Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26720
dét, déta, déts, détes
definicion
-
  • adjêctif [valor* : 10]
  • participo passâ [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • dit, dite, dits, dites [valor : 10]
    ---
  • detto, detta, detti, dette[valor : 10]
    ---

Variantes

  • dét, déte, déts, détes [valor : 10]
    Ècritura d'origina : dét, -e/a
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • dét, déta, déts, détes (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : dit
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Los ôrdres sont donâs pœr cantonar doves pôrtes; Pœr chargiér de femiér l'on mène de bèrrotes; Châcun fât son devêr, setout dét, sétout fêt. Cependent pllôt tojorn, l'égoua crêt, la nuet chêt: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Louz ordre sont dona pe cantonna deux porte; Pe chargié de fumié l'on mene de barrote; Chacun fat son devey, sitou dit, sitout fat. Cependant plot touiour, l'aigua creyt, la no chat:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Les ordres sont donnés pour cantonner deux pôrtes; Pour charger du fumier l'on mène des brouettes; Chacun fait son devoir, (aus)si tôt dit (aus)si tôt fait. Cependant (il) pleut toujours, leau croîi, la nuit tombe:
    ---
  • En jouye et en santât Diœ volye los conduire! Quand ben j'en é (èyo) prod dét, nen réste bien a dére. Màs pœr ora, Monsiœr, je su voutron vâlèt, Ma Musèta s'endôrt: je velyo tot solèt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En joey et en santé, Dieu volie lou conduire! Quan ben je n'ay prout dit, n'en reste bien à dire; Mais per ore, Monsieu, je seu voutron valet, Ma Museta s'endort, je veillot tout solet.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : En joie et en santé Dieu veuille les conduire! Encore que j'en aie beaucoup dit, (il) en reste bien à dire. Mais pour le moment, Monsieur, je suis votre valet; Mon humble Muse s'endort: je veille tout seul.
    ---
  • En cet èspâcio aventét que ele un jorn aprés vépres fut devant l'ôtar en orêson et on avêt cél jorn per aventura ôtâ la bouèta en que on gouârde CORPUS DOMINI de la custode, se l'avêt on mês(a) en una de les fenétres de l'ôtar. Et ele sè vériét cela pârt en fesent sa orêson et querét fôrtament la môrt a Noutron-Sègnor, a mout grants legremes. Adonc en fesent sa preyére ele aouét et entendét la vouèx de son crèator qui parl(i)ét en la bouèta de que jo é dét de sus que éret en la fenétra. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En cest espacio aventiet que illi un jor apres vesperes fut devant l'outar en oreyson et hon aveyt cel jor per aventura ota la boyta en que hon garde corpus Domini de la custodi, si l'aveyt on mes en una de les fe[ne]stres de l'outar. Et illi se viryet cela part en faysanz sa oreyson et querit forment la mort a Nostron Segnour, a mout granz laygremes. Adon en faysent sa preyeri illi oyt y entendit la voys de son creatour qui parlyet en la boyti de que jo ay dit de sus que eret en la fenestra.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Durant ce temps, il arriva qu'elle était un jour, après vêpres, en oraison devant l'autel et, ce jour-là, par hasard, on avait ôté de la custode la boîte dans laquelle on garde le Corps du S., et on l'avait mise dans une des fenêtres de l'autel. Elle se tourna de ce côté en faisant son oraison et demanda très fort la mort à N-S, avec d'abondantes larmes. Alors, pendant sa prière, elle entendit la voix de son Créateur qui parlait dans la boîte dont je vous ai dit plus haut qu'elle était dans la fenêtre.
    ---
  • Le Jœsèf étêt son vêsin ; ele s'étêt tojorn bien acordâ avouéc sè. Quàrques jœrns avànt, ele llui avêt dét : "Ils vant mè menâr le tracassin, il est a pou prés sûr. Và avouéc LYOR, il est mè que je tè le dio. Te los èmpachierés de trœp mè dèguenelyér. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le Dzeûzé éteû son vazan; éle s'éteû tôrdze byèn akôrdo avoui sa. Kéke dzeû avè, éle li avoueû dé: "I van me meno le tcharkassan, y ét a pou pré seû. Vè avoui zyo, y é ma ke te le di. Te lôz èpétsero de treû me dégnéyun.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Joseph était son voisin; elle avait été toujours en bons termes avec lui. Quelques jours auparavant, elle lui avait dit: "Ils vont me faire le charivari, c'est à peu près certain. Va avec eux, c'est moi qui te le dis. Tu les empêcheras de trop me mettre en guenilles.
    ---
  • Totes cetes dèmonstrances et tantes ôtres que ele non lo porrêt ràcontar ne nos non lo porriéd retenir en cél temps que nos vos avens dét devant, en tâla maniére que una nuet ele vit si grants visions et secrètes rèvèlacions de la gllouère ètèrnâla que ço ne porrêt nion mortâl homo dére ni fére entendre. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Totes cetes domonstrances et tantes autres que illi non o porret recontar ne vos non o porries retenir en cel teins que nos vos avein dit devant, en tal maneri que en l'una noyt illi vit si granz visions et secretes revelations de la glori eternal que co ne porret neuns mortauz honz dire ne fayre entendre.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Toutes ces révélations et tant d'autres qu'elle ne pourrait racontar, et que vois ne pourriez retenir, [elle les eut] à l'époque dont nous vous acons parlé plus haut. C'est ainsi que, une nuit, elle eut de si grandes visions et de si secrètes révélations de la gloire éternelle qu'aucun mortel ne pourrait le dire ni le faire comprendre.
    ---
  • La clarinèta, qu'étêt acotemâ a ceto manèjo, rèpliquét en patouès: "T'és vèxê de ce qu'ils ne t'ont pas dét de venir a la nœce." [valor : 10]
    ècritura d'origina : La klarinète, k'éteû akôteûmo a stu manèje, répliki è patoua: "T'é véksyun de se k'i ne t'on po dé de veni a la neusse."
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Le (joueur de) clarinette, qui était habitué a ces simagrées, répliqua en patois: "Tu es vexé parce qu'ils ne t'ont pas dit de venir (prendre part) à la noce."
    ---
  • La tèoria matèrialista-dialècteca de la cognessença bete la prateca a la premiéra pllace; ele èstime que la cognessença humèna pôt, en niona maniéra, étre copâye de la prateca et refuse totes celes tèories fôsses que néyont l'importança de la prateca et copont la cognessença de la prateca. Lènino at dét: "La prateca est supèriora a la cognessença (tèoreca), porquè y at la dignitât, pas justo du gènèral, mas oncor du rèèl imèdiat". [valor : 10]
    ècritura d'origina : La teoria materialista-dialekteka de la kogneisensa bete la prateka a la mreneiha plase; ila estime ke la kogneisensa umanha pot, in gnunha magneiha, eitre kopeya de la prateka e refuze tute hale teorie faase ke nion l'importansa de la prateka e kopon la kogneisensa de la prateka. Lenine at det: "La prateka et superiora a la kogneisensa (teoreka), perkei i at la dignito, pa dzestò di gzeneral, ma inkò di real imediat".
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : La théorie matérialiste-dialectique de la connaissance met la pratique à la première place; elle estime que la connaissance humaine ne peut, en aucune manière, être coupée de la pratique et rejette toutes ces théories erronées qui nient l'importance de la pratique et coupent la connaissance de la pratique. Lénine a dit: "La pratique est supérieure à la connaissance (théorique), car elle a la dignité non seulement du général, mais du réel immédiat."
    ---
  • Lènino at dét: "Les abstraccion de la matiéra, de la louè naturèla, l'abstraccion de valor, etc., un una parola totes les abstraccions scientifeques (justes, sèrioses, pas arbritrères) reflètont la natera plles profondament, plles fidèlament, plles complètament." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lenine at det: "Les abstraksion de la mateiha, de la loei naturaala, l'abstraksion de valor, ets., en inha pahola tute les abstraksion siantefeke (gzeste, serioze, pa arbitreihe) refleton la nateha pi profondament, pi fidelament, pi kompletament."
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Lénine a dit: "Les abstractions de matière, de loi naturelle, l'abstraction de valeur, etc., en un mot toutes les abstractions scientifiques (justes, sérieuses, pas arbitraires) reflètent la nature plus profondément, plus fidèlement, plus complètement."
    ---
  • S'il sè trète d'un mouvement sociâl, los veretâbllos dirigients rèvolucionèros dêvont pas justo savêr corregiér les èrrors que sôrtont dens lors idâs, tèories, pllans ou projèts, selon cen que nos ens dét devant, il fôt oncor, quand un procèssus objèctif progrèsse et passe d'un degrâ de son dèvelopement a un ôtro, qu'ils séssant capâbllos lors-mémos et tuéts céls que participont a la rèvolucion avouéc lors, de siuvre cé progrès et cé passâjo dens lor cognessença subjèciva, o-est-a-dére... [valor : 10]
    ècritura d'origina : S'i se trate d'in movement sosial, le vehetaablò dirigzent revoluksioneihò deyon pa gzestò savey koregzei les eiror ke sorton din lors ido, teorie, plan o progzet, selon hen ke nos en det devan, i fat inkò, kan in prosesus obgzetif progrese e pase d'in degri de son deivelopemen a in aatrò, k'i sisan kapaablò lor-meimò e twt his ke partisipon a la revoluksion avoi lor, de suivre hi progres e hi pasagzò din lor kogneisensa subgzetiva, i et a deihe...
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : S'il s'agit d'un mouvement social, les véritables dirigeants révolutionnaires doivent non seulement savoir corriger les erreurs qui apparaissent dans leurs idées, théories, plans ou projets, comme cela a été dit précédemment, il faut encore, lorsqu'un processus objectif progresse et passe d'un degré de son développement à un autre, qu'ils soient aptes, eux-mêmes et tous ceux qui participent à la révolution avec eux, à suivre ce progrès et ce passage dans leur connaissance subjective, c'est-à-dire ...
    ---
  • Paroles détes sensa malignitât. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Parole deute sensa malignità.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Paroles dites, prononcées sans malignité.
    ---
  • Sè sont passâs trent'ans a fére des demandes Et de projèts pœr lo chemin de fèr, Et, l'afére portant sè mande et sè remande, On arêt dét, tant que dure un enfèrn. Tot-un 'l est mâlherœx cél que sè dèsèsrère: Atendens lo jorn bon, ... tot porrêt pués sè fére. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Se son pass tren'an a fére de demande Et de projet pe li tzemin de fer, Et, l'affére pourtan se mande et se remande, In areit deut, tant que dure un infer. Teuteun l'est malheureu ci que se désespére: Attenden lo dzor bon, ... tot porreit poué se fére.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    ---
  • Pouro mè! s'est-il dét, dens sa tristèsse amàre, Màs quand revèrré-jo lo têt de mon bon pére? Ah! gouéro de vâlèts enchiéz llui 'ls ant de pan, Et mè je su son fely et je muero de fam! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pouro-mè! s'est-ë deut, din sa tristesse amére, Më quan reverri-dzò lo tet de mon bon pére? Ah! guéro de valet in tsi lliu l'an de pan, Et mè dze si son feus et dzo mouëro de fan!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : Pauvre moi! se dit-il, dans sa tristesse amère, Mais, quand reverrai-je le toit de mon bon père? Ah! combien de serviteurs chez lui ont du pain, Et moi je suis son fils et je meurs de faim!
    ---
  • "A mon tôrn!" 'l at-il dét, un bèrgiér valêsan; Je vâ chèrchiér Fribôrg, rêna de Jovençan. Una vache s'avance en brenlent sa sonalye; O est Fribôrg, que s'en vint presentàr la batalye. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A mon tor! L'at-ë deut, un berdzé valesan; Dze vo tsertsé Fribour, reina de Dzovensan. Euna vatse s'avance in branlen sa sonnaille: L'est Fribour, que s'en vin presenté la bataille.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : À mon tour! s'écrie un berger valaisan; Je vais chercher Fribourg, reine de Jovensan. Une vache s'avance en agitant sa sonnaille: C'est Fribourg, qui s'en vient présenter la bataille.
    ---
  • Niœn 'l aviêt encor vu de batalyes pariér!... A Morin lyé dècape un des pièds de dèrriér; Adonc on sent criàr: Fribôrg! Fribôrg!... la rêna! Tot gent!... lo mot 'l est p'encor dét a pêna, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Gneun l'ayet incò vu de bataille parë!... A Maurin lei decappe un di pià de dèrë; Adonc in sent crié: Fribour! Fribour!... la reina! Tôdzen!... lo mot l'est p'anco deut a peine,
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Personne n'avait encore vu des batailles pareilles!... À Maurette il glisse un des pieds de derrière; Alors on entend crier: Fribourg! Fribourg!... reine! Tout doucement!... Le mot n'est pas à peine dit,
    ---
  • Lœr, quand vant u bornél, 'ls y réstont una pousa; Lé, tac-tac et tac-tac... on nen vêt pas la fin. Fôt ben, que voléd-vos? sè dére quârque chousa; S'érant pas détes ren dês d'hora lo matin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Leur quan van i bournë l'y reston euna pousa; Lé, tac tac et tac tac... in n'en veit pa la fin. Fat bin, que volei-vo? se dere quatse tsousa; S'ëron pa deute ren dei d'aoura lo matin.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Lorsqu'elles vont à la fontaine elles y restent longtemps; Et là, tic tac et tic tac... on n'en voit pas la fin. Il faut bien, que voulez-vous? se dire quelque chose; Elles ne sont plus rien dit dès le grand matin.
    ---
  • Ah! Se de cél pèchiê tes mans sè sont chinchiêes, Rend cela bétye a qui te l'âs des côps robâye." Màs lyé, lluen d'avêr dét: "Du bètion que te sens Un de noutros vesins m'en at fêt un present"; De llui sè moque quâsi, et, de rêson sortia, Lyé/llui reprôge lo bien qu'il at fêt dens sa via. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ah! Se de ci petsà te man se son tsintsàye, Rend cella bétse a qui te l'at decou robàye". Më lliè, llioen d'avei deut: "Di bétson que te sen Un de noutre veseun m'en a fét un presen": De lliu se moque case, et, de reison sortìa, Lei reprodze lo bien que l'at fét din sa vìa.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Ah! Si de ce péché tes mains se sont salies, Rends cette bête à qui tu l'aurais volée". Mais elle, loin de dire: "De la petite bête que tu entends Un de nos voisins m'a fait un présent"; Se moque presque de lui, et, oubliant la raison, Elle lui reproche le bien qu'il a fait dans sa vie.
    ---
  • Bèle que vu! Bèle que dét! Bèle que fêt! Bèle que parti! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Belle que vu! Belle que deut! Belle que féit! Belle que parti!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Que veux-tu voir! Que veux-tu dire! Que veux-tu faire! Que veux-tu partir!
    ---
  • 'L ére bèle ren vrê cen que t'avêt dét. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'ëre belle ren vrèi cen que t'ayè deut.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Ce qu'il t'avait dit n'était vraiment pas vrai.
    ---
  • - Sentent voutro propôs, je trevolo de pouére! Je m'ètono que vos v'èyâdes pas sentu dére Qu'el at ja prês sèpt homos, et que lo premiér jorn, Lo matin, contre lyé, les ant tuéts trovâs môrts: Et cen qu'o y at lé de pas trop agrèâbllo, 'Ls ant tuéts étâs ètrangllâs, ant-ils dét (=at-on dét), per lo diâbllo! [valor : 10]
    ècritura d'origina : - Senten voutro propou, dze trevollo de pouëre! Dze m'étouno que vò v'eyo pa sentu dëre Que l'at dzà prei sat ommo, et que lo premië dzor, Lo matin, contre llië, le s-an tseut trovà mort: Et cen que l'y at lé de pas trop agréàblo, L'an tseut étà étrangllià, l'an-té deut, pe lo dzablo!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : - Entendant votre propos, je tremble de peur! Je m'étonne que vous n'ayez pas entendu dire Qu'elle a déjà pris sept maris, et que le premier jour, Le matin, auprès d'elle, on les a tous trouvés morts: Et, ce qu'il y a là d'épouvantable c'est que Ils ont tous été étranglés, dit-on, par le diable!
    ---
  • Dens la crete de Diœ lo repâs continue; Entre lœr niœn desêt des paroles pèrdues. et ben muens de rêsons détes grossiérement, Que vant portàr la môrt dens lo cœr inocent. Je vos é pas comptâ les porcions que fumâvont! Les moges, les moutons, les três bosses sontlé; L'afére, mielx que mè, lœr, pôvont la contàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Din la crente de Dzeu lo repà conteneuve; Intre leur gneun dejet de parole perdeuve. Et bin men de reison deute grouchëremen, Que van porté la mor din lo coeur innocen. Dze vo s-i pa contà le porchon que feumàvon, Ni tseut le quarteron que ci dzor se vouedzàvon! Le modze, le maouton, le trei bosse son lé; L'affére, mioù que mè, leur pouvon la conté.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Dans la crainte de Dieu le repas continue; Pas un d'entre eux ne disait des paroles inutiles, Et bien moins encore des propos grossiers, Qui vont porter la mort dans les coeurs innocents. Je ne vous ai pas compté les portions qui fumaient, Ni tous les quarterons qu'en ce jour on se versait! Les génisses, les moutons, les trois tonneaux sont là; Eux, mieux que moi, peuvent vous raconter le tout.
    ---
  • Ben que chiéz Ragouèl Tobie s'apllantâve, Son pâpa l'atendêt, et jamés 'l arrevâve. "Ah! revin, desêt-il, qu'atends-tu, mon garçon? Pœrquè revins-tu pas lo jorn dét a mêson? Magâra que la môrt, cela môrt afrontâye 'L arêt prês Gabelus! et la soma prétâye Épêr niœn la rendrêt". Et sè bète a plloràr. Màs sa fèna surtot, ren pôt la consolàr! "Hèlâs! sè desêt-el, n'ens mandâ viâ Tobie Pôt-étre pœr trovàr la môrt dens la Mèdie. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bin que tsi Ragüel Tobie s'aplantàve, Son papa l'attendzet, et jamë l'arreuvàve. "Ah! revin, dejet-ë, qu'atten-teu, mon garçon? Perquè revin-teu pa lo dzor deut a meison? Magara que la mor, cella mor affrontàye, L'aret prei Gabelus! Et la somma prëtàye Epei gneun la rendret". Et se bette a plaouré. Më sa fenna surtou, ren pout la consolé! "Héla! se dejet-ë, n'en mandà vià Tobie Peut-ëtre pe trové la mor din la Medie.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Pendant que Tobie s'arrêtait chez Raguël, Son père l'attendait, et jamais il n'arrivait. "Ah! reviens, disait-il, qu'attends-tu, mon fils? Pourquoi ne reviens-tu pas au jour dit à la maison? Peut-être que la mort, cette mort cruelle, Aura pris Gabelus! Et la somme prêtée Peut-être personne ne la rendra". Et il se met à pleurer. Mais sa femme surtout, rien ne peut la consoler! "Hélas! se disait-elle, nous avons envoyé loin Tobie Peut-être pour trouver la mort dans la Médie.
    ---
  • Mâques come j'é dét, Martin La Lena 'l amâve checa trop mênàr la gôrge et de suita que 'l est étâ u prât prèsto a comenciér l'anden, 'l at envionâ a contàr a Pantaléon... [valor : 10]
    ècritura d'origina : Maque come dz'i deut, Martin la Leuna l'amave tsëca trop mèiné la gordze et de suite que l'est ëtà i pra preste a comenché l'anden, l'at ingnovà a conté a Pantion...
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV - R.Vautherin - Le conte de Touéno
    nota : Comme j'ai déjà dit, Martin la Lune aimait un peu trop se moquer du monde et à peine était-il au pré pour faucher, il a commencé à raconter à Pantaléon...
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche