domaine d'oc.
    ---
  • Et qu'amusont pas muens les jouenes ricandèles Que vodriant tojorn vêr de babiôles novèles. Grossiér ! mè deréd-vos, fôdrêt parlar françouès? — Il ne mè revint pas si bien que lo patouès, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et qu'amuzon pamoin le iouene ricandelle Que voudrion touiours vey de babiole nouuelle. Grossié ! me diri-vou, faudrit parla françois? — V ne me revint pas si bien que lo patois,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Et qui amusent néanmoins les jeunes rieuses Qui voudraient toujours voir des babioles nouvelles. Grossier ! me direz-vous, (il) faudrait parler français? — Il ne me revient pas si bien que le patois.
    ---
  • A Grenobllo, surtot, los/les pllèsirs comenciêvont, Lo/le bon temps revegnêt, los/les bits s'aprivouèsiêvont; Les gens de qualétât payêvont los/les marchands; Se vos voliâd de sous, vos 'n aviâd sur-lo-champ; [valor : 10]
    ècritura d'origina : A Grenoblo, su tout, lou pleizi commençauon, Lo bon temp reueniet, lou bit s'apriueysauon; Le gen de qualita payauon lou marchan; Si vou voulia de sou, vous 'n avia su lo champ;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : A Grenoble, surtout, les plaisirs commençaient, Le bon temps revenait, les montagnards s'apprivoisaient; Les gens de qualité payaient leurs/les marchands; Si vous vouliez des sous, vous en aviez sur-le-champ;
    ---
  • Je cognesso ton mâl, te vodrês tojorn rire; Lo temps passâ n'est plles, n'est pas de jouye que vire. Quint dèsôdre, grand Diœ! qui porrêt l'èxprimar? Homo portant chapél vèrrat-il tant de mâl? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Je connaisso ton ma, te voudria toujour rire; Lo temp passa n'eit plu, n'eit pas de joie que vire. Quunt désodre, Grand Dieu! qui pourra l'exprima? Home portant chapet verra-to tant de ma?
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Je connais ton mal, tu voudrais toujours rire; Le temps passé n'est plus, (ce) n'est pas de joie qu'il tourne. Quel désodre, grand Dieu! qui pourrait l'exprimer? Homme portant chapeau verra-t-il tant de mal?
    ---
  • La pârt portanta du lévro est la lengoua, ècrire vôt dére mantenir-la, consèrvàr-la et déns les pâgines que "trovâd" la traduccion italiâna lyé pèrd la fôrça, volyô "anque" montràr quârque-ren mas mè rendo compte que en italian su pas bon a ècrire, alôra per fôrça fôt liére en jalyonês. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La part pourtanta dou lèivro et la lèinga, èicriře vout diře mantenila, counservela è d'in le pagineus que trouvà la tradusioun italiaouna lhe perd la forsa, voulhò anque mountre carcareun ma me rendo couèinte que an italian sèi pa boun a èicriře, alouřa per forsa foot lèiře an Dzalhounee.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : L'ossatura del libro è la lingua, scrivere è un sistema per conservarla, tramandarla e nelle pagine che seguono la traduzione italiana ne perde la forza e la passione, avrei la pretesa di trasmettere un messaggio ma consapevole della poca dimestichezza con la sintasi italiana vi arriverà solo nella lettura in lingua. La traduzione italiana è in alcuni casi strettamente letterale ed in altri più libera, al fine di consentire il confronto più diretto possibile con la parte francoprovenzale.
    ---
  • Volêr s'emmèlàr de tot. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Volèi s'inmèllé de tot.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Vouloir se mêler de tout.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche