Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 23301
voutron, voutra, voutros, voutres
definicion
adj.
  • adjêctif possèssif [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • votre, votre, vos, vos (adj.poss.) [valor : 10]
    ---
  • vostro, vostra, vostri, vostre agg.poss.[valor : 10]
    ---

Variantes

  • vouhtron, vouhtra, vouhtros, vouhtres [valor : 10]
    Ècritura d'origina : vouthron, vouthra, vouthros, vouthres
    Règ·ion : Fribôrg
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • voutro, voutra, voutros, voutres [valor : 10]
    Ècritura d'origina : voutro, voutra, voutros, voutres
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • vouhtro, vouhtra, vouhtros, vouhtres (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : veustou, veusta, veusti, veusteus
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013 Web d'entèrèt :
    ---
  • voutro, voutra, voutros, voutres (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : votro, votra, votri, votreus
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011 Web d'entèrèt : http://www.dizionariogiaglionese.it
    ---
  • voutron, voutra, voutros, voutres (Frz) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : voutron
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 Web d'entèrèt :
    ---
  • voutron, voutra, voutros, voutres (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : voutron, voutra
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : ATHENA - Pierre Perroud Web d'entèrèt : http://athena.unige.ch
    ---
  • voutron, voutra, voutros, voutres (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : voutron/voutrou, voutra, voutre
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • voutron, voutra, voutros, voutres (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : vostron/vostrun/vostro, vostra, votri, ...
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Màs d'onte donc qu'il vint de nêtre, Voutron Mêtre? Nos y voléd-vœs ensègnér? Se fôt passar l'Amèrique, Ou l'Afrique, Nos s'embarcons tôs nus pieds. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais d'on dan qu'a vant de naître, Veton Maître? N'zy voleu veus inségneu? Si fau passo l'Amérique, Ou l'Afrique, Neu s'imbarquons tou nu pieu.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    ---
  • "Docement, docement" rèpliquét le Jian; "il est bon voutron vin". [valor : 10]
    ècritura d'origina : "Dousmè, dousmè" répliki le Dzan; "al é bon voueûton van".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : "Doucement, doucement", répliqua Jean; "il est bon votre vin".
    ---
  • "Nan, marci bièn. Je vôl vêr ont'que je pôso los pieds, quànd je marchieré. Màs vœs n'avéd payê que la mêtiêt de voutron pâssâjo." [valor : 10]
    ècritura d'origina : "Nan, marsi byè. Dze vou va onke dze pouze lô pyun, kè dze martseré. Mé voueû n'avi payun ke la matchun de voueûton possadze."
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : "Non, merci bien. Je veux voir où je pose les pieds, quand je marcherai. Mais vous n'avez payé que la moitié de votre passage."
    ---
  • V'éd pœr tot chôd doves bétyètes Que sofllont contre voutros pièds, Et de doux bocons de fascètes Pourament v'éte emmalyotê. [valor : 10]
    ècritura d'origina : V'ei pe tot tsaat dove bëtsette Que soufflon contre voutre pià, Et de dò bocon de feissette Pouramen v'ëte immaillotà.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA PASTORALA, 1861
    nota : Vous n'avez pour vous chauffer que deux bestioles Qui soufflent contre vos pieds, Et de deux morceaux de langes Vous êtes pauvrement emmailloté,
    ---
  • Ni ne prètendo pas lyor fére des satires: O est pœr vos galar que j’èssèyo d’ècrire, Por la gorlancherie su voutron g·ènèrâl, Trètâds-mè, s’o vos pllét, de franc orig·inâl; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Gni ne prétindô pô liou faire de satsire: Ov est par vos galô que j'essayo d'ecrire. Par la gorlanchari sus voutron général, Traitòs-me, so vo plait, de franc original;
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : Ni ne prétends leur faire des critiques: C'est pour vous amuser que j'essaie d'écrire. Pour la flâneire, je suis votre général. Traitez-moi, s'il vous plaît, de franc original;
    ---
  • Y avêt huét jœrns que dediens cela vela, Un prèsident de Chambèri la bèla, Fassêt/fassent sembllent de rafrèchir l'union, Il vint tramar voutra grand tràyison. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y avai voui zeur que dedian cela vella, On présidan de Chamberi la bella, Fassai sanblian de rafraichi l'union, Y vin trama voutra gran trehison.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 39. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Il y avait huit jours qu'en cette ville, Un président de Chambéry la belle, Faisant semblant de rafraîchir l'union, Vint tramer votre grande trahison.
    ---
  • Que derat-il, voutron Duc de Savouè? Il môderat lo bèluârd de l'Ôye; Je crèyo ben qu'il morerat de regrèt De vos vér tôs pendus a un gibèt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Que dera-t-ai, voutron Duc de Savoye? I meudera le béluar de l'Oye; Ze craye bin qu'i mourra de regret De vo vi to pandu à on gibet.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 51. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Que dira-t-il votre duc de Savoie? Il maudira le belluard de l'Oie; Je crois bien qu'il va mourir de regret De vous voir tous pendus à un gibet.
    ---
  • Quand ben ne vos chôt ren de les gens de ma sôrta, Ye vodrên ben povêr fâre uvrir voutra pôrta, Entrar chiéz vos, Monsiœr, vos levar mon chapél, Vos rendre mos devêrs, vos ofrir mos rèspècts. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quan ben ne vou chaut ren de le gen de ma sorta, Ie voudrin ben pouey fare vuri voutra porta, Intra chieu vou, Monsieu, vou leua mon chapet, Vou rendre mou deuey, vouz vffri mou respect.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Quoiqu'il ne vous soucie aucunement des gens de ma sorte, Je voudrais bien pouvoir faire ouvrir votre porte, Entrer chez vous, Monsieur, vous lever mon chapeau, Vous rendre mes devoirs, vous offrir mes respects. NB: "chaut" = fr. "peu m'en chaut", de CALERE, rare en FP, répandu dans le domaine d'oc.
    ---
  • Jèsuites, Pènitents, Parouèsses, Sèminèro, Vos avéd ressenti cél mâlhœr populèro, Minimes qu'ute pouer non sens justa rêson, Ne serat sèc d'un an dens voutres doves mêsons, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Jesuite, Penitens, Paroisse, Séminairo, Vou z-avé ressenti ceu malheur populairo, Minimes qu'eûtes pou non san justa raison, Ne sarat set d'un an din voutre deux maison,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Jésuites, Pénitents, Paroisses, Séminaire, Vous avez ressenti ce malheur populaire; Minimes, qui eûtes peur non sans juste raison, (Ça) ne sera sec d'un an dans vos deux maisons,
    ---
  • En jouye et en santât Diœ volye los conduire! Quand ben j'en é (èyo) prod dét, nen réste bien a dére. Màs pœr ora, Monsiœr, je su voutron vâlèt, Ma Musèta s'endôrt: je velyo tot solèt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En joey et en santé, Dieu volie lou conduire! Quan ben je n'ay prout dit, n'en reste bien à dire; Mais per ore, Monsieu, je seu voutron valet, Ma Museta s'endort, je veillot tout solet.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : En joie et en santé Dieu veuille les conduire! Encore que j'en aie beaucoup dit, (il) en reste bien à dire. Mais pour le moment, Monsieur, je suis votre valet; Mon humble Muse s'endort: je veille tout seul.
    ---
  • A l'honor de Diœ et al "lôdemos" de son benêt nom, et a recognetre sa grant misèricôrde, et regraciér los glloriox dons de sa bontât, y étre plles ferventa a fére lo sèrvice de Noutron-Sègnor Jèsus-Crist et de la sin glloriosa Vièrgéna Mâre, humilment et dèvotament vuel ècrire a voutron èdifiment una partia de la honéta et senta et discrèta convèrsacion que céta èposa de Jèsus-Crist menàt en tèrra entre ses serors, dês l'âjo de XIII ans en sus. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A l'honour de Deu et al loemos de son beneyt non, et a recognoytre sa grant misericordi, et regracier los glorious dons de sa bonta, y estre pluis fervenz a fayre lo servis de Nostron Seignour Jhesu Crit et de la sin gloriousa Virgina Mare, humilment et devotament voil escrire a vostron edifimen una partia de la honesta et saincta et discreta conversation que citi espousa de Jhesu Crit menet en terra entre ses soros, deis ly ajo de XIII anz en sus.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : A l'honneur de Dieu et à la louange de son nom béni, pour reconnaître sa grande miséricorde, et lui rendre grâce des glorieux dons de sa bonté, pour être plus fervente à faire le service de Notre-Seigneur Jésus-Christ et de sa glorieuse mère toujours vierge, je veux humblement et pieusement écrire, pour votre édification, une partie de la vie pure, sainte et sage que cette épouse de Jésus-Christ mena sur terre, parmi ses sœurs, dès l'âge de treize ans.
    ---
  • Entre les ôtres ele dit: "O très chier Sègnor, mon veré Diœ et mon bon crèator, jo requero a la très provonda misèricôrde de voutra dêtât et a la très pidosa chàritât de voutra pouessienta humanitât que, pués que o est voutra volontât que jo més vivo que a vos plléset que vos mè DONEIS la sandât d'ârma et de corps et surtot de la maladie de ma téta, si que tojorn pouesso étre en grâce et en pèrsèvèrence de voutro sèrvice fére dèvotament, tant quant a voutra bontât pllérat que je vivo". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Entres les autres illi dit: "O tras chiers Seignors, mos verays Deus et mos bons creares, ju requiiero a la tres prevonda misericordi de vostra deita y a la tres pidousa cherita de vostra poyssent humanita que que, pois que oy et vostra volunta que jo mays vivo que a vos placet que vos me doneis la sanda d'arma et de cors et suretot de la maladi de ma testa, si que toz jors poysso estre en graci y en perseveranci de vostro servis fayre devotament, tant quant a vostra bonta playra que ju vivo".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Entre autres elle dit: "O très cher Seigneur, mon vrai Dieu et mon bon Créateur, je demande à la très profonde miséricorde de votre divinité et à la charité très compatissante de votre puissante humanité qu'il vous plaise, puisque c'est votre volonté que je vive encore, de me donner la santé de l'âme et du corps et surtout pour la maladie de ma tête, pour que je puisse toujours avoir grâce et persévérer dévotament dans votre service, aussi longtemps qu'il plaira à votre bonté que je vive".
    ---
  • En ço que ele éret en si grant dèsir de fére a llui alcuna petita preyére, il viriét mout pedosament son dox regârd vers lyé et dit llui: "O ma très chiere filye et èposa, venéd avant et ne dôbtâd ren, màs regardâd voutron veré crèator et cognesséd voutron Salvor. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En co que illi eret en si grant desir de fayre a lui alcuna petita preeri, il viriet mout pidousament son douz regart ver lyey et dit li: "O ma tra chieri fili et espousa, venez avant et ne dotas rent, mays regardaz vostrun veray creatour et cognoyssiez vostrun salvour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Comme elle était dans un si grand désir de lui faire quelque petite prière, il tourna vers elle son doux regard avec beacoup de pitié et lui dit: "O ma très chère fille et épouse, approchez-vous et ne craignez rien, mais regardez votre vrai Créateur et connaissez votre Sauveur.
    ---
  • Et considerâd a grant diligence sur ço que vos vèrréd de les grièves dolors et torments que sofrét voutro bon crèator lo veré Fily de Diœ pœr voutra salut et pœr la salut del humen légnâjo; en considèrent la verétât de ceta chousa vos troveréd plles que vos ne povéd ne savéd dèsirar". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et consideras a grant diligenti sure co que vos vereys de les gries dolors et tormenz que suffrit vostri bons creares li verays fiuz de Diu per vostra salut et per la salut del human lignajo; en consideranz la verita de ceta chosa vos trovareis plus que vos ne poes ne savez desirrar".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et méditez avec soin sur ce que vous verrez des terribles souffrances et des tourments que souffrit votre bon Créateur, le vrai Fils de Dieu, pour votre salut et pour le salut de l'humain lignage; en considérant cette vérité, vous trouverez plus que vous ne pouvez désirer".
    ---
  • Adonc ele rèpondét: "Ah! mon veré Diœ et mon veré Salvor, sens voutra grâce porriê pensar ni considèrar si profondament quant voutra parola sonet". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Adon illi respondit: "A! mos verais Deus et mos verays salvares, seinz vostra graci ne porri pensar ne considerar si profundament quant vostra parola sonet".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Alors elle répondit: "Ah! mon vrai Dieu et mon vrai Sauveur, sans votre grâce je ne pourrais ni penser ni méditer avec la profondeur que m'indique votre parole".
    ---
  • Voutron pâre est èn tren de fagœtàr? Nan, il est alyœr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Vton pore ét è tran de fagueûto? Nan, al é ayeû.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Votre père est-il en train de faire des fagots? Non, il est ailleurs.
    ---
  • "Hèlâs! contre lo cièl et contre vos, mon pére, Desêt-il, j'é pèchiê; ô mâlhœr! ô misère! Je mereto pas més d'entràr desot cél têt, Pas mémo pœr sèrvir voutro dèrriér vâlèt. - Tin les cllâfs de l'archon, tes bagues sont plleyêyes; Va betàr tes habits, tes vèrgètes dorâyes. Tot cen que s'est passâ, mè je l'oubllio tot; Des rechèces que j'é, t'arés ta pârt ètot. [valor : 10]
    ècritura d'origina : "Hèla! contre lo cheil et contre vò, mon pére, Dejet-ë, dz'i pètsà; ô maleur! ô misére! Dze mereto pamé d'entré dèsot ci tet, Pa mëmo pe servi voutro dèrë valet. - Té le cllià de l'artson, te bague son plèyaye; Va beté te s-abì, te verdzette doràye. Tot cen que s'est passà mè dze l'oublio tot; Di reutsesse que dsi, t'ari ta par ètot.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : "Hélas! contre le ciel et contre vous, mon père, Disait-il, j'ai péché; ô malheur! ô misère! Je ne mérite plus d'entrer sous ce toit, Pas même pour servir votre dernier valet. - Tiens les clefs du coffre, tes vêtements sont pliés; Va mettre tes habits et tes anneaux dorés. Tout ce qui s'est passé, moi, je l'oublie; Des richesses que j'ai, tu auras ta part aussi.
    ---
  • Monsiœr. Come les compliments sâvont pas tuéts les fére, Je penso houé de prendre un chemin bien plles cœrt, Et vos dére en doux mots: pœr mè v'éte un bon pére; Je vos âmo de tot mon cœr. Sur voutra bâblla prod garnia Féde checa pllace a cét pan. 'L est pas bien grôs, féde èconomia, Que n'èyâdes encor dens cinquant'ans. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Monseur, Come le complimen sàvon pa tseut le fére, Dze penso vouë de prendre un tsemin bien pi queur, Et vos dëre in do mot: per mè v'ëte un bon pére; Dze vo s-àmo de tot mon coeur. Su voutra tabla praou garnìa Féde tsecca place a ci pan. L'est pa bien grou, féde economìa, Que n'eyo incò din cinquant'an.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - A mon bienfaiteur M. le Tsanéno Bérard - 1859
    nota : Monsieur, Comme tout le monde ne sait pas faire des compliments, Je pense aujourd'hui prendre un chemin bien plus court, Et vous dire deux mots: pour moi vous êtes un bon père; Je vous aime de tout mon cœur. Sur votre table assez garnie Faites une petite place à ce pain. Il n'est pas bien gros; faites économie, Pour qu'il vous en resste encore dans cinquante ans!
    ---
  • Aguèta: "Je vodriô vos dére una chousa:" Magoton: "Et doves se vos fét pllèsir!" Aguèta: "Ma polalye, 'l y at pas pousa, Arêt fêt l'ôf dens voutro nid." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Aguetta: "Dze voudriò vo dëre euna tsousa:" Magoton: "Et dove se vo feit pleisi!" Aguetta: "Ma polaille, l'y at pa pousa, L'areit fé l'ou din voutro ni."
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Agathe: "Je voudrais vous dire une chose:" Marguerite: "Et deux s'il vous fait plaisir!" Agathe: "Ma poule, il n'ay pas longtemps, Aurait fait l'oeuf dans votre nid."
    ---
  • ... 'N ariant ben meretâ mile côps davantâjo ... Ah! Veriédes pas viâ de mè voutro vesâjo. Je recêvo des mins afronts pœr grants-marcis; Les jorns mè sembllont longs a l'ètat que je su. Fédes que de mes pièds niœn vèye més la trêna; Et que de mes pèchiês crêsse pas més la chêna". [valor : 10]
    ècritura d'origina : ... N'arrian bin meretà melle cou d'aventadzo ... Ah! Verriàde pa vià de mè voutro vesadzo. Dze receivo di min, affron pe gramaci; Le dzor me semblon long a l'état que dze si. Féde que de me pià gneun veye më la treina; Et que de me petsà creisse pa më la tseina".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : ... En auraient bien mérité mille fois davantage ... Ah! Ne détournez pas de moi votre visage. Je reçois des miens des affronts pour des remerciements; Les jours me semblent longs dans l'état où je suis. Faites que de mes pieds personne ne voie plus la trace, Et que de mes péchés ne croisse plus la chaîne".
    ---
  • Tobie, en sortent, trôve un garçon de son âjo, Que sembllâve ja prèsto a fére un long voyâjo. Màs lluen d'étre un garçon o étêt l'ange Rafaèl Mandâ p'acompagnér les enfants d'Israèl. Lé, treyent son bèrrèt, lo joueno Tobie Lyé dit: "Lo sâde-vos lo chemin de Mèdie? - Je l'é fêt tant de côps; dens Ragès mémament J'é trovâ Gabelus, un de voutros parents". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tobie, in sorten, trouve un garçon de son adzo, Que semblàve dza preste a fére un lon voyadzo. Më llioen d'ëtre un garçon l'ëtse l'andze Raphaèl Manda p'accompagné le s-infan d'Israèl. Lé, treyen son berret, lo dzovenno Tobie Lei deut: "Lo sade-vo lo tsemin de Medie? - Dze l'i fét tan de cou; din Ragès mëmamen Dzi trovà Gabelus un de voutre paren".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Tobie, en sortant, trouve un jeune homme de son âge, Qui semblait déjà prêt à faire un long voyage. Mais au lieu d'être un garçon, c'était l'ange Raphaël Envoyé pour accompagner les enfants d'Israël. Alors, tirant son bonnet, le jeune Tobie Lui dit: "Connaissez-vous le chemin de la Médie? - Je l'ai fait tant de fois; dans Ragès mêmement J'ai trouvé Gabelus un de vos parents".
    ---
  • Lo garçon, u galop, entre et dit a son pére: "Devant chiéz nos sè trôve un de noutros confréres, Que sarêt mè guidàr lo long de mon chemin... - Va, dit lo crêssient, fà-lo venir dedens." L'ange entre et dit: "Bonjorn! Tobit, homo! corâjo! Que la guêtât tojorn seye voutro partâjo! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo garçon, i galop, entre et deut a son pére: "Devan tsi no se trouve un de noutre confrére Que sareit me guedé lo lon de mon tsemin... - Va, deut lo creichan, fé-lo veni dedin. L'andze entre et deut: "Bondzor! Tobie; ommo! coradzo! Que la gueità todzor sìe voutro partadzo!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Le garçon, au galop, entre et dit à son père: "Devant notre maison se trouve un de nos concitoyens, Qui saurait me guider le long de mon chemin. - Va, dit le vieillard, fais-le entrer. L'ange entre et dit: "Bonjour! Tobie; allons; courage! Que la gaieté toujours soit votre partage!
    ---
  • - Bèle chiéz Ragouèl un de voutros parents; Et se des côps te penses ux vielys jorns de ta via, Cél-lé at una felye et brâva et dègôrdia, Lyé est felye solèta et tè, garçon solèt; En bél, se te la prends, tot son bien tè vindràt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : - Belle tsi Ragüel un de voutre paren; Et se decou te pense i viou dzor de ta vìa Ci-lé l'at euna feille et brava et degourdìa, Llië l'est feille soletta et tè garçon solet; Imbë, se te la pren, tot son bien te vindret
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : - Chez Raguël un de vos parents: Et si peut-être tu penses aux vieux jours de ta vie, Celui-là a une fille toute seule, et toi, tu es fils unique; Ainsi, si tu (la prends) l'épouses, tout son bien te viendra.
    ---
  • - Sentent voutro propôs, je trevolo de pouére! Je m'ètono que vos v'èyâdes pas sentu dére Qu'el at ja prês sèpt homos, et que lo premiér jorn, Lo matin, contre lyé, les ant tuéts trovâs môrts: Et cen qu'o y at lé de pas trop agrèâbllo, 'Ls ant tuéts étâs ètrangllâs, ant-ils dét (=at-on dét), per lo diâbllo! [valor : 10]
    ècritura d'origina : - Senten voutro propou, dze trevollo de pouëre! Dze m'étouno que vò v'eyo pa sentu dëre Que l'at dzà prei sat ommo, et que lo premië dzor, Lo matin, contre llië, le s-an tseut trovà mort: Et cen que l'y at lé de pas trop agréàblo, L'an tseut étà étrangllià, l'an-té deut, pe lo dzablo!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : - Entendant votre propos, je tremble de peur! Je m'étonne que vous n'ayez pas entendu dire Qu'elle a déjà pris sept maris, et que le premier jour, Le matin, auprès d'elle, on les a tous trouvés morts: Et, ce qu'il y a là d'épouvantable c'est que Ils ont tous été étranglés, dit-on, par le diable!
    ---
  • Enfin, ja lo denà sur la tâblla fumâve, Et lo vin dens la copa a lœrs uelys pètelyève. Ragouèl dit ux doux: "De noutros aprèstements Venédes vos sèrvir, sensa niœn compliment". Tobie lyé rèpond: "Je prendré pas ni vianda, Ni pan, ni vin chiéz vos, nan, tant qu'a ma demanda Vos èyâdes consenti. - Qu'arês-tu dèsirâ? - Je vodriô demandar voutra felye Sarra". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Enfin, dze lo dené su la tabla fumàve, Et lo vin din la coppa a leur jeu peteillàve. Ragüel deut i dò: "De noutro apprestement Venide vo servi, sensa gneun complimen". Tobie lei repond: "Dze prendri pa ni vianda, Ni pan, ni vin tsi vò, nà, tanque a ma demanda Vo s-eyo consenti. - Qu'arei-teu desirà? - Dze voudriò demandé voutra feille Sara".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Enfin, déja le dîner sur la table fumait, Et le vin dans la coupe à leurs yeux pétillait. Raguël dit à ses deux hôtes: "Des mets apprêtés Venez vous servir sans aucun compliment". Tobie lui répond: "Je ne prendrai ni viande, Ni pain, ni vin chez vous, jusqu'à ce qu'à ma demande Vous ayez consenti. - Qu'aurais-tu désiré? - Je voudrais épouser votre fille Sara".
    ---
  • Ragouèl, a cél mot, sent un freçon, trevole, Et son ètonement arrète ses paroles. Il crend que son cusin, hèlâs! fusse pués môrt, Come les ôtres sèpt, bèle lo premiér jorn. L'Ange les tranquilise: "Et pœr voutro avantâjo Balyédes-lyé, dit-il, voutra felye en mariâjo A cél garçon que vit dens la crente de Diœ, Et vos vèrrédes, dês houé, rèssuyér voutros uelys." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ragüel, a ci mot, sent un frisson, trevolle; Et son étonnemen arrëte sa parolle. I crent que son queuseun, hèla! fuche poue mor, Come le s-âtre sat, belle lo premië dzor. L'Andze lo tranuqlise: "Et pe voutro aventadzo Baillàde-lei, deut-ë, voutra feille in mariadzo A ci garçon que vit din la crente de Dze, Et vo verro, dei vouë, ressuyé voutre jeu".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Raguël, à ce mot, sent un frisson, il tremble, Et l'étonnement arrête ses paroles. Il craint que son cousin, hélas! ne meure Comme les autres sept (maris), le premier jour même. L'Ange le tranquillise: "Pour votre mariage, À ce garçon qui vit dans la crainte de Dieu; Et vous verrez, dès aujourd'hui, sécher les pleurs de vos yeux".
    ---
  • Lo pâpa per-defôra un jorn s'envaleyêve, Et vêt que dens sa cort un mouél de bétyes entrâve; O étêt un bètun de vaches et de biôs moutons grâs; Des fèyes, des agnéls et des caméls chargiês; Et grant nombro de gens que mènont l'èquipâjo. Lyé dit, lo vielyo Tobit: "Ariô-jo l'avantâjo De savêr voutro nom et voutra parentâ?" Una jouena vint et dit: "Je su Sarra". Lé lo pâpa l'embrace et lyé fét politèsse, Et recêt, tot agoèt, la felye et ses rechèces. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo papa pe defoura un dzor s'invaleyàve, Et veit que din sa cor un mouë de bëtse entràve; L'étse un beteun de vatse et de bò maouton grà; De fèye, de s'agnë et de camel tsardzà; Et gran nombro de dzen que meinon l'equepadzo: Lei deut, lo vioù Tobie: "Arrio-dzo l'aventadzo De savei voutro nom et voutra parentà?" Euna dzovenna vint et deut: "Dze si Sara". Lé lo papa l'imbrasse et lei fét politesse; Et receit, tout agouet, la feille et se reutsesse.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV - "Tobie" - J.-B.Cerlogne
    nota : Le père hors de sa maison un jour s'égayait, Et vit que dans sa cour un tas de bêtes entrait; C'était un troupeau de vaches et de beaux moutons gras; De brebis, d'agneaux et de chameaux chargés; Et un grand nombre de personnes qui conduisent l'équipage. Le vieux Tobie dit à ces gens: "Aurai-je l'avantage De savoir votre nom et votre parenté? Une jeune fille s'avance et lui dit: "Je suis Sara". Alors le papa l'embrasse et lui fait politesse; Et il reçoit, tout joyeux, la fille et ses richesses.
    ---
  • L'Ange, sentent prègiér de cela rècompensa, Lyés dét: "De voutros biens mè je résto prod sensa! Benédes lo Bon Diœ de tuéts céls-ce bienfêts; Je su que l'entrument du bien que vos at fêt. Du cièl Llui at sentu totes voutres preyéres, Et vos at vu passàr, sovent, des nuets entiéres, A cachiér, dens des tombes, un grant nombro de môrts, Que voutra compassion recuelyêye de jorn. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'andze, senten predzé de cella recompensa, Lei deut: "De voutre bien mè dze resto praou sensa! Benide lo Bondzeu de tseut cice bienfét; Dze si que l'insteumen di bien que vo s-a fét. Di cheil Lliu l'at sentu totte voutre preyëre; Et vo s-at vu passé, soven, de nët intsëre, A catsé, din de tombe, un gran nombro de mor, Que voutra compachon recoueillàve de dzor.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : L'Ange, entendant parler de cette récompense, Leur dit: "De votre bien je n'ai nul besoin. Bénissez le bon Dieu de tous ces bienfaits; Je ne suis que l'instrument du bien qu'il bous a fait. Du haut du ciel il a entendu vos prières; Et vous a vu passer, souvent, des nuits entières À cacher dans des tombes un grand nombre de morts, Que votre compassion recueillait durant le jour.
    ---
  • Il vos at vus jœnàr, 'l at vu voutra man drête Èpatàr tuéts les fruits de voutre recuelyètes. Et se vos at mandâ doux-três jorn d'affliccion, Vos at ètot balyê de grants consolacions! Mon bon Tobie, o fôt que houé je vos quiteyo; O fôt que devant Diœ tot setout je mè troveyo, Afin de l'adoràr continuèlament! Je su l'Ange Rafaèl! Portâdes-vos tuéts bien! [valor : 10]
    ècritura d'origina : I vo s-at vu dzeuné,; l'at vu voutra man dreite Epatté tseut le frui de voutre recoueilleite. Et se vo s-at mandà do-trei dzor d'afflechon, Vo s-at ettot baillà de gran consolachon! Mon bon Tobie, i fat que vouë dze vo quetteyo; I fat que devan Dzeu toustou dze me troveyo, Afin de l'adoré continuellemen!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Il vous a vus jeûner; il a vu votre main droite Distribuer tous les fruits de vos biens amassés. Et s'il vous a envoyé deux ou trois jours d'affliction, Il vous a aussi donné de grandes consolations! Mon bon Tobie, il faut qu'aujourd'hui je vous quitte; Il faut que devant Dieu aussitôt je me retrouve, Afin de l'adorer continuellement! Je suis l'Ange Raphaël! (Adieu!) conservez-vous tous!
    ---
  • Vosôtros séde lo cllâr d'lo mondo. Una citât en cema una montagne Il pœt gnint éhtre èhcondua Et s'aprèmd gnint una lâmpia. Per butàr-la sot lo casson Il sè butet sur lo lampadêre Et il lluit per tuéts quâls qui sont ent la mêson. Donca, que vouhtron cllâr o lluiset dœvant a l'homos: Alœra, en veyènt cen que fédes de bén Ils rendéront glluère a vouhtro pâpa qu'ol est en ent lo cièr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Vozaouti sede lo quiar dlo mondo. Unà sitai ensumà unà montagni I pet gnint ehte ahcodùa E o s'aprént gnint unà lampia Pé butala sòt lo cassion I se butet slo lampadari E i lùit pé tuiti cali qui sont entlà mazon. Donca, que vohtro quiar o luìset doant a y òm: Aléura, en veyant senque faide de bin I renderont glòria a vohto Papa qu'o l'eht en entló sièr.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GIT, Groupe Intern. grafia du FP.
    Sôrsa : Ornella De Paoli - Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 5, 13-16) - traduccion dins noutra linga (lyonnè) Glaudo (Claude) Longre - Lyon - Assoc. Amis du Francoprovençal en Pays Lyonnais - tradusión da lyonnè en valsoanin - La Valle Soana - Bollettino Parrocchiale - Dicembre 2021
    ---
  • Lo cordoniér avéve féni voutres botes, et les grôs solàrs de la chace, et les solàrs fins du bal. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo cordonié avea fini votrè bottè, et lì grou soler de la zasse, et lì soler fin dou bal.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV - A.Zuccagni-Orlandini - Lo métre et lo domestecco
    nota : Lo cordonnier avait terminé vos chaussures, et les gros souliers de la chasse, et les souliers find du bal.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche