Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 24190
u / a l'
definicion
u (réalisations ou, o, u, i), a l', article masculin singulier
  • prèposicion articulâye [valor* : 10]
    definicion : Prèposicion + articllo dèfini.
en Francês en Italien sinonimos
  • au, à l' [valor : 10]
    ---
  • al, a l'[valor : 10]
    ---
  • allo[valor : 10]
    ---
  • a lo; [valor : 10]

Variantes

  • u (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : u
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • u (Frz) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : au
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 Web d'entèrèt :
    ---
  • u (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : aou
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011 Web d'entèrèt : http://www.dizionariogiaglionese.it/
    ---
  • u (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : u
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • u (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : al
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---
  • al [Bjl] [valor : 10]
    Ècritura d'origina : al
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Ma lengoua, lo jalyonês, est na varianta des parlars francoprovènçâls, lyé sè barjaque quâse la méma u mié de la Vâl Suésa fin de Jalyon, Graviére et en Vâl Cèniclla fin a l’entôrn de Turin plles ou muens contaminâ du piemontês. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Ma lèinga, lou Dzalhouné, et ina variante de parlaa francoprovensal, lhe se bardzaque caze la mèima aou mielh dla Val Suiza fin da Dzalhoun, Graviere è an Val Senicla fin a l’antort de Touiřin pi o meno countaminaa dou piemountee.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Per quei èicrio an francoprovensal - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : La mia lingua, il giaglionese, è una variante delle parlate francoprovenzali. Il francoprovenzale è parlato in media Valsusa da Giaglione, Gravere e dalla Val Cenischia fino alla cintura di Torino anche se nel fondovalle più contaminato dal piemontese.
    ---
  • Brolyârd(s) u crèssent, lo bon temps. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Broillar i cressein, lo bon ten.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.356 a la pâge 121 du lévro)
    nota : Brouillards au croissant de la lune, beau temps.
    ---
  • En les lètres bllanches éret ècrita la santa "convèrsacions" al benêt fily Diô, laquâla fut tota bllanche per sa très grant inocence et per ses sentes ôvres. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En les letres blanches eret escrita li sancta conversations al beneit fil Deu, li quaus fut tota blanchi per sa tres grant innocenti et per se sainctes ovres.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Dans les lettres blanches était écrite la sainte vie du béni Fils de Dieu, qui fut toute blanche par sa très grande innocence et par ses saintes œuvres.
    ---
  • U laborœr pèrèssox, Les rats pecont lo mèlyor. [valor : 5]
    ècritura d'origina : I laboureur pareissaou, Le rat péquon lo meillaou.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.396 a la pâge 138 du lévro)
    nota : Au laboureur paresseux, Les rats mangent le meilleur.
    ---
  • Gaba les châtagnes et tin-t'u pan. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Gabba le tsatagne et ten-t'i pan.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.422 a la pâge 155 du lévro)
    nota : Loue les châtaignes et tiens-toi au pain.
    ---
  • Étent entrâs, vegnéront u Côrp-de-gouârda, Yô ils firont una ruda montâda. Ils avévont tenalyes et martéls Qu'étévont fêts avouéc du bon aciér, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Etant entra, vegniron u Cour-de-garda, Yô y firon onna ruda montada. Il avivon tenaillé et marté Qu'étivon fay avoy du boun acier,
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 6. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Etant entrés, ils vinrent au corps de garde Où ils firent une rude montre. Ils avaient des tenailles, des marteaux Qui étaient faits avec du bon acier,
    ---
  • Per cél moyen on prét le Côrp-de-gouârda, Yô l'ènemi fasséve bôna gouârda; Il falut ben quitar ux Genevouès U dèshonœr de tota la Savouè. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pé cé moyan on prai le courdegarda, Yô l'ennemi fassivé bouna garda; Le falu bein quitta é Genevois U déshonneur de tota la Savoi.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 19. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Par ce moyen on prit le corps de garde, Où l'ennemi faisait bien bonne garde; Il fallut le laisser aux Genevois, Au déshonneur de toute la Savoie.
    ---
  • Souessanta-sèpt tétes ils ont lèssiêyes, Que lo borriô at copâyes et trenchiêyes, Por les butar sur doux u três chevrons, Por les montrar a celos que vœdront. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Soissante-cha teite is on lassia Que le borrio a copa et transsia, Pè lé bouta su dou u trai tiévron, Pè lé montra à celeu que veudron.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 64. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Soixante-sept têtes ils ont laissées, Que le bourreau a coupées et tranchées Pour les mettre sur deux ou trois chevrons, Pour les montrer à ceux qui voudront.
    ---
  • La Marion modâve u molin, pœr fére môdre son gràn, Avouéc son petit âno, El modâve u Molin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La Marion moudêve au moulin, Përe faire modre soun grain, Avec soun petit anou, Ei modêve au moulin.
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - L'ANE DE MARION - Patois de Feurs, ancienne capitale du Forez
    nota : La Marion partait au moulin, Pour faire moudre son grain, Avec son petit âne, Elle allait au moulin.
    ---
  • Alàr u travâly. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Alê aou travalh.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011
    nota : Andare al lavoro.
    ---
  • Les granges, los gllacis, los fossês sè remplléssont, Per dehôr, per-dedens, mile cris retentéssont; Comandant, Intendant ux fllambôs vont u Cors, Font partir des batiôs pœr donar de secors. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le grange, lou glaci, lou foussé se remplissont, Pe dehor, pe dedin, mille cri retentissont; Commandant, Intendant u flambeau vont u Cour, Font parti de batteut pe donna de secour.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Les granges, les glacis, les fossés se remplissent, Par dehors, par dedans mille cris retentissent; Commandant, Intendant, aux flambeaux, vont au Cours, Font partir des bateaux pour donner des secours.
    ---
  • De yô vint-o tant de bruit? Qu'est-o més que j'entendo? U fuè! Lo toquesin rèvèlye tot lo mondo, Il est vers l'Arsenâl: tot côrt de cél coutiér, Les gens de police sont chiéz los bènatiérs; [valor : 10]
    ècritura d'origina : D'ou vint-to tant de brut? Qu'éto-mei que j'entendo? U feu! Lo takacin reveille tout lo mondo, Y l'eyt ver l'Arcenat: tout court de ceu coutié, Le gen de polici sont chieu lou banatié;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : D'où vient tant de bruit? Qu'est-ce encora que j'entends? Au feu! Le tocsin réveille tout le monde, Il est (le feu) vers l'Arsenal; tout court de ce côté, Les gens de police sont chez les bennatiers;
    ---
  • U son de trompèta sè publeyét un ôrdre D'iluminar pertot, de crenta du dèsôrdre; La garnison, cél nuet, sens cuche ni carrô, Coma lors èpèyes cuchiét dens son forrél. [valor : 10]
    ècritura d'origina : U son de trompetta se publiit un ordre D'illumina pertout, de crainta du deisordre; La garnison, ceu not, sans couchi ni carret, Coma lor épeyet couchit din son fourret.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Au son de la trompette (il) se publia un ordre D'illuminer partout, de crainte du désordre. La garnison, cette nuit, sans couche et sans carreau, Comme ses épées coucha dans son fourreau.
    ---
  • 'L y at mâques doves brâves femèles u mondo: L'una 'l est pèrdua, l'ôtra, œn pôt pas la trovàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'y at maque dove brave femalle i mondo: L'euna l'est perduya, l'âtra, in pout pà la trové.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.636 a la pâge 245 du lévro).
    nota : Il n'y a que deux braves femmes au monde: L'une est perdue, l'autre, on ne peut pas la trouver.
    ---
  • Alar u bœf. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Alà àou beu.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013
    nota : Andare al toro (relati o a vacca in calore).
    ---
  • Diœ est très fôrt et très pouessient et per ço il at donâ a sos amis si grant pouessience et si grant fôrce que ils pont quant que ils vôlont: se ils avant volontât de levar tot lo mondo al petit dêgt ils lo porriant fâre legiérament. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Deus est tre fors et tres poyssent et per co il ha dona a sos amis si grant poyssanci et si grant forci que il pont quanque il volunt: se il aveunt volunta de levar tot lo mundo al petit dei il o porriunt fayre legerement.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Dieu est très fort et très puissant et, à cause de cela, il a donné à ses amis tant de puissance et tant de force qu'ils peuvent tout ce qu'ils veulent: si leur volonté était de soulever, du petit doigt, le monde tout entier, ils pourraient le faire facilement.
    ---
  • A l'honor de Diœ et al "lôdemos" de son benêt nom, et a recognetre sa grant misèricôrde, et regraciér los glloriox dons de sa bontât, y étre plles ferventa a fére lo sèrvice de Noutron-Sègnor Jèsus-Crist et de la sin glloriosa Vièrgéna Mâre, humilment et dèvotament vuel ècrire a voutron èdifiment una partia de la honéta et senta et discrèta convèrsacion que céta èposa de Jèsus-Crist menàt en tèrra entre ses serors, dês l'âjo de XIII ans en sus. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A l'honour de Deu et al loemos de son beneyt non, et a recognoytre sa grant misericordi, et regracier los glorious dons de sa bonta, y estre pluis fervenz a fayre lo servis de Nostron Seignour Jhesu Crit et de la sin gloriousa Virgina Mare, humilment et devotament voil escrire a vostron edifimen una partia de la honesta et saincta et discreta conversation que citi espousa de Jhesu Crit menet en terra entre ses soros, deis ly ajo de XIII anz en sus.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : A l'honneur de Dieu et à la louange de son nom béni, pour reconnaître sa grande miséricorde, et lui rendre grâce des glorieux dons de sa bonté, pour être plus fervente à faire le service de Notre-Seigneur Jésus-Christ et de sa glorieuse mère toujours vierge, je veux humblement et pieusement écrire, pour votre édification, une partie de la vie pure, sainte et sage que cette épouse de Jésus-Christ mena sur terre, parmi ses sœurs, dès l'âge de treize ans.
    ---
  • Nos entendens que al comencement de sa sente convèrsacion elle proposàt de guèrpir totes chouses mondanes de bôna volontât de côr pœr la amôr del dox Jèsus-Crist. Son bon propôs elle gouardàt mout entiérement. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Nos entendinz que al comenciment de sa saincti conversation illi proposet de guerpir totes choses mundanes de bona volunta de cor per la amour del douz Jhesu Crit. Son bon propos illi gardiet mout enterriment.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Nous savons qu'au commencement de sa sainte vie, elle se proposa de fuir, volontairement et de bon cœur, toutes les choses de ce monde pour l'amour du doux Jésus-Christ. Elle garda son bon propos très fidèlement.
    ---
  • Al comencement ele fut un grant temps que a tôs jorns et en totes ôvres et en quâlque luè que ele fut, elle avêt si grant grâce que o llui éret sembllent que Noutron-Siro fut adés "aranda" lyé apèrtament. Aprés la crêssét Noutron-Siro tant sa grâce que mout sovent en quâlque luè que elle fut, elle sentévet si grant grâce et si grant gllouère en son côr de la amôr de Noutron-Sègnor que at/a pênes que ele la potêt sotenir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Al comenciment illi fut hun grant teins a toz jors y en totes ovres y en qualque lua que illi fut, illi haveit si grant graci que oy li eret semblanz que Nostri Sires fut ades aranda lye apertament. Apres li creisit Nostri Sires tant sa graci et si grant gloyri en son cuor de la amour de Nostrum Segnour que a peynes que illi la poet sustinir.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Au commencement, et pendant une longue période, tous les jours, dans toutes les occupations et en quelque lieu qu'elle fût, la grâce était si abondante en elle qu'il lui semblait que N.-S. était toujours manifestement à côté d'elle. Ensuite, N.-S. augmenta tant sa grâce en elle que très souvent, en quelque lieu qu'elle fût, elle sentait en son cœur une si grande grâce et un si grand rayonnement de l'amour de N.-S. qu'elle avait peine à le supporter.
    ---
  • En ço que il lyé parl(i)ét, il lyé dit apèrtament ni dèsirar ni querir ceta chousa: "câr, ço dit-il, ne vuel que tu muerres encora". Iço lyé dit tant bènignament et tant amâbllament que o no lyé éret sembllent que ele ni neguna ôtra pèrsona o pôt fére entendre. Et les grants dèsirs que ele avêt de la môrt lyé passàt tantout del côr et remanat en grant consolacion et en grant dèsir de més vivre al sèrvice de son bon crèator. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En co qui el li parlyet, el li dit apertament ne desirrar ne quirir ceta chosa: "car, co dit il, no voil que tu moyres encores". Ico li dit tant benignament et tant amiablament que oy no ly eret semblanz que illi ne neguna autra persona o puit fayre entendre. Et li granz desirs que illi aveyt de la mort li passet tantot del cor et remat en grant consolacion y en grant desir de mays vivre el servis de son bon creatour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Pendant qu'il lui parlait, il lui dit clairement de ne pas dérirer et de ne pas demander cette chose, car, dit-il, je ne veux pas que tu meures encore. Il lui dit cela avec une bienveillance et une amitié telles qu'à son avis, ni elle-même ni aucune autre personne ne pourrait le faire comprendre. Et le grand désir qu'elle avait de la mort lui sortit aussitôt de l'esprit et elle resta grandement réconfortée et désireuse de vivre encore au service de son bon Créateur.
    ---
  • En cela hora llui venét en côr que la maladie que ele avêt de sa fèbllèsse llui porrêt mout nuére al sèrvice de Noutron-Sègnor et tantout ele tornàt mout dèvotament en sa orêson. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En cella hora li venit en cor que li maladi que illi aveyt de sa feblete li porit mout noyre al servis de Nostrum Segnour et tantot illi tornet mout devotament en sa oreyson.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : A ce moment, il lui vint à l'esprit que la maladie provoquée par sa faiblesse pourrait lui nuire beaucoup au service de Notre-Seigneur et aussitôt elle se remit en prière avec beaucoup de dévotion.
    ---
  • En fesent sa preyére de côr a tant grant dèvocion que ele dèfalyêvet del tot et ele ut reciu ço que ele aviêt en la boche sens ço que ele onques non lo sentét tant que ele lo sentét ferir al côr. Per lo grant jouyo et la grant consolacion que ele sentét en son côr, ele cudiévet del tot dèfalyir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En faysenz sa preeri de cuor a tant grant devocion que illi defayllievet del tot et illi ot recyu co que illi aveit en la bochi senz co que illi unques non o sentit tant que illi o sentit ferir el cuor. Per lo grant joy et la grant consolacion que illi sentit en son cuor, illi cuydavet del tot defayllir.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : En faisant dans son cœur sa prière avec une si grande dévotion qu'elle en défaillait tout à fait, elle avala ce qu'elle avait dans la bouche sans s'en aperçevoir jusqu'au moment où elle le sentit pénétrer dans son cœur. De la grande joie et de la grande consolation qu'elle ressentit en son cœur, elle pensa défaillir tout à fait.
    ---
  • Los três jorns de Chalendes ele fut adés en ceta grant consolacion, èxtèr ço que ele no vit la vision mâques lo premiér jorn, màs la grant consolacion et la amôr de son bon crèator llui abondâvet adés plles fôrt al côr, si que ele en perdét del tot lo mengiér et lo dormir. Lo quârt jorn de Chalendes ele ut alcuna chousa que llui dèpllését en son côr, et tantout la grant consolacion sè dèpartét en partia de son côr et tornét en son premiér ètat, loquâl éret bon devant et mèlyor fut aprés. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Los tres jors de Chalendes illi fut ades en ceta grant consolacion, etier co que illi no vit la vision maque lo primier jor, mais li granz consolations et li amors de son bon creatour li habundavet ades plus fort el cor, si que illi en perdit del tot lo mengier et lo dormir. Lo quart jor de Chalendes illi ot alcuna chosa qui li deplaysit en son cuor, et tantot li granz consolacions se departit en partia de son cuor et tornyet en son primier etat, li quaz eret bons devant et meliors fut apres.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Les trois jours de Noël, elle fut sans cesse dans cette grande consolation, sauf qu'elle n'eut la vision que le premier jour, mais la grande consolation et l'amour de son bon Créateur étaient toujours plus abondants dans son cœur, à tel point qu'elle en perdit tout à fait le manger et le dormir. Le quatrième jour de Noël, elle eut quelque chose qui lui déplut dans son cœur, et aussitôt la grande consolation quitta en partie son cœur et revint à son premier état, qui était bon avant et fut meilleur après.
    ---
  • Màs pués aprés eles lèssiéront cél luè, câr éret trop entre los sèculârs, et s'en retornâront en Permagni, mâques cetes três crèatures que érant ja trèpassêes et sèvèlies l'una de joûta l'ôtra al cemetiéro de cela mêson d'Êmuéx. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais puis apres elles layssaront cel lua, quar eret trop entre los seculars, et s'en retornaront en Permagny, maques cetes tres creatures que erant ja trapassees et sevelyes li una dejota l'autra el cymityero de cela meyson d'Emuet.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Plus tard les religieuses quittèrent ce lieu, car il était trop au milieu des gens du siècle, et elles retournèrent à Parménie, sauf ces trois créatures qui étaient déjà trépassées et ensevelies l'une à côté de l'autre dans le cimetière de cette maison d'Eymeux.
    ---
  • ... quànd la nœce sè fit vêr u contœrn du chemin, il sè metét a tapâr dessus a grànds côps avouéc son martél d'ènchapllos. [valor : 10]
    ècritura d'origina : ... kè la neusse se fi va u konteû du tseûman, a se méti a tapo dessu a grè kou avoui son marté d'ètsaple.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Et, quand la noce se montra au "contour" du chemin, il se mit à frapper dessus à grands coups avec son marteau de faucheur.
    ---
  • Quand il venét al pôrt de Tèches, il trovét iqué doux ècuyérs de céls al Dôfin qui aviévont iqué itâ tot lo jorn, y éret hora de midi, câr no poviévont passar per l'égoue que éret fôr des rives; y avêt pllu três jorns et três nuet sens cèssar. Et sè dègnêt iqué avouéc los doux ècuyérs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant il venit al port de Teches, il trovet iqui duos escuers de ceuz al Dalphin qui aveont iqui ita tot lo jor, hay eret hora de medis, car no poont passar per l'aygui que ret for de rives; hay aveyt plou tres jors et tres noyz seyns cessar. Et se dygniet iqui avoy los dos escuers.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand il arriva au gué de Tèches, il y trouva deux écuyers de la maison du Dauphin qui avaient été là tout le jour, il était midi, car ils ne pouvaient passer la rivière qu iavait débordé de son lit; il avait plu, sans cesse, trois jours et trois nuits. Il dîna là avec les deux écuyers.
    ---
  • U(x) métyo(s). Tornàr u(x) métyo(s). Restàr cachiê tot lo jorn u(x) métyo(s). Vin mè trovàr quand te vôs, houé je su tot lo jorn u(x) métyo(s). je su passâ u(x) métyo(s) de tè, màs je t'é pas trovâ. Arreve tojorn târd u(x) métyo(s). Cen 'l est u(x) métyo(s). [valor : 10]
    ècritura d'origina : I mëtso. Torné i mëtso. Resté catsà tot lo dzor i mëtso Vin me trové quan te vou, voueu dze si tot lo dzor i mëtso. Dze si passâ i mëtso de tè, më dze t'i pa trovà. Arreve todzor tar i mëtso. Cen l'est i mëtso.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : À la maison, chez soi. Rentre à la maison. Rester toute la journée à la maison. Viens me trouver à l'heure que tu veux, aujourd'hui je suis toute la journée à la maison. Je sui passé chez toi, mais je ne t'y ai pas trouvé. Il rentre toujours tard à la maison. Cela est venu à la maison (se dit lorsqu'on amasse quelque chose à sa faveur).
    ---
  • alàr gouardàr les gelenes a l'encurâ. Muerre, morir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Allé vardé le dzelenne a l'inquerà. Mouere.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Mourir
    ---
  • Quand nêt lo jorn de lo Carem'entrant, Encor trenta negiês a l'an. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quan net lo dzor de lo Camentran, Incò trenta nevé a l'an.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.241 a la pâge 69 du lévro)
    nota : Quand il neige le jour de Carnaval, Encore trente fois de neige dans l'année.
    ---
  • Drêt a l'ètrâbllo els entréront, Els viront, Assé cllâr qu'en pllen jorn, Viront dens les àragnéres, Et les fiogiéres, Dens la crêpe, le Sôvœr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dre à l'étrable elles intrérent, Elles veurent, Assi tiar qu'in plan dzeur, Veurans dins les éragnires, Et les fudzires, Dins la crape, le Sauveur.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    nota : fudzires: les fougères, abondantes dans le pays, peuvent suppléer au foin pour faire de la litière (note d'A.M. Vurpas).
    ---
  • Lèssiér a l'abandon. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lèisê a l'abandoun.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011
    ---
  • Pas a l'hôtor. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pâ a l'aoutoû.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011
    nota : Non all'altezza.
    ---
  • Dens ce vélâjo de "les rèteriês", y at doves mêson a l'abandon. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Déïn sè vilazo dè lè rètiya, y a davè mayjoun a l'abandoun.
    Règ·ion : Savouè [Tarantèsa]
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : C.Duch et H.Béjean - Le patois de Tignes, Savoie - 1998
    nota : Dans ce village reculé, il y a deux maisons à l'abandon.
    ---
  • Màs (il) llui coventâvet tojorn retornar u comencement de la via que Nouhtron-Siro Jèsus-Crist menàt en tèrra, tant que elle ut ben amendâ sa via, a l'ègzempllèro de cél lévro; elle sè èhtudiâvet grant-temps en ceta maniére. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mays li conventavet [toz]jors retornar al comenciment de la via que Nostri Sires Jhesu Criz menet en terra, tant que illi ot bein emenda sa via, a l'essimplairo de cel livro; illi se estudiavet grant teins en ceta maneri.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Mais il lui fallait toujours revenir au commencement de la vie que Notre-Seigneur Jésus-Christ mena sur terre, jusqu'à ce qu'elle eût bien amendé sa vie, selon le modèle de ce livre; elle méditait ainsi longtemps de cette manière.
    ---
  • L'on chèrche de fllambôs, de falots, de lantèrnes; Qui côrt a l'Arsenâls, qui côrt a les casèrnes. A pêna Nivèrnês, que vegnêt d'arrévar, Ut quitâ l'hâbressac que falyét dèrivar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'on charche de flambeau, de falot, de lanterne; Qui court à l'Arcenat, qui court à le cazerne. A pena Nivernois, que veniet d'arriva, Eut quitta l'abresat que failli deriva.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'on cherche des flambeaux, des falots, des lanternes; Qui court à l'Arsenal, qui court aux casernes. A peine Nivernais, qui venait d'arriver, Eut quitté le havresac qu'il fallut partir.
    ---
  • Entre lo concèpt et la sensacion, la difèrença est pas justo quantitativa mas qualitativa. En alent plles lluen dens ceta dirèccion, avouéc l'édo du jugement, de la dèduccion, on pôt arrevàr a des concllusions logeques. L'èxprèssion du SAN KOUO YEN YI: "Un froncement de la téta et una idâ vint a l'èsprit" ou cèla du lengâjo ordinèro: "Lèssiédes-mè rèfllèchir" signifiont que l'homo opère entèlèctuèlament a l'édo de concèpts por portàr des jugements et por fére des dèduccions. Il est lé lo second degrâ de la cognessença. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Intre lo kosept e la sensaksion, la deifeiensa et pa gzestò kantitativa ma anke kalitativa. En alen pi lloen din heta direksion, avoi l'eigzò di gzegzemen, de la deduksion, on pot arevei a de konkluzion logzeke. L'espreksion de SAN KOUO YEN YI: "In fronsemen de la teita e inha ido vint a l'espri" o hala di lengagzò ordineihò: "Leysade-me refelixei" signifion ke l'òmò opere intelektualament a l'eigzò de konsept pe portei de gzegzemen e pe feihe de deduksion. I et lai lo sekon degrei de la kogneisensa.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Entre le concept et la sensation, la différence n'est pas seulement quantitative mais qualitative. En allant plus loin dans cette direction, à l'aide du jugement, de la déduction, on peut aboutir à des conclusions logiques. L'expression du San kouo yen yi: "II suffit de froncer les sourcils et un stratagème vient à l'esprit" ou celle du langage ordinaire: "Laissez-moi réfléchir" signifient que l'homme opère intellectuellement à l'aide de concepts, afin de porter des jugements et de faire des déductions....
    ---
  • Les fènes u cotèr travalyont oncora més de la lengua que de l'agouely ; Els habelyont lyors enfants, mas dèshabelyont les passents. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lé féné u cottair travaillon oncoré me dé la linga que dé l'uye ; El abïon luz effan, me été désabïon leu passan.
    Règ·ion : Liyonês
    Grafia : NC, grafia encognua.
    Sôrsa : Essai de grammaire du patois lyonnais
    ---
  • De socesses sèches pendues u solan de la sâla. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dè 'oun'eu'e 'ètse pèndjè i 'olàn dè la 'óla
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : BREL, École pop. de patois Vald.
    Sôrsa : S.Favre - Le fun-uhèn: un patois singulier - Fénis. Une communauté au fil de l'histoire. - 2000
    ---
  • Èxposâ a tuéts les vents, a la bisa, u solely, J'en é ja prod sentu dens ma via tempétes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Esposà a tseut le ven, a la bisa, i solei, Dze ni dza praou sentù d'un ma via tempête.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : Lucat D. - L'anglé e lo paisan
    nota : Exposé à tout vent, à la bise, au soleil, J'en ai déjà assez entendu des tempêtes dans ma vie.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche