Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26718
fêt, fêta, fêts, fêtes
definicion
participo passâ - vèrbo fére/fâre.
  • adjêctif [valor* : 10]
  • participo passâ [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • fait, faite, faits, faites [valor : 10]
    ---
  • fatto, fatta, fatti, fatte[valor : 10]
    ---

Variantes

  • fêt, fête, fêts, fêtes [valor : 10]
    Ècritura d'origina : fêt, fête/-a
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • fêt, fêta, fêts, fêtes (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : fat
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • fêt, fêta, fêts, fêtes (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : fat
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains – 1914. Web d'entèrèt :
    ---
  • fêt, fêta, fêts, fêtes (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : fayt, fayta, ..., faytes
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Los ôrdres sont donâs pœr cantonar doves pôrtes; Pœr chargiér de femiér l'on mène de bèrrotes; Châcun fât son devêr, setout dét, sétout fêt. Cependent pllôt tojorn, l'égoua crêt, la nuet chêt: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Louz ordre sont dona pe cantonna deux porte; Pe chargié de fumié l'on mene de barrote; Chacun fat son devey, sitou dit, sitout fat. Cependant plot touiour, l'aigua creyt, la no chat:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Les ordres sont donnés pour cantonner deux pôrtes; Pour charger du fumier l'on mène des brouettes; Chacun fait son devoir, (aus)si tôt dit (aus)si tôt fait. Cependant (il) pleut toujours, leau croîi, la nuit tombe:
    ---
  • Quand lo temps sè lève de nuet, Dure tant que denâr seye fêt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quan lo ten se leve de nat, Dure tan que dené sie fat.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.472 a la pâge 174 du lévro)
    nota : Quand le temps se relève la nuit, Il dure jusqu'à ce que le dîner soit fait.
    ---
  • Lo temps et lo cul 'ls ant fêt tojorn come 'ls ant volu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo ten et lo c... l'an fet todzor come l'an volù.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.565 a la pâge 227 du lévro).
    nota : Lo temps et le cul ont fait toujours comme ils ont voulu.
    ---
  • A bien sèrvir lo Rê, ensé qu'on los vêt lèstos, A solagiér los mâls, de mémo sont-ils prèstos. Dens cél dèrniér mâlhœr nos 'n ons vu los èfèts; Que n'ont-ils pas donâ, quint bien n'ont-ils pas fêt? [valor : 10]
    ècritura d'origina : A bien servi lo Rey, ainsi qu'on lou veyt lesto, A soulagié lou mau, de meime sont'ey presto. Din ceu darnié malheur nou 'n ont veu lou z-efat; Que n'ont'ey pas donna, quunt bien n'ont'ey pas fat?
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : A bien servir le Roi, ainsi qu'on les voit lestes A soulager les maux, de même sont-ils prestes. Dans ce dernier malheur nous en avons vu les effets: Que n'ont-ils pas donné? Quel bien n'ont-ils pas fait?
    ---
  • La sèrpent d'Isera, lo long de son rivâjo, At fêt en pou de temps un surprenent ravâjo; Nos avons vu passar de mœbllos, de toniôs, De gèrbiérs, de feniérs, de pllanchiérs, de pllatéls, [valor : 10]
    ècritura d'origina : La serpen d'Izera, le long de son rivageo, At fat en pou de temp un surprenant ravageo; Noz avon veu passa de meublo, de toneau, De gerbié, de fenié, de planchié, de plateau,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Le serpent d'Isère, le long de son rivage, A fait en peu de temps un surprenant ravage, Nous avons vu passer des meubles, des tonneaux, Des gerbes de blé, des meules de foin, des planchers, des plateaux.
    ---
  • Ol mè semblle que jo vos é aoui dére que quant vos avéds aoui ràcontar alcuna grâce que Nouhtron-Siro at fêt a alcuns de sos amis, que vos en valye mielx grant-temps. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Oy me semble que jo vos ay huy dire que quant vos aves huy recontar alcuna graci que Nostres Sires a fayt a acuns de ses amis, que vos en vales meuz grant tens.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il me semble que je vous ai entendu dire que, quand vous avez entendu raconter quelque grâce que Notre-Seigneur a faite à certins de ses amis, vous en devenez meilleur pendant un long temps.
    ---
  • De inqué salyont tués/tuéts les bens qui pôvont étre. De inqué salyêt la veré sapience per laquâla totes chouses sont fêtes et crèês. Iqué éret la pouessience a la cui volontât totes chouses sè encllinont. De inqué salyêt una si grand doçor et una si grand reafèccion que les anges et les ârmes étiant si repèssues que eles ne "pôvont" outra ço dèsirar nèant. [valor : 10]
    ècritura d'origina : De inqui saliunt tuit li bin qui poont etre. De inqui saleit li varay sapienci per la qual totes choses sont faytes et crees. Iqui eret li puyssanci a la cui volunta totes choses se enclinont. De inqui salyeit una si granz doucors et una si granz refections que li anges et les armes estiant si repayssues que eles ne poent outra co desirra nient.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : De là provenaient tous les biens possibles. De là émanait la vraie sagesse par laquelle toutes choses sont faites et créées. Là était la puissance, à la volonté de laquelle toutes choses obéissent. De là émanaienet une si grande douceur et un si grand réconfort que les anges et les âmes en étaient rassasiés au point de ne pouvoir désirer rien de plus.
    ---
  • Jèsus-Crist est tot franc et pœr cen il at fêt sos amis tant francs et si subtils et si transparents que ils pont entrar et èxir a pôrtes cllôses sens negun empagement, assé come Jèsus-Crist fesêt aprés la rèsurrèccion. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Jhesu Criz e toz frans et per cen il ha fayt sos amis tant frans et si sustiz et si trapercans que il pount entra et issir a portes closes sen negun empegiment, assi com Jhesu Criz fayseit apres la resurrection.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Jésus-Christ est totalement libre et, à cause de cela, il a fait ses amis tellement libres, subtils et immatériels qu'ils peuvent entrer et sortir, portes closes, sans aucun empêchement, comme faisait Jésus-Christ après la résurrection.
    ---
  • Or povéds pensar la très grant bontât que est en llui qui ensé at donât tot quant que il at sos amis. Œncor lor at il plles fêt, câr il lor at donâ sè-mémo, câr il los at fêts si biôs et si glloriox que la Trinitât vêt châcun en sè, assé come un vêt en un bél merior ço que llui est devant. Et ço est la ècritura que éret en lo second fèrmél, yô avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or poes pensar la tres grant bonta que est en luy qui ensi a dona tot quanque il ha sos amis. Encor lor ha il plus fait, quar il lor ha dona se memo, quar il los ha fait si beuz et si glorious que la Trinita veit chacuns en se, assi come un veit en un bel mireour co que li est devant. Et co est li escriptura que eret escripta el secont fermel, ou aveyt escrit: "Mirabilis Deus in sactis suis".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or vous pouvez vous représenter la très grande bonté qui est en lui, qui a donné ainsi tout ce qu'il a à ses amis. Il a fait plus pour eux, car il s'est donné lui-même. Il les a faits si beaux et si glorieux que chacun voit la Trinité en soi, comme on voit en un beau miroir ce qui est en face. Et c'est l'insciption qui était sur le second fermoir, où était écrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
    ---
  • Et tot assé come les sents sè dèlèctont en vêr la biotât Noutron-Sègnor, sè dèduit noutro bon crèator en la biôtat et en l'amôr de ses bèles crèatures qu'il a fêt a sa émâge et a sa sembllence, assé come lo bon mêtre regârdet volontiér una bèla cârta, quand il l'a ben fêta. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et tot assi com li saint se delectunt en veir la beuta Nostron Seignour, se deduit nostre bons creares en la beuta y en l'amour de se beles creatures qu'il a fait a sa ymagi et a sa semblanci, assi come li bon meitres regardet volunteyrs una bela carta, quant il l'a bein fayta.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et tout comme les saints se plaisent à voir la beauté de Notre-Seigneur, notre bon Créateur se plaît dans la beauté et l'amour de ses belles créatures qu'il a faites à son image et à sa ressemblance: ainsi le bon maître regarde-t-il volontiers un beau tableau, quand il l'a bien fait.
    ---
  • En ço que ele ut fêt sa preyére et Noutra-Dona lyé vént devant et sembllâvet lyé que Noutra-Dona fut del âjo de quinze ans et la très grant biotât de lyé ne pôt onques ràcontar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En co que illi ot fait sa preyeri et Nostra Donna li vint devant et semblavet li que Nostra donna fut del eajo de .XV. anz et la tres grant beuta de li ne pot unques recontar.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Lorsqu'elle eut fait sa prière, N-D vint à elle et il lui semblait que N-D était âgée de quinze ans et d'une beauté telle qu'on ne peut la décrire.
    ---
  • Aprés un grant temps que tot ço fut passâ et mout de ôtres grants grâces et secrètes rèvèlacions que Noutron-Siro lyé ut fêtes comenciét mout fôrt a dèsirar étre avouéc Noutron-Sègnor, et sur cet grant dèsir, comenciét fôrtament quèrre la môrt a Noutron-Sègnor. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Apres un grant teins que tot co fut passa et mout de autres granz graces et secretes revelations que Nostri Sires li ot faytes comencet mout fort a desirar estre avoy Nostrum Segnour, et sure cet grant desir, comencet forment querre la mort a Nostrum Segnour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Longtemps après tous ces événements et après que Notre-Seigneur lui eût fait beaucoup d'autres grandes grâces et de secrètes révélations, elle se mit à désirer très vivement être avec Notre-Seigneur et, sur ce grand désir, elle se mit à demander la mort à Notre-Seigneur, avec insistance.
    ---
  • Quand ço fut fêt mout diligiement, ele vit venir doux ôtros qui furont plles béls sens comparèson que les premiérs et aviant les faces embronchiêes pllênes de dolors et comenciéront a dèplleyér un mout bél drap d'or. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant co fut fayt mout diligyament, illi vit venir duos autros qui furont plus bel senz comparacion que li premier y aveont les faces enbronchies plenes de dolour et comencerunt a despleyer hun mout bel drap d'or.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand cela eut été fait avec diligence, elle vit venir deux autres personnages qui étaient plus beaux sans comparaison que les premiers. Ils avaient le visage baissé, plein de douleur. Ils commencèrent à déployer un très beau drap d'or.
    ---
  • Quand ço fut fêt, ele vit venir una grant compagnie de gens losquâls furont sens comparèson plles resplendissents que les solos en sa plles grant cllartât. Et tuét, ensé quant veniant, ils sopllèâvont envers l'ôtar, en la partia en que éret Corpus Domini et aviant les faces embronchiêes come pllênes de grant pediêt. Les premiérs et tués/tuéts céls dèrriérs sè metéront ensems, et pués ils sè dèpartéront et furont entre lor doux cors. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant co fut fayt, illi vit venir una grant compagni de genz li qual furont senz comparacion plus resplandissent que li solouz en sa plus grant clarta. Et tuit, insi quant veneant, il sopleavont envers l'outar, en la partia en que eret Corpus Domini et aviant les faces enbronchies come pleynes de grant pidie. Li premer et tuit cil derrier se metiront enseins, et poys il se despartiront et furont entre lor dos cuors.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand ce fut fait, elle vit venir une grande foule de gens qui étaient, sans comparaison, plus resplendissants que le soleil dans sa plus grande clarté. Et tous, à mesure qu'ils venaient, s'inclinaient vers l'autel, du côté où était le Corps du Seigneur, et ils avaient le visage penché qui paraissait plein de grande pitié. Les premiers et tous ces derniers se mirent ensemble, et ensuite ils se séparèrent et se répartirent en deux chœurs.
    ---
  • Il los tenêt tôs drêts si que les pllayes de les mans et dels pieds et dels fllancs llui paréssant si vèrmelyes et si frèches come lo jorn et l'hora que eles llui furont fêtes et la corona en la téta. [valor : 10]
    ècritura d'origina : El los teneyt toz drez si que les plaes de les mans et del pies et del flans li parisant si vermeyles et si freches come lo jor et l'oura que eles li furont faytes et li corona en la testa.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il les élevait si bien que les plaies des mains, des pieds et du côté lui apparaissaient, aussi vermeilles et aussi fraîches qu'au jour et à l'heure où elles furent faites, et aussi la couronne sur la tête.
    ---
  • Adonc ele a mout grant timor llui fit mout de preyéres de pllusiors chouses, lesquâles il lyé octrœyét mout bènigament. Entre les ôtres chouses lo preyét que a sa grant misèricôrde volyésse pllére qui al son frâre volsét dèlivrar de les mans de sos ènemis, et il lyé octrœyét très-tôs. Et tantout qui el lyé ut cet dèrriér octrê fêt, tot ço que ele vêt lyé èvanouét devant los uelys. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Adon illi a mout grant temour li fit mout de preeres de pluysors choses, les quaz il lu otreyet mout benignament. Entre les autres choses li preet que a sa grant misericordi vousit playre qui el son frare vousit delivrar de les mans de sos enemis, et il li otreyet treytot. Et tantot qui el li ot cest derrer otrey fayt, tot co que illi veit li evanuit devant los heuz.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Alors, avec une grande crainte, elle lui demanda plusieurs choses qu'il lui accorda avec beaucoup de bonté. Entre autres choses, elle le pria qu'il voulût plaire à sa grande miséricorde de délivrer son frère des mains de ses ennemis, et il lui accorda tout. Et aussitôt qu'il lui eut accordé cette dernière grâce, tout ce qu'elle voyait s'évanouit sous ses yeux.
    ---
  • Aprés totes cetes grâces et pllusiors ôtres que noutron bon crèator llui ut fêtes, ele étêt l'èspâcio de doux ans que ele on ut neguna espèciâla grâce de Noutron-Sègnor, mâques tojorn pèrsèvèrâvet en bônes ôvres et tojorn sembllâvet que ele ut plles de la timor et de l'amôr de Diô. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Apres totes cetes graces et pluysor autres que nostri bons creares li ot faytes, illi este l'espacio de dos anz que illi non ot neguna especial graci de Nostrum Segnour, maques toz jors perseveravet en bones ovres et toz jors semblavet que illi out plus de la temour et de l'amour de Diu.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Après toutes ces grâces et plusieurs autres que notre bon Créateur lui fit, elle demeura l'espace de deux ans sans avoir aucune grâce spéciale de Notre-Seigneur, si ce n'est qu'elle persévérait toujours en bonnes œuvres et qu'elle semblait avoir toujours plus de crainte et d'amour de Dieu.
    ---
  • Aprés, ele sèrvét los/les ôtros; il est lo/le grànd Pierro a Cuseniér qu'aviét lo/le talon du boquèt avouéc lo/le rébàn. Il fut vito fêt. Los/les nœciérs ne musisséront pas sur pllàce; ils étant prèssiês de partir. Châcun prenét sa jouena, et sè sovét avouéc, sèn demàndâr son réstœ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Apré, éle sarvi lôz otre; y é le grè Pyare a Tchuzeni k'ayi le talan du boutché avoui le ribè. I fi vite fé. Lô neûssi ne muzitsèran po su plèsse; y étan prissyun de parti. Tsokan preni sa dzône, é se sovi avoui, sè demèdo son rèste.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Ensuite, elle servit les autres; ce fut Pierre Cuisinier qui eut le talon du bouquet avec le ruban. Ce fut vite fait. Les nociers ne moisirent pas sur place; ils étaient pressés de partir. Chacun prit sa cavalière, et s'enfuit avec elle, au plus vite.
    ---
  • Quand il venét encontro Tulins il trovàt una ôtra égoua que dèscend de les montàgnes que éret fôr rives, pœr les grants plloves que érant fêtes, charreyévêt céls russéls ârbros et tronches que àrragiévet en la montàgne d'ont il dèscend. Et avêt iqué joûta lo gouâ três charrètes chargiêes de sâl que non osâvont passar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quand il venit encontres Tullins il trovet una atra aygua que dessent de les montaygnes que eret for rives, per les granz ployves que erant faytes, et charreyevet ceuz ruysseuz arbres et tronches que erragievet en la montaygni dont il dessent. Et aveyt iqui jota lo gaz tres charretes chargies de sal que non osavont passar.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand il arriva devant Tullins, il trouva un autre cours d'eau venant des montagnes, qui avait débordé à cause des grandes pluies qu'il y avait eues, et ce ruisseau charriait des arbres et de grosses souches qu'il avait arrachés dans la montagne d'où il descend. Et il y avait là à côté du gué trois charrettes chargées de sel qui n'osaient pas passer.
    ---
  • Il at fêt una amodeyê de tœs sos prâts. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Al a fé un-ne amôdjan de teû sô pro.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Il a mis en affermage tous ses prés.
    ---
  • Ils ont fêt una grànda amouelâ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y on fé un-ne grède amoueûlan.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Ils ont fait beaucoup de gros tas de foin.
    ---
  • Il at fêt una si môvése aculâ qu'il nen at cassiê lo temon de son bèrrœt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Al a fé un-ne si môvéze atcheûlan k'a n'èn a kossyun le teûman de son bareû.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Il a si mal acculé son tombereau qu'il en a cassé le timon.
    ---
  • Se Marx, Engels, Lènino et Stalino ant possu èlaboràr lors tèories, est étâ surtot, abstraccion fêta de lor gènio, porquè ils sè sont emplleyê pèrsonèlament dens la prateca de la luta de cllâssa et de l'èxpèriença scientefeca de lor temps; sensa ceta condicion nion gènio ariêt possu reussir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Se Marx, Engels, Lenine e Staline ant posu eilaborei lor teorie, et ito surtot, abstraksion feita de lor gxeniò, perkei i se sont impleyo personalament din la prateka de ka kuta de klasa e de l'esperiensa siantefeka de lor temp; sensa heta kondiksion gnun gxeniò arie posu reusi.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Si Marx, Engels, Lénine et Staline ont pu élaborer leurs théories, ce fut surtout, abstraction faite de leur génie, parce qu'ils se sont engagés personnellement dans la pratique de la lutte de classes et de l'expérience scientifique de leur temps; sans cette condition, aucun génie n'aurait pu y réussir.
    ---
  • Mas quand on aràt fêt devant lor analisa particuliéra de la natera et des condicions du travâly, ils comenciéront a étre plles sûrs de lors mémos et acèptaront de s'en enchargiér. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ma kan on aret feit devan lor analiza partikulara de la nateha e di kondiksion di travall, i komensaren a eitre pi sur de lor meimò e akseptaren de s'en inksargzei.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Mais lorsqu'on aura fait devant eux une analyse détaillée de la nature et des conditions du travail, ils commenceront à être plus sûrs d'eux-mêmes et accepteront de s'en charger.
    ---
  • Cetes gens vèyont pas que la luta des contrèros at ja fêt avanciér lo procèssus objèctif et que lor cognessença réste oncor u degrâ de devant. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Hete gzen veyon pa ke la luta di kontreihò at gza feit avansei lo prosesus obgzetivò e ke lor kogneisensa reste inkò i degrei de devan.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Ces gens ne voient pas que la lutte des contraires a déjà fait avancer le processus objectif alors que leur connaissance en reste encore au degré précédent.
    ---
  • Rapôrt fêt avouéc malignitât. Denonça fête avoué malignitât. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Rappor fé avouë malignità. Denonça féte avouë malignità.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Rapport fait avec malignité. Dénonciation faite avec malignité.
    ---
  • Por/pœr mè fére sietàr mè balye una brèlèta; Sur la tâblla, tot setout, 'l èpate una sèrguèta; Mè presente, avouéc grâce, un fromâjo pequent, Fêt de huét jorns devant, et franc bon pœr mes dents, Et gruviére, et fontena encora quâsi entiére, Et de burro sorti frèque de sa burriére, Un'ècuèla de crâma, un'ôtra de calyê; Et j'é trovâ bien bon tot cen que m'at balyê. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pe me fére chatté me baille euna breiletta; Su la tabla, toustou, l'épate euna sarguetta; Me presente, avouë gràce, un fromadzo pequen, Fét de vouet dzor devan, et fran bon pe me den, Et greviëre, et fontenna incora case instëre, Et de beurro sorti frëque de sa beurrëre, Eun'ecouëla de cràma, un âtra de caillà; Et dz'i trovà bien bon tot cen que m'at baillà.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Pour me faire asseoir, elle me donne un escabeau; Sur la table, aussitôt, elle étend une serviette; Elle me présente, avec grâce, un fromage piquant, Fait depuis huit jours et vraiment bon pour mes dents, Et gruyères, et fontine encore presque entier, Et du beurre sorti tout frais de sa baratte, Une écuelle de crême, une autre de caillé; Et j'ai trouvé excellent tout ce qu'elle m'a donné.
    ---
  • Les ètrangiérs portant, aprés fêt long chemin, Sè nen retôrnont pas sensa vêre la fin. Niœn sembllâve més guê; châcun s'empacientâve, Atendêt cél moment que p'encora arrevâve. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le s-étrandzé pourtan, aprë fét lon tsemin, Se n'en retornon pa sensa vère la fin. Gneun semblàve më guei; tsacun s'impachentàve, Attendzet ci momen que pancora arreuvave.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Les étrangers pourtant, après (avoir) fait long chemin, Ne s'en retournent pas sans en voir la fin. Nul ne semblait plus gai; chacun s'impatientait, attendait ce moment qui n'arrivait pas encore.
    ---
  • Que la poura Morin, mâlgrât sa côrna viâ, 'L at tant fêt qu'el at tenu pièd. 'L at tant fêt fôrce, et redobllâ corâjo, Que Fribôrg du moment, Come p'enchantement, Recule, balye tôrn, s'en vat... lé! bon voyâjo! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Que la poura Maurin, malgré sa corna vià, L'at tant fét que l'at tenu pià, L'at tant fé force, et redoblà coradzo, Que Fribour di momen, Come p'intsantemen, Requele, baille tor, s'envat... là! bon voyadzo!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Que la pauvre Maurette, malgré sa corne rompue, Fit tant qu'elle tint ferme; Elle déploya tant de force et redoubla (tellement) de courage Que Fribour, à l'instant, Comme par enchantement, Recule, tourne, s'en va... là! bon voyage!
    ---
  • Aguèta et Magoton 'ls étiant dove vesenes; Sembllâvont fëtes èxprès pœr vivre en bon acôrd. Comàres dês vengt ans et mémament cusenes, Jamés ren 'l at trobllâ lo seren de lœrs jorns. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Aguetta et Magoton l'ëtson dove veseune; Semblàvon féte esprè pe vivre in bon accor. Comére dei vint an et mëmamen queuseune, Jamë ren l'at troblà lo seren de leur dzor.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Agathe et Marguerite étaient deux voisines; Elles semblaient faites exprès pour vivre en bon accord. Commères depuis vingt ans et mêmement cousines, Jamais rien ne troubla le serein de leurs jours.
    ---
  • Aguèta: "Je vodriô vos dére una chousa:" Magoton: "Et doves se vos fét pllèsir!" Aguèta: "Ma polalye, 'l y at pas pousa, Arêt fêt l'ôf dens voutro nid." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Aguetta: "Dze voudriò vo dëre euna tsousa:" Magoton: "Et dove se vo feit pleisi!" Aguetta: "Ma polaille, l'y at pa pousa, L'areit fé l'ou din voutro ni."
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Agathe: "Je voudrais vous dire une chose:" Marguerite: "Et deux s'il vous fait plaisir!" Agathe: "Ma poule, il n'ay pas longtemps, Aurait fait l'oeuf dans votre nid."
    ---
  • Cél rê, contre les Juifs, est venu furiœx De cen que, dens son camp, un ange du Bon Diœ 'L at fêt, dens una nuet, un tèrribllo carnâjo. Il fét muerre les Juifs adonc en èscllavâjo, Et de les entèrràr dèfend èxprèssament, Sot pêna de subir la môrt pœr châtiment. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ci rei, contre le Juif, l'est venu furieu De cen que, din son camp, un andze di Bondzeu La fét, din euna nét, un terriblo carnadzo. Et feit mouere le Juif adon in esclavadzo; Et de le s-interré defen espressamen, Sous peina de subi la mort pe tsatimen.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Ce roi, contre les Juifs, devint furieux Ensuite de ce que, dans son champ, un ange du Bon Dieu Avait fait, das une nuit, un terrible carnage. Il fait mourir les Juifs alors en esclavage, Et défend expressément de les enterrer, Sous peine de subir la mort en châtiment.
    ---
  • Ah! Se de cél pèchiê tes mans sè sont chinchiêes, Rend cela bétye a qui te l'âs des côps robâye." Màs lyé, lluen d'avêr dét: "Du bètion que te sens Un de noutros vesins m'en at fêt un present"; De llui sè moque quâsi, et, de rêson sortia, Lyé/llui reprôge lo bien qu'il at fêt dens sa via. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ah! Se de ci petsà te man se son tsintsàye, Rend cella bétse a qui te l'at decou robàye". Më lliè, llioen d'avei deut: "Di bétson que te sen Un de noutre veseun m'en a fét un presen": De lliu se moque case, et, de reison sortìa, Lei reprodze lo bien que l'at fét din sa vìa.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Ah! Si de ce péché tes mains se sont salies, Rends cette bête à qui tu l'aurais volée". Mais elle, loin de dire: "De la petite bête que tu entends Un de nos voisins m'a fait un présent"; Se moque presque de lui, et, oubliant la raison, Elle lui reproche le bien qu'il a fait dans sa vie.
    ---
  • Sârra-lo, cél pêsson, sensa niœna pensiére, Trêna-lo, per les bouégnos, en fôra de la duère. Tôta-llui viâ la fiél, lo cœr, lo fèjo enfin, Cen pôt pués tè sèrvir lo long de ton chemin." Aprés fêt bon chemin, vê-lé qu'un jorn Tobie Veyent pués ja Ragès, vela de la Mèdie, Dit: "Yô troverens-nos cé-y-at de logement? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Sarra-lo, ci peisson, sensa gneuna penchëre, Treina-lo, per le bouëgno, infoura de la dzouëre. Touta-lei vià la fé, lo coeur, lo fèdzo enfin, Cen pout poue te servi lo lon de ton tsemin. Apré fé bon tsemin, voilà qu'un dzor Tobie, Veyen pou dzà Rages, veulla de la Medie, Deut: "Yaou troveren-nò cellia de lodzemen?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Prends-le, ce poisson, sans aucune inquiétude, Traîne-le par les oreilles hors de la rivière. Enlève-lui le fiel, le coeur, le foie enfin; Cela pourra te servir le long de ton chemin. Après (Avoir) fait longue route, voilà qu'un jour Tobie, Voyant déjà Ragès, ville de la Médie, Dit: "Où trouverons-nous ici un logement?
    ---
  • Bèle que vu! Bèle que dét! Bèle que fêt! Bèle que parti! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Belle que vu! Belle que deut! Belle que féit! Belle que parti!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Que veux-tu voir! Que veux-tu dire! Que veux-tu faire! Que veux-tu partir!
    ---
  • 'L est encor bèle bien fêt a rire. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'est incò belle bien fét-a rire.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Il est vraiment amusant.
    ---
  • Cét an n'ens pas fêt una bôna blléta. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Cit an n'en pa fé euna bouna blëta.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Cette année nous n'avons pas fait un bon tas de foin (plus le tas est dur, plus le foin est gras et nourrissant).
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche