Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 24443
vers
definicion
-
nota
vers, de vers (pas général) vers là lé-vers (pas général) vers l'après-midi tantout vers le soir tantout
  • prèposicion simplla [valor* : 1]
en Francês en Italien sinonimos
  • vers (prép.) [valor : 10]
    ---
  • côté (du -) [valor : 10]
    ---
  • verso[valor : 10]
    ---

Variantes

  • vers (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina :
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : FRANCOPROVENÇAL Proposition d'une orthographe supra-dialectale standardisée - D.Stich - 2001 Web d'entèrèt :
    ---
  • vers (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ver/vers
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • La Gllôdina, la premiére, La Fusire, Et la Bllèse per darrér, Sembllont un tropél de fayôles, Que s'envôle, Sœt los/les pins de vers Fusi. [valor : 1]
    ècritura d'origina : La Yaudine, la parmire, La Fuzire, Et la Blaise par dari, Simblin un treupé d'fayoules, Que s'invoule, Seu los pans de vé Fuzi.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    ---
  • Quànd ils suront la nœvèla, Per la Rossèla, Vers los/les Tremblos et chiéz Pelox, Vers les Fayes, a la Télire, A la Luire, Ils apondéront de pertot. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quint y seuran la neuvelle, Pé la Rosselle, Vé los Trimbles et tsi Peloux, Vé les Fayes, à la Télire, A la Luire, Y appondéran de partout.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    ---
  • Sur Forniôd, la Vèrpelyére, Per les jachéres, Et per los/les prâts a Tivent, Vers Fusi, per le bouesc d'Êse, Et vers Bllèse, Nos los/les veyens que côront. [valor : 1]
    ècritura d'origina : Su Fornio, la Varpeillire, P'les zadzires, Et pé los pros à Thivin, Vé Fusi, pé le bos d'Aise, Et vé Blaise, Nos los vayan que corran.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Anne-Marie Vurpas - Un noël en patois beaujolais du XIX siècle - Vox Romanica 40 – 1981.
    nota : zadzires: lat. GASCARIA, d'origine gauloise.
    ---
  • De yô vint-o tant de bruit? Qu'est-o més que j'entendo? U fuè! Lo toquesin rèvèlye tot lo mondo, Il est vers l'Arsenâl: tot côrt de cél coutiér, Les gens de police sont chiéz los bènatiérs; [valor : 10]
    ècritura d'origina : D'ou vint-to tant de brut? Qu'éto-mei que j'entendo? U feu! Lo takacin reveille tout lo mondo, Y l'eyt ver l'Arcenat: tout court de ceu coutié, Le gen de polici sont chieu lou banatié;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : D'où vient tant de bruit? Qu'est-ce encora que j'entends? Au feu! Le tocsin réveille tout le monde, Il est (le feu) vers l'Arsenal; tout court de ce côté, Les gens de police sont chez les bennatiers;
    ---
  • Per la rue Sent-Françouès, per la novèla encenta, L'on vêt atant de mâl que vers la Mêson Pinta; Un valèt d'ècurie, dens l'égoua jusqu'u côl, A més de vengt mulèts vat copar lo licôl. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pe la rue Saint François, pe la nouvella enceinta, L'on veyt autant de ma que ver la maison peinta; Un valet d'ecuiri, din l'aiguis jusqu'u cou, A mey de vingt mulet va coupa lo licou.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Par la rue Saint-François, par la nouvelle enceinte, L'on voit autant de mal que vers la maison peinte; Un valet d'écurie, dans l'eau jusqu'au cou, A plus de vingt mulets va couper le licou.
    ---
  • L'on l'at vu vers lo Bôf, vers lo Pêds, per Très-Cllouetra, Tot crotâ, tot molyê, tot pèrciê d'outra en outra, Enfin, per cents endrêts, lo Drac s'est ècolâ. Semblle que l'Isera ne vodrêt pas môlar; [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'on l'a veu ver lo Bou, ver lo Pey, pe Tra-cloutra, Tout crota, tout moüilla, tout perci d'outra en outra. Enfin, pe cent z-endret, lo Drac s'eyt écoula. Semble que l'Isera ne vodrit pas mola;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'on l'a vu vers le Bœuf, vers le poids (de ville), par Tré-Cloître, Tout crotté, tout mouillé, tout percé d'outre en outre. Enfin, par cent endroits, le Drac s'est écoulé. (Il) semble que l'Isère ne voudrait pas bouger;
    ---
  • Cependent les danrês de jorn en jorn ôgmentont, Sôrt pertot de tropes, que vers Briançon montont, Pœr alar jusqu'iqué fô fâre de circuits, Quinze ponts, pœr lo muens, sont tot a fêt dètruits, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Cependant le danrey de jour en jour augmenton, Sort pertout de troupet, que vers Briançon montont, Per alla jusqu'iquy faut fare de circuit, Quinze pont, pe lo moin, sont tout-à-fat deitruit,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Cependant les denrées de jour en jour augmentent, (Il) sort partout des troupes, qui vers Briançon montent, Pour aller jusqu'ici (il) faut faire des circuits, Quinze ponts, pour le moins, sont tout à fait détruits.
    ---
  • Adonc vériét la glloriosa Dona son pidox et son dox regârd mout amâbllament vers lyé et dit lyé: "Très chiera filye, aye pouer ni neguna dotence, câr jo, ço dit-ele, su mâre del rê tot pouessient CUI tu és èposa, et su mâre de misèricôrde et en cél povêr et en cela misèricôrde, jo preno l'ârma et lo côrps de tè en ma gouârda et en ma dèfenssion; et tè gouarderé et dèfendré del povêr del diâbllo et de sos engins". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Adon viryet li gloriousa Donna son pidous et son douz regart mout amiablament ver lyei et dit li: "Tres chera fili, non aes pour ne neguna dotanci, car jo, co dit illi, sui mare del rey tot poyssent cui tu es espousa, et sui mare de misericordi et en cel poyr et en cella misericordi, ju preno l'arma et lo cors de toy en ma garda y en ma deffension; et te garderey et deffendrey del poyr del dyablo et de sos enginz".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Alors la glorieuse Dame tourna très aimablement vers elle son regard plein de pitié et de douceur et lui dit: "Très chère fille, ne crains rien, car, dit-elle, je suis la mère du roi tout puissant dont tu es l'épouse et je suis mère de miséricorde et, en vertu de ce pouvoir et de cette miséricorde, je prends ton âme et ton corps sous ma garde et sous ma protection, et je te garderai et te défendrai du pouvoir du diable et de ses ruses".
    ---
  • Una ôtra vês aventét que un frâre que ele avêt fut de guèrra. Per la grant pediêt que ele en ut de la grant prêson de llui, ele sè mét en grant orêson et en grant aflliccion vers Noutron-Sègnor qui lo son frâre volsét dèlivrar de les mans de sos ènemis. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Una autra veys aventeit que huns frares que illi aveyt fut de guerra. Per la grat pidie que illi en ot de la prison de lui, illi se mit en grant oreyson y en grant affliction vers Nostrum Seignour qui el son frare vosit delivrar de les mans de sos enmis.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il arriva, une autre fois, qu'un frère qu'elle avait fut à la guerre. La grande pitié qu'elle ressentit de sa captivité fit qu'elle se mit en grande oraison devant Notre-Seigneur. Pleine d'une profonde affliction, elle le pria de bien vouloir délivrer son frère des mains de ses ennemis.
    ---
  • En ço que ele éret en si grant dèsir de fére a llui alcuna petita preyére, il viriét mout pedosament son dox regârd vers lyé et dit llui: "O ma très chiere filye et èposa, venéd avant et ne dôbtâd ren, màs regardâd voutron veré crèator et cognesséd voutron Salvor. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En co que illi eret en si grant desir de fayre a lui alcuna petita preeri, il viriet mout pidousament son douz regart ver lyey et dit li: "O ma tra chieri fili et espousa, venez avant et ne dotas rent, mays regardaz vostrun veray creatour et cognoyssiez vostrun salvour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Comme elle était dans un si grand désir de lui faire quelque petite prière, il tourna vers elle son doux regard avec beacoup de pitié et lui dit: "O ma très chère fille et épouse, approchez-vous et ne craignez rien, mais regardez votre vrai Créateur et connaissez votre Sauveur.
    ---
  • Quand ele ut ço vu pœr mout grant-temps, ele pensét que ele mout grant pècherèsse éret et que ele ofendêt vers son crèator et comenciét dôtar ôcunes chouses. Et sur ço ele preyét a mout grant timor Noutron-Sègnor que a sa grant bontât pllését que ele a la èlèvacion pouét vêr son glloriox côrps tot simpllament. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant illi ot co veu per mout grant teins, illi penset que illi mout granz pecheriz eret et que illi offendeit vers son creatour et comencet dotar de acunes choses. Et sure co illi preet a mout grant temour Nostrum Segnour que a sa grant bonta playsit que illi a la levation poit veris son glorious cors tot simplament.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand elle eut joui de cette vision pendant longtemps, elle pensa qu'elle était une très grande pécheresse et qu'elle offensait son Créateur et elle commença à avoir quelques craintes. Et sur ce, elle demanda avec grande crainte à Notre-Seigneur qu'il plût à sa grande bonté qu'elle pût, à l'élévation, voir son glorieux corps tout simplement.
    ---
  • Quand les ôtres avouéc qui ele éret sè comenciéront trère vers l'ôtar pœr comuniér, ele remanét en son siècho en tant grants pllors et en tant grants legremes et en tant grant amâra dolor que ol lyé éret sembllent a bien pou que la ârma lyé partét del côrps. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant les autres avoy cui illi eret se comencarunt trahire vers l'outar per comunier, illi remanit en son siecho en tanz granz plors y en tanz granz laygrimes y en tant grant amara dolour que oy li eret semblanz a bein po que li arma li partit del cors.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand les autres avec qui elle était commencèrent à se diriger vers l'autel pour communier, elle resta à sa place, avec tant de larmes et dans une si amère douleur qu'il lui semblait presque que son âme quittât son corps.
    ---
  • Nœs barrerens lo chemin avouéc una côrda, per lé-avâl vers la crouèx de la Poute. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Neû bareran le tseûman avoui un-ne kôrde, pérlovun ve la kru de la Poute.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Nous barrerons le chemin avec une corde, par là-bas en bas vers la croux de la Poute.
    ---
  • Màs el [remanent] dês que sè trését vers lo jorn ou vers maténes, ele remanêt en si grant consolacion et en si grant jouyo de côr de la vision et dels grants secrèts de son bon Crèator que a ben pou que ele sè sentivévet corporâlament, màs llui éret adés viêres que ele dèfalyét del côrps et sè sentévet come en èsprit. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mays el remanent deis que se traysit ver lo jor ou vers matines, illi remaneyt en si grant consolation y en si grant joy de cuor de la vision et del granz secrez de son bon creatour que a bein po que illi se sentievet corporalment, mais li eret ades vyayres que illi deffallit del cors et se sentivet come en espirit.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Mais, au reste, dès qu'on approchait du jour ou de matines, elle demeurait dans une si grande consolation et dans une si grande joie de cœur, à cause de la vision et des grands secrets de son bon Créateur, qu'elle n'avait presque plus conscience de son corps, mais il lui semblait défaillir et elle avait l'impression de n'être plus qu'esprit.
    ---
  • Ils teriéront tœt drêt, et ils chaplléront pertœt ont' qu'ils passéront. Ils aléront vers una ôtra crouesiê de chemin, ont' que atèndant doux-três jouenos d'una ôtra vêsenâ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : I tirèran teû dre, é i tsaplèran parteû onke i possèran. Iz alèran ve un-ne otre kruzan de tseûman, onke atèdan du tra dzône d'un-ne otre vanzénan.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Ils allaient tout droit et piétinaient partout où ils passaient. Ils se dirigèrent vers une autre croisée de chemin, où attendaient environ trois jeunes gens d'un autre hameau. [teriér = aller / chaplar = piétiner]
    ---
  • Aprés ço, cél mémo jorn, a un ôtro russél yô la égoue avêt dèrochiê la pllanche, sè dèviàt la sôma per sè per un sentiér ètrêt que vàt per les végnes. Quand ut alâ lo trèt de una arbarèsta sè sè dèviàt vers lo russél et de què non sè muvét pœr ferir que un lyé fit. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Apres co, cel memo jor, a un autro ruysel ou li aygui aveit derochia la pla[n]chi, se desciet li soma per sey per un sentier estreyt qui vait per les vignes. Quant ot ala lo trayt de una arbaresta se se deviet vers lo ruysel et de qui non se muit per ferir que un li fit.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Ensuite, le même jour, à un autre ruisseau, où l'eau avait arraché la plache, l'ânesse se dévia d'elle-même par un étroit sentier qui va à travers les vignes. Quand elle eut avancé d'une portée d'arbalète, elle se dévia vers le ruisseau et ne bougea plus de là, en dépit des coups qu'on lui donna.
    ---
  • En èyent aquis la cognessença des louè du mondo, on dêt la dirigiér tôrna vers la prateca de la transformacion du mondo, l'aplecàr tôrna dens la prateca de la produccion, dens la prateca de la luta rèvolucionèra de cllâsse et de la luta rèvolucionèra por la libèracion de la nacion, come dens la prateca de l'èxpèriença scientefeca. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En eyen akuisto la kogneisensa di loi di mondò, on dey la dirigzei torna ver la prateka de la transformaksion di mondò, l'aplekei torna din la prateka de la produksion, din la prateka de la luta revoluksioneiha de klase e de la luta revoluksioneiha pe la liberaksion de la naksion, kome din la prateka de l'esperiensa siantefeka.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Ayant acquis la connaissance des lois du monde, on doit la diriger de nouveau vers la pratique de la transformation du monde, l'appliquer de nouveau dans la pratique de la production, dans la pratique de la lutte révolutionnaire de classe et de la lutte révolutionnaire pour la libération de la nation, de même que dans la pratique de l'expérience scientifique.
    ---
  • Por rèsôdre complètament ceta quèstion, il est nècèssèro dirigiér tôrna la cognessença racionèla vers la prateca sociâla, aplecàr la tèoria dens la prateca et vêre se ela pôt conduire u but proposâ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pe rezodre kompletament heta kestion, i et neseseiho dirigzei torna la kogneisensa rasionaala ver la prateka sosiaala, aplekei la teoria din la prateka e veire se ila pot konduihe i but propozo.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Pour résoudre complètement cette question, il est nécessaire de diriger de nouveau la connaissance rationnelle vers la pratique sociale, d'appliquer la théorie dans la pratique et de voir si elle peut conduire au but fixé.
    ---
  • Vèrs y-eles. Vèrs sè. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Véz yèle. Vé sa.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Chez elles. Chez elle (ou chez lui).
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche