Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26707
aviêt/avêt
definicion
3 p.s. - endicatif empèrfèt - vèrbo avêr.
  • endicatif empèrfèt 3.p.sing. [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • avait 3.p.s. ind.imp. [valor : 10]
    ---
  • aveva[valor : 10]
    ---

Variantes

  • avêt [valor : 10]
    Ècritura d'origina : avêt
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • aviêt (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : auiet
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • aviêt (FC) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : avieu
    Règ·ion : Franche-Comtât
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : FRANCOPROVENÇAL Proposition d'une orthographe supra-dialectale standardisée - D.Stich - 2001 Web d'entèrèt :
    ---
  • aviêt (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : aveit/aveyt/haveit/avit
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---
  • avêt (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : avoueû
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Assé fut-el jamés si grôssa, ni si fôrta; Et qui l'aviêt tot vu s'ètendre de la sôrta? Tota la valàya ne semblle qu'un ètang; Los âbros, los feniérs, los gèrbiérs vont fllotant; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Aussi fût-ey iamey si groussa, ni si forta; Et qui l'auiet-to veu s'etendre de la sorta? Toula la valeya ne semble qu'uv etang; Louz abro, lou fenié, lou gerbié vont flottant;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Aussi ne fut-elle (l'Isère) jamais (aus)si grosse, ni (aus)si forte; Et qui l'avait vu s'étendre de la sorte? Toute la vallée ne semble qu'un étang; Les arbres, les meules de foin, les monceaux de gerbes, vont flottant;
    ---
  • Et coma pèrsona n'aviêt vu tâl dèlujo, Qui decé, qui delé coriêt chèrchiér refujo. Assé, dens muens de ren, Grenobllo tot entiér Sè trovét ressarrâ dens un petit quartiér. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et coma personna n'aviet veu tau délugeo, Qui decey, qui deley couriet charchié refugeo. Aussi, din moin de ren, Grenoblo tout entier Se trouvit ressarra din un petit quartier.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Et comme personne n'avait vu tel déluge, Qui deçà qui delà courait chercher refuge. Aussi, dans moins de rien, Grenoble tout entier Se trouva resserré dans un petit quartier.
    ---
  • Un viely renàrd qu'aviêt corratâ Et gorsâ quâsi totes les gerénes de noutro càrro, Vint a chêre un jor sur 'na trapa qu'ére ben cachiêe. [valor : 10]
    ècritura d'origina : On vieu Renet qu'avieu corata Et gorsa quasi tote lô dzerines de neutre kêr, Vint à tsèr on dzor sur na trappe Qu'ire bin catsa.
    Règ·ion : Franche-Comtât
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : FRANCOPROVENÇAL Proposition d'une orthographe supra-dialectale standardisée - D.Stich - 2001
    nota : Un vieux renard qui avait poursuivi Et mangé presque toutes les poules de notre coin, Vint à tomber un jour sur un piège Qui était bien caché.
    ---
  • Céta crèatura, per la grâce de Nouhtron-Sègnor, avêt ècrit en son côr la sente via que Diô Jèsus-Crist menét en tèrra et sos bons ègzempllos et sa bôna doctrina. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Citi creatura, per la graci de Nostre Seignor, aveit escrit en son cor la seinti via que Deus Jhesu Criz menet en terra et sos bons exemplos et sa bona doctrina.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Par la grâce de Notre-Seigneur, cette créature avait gravé dans son cœur la sainte vie que Dieu Jésus-Christ mena sur terre, ses bons exemples et sa bonne doctrine.
    ---
  • Et avêt ele mês lo dox Jèsus-Crist en son côr que ol lyé éret sembllent alcuna vês que il lyé fut present et que il tenêt un lévro cllôs en sa màn pœr lyé ensègnér. [valor : 10]
    ècritura d'origina : E aveyt illi meis lo douz Jhesu Crit en son cor que oy li eret semblanz alcuna veis que il li fut presenz e que il tenit un livro clos en sa mayn per liey ensennier.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Elle avait tellement mis le doux Jésus-Christ en son cœur qu'il lui semblait parfois qu'il lui était présent et qu'il tenait un livre fermé dans sa main pour l'enseigner.
    ---
  • En l'un avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus". En l'ôtro avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis". [valor : 10]
    ècritura d'origina : En l'un aveyt escrit: "Deus erit omnia in omnibus". En l'autre aveit escrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Sur l'un était écrit: "Deus erit omnia in omnibus" ("Dieu soit tout en tous"¹). Sur l'autre il y avait écrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis" ("Dieu merveilleux dans ses saints"²). ¹ Bible, I.Corinthiens,15,28. ² Bible, PSaume 67,36.
    ---
  • Quand ele avêt ben regardâ cet lévro, ele començâvet a liére lo lévro de sa conscience, loquâl ele trovâvet tot pllen de fôssetât(s) et de mençonges. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant illi aveyt ben regarda cet livro, illi comencavet a liere el livro de sa concienci, lo qual illi trovavet tot plen de fouceta et de menconges.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand elle avait bien regardé ce livre, elle commençait à lire dans le livre de sa conscience, qu'elle trouvait tout plein de fausseté et de mensonges.
    ---
  • Ora n'o at pas grant-temps que ele éret en orêson aprés maténes et començâvet (a) regardar en son lévro assé come ele avêt acotuma. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or no ha pas grant teins que illi eret en oreison apres matines et comencevet regardar en son livro assi come illi aveit acotuma.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il n'y a pas longtemps, elle était en oraison après matines, et elle commençait à regarder dans son livre comme elle en avait pris l'habitude.
    ---
  • Quand ele ne s'en prét gouârda ol llui fut sembllent que lo lévro sè uvrét, loquâl ele n'en avêt onques vu 'ment que defôr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant illi ne s'en prit garda oy li [fut] senblanz que li livros se uvrit, lo qual illi non aveit unques veu manques defor.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Alors qu'elle n'y prenait garde, il lui sembla que s'ouvrit le livre qu'elle n'avait vu encore que de l'extérieur.
    ---
  • Or pensâds que en llui y at d'ôtros biens avouéc ceti. Il est très-totes chouses que l'on pôt pensar ne dèsirar en tôs sos sents. Et qu'o est la ècritura qui éret ècrita en lo premiér fèrmél del lévro yô avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or pensas que en luy ha d'autres biens avoy cetuy. Il est tratotes choses que l'on pot pensar ne desirar en toz sos sains. Et co est li escriptura qui eret escripta el premier fermel del livro ou aveit escrit: "Deus erit omnia in omnibus".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or pensez qu'il y a en lui d'autres biens. Il est tout ce qu'on peut penser et désirer dans tous ses saints. Et c'est l'inscription qui était sur le premier fermoir du livre où était écrit: "Deus erit omnia in omnibus".
    ---
  • Lo second fèrmél del lévro avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sactis suis". Diœ est mèravilyox en sos sents. O non est corps d'homo qui pouét pensar come Diœ est mèravilyox en sos sents. [valor : 10]
    ècritura d'origina : El secont fermel del livro aveit escrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis". Deus est miravillous en sos sains. Oy non est cors d'ome qui poit pensar com Deus est miravillous en sos sains.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Sur le second fermoir du livre était écrit: "Mirabilis Deus in sactis suis", "Dieu est merveilleux dans ses saints". Il n'est intelligence humaine qui puisse concevoir combien Dieu est merveilleux dans ses saints.
    ---
  • Or povéds pensar la très grant bontât que est en llui qui ensé at donât tot quant que il at sos amis. Œncor lor at il plles fêt, câr il lor at donâ sè-mémo, câr il los at fêts si biôs et si glloriox que la Trinitât vêt châcun en sè, assé come un vêt en un bél merior ço que llui est devant. Et ço est la ècritura que éret en lo second fèrmél, yô avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or poes pensar la tres grant bonta que est en luy qui ensi a dona tot quanque il ha sos amis. Encor lor ha il plus fait, quar il lor ha dona se memo, quar il los ha fait si beuz et si glorious que la Trinita veit chacuns en se, assi come un veit en un bel mireour co que li est devant. Et co est li escriptura que eret escripta el secont fermel, ou aveyt escrit: "Mirabilis Deus in sactis suis".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or vous pouvez vous représenter la très grande bonté qui est en lui, qui a donné ainsi tout ce qu'il a à ses amis. Il a fait plus pour eux, car il s'est donné lui-même. Il les a faits si beaux et si glorieux que chacun voit la Trinité en soi, comme on voit en un beau miroir ce qui est en face. Et c'est l'insciption qui était sur le second fermoir, où était écrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
    ---
  • Certes jo crê metrêt ben son côr en la très grant biotât Noutron-Sègnor et coment il aparêt glloriox en sos sents, cél derêt bien que ço érant drêtes mèrvelyes, et crê que o lo convindrêt a dèfalyir, èh bien porrêt dére que Diœ lor avêt ben rendu ço que il lor promèt per lo profèto David: "Ego dixi, dii estis". Câr o serat sembllent a châcun que il sêt un petit diœ, câr ils seront ses filys et ses hêrs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Certes jo crey qui metrit bein son cor en la tres grant beuta Nostron Seignour et coment il appareyt glorious en sos sains, hel dyroyt bien que so erant dreites mervilles, e crey que oy lo convindrit a defalir, e bein porreit dire que Deus lor aveit bein rendu co que il lour promet per lo propheta David: "Ego dixi, dii estis". Quar oy sera semblanz a chascun que il seit uns petiz deus, quar il seront si sil et si heyr.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : A mon avis, celui qui se prendrait à réfléchir à la très grande beauté de Notre-Seigneur et à sa gloire qu'il manifeste dans ses saints, celui-là pourrait dire avec raison que ce sont là de vraies merveilles, et je pense qu'il tomberait en défaillance; il pourrait dire que Dieu a tenu à ses saints la promesse qu'il leur fait par le prophète David: "Ego dixi, dii estis". Car il semblera à chacun être un petit dieu, puisqu'ils seront ses fils et ses héritiers.
    ---
  • Al comencement ele fut un grant temps que a tôs jorns et en totes ôvres et en quâlque luè que ele fut, elle avêt si grant grâce que o llui éret sembllent que Noutron-Siro fut adés "aranda" lyé apèrtament. Aprés la crêssét Noutron-Siro tant sa grâce que mout sovent en quâlque luè que elle fut, elle sentévet si grant grâce et si grant gllouère en son côr de la amôr de Noutron-Sègnor que at/a pênes que ele la potêt sotenir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Al comenciment illi fut hun grant teins a toz jors y en totes ovres y en qualque lua que illi fut, illi haveit si grant graci que oy li eret semblanz que Nostri Sires fut ades aranda lye apertament. Apres li creisit Nostri Sires tant sa graci et si grant gloyri en son cuor de la amour de Nostrum Segnour que a peynes que illi la poet sustinir.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Au commencement, et pendant une longue période, tous les jours, dans toutes les occupations et en quelque lieu qu'elle fût, la grâce était si abondante en elle qu'il lui semblait que N.-S. était toujours manifestement à côté d'elle. Ensuite, N.-S. augmenta tant sa grâce en elle que très souvent, en quelque lieu qu'elle fût, elle sentait en son cœur une si grande grâce et un si grand rayonnement de l'amour de N.-S. qu'elle avait peine à le supporter.
    ---
  • En cet èspâcio aventét que ele un jorn aprés vépres fut devant l'ôtar en orêson et on avêt cél jorn per aventura ôtâ la bouèta en que on gouârde CORPUS DOMINI de la custode, se l'avêt on mês(a) en una de les fenétres de l'ôtar. Et ele sè vériét cela pârt en fesent sa orêson et querét fôrtament la môrt a Noutron-Sègnor, a mout grants legremes. Adonc en fesent sa preyére ele aouét et entendét la vouèx de son crèator qui parl(i)ét en la bouèta de que jo é dét de sus que éret en la fenétra. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En cest espacio aventiet que illi un jor apres vesperes fut devant l'outar en oreyson et hon aveyt cel jor per aventura ota la boyta en que hon garde corpus Domini de la custodi, si l'aveyt on mes en una de les fe[ne]stres de l'outar. Et illi se viryet cela part en faysanz sa oreyson et querit forment la mort a Nostron Segnour, a mout granz laygremes. Adon en faysent sa preyeri illi oyt y entendit la voys de son creatour qui parlyet en la boyti de que jo ay dit de sus que eret en la fenestra.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Durant ce temps, il arriva qu'elle était un jour, après vêpres, en oraison devant l'autel et, ce jour-là, par hasard, on avait ôté de la custode la boîte dans laquelle on garde le Corps du S., et on l'avait mise dans une des fenêtres de l'autel. Elle se tourna de ce côté en faisant son oraison et demanda très fort la mort à N-S, avec d'abondantes larmes. Alors, pendant sa prière, elle entendit la voix de son Créateur qui parlait dans la boîte dont je vous ai dit plus haut qu'elle était dans la fenêtre.
    ---
  • Nos entendens que entre les ôtres chouses o lyé fut demandâ quinta vouèx et quinta parola o lyé éret sembllent que ele aouét. Et ele rèpondét qu'il la avêt come homo, ço lyé éret sembllent; màs difèrence y avêt si grant que no lyé éret viêres que negun côrps humen que vivet en tèrra pouét entendre en son côr ne dére de boche neguna sembllence ni neguna èstimacion de la grant biotât et doçor de cela glloriosa vouèx et parola. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Nos entendin que entre les autres choses oy li fut demanda quinta voys et quinta parola oy li eret semblanz que illi oyt. Et illi respondit qu'il la aveit come honz, co ly eret semblanz; mays differenci y aveit si grant que no ly eret vyayres que neguns cors humans qui vivet en terra puit entendre en son cor ne dire de bochi neguna semblanci ne neguna estimacion de la grant beuta et doucour de cella gloriosa voys et parola.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Nous savons qu'on lui demanda entre autres choses quelle voix et quelle parole elle avait cru entendre. Elle répondit que c'était une voix d'homme, à ce qu'il lui semblait, mais il y avait une différence si grande qu'il ne lui semblait pas que nul homme vivant sur terre pût concevoir en son cœur ou exprimer par sa bouche rien qui ressemblât ou pût être comparé à la grande beauté et à la douceur de cette voix et de cette parole de gloire.
    ---
  • En ço que il lyé parl(i)ét, il lyé dit apèrtament ni dèsirar ni querir ceta chousa: "câr, ço dit-il, ne vuel que tu muerres encora". Iço lyé dit tant bènignament et tant amâbllament que o no lyé éret sembllent que ele ni neguna ôtra pèrsona o pôt fére entendre. Et les grants dèsirs que ele avêt de la môrt lyé passàt tantout del côr et remanat en grant consolacion et en grant dèsir de més vivre al sèrvice de son bon crèator. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En co qui el li parlyet, el li dit apertament ne desirrar ne quirir ceta chosa: "car, co dit il, no voil que tu moyres encores". Ico li dit tant benignament et tant amiablament que oy no ly eret semblanz que illi ne neguna autra persona o puit fayre entendre. Et li granz desirs que illi aveyt de la mort li passet tantot del cor et remat en grant consolacion y en grant desir de mays vivre el servis de son bon creatour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Pendant qu'il lui parlait, il lui dit clairement de ne pas dérirer et de ne pas demander cette chose, car, dit-il, je ne veux pas que tu meures encore. Il lui dit cela avec une bienveillance et une amitié telles qu'à son avis, ni elle-même ni aucune autre personne ne pourrait le faire comprendre. Et le grand désir qu'elle avait de la mort lui sortit aussitôt de l'esprit et elle resta grandement réconfortée et désireuse de vivre encore au service de son bon Créateur.
    ---
  • En cela hora llui venét en côr que la maladie que ele avêt de sa fèbllèsse llui porrêt mout nuére al sèrvice de Noutron-Sègnor et tantout ele tornàt mout dèvotament en sa orêson. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En cella hora li venit en cor que li maladi que illi aveyt de sa feblete li porit mout noyre al servis de Nostrum Segnour et tantot illi tornet mout devotament en sa oreyson.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : A ce moment, il lui vint à l'esprit que la maladie provoquée par sa faiblesse pourrait lui nuire beaucoup au service de Notre-Seigneur et aussitôt elle se remit en prière avec beaucoup de dévotion.
    ---
  • En fesent ceta preyére ele aouét et entendét assé come ele avêt devant la glloriosa vouèx et parola de son veré crèator qu'il lyé dit: "Quant que jo tè vodré donar, recês et sofrês en mon nom". Iço lyé dit mout alégrament y at bien pou, ço lyé fut sembllent, en sorisent. La grant consolacion de lyé éret si grant devant que ele non y porrêt metre compto, màs ele fut plles grant aprés et la grâce de Noutron-Sègnor fut tojorn en lyé. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En faysant ceta preyeri illi oyt y entendit yssi come illi aveyt devant la gloriosa voys et parola de son veray creatour qui li dit: "Quant que ju te voudroy donar, receis et sufrreis en mon nun". Ico li dit mout alagrament y a bein po, co li fut semblanz, en sorisanz. Li granz consolations de liey eret si granz devant que illi non y poret metre contio, mays illi fut plus granz apres et li graci de Nostrum Segnour fut toz jors en liey.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Pendant cette prière elle entendit, comme elle avait fait auparavant, la voix glorieuse de son vrai Créateur qui lui dit: "Reçois et souffre en mon nom tout ce que je voudrai t'envoyer". Il lui dit cela très allègrement et presque, lui sembla-t-il, en souriant. La consolation qu'elle éprouvait auparavant était si grande qu'elle n'aurait pu en rendre compte, mais elle fut plus grande ensuite et la grâce de Notre-Seigneur fut toujours en elle.
    ---
  • Una ôtra vês aventét que un frâre que ele avêt fut de guèrra. Per la grant pediêt que ele en ut de la grant prêson de llui, ele sè mét en grant orêson et en grant aflliccion vers Noutron-Sègnor qui lo son frâre volsét dèlivrar de les mans de sos ènemis. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Una autra veys aventeit que huns frares que illi aveyt fut de guerra. Per la grat pidie que illi en ot de la prison de lui, illi se mit en grant oreyson y en grant affliction vers Nostrum Seignour qui el son frare vosit delivrar de les mans de sos enmis.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il arriva, une autre fois, qu'un frère qu'elle avait fut à la guerre. La grande pitié qu'elle ressentit de sa captivité fit qu'elle se mit en grande oraison devant Notre-Seigneur. Pleine d'une profonde affliction, elle le pria de bien vouloir délivrer son frère des mains de ses ennemis.
    ---
  • Et (ils) teniant les déts un drap d'or en que avêt trèze piérres prècioses de que châcuna pœr sè rendêt si grant cllartât que o llui ére viêres que se tot lo mondo fut en pures tènèbres que il furet tot enluminâ de la minor resplendor que la plles petita piérra jétâvet. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et teneant li dis hun drap d'or en que aveyt XIII peres pretioses de que chacuna per sei rendeyt si grant clarta que oy li ere vyares que se toz li monz fut em pures tenebres que el furet toz enluminaz de la menour repandour que li plus petita pera gitavet.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et les dits personnages tenaient un drap d'or sur lequel il y avait treize pierres précieuses, dont chacune rendait par elle-même une si vive clarté qu'il lui semblait que, si le monde tout entier était plongé dans des ténèbres complètes, il aurait été tout illuminé par le moindre des feux que la plus petite pierre lançait.
    ---
  • Cél mémo jorn ele aouét dére que son frâre éret dèlivro. Et ele demandàt diligement l'hora qui il salyét de la prêson et trovàt que ço éret la hora que Noutron-Siro lyé avêt octrœyê. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Cel memo jor illi oyt dire que sos frares eret delivros. Et illi demandet diligyament l'ora qui el saylit de la prison et trovet que co eret li hora que Nostri Sires li aveyt otreya.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Ce même jour elle entendit dire que son frère était délivré. Et elle demanda avec soin l'heure à laquelle il était sorti de captivité et elle trouva que c'était l'heure à laquelle Notre-Seigneur le lui avait accordé.
    ---
  • Un'ôtra vês aventét en Avent que ele fut en mout grant tribulacion de côr, câr lyé éret sembllent que Nouhtron-Siro l'avêt oublliâ perço que ele ne put avêr la fervor ni la dèvocion en sa orêson que ele avêt acotuma. Et ensé quant plles sè aprouèmâve de Chalendes et sa grant dolor plles lyé crèssêt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Un autra veys aventet en Avenz que illi fut en mout grant tribulacion de cuor, car li eret semblanz que Nostri Sires l'avit ublia per co que illi ne puit aveir la fervour ne la devocion en sa oreyson que illi avit acostuma, Et ynsi quant plus se approymave de Chalendes et sa granz dolors plus li creyseyt.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Une autre fois, pendant l'Avent, il lui arriva d'être dans une grande tribulation de cœur: il lui semblait que Notre-Seigneur l'avait oublié, parce qu'elle ne pouvait avoir, dans son oraison, la même ferveur et la même dévotion que d'habitude. Et ainsi, plus on approchait de Noël, plus sa grande douleur augmentait.
    ---
  • Quand ele fut en son siècho, ele plloràt si fôrtament que ele perdét de tot lo vêr et la hostie que ele avêt en la boche sè vêt si crêtre que ele ut tota la boche pllêna. Et per lo grant èsperdiment que ele ut, quand ele sentét de ço si pllêna boche, se paràt la man et cudiét metre fôr de la boche. Et fut llui sembllant que no sé que la tirat arriére et llui avêt tâl(a) savor come de chèrn et de sang. La grant pouer que ele avêt, nion n'oserêt ràcontar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant illi fut en son secho, illi ploret si forment que illi perdit de tot lo veir et li oti que illi aveyt en la bochi se vayt si creytre que illi ot tota la bochi pleyna. Et per lo grant esperdiment que illi ot, quant illi sentit de co si pleyna la bochi, se paret la man et cudyet metre fors de la bochi. Et fut li senblanz que nossayque la tirat arriere et li aveyt tal savour come de cher et de san. La grant pour que illi aveit neuns n'oserit recontar.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand elle fut à son siège, elle pleura si fort qu'elle n'y voyait plus, et l'hostie qu'elle avait dans la bouche se mit à croître de telle sorte qu'elle en eut la bouche entièrement pleine. Et, dans le grand trouble qu'elle éprouva en sentant sa bouche si pleine, elle approcha sa main et faillit la retirer de sa bouche. Mais il lui sembla que je ne sais qui la tirât en arrière et qu'elle y trouvait une saveur de chair et de sang. La grande peur qu'elle en avait, personne n'oserait la raconter.
    ---
  • En fesent sa preyére de côr a tant grant dèvocion que ele dèfalyêvet del tot et ele ut reciu ço que ele aviêt en la boche sens ço que ele onques non lo sentét tant que ele lo sentét ferir al côr. Per lo grant jouyo et la grant consolacion que ele sentét en son côr, ele cudiévet del tot dèfalyir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En faysenz sa preeri de cuor a tant grant devocion que illi defayllievet del tot et illi ot recyu co que illi aveit en la bochi senz co que illi unques non o sentit tant que illi o sentit ferir el cuor. Per lo grant joy et la grant consolacion que illi sentit en son cuor, illi cuydavet del tot defayllir.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : En faisant dans son cœur sa prière avec une si grande dévotion qu'elle en défaillait tout à fait, elle avala ce qu'elle avait dans la bouche sans s'en aperçevoir jusqu'au moment où elle le sentit pénétrer dans son cœur. De la grande joie et de la grande consolation qu'elle ressentit en son cœur, elle pensa défaillir tout à fait.
    ---
  • Ele sè cudiét èforciér de mengiér pœr les ôtres que ne prissant gouârda et per neguna maniére ele non put, màs llui coventiét metre fôr de la boche un pou de pan que ele avit prês, loquâl ne llui aviêt plles de savor que la tèrra, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Illi se cudyet eforcier de mengier per les autres que ne se prissant garda et per neguna maneri illi non poyt, mais li conventiet metre fors de la bochi hun po de pan que illi avit pris, li quauz ne li aveit plus de savour que li terra,
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Elle voulut s'efforcer de manger pour ne pas étonner les autres et elle ne le put d'aucune manière, mais il lui fauut sortir de sa bouche un peu de pain qu'elle avait pris, qui n'avait pas pour elle plus de saveur que la terre.
    ---
  • Le Jœsèf étêt son vêsin ; ele s'étêt tojorn bien acordâ avouéc sè. Quàrques jœrns avànt, ele llui avêt dét : "Ils vant mè menâr le tracassin, il est a pou prés sûr. Và avouéc LYOR, il est mè que je tè le dio. Te los èmpachierés de trœp mè dèguenelyér. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le Dzeûzé éteû son vazan; éle s'éteû tôrdze byèn akôrdo avoui sa. Kéke dzeû avè, éle li avoueû dé: "I van me meno le tcharkassan, y ét a pou pré seû. Vè avoui zyo, y é ma ke te le di. Te lôz èpétsero de treû me dégnéyun.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Joseph était son voisin; elle avait été toujours en bons termes avec lui. Quelques jours auparavant, elle lui avait dit: "Ils vont me faire le charivari, c'est à peu près certain. Va avec eux, c'est moi qui te le dis. Tu les empêcheras de trop me mettre en guenilles.
    ---
  • Ele vit cossi Noutra-Dona remembrâvet a son glloriox fily cossi ele lo avêt portâ en son glloriox côrps et enfantâ et nurri et alêtâ pœr lo dèlivrament et pœr la salut des pèchiors, et cossi Noutron-sègnor remembrâvet a son glloriox pâre la môrt et la passion et les pllayes et los cllavéls et la lance et la corona et l'èpanchement de son prèciox sang et les ôtres dolors et divèrs torments que il sofrét en sa humanitât pœr sâlvar lo human légnâjo. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Illi vit cussi Nostra Donna remembravet a son glorious fil cussi illi lo avit porta en son glorious cors et effanta et nurit y alaytat per lo delivrament et per la salut de pecheors, et cussi Nostri Segnour remembravet a son glorious pare la mort et la passyon et les playes et los clavez et la lanci et la corona et l'espanchiment de son precious san et les autres dolors et divers tormenz qui el sofrit [en sa] humanita per salvar lo human linajo.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Elle vit comment Notre-Dame rappelait à son glorieux Fils comment elle l'avait porté dans son glorieux corps et enfanté et nourri et allaité pour la délivrance et pour le salut des pécheurs, et comment Notre-Seigneur rappelait à son glorieux Père la mort et la passion et les plaies et les clous et la lance et la couronne et l'effusion de son précieux sang et les autres douleurs et les divers tourments qu'il souffrit dans son humanité pour sauver l'humain lignage.
    ---
  • Quand vit ço lodét viquéro que il lo coventâvet fére, cél aliét cela pârt et en ut mout de dângiérs et de travâlys, ensé que céls qui gouârdont lo luè d'Êmuéx llui volussont lèssiér ço que il demandâvet et que l'èvèque de Valence lo volsét comandar. Totes vês ense come Diô lo avêt ordonâ o sè fit. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant vit co li diz vicayros que ay o coventavet fayre, ce alyet cela part et en ot mout de dongiers et de travayl, ancis que cil qui gardont lo lua d'Emuet li volissant layssyer co que li demandavet et que li evesques de Valenci o volit commandar. Totes veys yses com Deus o aveyt ordona oy se fit.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand ledit vicaire vit qu'il fallait agir ainsi, il alla en ce lieu et il en résulta pour lui beaucoup de dangers et de fatigues, avant que ceux qui gardaient le lieu d'Eymeux voulussent lui laisser ce qu'il demandait et que l'évêque de Valence voulût bien donner des ordres. Toutefois cela se fit comme Dieu l'avait ordonné.
    ---
  • Justo ceto-qué avêt ècartâ tœs los ôtros, et arrevêt per dèrriér lo Jœsèf: "Il est a mon tœrn", qu'il bredolyét. Il fesêt brendegœlar son grànd côrp cœme lo balanciér d'un relœjo. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Juste stutyé avoueû ékarto teû lôz otre, é areveû pre dèri le Dzeûzé: "Y ét a mon teû", k'a bredoyi. A fezeû brandigueûlo son grè kô keme le balansyé d'un rleudze.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Précisément, celui-ci avait écarté tous les autres, et arrivait en arrière de Joseph: "C'est à mon tour", bredouilla-t-il. Il faisait osciller de droite à gauche son grand corps, ainsi que le balancier d'une horloge.
    ---
  • Il est perquè que le jœrn du mariâjo, le Jœsèf sè trœvêt dèns la bènda avouéc una diézêna d'ôtros jouenos. Il est pas sè que fesêt le muens de bruit. Il avêt aportâ un morsél de toula de fèr bllanc; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y é preka ke le dzeû du maryadze, le Dzeûzé se treûveû dè la bède avoui un-ne dizan-ne d'otre dzône. Y é po sa ke fezeû le mouan de breû. Al avoueû apôrto un moueûrsé de tôle de far blan;
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : C'est pourquoi le jour du mariage, Joseph se trouvait dans la bande avec une dizaine d'autres jeunes gens. Ce n'est pas lui faisait le moins de bruit. Il avait apporté un morceau de tôle en fer blanc;
    ---
  • Quand il venét al pôrt de Tèches, il trovét iqué doux ècuyérs de céls al Dôfin qui aviévont iqué itâ tot lo jorn, y éret hora de midi, câr no poviévont passar per l'égoue que éret fôr des rives; y avêt pllu três jorns et três nuet sens cèssar. Et sè dègnêt iqué avouéc los doux ècuyérs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant il venit al port de Teches, il trovet iqui duos escuers de ceuz al Dalphin qui aveont iqui ita tot lo jor, hay eret hora de medis, car no poont passar per l'aygui que ret for de rives; hay aveyt plou tres jors et tres noyz seyns cessar. Et se dygniet iqui avoy los dos escuers.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand il arriva au gué de Tèches, il y trouva deux écuyers de la maison du Dauphin qui avaient été là tout le jour, il était midi, car ils ne pouvaient passer la rivière qu iavait débordé de son lit; il avait plu, sans cesse, trois jours et trois nuits. Il dîna là avec les deux écuyers.
    ---
  • Màs dàmente que il désêt ses hores devant dénâr tot entôrn los sents côrps, il lor requerét que se eles volévont que un les portat en Permagni que eles féssont abèssiér la égoue en tâla maniére qui il la pouét passar sens pèril; ou se ço non, il les tornerét lé d'ont il les avêt trêt, quâr il non avêt de argent de que il puét sèjornar ni alar ôtra pârt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mays dementres qui el diseyt ses hores devant dignar tot entor los senz cors, il lour requerit que se eles voleont que un les portat en Permagny que eles fissant abeissier la ayguy en tal manieri qui el la puit passar seins peril; ou se co no, il les tornerit lay dont il les aveyt trayt, quar il non aveyt de argent de que il puit iqui sojornar ne alar atra part.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Mais pendant qu'il disait ses heures, avant dîner, auprès des saints corps, il leur demanda, si elles voulaient être transportées à Parménie, de faire baisser l'eau de telle sorte qu'il pût la passer sans péril; sinon il les ramènerait à l'endroit d'où il les avait retirées, car il n'avait pas assez d'argent pour séjourner en cet endroit ou pou aller ailleurs.
    ---
  • Quand il venét encontro Tulins il trovàt una ôtra égoua que dèscend de les montàgnes que éret fôr rives, pœr les grants plloves que érant fêtes, charreyévêt céls russéls ârbros et tronches que àrragiévet en la montàgne d'ont il dèscend. Et avêt iqué joûta lo gouâ três charrètes chargiêes de sâl que non osâvont passar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quand il venit encontres Tullins il trovet una atra aygua que dessent de les montaygnes que eret for rives, per les granz ployves que erant faytes, et charreyevet ceuz ruysseuz arbres et tronches que erragievet en la montaygni dont il dessent. Et aveyt iqui jota lo gaz tres charretes chargies de sal que non osavont passar.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand il arriva devant Tullins, il trouva un autre cours d'eau venant des montagnes, qui avait débordé à cause des grandes pluies qu'il y avait eues, et ce ruisseau charriait des arbres et de grosses souches qu'il avait arrachés dans la montagne d'où il descend. Et il y avait là à côté du gué trois charrettes chargées de sel qui n'osaient pas passer.
    ---
  • Aprés ço, cél mémo jorn, a un ôtro russél yô la égoue avêt dèrochiê la pllanche, sè dèviàt la sôma per sè per un sentiér ètrêt que vàt per les végnes. Quand ut alâ lo trèt de una arbarèsta sè sè dèviàt vers lo russél et de què non sè muvét pœr ferir que un lyé fit. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Apres co, cel memo jor, a un autro ruysel ou li aygui aveit derochia la pla[n]chi, se desciet li soma per sey per un sentier estreyt qui vait per les vignes. Quant ot ala lo trayt de una arbaresta se se deviet vers lo ruysel et de qui non se muit per ferir que un li fit.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Ensuite, le même jour, à un autre ruisseau, où l'eau avait arraché la plache, l'ânesse se dévia d'elle-même par un étroit sentier qui va à travers les vignes. Quand elle eut avancé d'une portée d'arbalète, elle se dévia vers le ruisseau et ne bougea plus de là, en dépit des coups qu'on lui donna.
    ---
  • Quàl donc argènt que te vôs qu'il èye, son pâre n'en avêt pouent. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ké dan ardzè ke te vou k'al aye, son pore n'èn avoueû pouan.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Quelle richesse voulez-vous qu'il ait, son père n'en avait pas.
    ---
  • Huét jorns, por lœr, 'ls étiant diéx ans; Et se jamés l'âno tornâve Hèlâs! nion 'l aviêt pas més fam. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Vouit dzor, pèr leur, l'étzon dzé-z-an; Et se jamé l'àno tornave Hèla! gnun l'ayet pamé fan.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    ---
  • Je vuel vos racontàr la via d'un garçon, Qu'ennoyê du bon temps, at quitâ sa mêson, Yô qu'il étêt tranquilo et que ren lyé mancâve; 'L aviêt l'ècuèla pllêna et pas ren lyé côtâve. Volyêt alàr chèrchiér dens des payis plles lluen Bonhœr et libèrtât; màs s'est trompâ de bien. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dze voui vo raconté la vìa d'un garçon, Qu'innouyà di bon ten, l'at quettà sa meison, Yaou que l'étse tranquilo et que ren lei mancave; L'ayet l'écouëla pleina et pa ren lei coutave. Voillet allé tsertsé din de pay pi llioen Boneur et libertà; më s'est trompà de bien.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : Je veux vous raconter la vie d'un garçon, Qui, ennuyé du bon temps, quitta sa maison, Où il était tranquille et où rien ne lui manquait: Il avait l'écuelle pleine et rien ne lui coûtait. Il voulait aller chercher, dans des pays éloignés Bonheur et liberté; mais il se trompa de beaucoup.
    ---
  • 'L ére tot sarvouegiê: ses uelys érant franc rojos, Et lo fond de son cœr lyé fesêt un preprôjo... Pariér, sensa travâly, 'l avêt pas de mengiér; Pœr gouardàr les gadins 'l est alâ s'engagiér. Per pèrmission de Diœ, son mêtre lo trètâve Ètot de crouê pan nêr, come lo meretâve; [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'ëre tot sarvouedzà: se jeu l'ëron franc rodzo, Et lo fon de son coeur l'ei feget un reprodzo... Parë, sensa travail, l'ayet pa de mindzé; Pe gardé le gadin l'est allà s'ingadzé. Pe permechon de Dzeu, son métre lo tratàve Atot de croè pan ner, come lo meretàve;
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : Il était hors de lui-même; ses yeux étaient vraiment rouges, Et le fond de son coeur lui faisait un reproche... Ainsi, sans travail, il n'avait pas de quoi manger; à garder les pourceaux il alla s'engager. Par permission de Dieu, son maître le traitait Avouéc du mauvais pain noir, comme il le méritait;
    ---
  • Son pâpa, que les ans 'ls ant pllètâ lo vesâjo, 'L avêt vu cent foréls revèrdir lo velâjo. A pêna possêt més s'édiér de son bâton; 'L alâve tuéts les jorns encontre a son garçon, Màs, jamés nion de llui, jamés nion s'aprochiêve, Ou plletout, étiant pas cél que son cœr amâve. Passâve jorn et nuet acabllâ de chagrin, Et jamés d'un uely sèc il vesêt lo matin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Son papa, que le s-an l'an plettà lo vesadzo, L'ayet vu cent fourië reverdi lo veladzo. A peina pochet më s'aidzé de son bâton; L'allàve tseut le dzor incontre a son garçon, Më, jamë gneun de lliu, jamë gneun s'approtsàve, O pitou l'etson pa ci que son coeur amàve. Passàve dzor et nët accablà de tsagrin, Et jamë d'un jeu sèque i vejet lo matin.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : Son père, dont les ans ont ridé le visage, Avait vu cent printemps reverdire le village. À peine pouvait-il encore s'aider de son bâton; Il allait tous les jours à la rencontre de son garçon. Mais, jamais aucun de lui, jamais aucun ne s'approchait. Ou plutôt, ce n'était pas celui que son coeur aimait. Il passait jour et nuit accablé de chagrin, Et jamais d'un oeil sec il ne voyait le matin.
    ---
  • S'est pués savu plles târd que l'Alemagne amia, Sensa scrupulos nos avêt trayi. [valor : 10]
    ècritura d'origina : S'est poué savu pi tar que l'Allemagne amia, Sensa scepeule no-s-ayet trahi.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV - "Cen que no fé piéce" - D.Lucat
    nota : On a puis su plus tard que l'Allemagne amie, Sans aucun scrupule nous avait trahi.
    ---
  • Niœn 'l aviêt encor vu de batalyes pariér!... A Morin lyé dècape un des pièds de dèrriér; Adonc on sent criàr: Fribôrg! Fribôrg!... la rêna! Tot gent!... lo mot 'l est p'encor dét a pêna, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Gneun l'ayet incò vu de bataille parë!... A Maurin lei decappe un di pià de dèrë; Adonc in sent crié: Fribour! Fribour!... la reina! Tôdzen!... lo mot l'est p'anco deut a peine,
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Personne n'avait encore vu des batailles pareilles!... À Maurette il glisse un des pieds de derrière; Alors on entend crier: Fribourg! Fribourg!... reine! Tout doucement!... Le mot n'est pas à peine dit,
    ---
  • Fôt-o pas, per mâlhœr, qu'un jorn una polalye D'Aguèta - et 'n aviêt doze, et trèze ètot lo pôl - U bouél de Magoton aleye fére l'ôf! Un ôf, ben sûr, est pas chousa que valye: O/'L étêt tot-un lo prix de ses grandes atencions. Du moment, vat trovàr comàre Magoton. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Fat-ë pa, pe maleur, qu'un dzor euna polaille D'aguetta - et n'ayet doze, et trèze atot lo pou - I baou de Magoton alleye fére l'ou! Un ou, bin cheur, l'est pa tsousa que vaille: L'ëtse teutun lo pri de se grande s-attenchon. Di momen vat trové comére Magoton.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Ne faut-il pas, par malheur, qu'un hour une poule d'Agathe - et elle en avait douze, treize avec le coq - S'en aille faire l'oeuf à l'étable de Marguerite! Un oeuf, sans doute, ce n'est pas chose qui vaille: C'était cependant le prix de ses grandes attentions. A l'instant elle va trouver commère Marguerite.
    ---
  • Magoton: "Te tè trompes, ma chière." Aguèta: "Je vodriô pués oncor vêre!... Lo matin j'é tochiê, la pola 'l aviêt l'ôf." Magoton: "'L at pas fêt l'ôf chiéz nos; di tot come te vôs." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Magoton: "Te te trompe, ma chère." Aguetta: "Dze voudiò pou incè vère!... Lo matin dz'i totsà, la polla l'ayet l'ou." Magoton: "L'at pa fét l'ou tsi nò; di tot come te vou."
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Marguerite: "Tu te trompes, ma chère." Agathe: "Je voudrais encore voir! Le matin j'ai touché la poule, elle avait l'oeuf." Marguerite: "Elle n'a pas fait l'oeuf chez nous; dis tout comme tu veux."
    ---
  • Tobit, mâlgrât cen, pregnent bien ses mesures, Comptâve tuéts sos jorns p(er) un mouél de sèpultures. Cél rê, qu'il aviêt sêf du sang et de l'argent, Condane a môrt Tobit, et llui/lyé prend tot son bien. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tobie, malgé cen, pregnen bien se meseure, Contàve tseut se dzor p'un mouë de sepeulteure. Ci rei, que l'ayet sei di sang et de l'ardzen, Condanne a mort Tobie, et lei pren tot son bien.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Tobie, malgré cela, prenant bien ses mesures, Comptait tous ses jours par un grand nombre de sépultures. Ce roi, qui avanti soif de sang et d'argent, Condamne à mort Tobie et lui prend tout son bien.
    ---
  • 'L ére bèle ren vrê cen que t'avêt dét. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'ëre belle ren vrèi cen que t'ayè deut.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Ce qu'il t'avait dit n'était vraiment pas vrai.
    ---
  • Bientout des envitâs la tâblla 'l est ja pllêna. "Ora, dit Ragouèl, prende vêr sensa gêna. N'ens pas, dens cél denâ, fêt grants bagues avouéc ren; Du poca qu'o y at, fédes niœn compliment". Màs Tobie, tot-un, possêt encor ren prendre; L'Ange revegnêt pas, cen possêt pas l'entendre (=il s'en consolâve pas)! Câr 'l aviêt preyê-lo de volêr bien alar Prendre, avouéc Gabelus, l'argent a tere-pelàr (qu'il dêt). [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bientou di s-invità la tabla l'est dzà pleina. "Arra, deut Ragüel, prende-vei sensa geina. N'en pa, din ci dené, fét gran bague avouë ren; Di pocca que l'y at, féde gneun complimen. Më Tobie, teuteun, pochet incò ren prendre: L'Andze revegnet pa; cen pochet pa l'intendre! Car l'ayet prià-lo de volei bien allé, Prendre, avouë Gabelus, l'ardzen a trepellé.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Bientôt des invités la table est pleine. "Maintenant, dit Raguël, servez-vous donc sans gêne. Dans ce dîner, nous n'avons pas fait grand chose; Pour le peu qu'il y a, ne faites aucun compliment". Mais Tobie ne pouvait encore rien prendre: L'Ange ne revenait pas, et il ne pouvait s'en consoler. Car il l'avait prié de vouloir bien aller lui-même Prendre chez Gabelus l'argent exigible.
    ---
  • Betàr les uelys bllèts. 'L avêt les uelys tot bllèts. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Betté le jeu blet. L'ayet le jeu tot blet.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Mettre les yeux mouillés. Il avait les yeux tout mouillés.
    ---
  • 'L étie pas franc nèssua a la cura, màs, muerre, quârques-uns desiant que 'l aviêt fêt comptio de muerre lé. Lo mondo vôt pués franc s'emmèlàr de tot! [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'ëtse pa fran neissua a la cura, më, mouëre, quatsun dijan que l'ayet fét contso de mouere lé. Lo mondo vout poue fran s'inmellé de tot!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV - Lo valet di sentecco et la serventa de l'Eunquerà - M. Thomasset
    nota : Elle n'était pas vraiment née au presbytère, mais, quant à mourir, elle avait décidé de mourir là. Le monde veut vraiment se mêler de tout
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche