Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26736
l'un, l'una, los uns, les unes
definicion
-
  • pronom endèfeni [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • l'un, l'une, les uns, les unes [valor : 10]
    ---
  • l'uno, l'una, gli uni, le une[valor : 10]
    ---

Variantes

  • l'un, l'una, los uns, les unes (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : l'una, lou z-un/lou zun/louz un
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • l'un, la una, los uns, les unes (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : l'un/li uns, li una, ..., ...
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Três quârts de les mêsons come clloches brandâvont. U travèrs de la rue les fènes sè sôvâvont, L'una chiéz son vesin, l'ôtra per les végnes, L'una chargiê de fil, l'ôtra de colognes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Trey quart de le meyson coma cloche brandavon. U traver de la ru le fenet se sauvavont, L'una chieu son veyzin, l'autra pe le vignet; L'una chargea de fi, l'autra de coulagnet.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : (Les) trois quarts des maisons comme des cloches branlaient.
    ---
  • L'un pllôre son cusin, l'ôtro pllôre son frâre, L'un crend pœr sa fèna, l'ôtro pœr sa comâre; L'on ne recognêt plles ni mêtres ni vâlèts; Tâlo qu'at diéx laquès sè trove tot solèt, [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'un ploure son cousin, l'autro ploure son frare, L'un craint pe sa fena, l'autro pe sa comare; L'on ne reconneit plus ni maitre ni valet; Talo qu'a dix laquais se trove tout solet,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'un pleure son cousin, l'autre pleure son frère, L'un craint pour sa femme, l'autre pour sa commère; L'on ne reconnaît plus ni maîtres ni valets; Tel qui a dix laquais se trouve tout seul,
    ---
  • Dens totes les mêsons, de pertot l'égoua entrâve; Ele ne coriêt pas, sembllâve qu'el volâve. Cela rapiditât surprend los/les plles prudents: L'un tançone son vin, l'ôtro son égoua-ardent. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Din toute le meison, de pertout l'aigua intrâve; Eilli ne couriet pas, semblâve qu'y volâve. Cela rapidita surprend lo plu prudant: L'un tançônne son vin, l'autro son égardant.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Dans toutes les maisons de partout l'eau entrait; Elle ne courait pas, (il) semblait qu'elle volait. Cette rapidité surprend les plus prudents: L'un (é)tançonne son vin, l'autre son eau ardente.
    ---
  • Los uns ont de mulèts, de bidèts, ou de rôsses; Los ôtros font sèlar lors chevâls de carrosse. Se 'n y at que vont pœr vêr, 'n y at d'ôtros qu'ont lo souen De solagiér celos qu'ont un prèssent besouen: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lou z-un ont de mulet, de bidet ou de rosse; L'ou z-autro font sella lor chivau de carrosse. Si n'yat que vont pe vey, , n'yat d'autro qu'ont lo soin De soulagié celou qu'ont un pressant besoin:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Les uns ont des mulèts, des bidets, ou des rosses; Les autres font seller leurs chevaux de carrosse. S'il y en a qui vont pour voir, il y en a d'autres qui ont le soin De soulager ceux qui ont un pressant besoin:
    ---
  • L'un vat vêr sos parents, sos gendros, sos biôs-fréres; L'ôtro sos crèanciérs, sos amis, sos confréres; Cél vat chiéz son patron, cél chiéz son dèbitœr, Et la bigota côrt chèrchiér son dirèctœr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'un va vey sou parent, sou gendre, sou beaufrere; L'autre sou creiancier, souz amis, sou confrere; Ceu va chieu son patron, ceu chieu son debiteur, Et la bigota court charchié son directeur.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'un va voir ses parents, ses gendres, ses beaux-frères; L'autre ses créanciers, ses amis, ses confrères; Celui-ci va chez son patron, celui-là chez son débiteur, Et la bigotte court chercher son directeur.
    ---
  • 'L y at mâques doves brâves femèles u mondo: L'una 'l est pèrdua, l'ôtra, œn pôt pas la trovàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'y at maque dove brave femalle i mondo: L'euna l'est perduya, l'âtra, in pout pà la trové.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.636 a la pâge 245 du lévro).
    nota : Il n'y a que deux braves femmes au monde: L'une est perdue, l'autre, on ne peut pas la trouver.
    ---
  • La pllace Sent-André, cela de la Volalye, Et l'Ila Cllavêson, yô je su per la palye. En l'an cinquanta et un los uns diont que 'n y ut muens, Los ôtros que 'n y ut més, màs n'y at plles de tèmouens. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La placi Saint André, cela de la Volailli, Et l'Isla Claveyson, où ie seu pe la pailli. En l'an cinquanta et un louz un dion que 'n y eut moin, Lou zoutro que 'n y eut mey, mais n'y at plu de temoin.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : La place Saint-André, celle de la Volaille, Et l'île Claveyson, où je suis par la paille. En l'an cinquante-et-un les uns disent qu'il y en eut moins, Les autres qu'il y eb eut plus, mais il n'y a plus de témoins.
    ---
  • L'una trove son fil dens la lâca borbosa, L'ôtra vêt sa têta, sabllonosa, tèrrosa: Poura mè, dit l'una, vê-que tot mon trèsor, Mon fil qu'ére si fin, et plles jôno que l'or; [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'una trove son fi din la loqua bourbouza, L'autra veyt sa tela, sablonouza, terrouza: Poura mi, dit l'una, veyquia tout mon tresor, Mon fi qu'eyre si fin, et plu iauno que l'or;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'une trouve son fil dans la laque bourbeuse, L'autre voit sa toile, sablonneuse, terreuse: Pauvre-moi! Dit l'une, voilà tout mon trésor, Mon fil qui était si fin, et plus jaune que l'or;
    ---
  • En l'un avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus". En l'ôtro avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis". [valor : 10]
    ècritura d'origina : En l'un aveyt escrit: "Deus erit omnia in omnibus". En l'autre aveit escrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Sur l'un était écrit: "Deus erit omnia in omnibus" ("Dieu soit tout en tous"¹). Sur l'autre il y avait écrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis" ("Dieu merveilleux dans ses saints"²). ¹ Bible, I.Corinthiens,15,28. ² Bible, PSaume 67,36.
    ---
  • Diœ est amôr et de cela il at tant donâ ux sents que ils s'âmont tant come l'un membro pôt amar l'ôtro. Et ço que l'un vôt, vôlont tués/tuéts les ôtros. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Deus est amors et de cella il ha tant dona au sains que il s'amont tant comme li uns membros puot amar l'autro. Et co que li uns vout, volunt tuit li autri.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Dieu est amour et il en a tant donné aux saints qu'ils aiment comme un membre peut aimer l'autre. Et ce que veut l'un, tous les autres le veulent.
    ---
  • Et céla cllartât jétâvet si grant resplendor que ele fesêt resplendir tota la vèrmelya si que la una biotât enluminâvet si l'ôtra et si étiant la una en l'ôtra que eles rendiant si mèravilyosa biotât et si grant resplendor que on vêt tota la biotât de la bllanche cllartât dedens la vèrmelye et la biotât de la vèrmelye vêt on dedens la biotât de la cllartât bllanche. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et cilli clarta gitavet si grant respandour que illi fayseit resplandir tota la vermelia si que li una beauta enluminavet si l'autra et si ytiant li una en l'autra que eles rendiant si meravillousa beuta et si grant resplandour que un veet tota la beuta de la blanci clarta dedenz la vermeli et la beuta de la vermeli veet hon dedenz la beuta [de la] clarta blanci.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et cette clarté lançait une si grande splendeur qu'elle faisait resplendir toute la clarté vermeille, et chacune de ces deux beautés illuminait si bien l'autre et elle étaient si bien confondues qu'elles rendaient une merveilleuse beauté et un vif éclat, au point que l'on voyait toute la beauté de la clarté blanche dans la clarté vermeille et le beauté de la clarté vermeille dans la beauté de la clarté blanche.
    ---
  • Màs pués aprés eles lèssiéront cél luè, câr éret trop entre los sèculârs, et s'en retornâront en Permagni, mâques cetes três crèatures que érant ja trèpassêes et sèvèlies l'una de joûta l'ôtra al cemetiéro de cela mêson d'Êmuéx. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais puis apres elles layssaront cel lua, quar eret trop entre los seculars, et s'en retornaront en Permagny, maques cetes tres creatures que erant ja trapassees et sevelyes li una dejota l'autra el cymityero de cela meyson d'Emuet.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Plus tard les religieuses quittèrent ce lieu, car il était trop au milieu des gens du siècle, et elles retournèrent à Parménie, sauf ces trois créatures qui étaient déjà trépassées et ensevelies l'une à côté de l'autre dans le cimetière de cette maison d'Eymeux.
    ---
  • La cognessença sensiblla et la cognessença racionèla difèrèsont qualitativament, els sont tojorn pas copâyes l'una de l'ôtra, mas unies sur la bâsa de la prateca. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La kogneisensa sensibla e la kogneisensa rasionaala deifereyson kalitativament, i sont sempre pa kopeye l'inha de l'aatra, ma unie su la basa de la prateka.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : La connaissance sensible et la connaissance rationnelle diffèrent qualitativement, elles ne sont toutefois pas coupées l'une de l'autre, mais unies sur la base de la pratique.
    ---
  • En filosofia ni lo "racionalismo" ni lo "empirismo" comprendont pas lo caractèro historeco ou dialècteco de la cognessença, et bien que cetes tèories contegnéssant, l'una come l'ôtra, un aspèct de la veretât (il sè trète du racionalismo et de l'empirismo matèrialisto et pas idèalisto), ils sont tuéts doux fôx du pouent de vua de la cognessença considèrâye dens son ensembllo. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En filozofia ni lo "rasionalismò" ni lo "empirismò" komprendon pa lo karakteihò istorekò o dialektekò de la kogneisensa, e, bien ke hete teorie kontegnisan, l'inha kome l'aatra, in aspekt de la veheto (i se trate di rasionalismò e de l'empirismò materialista e pa idealista), i sont tut do fas di point de vua de la kogneisensa konsidereya din son eisemblò.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : En philosophie, ni le " rationalisme " ni l'" empirisme " ne comprennent le caractère historique ou dialectique de la connaissance, et, bien que ces théories recèlent l'une comme l'autre un aspect de la vérité (il s'agit du rationalisme et de l'empirisme matérialistes et non idéalistes), elles sont toutes deux erronées du point de vue de la théorie de la connaissance considérée dans son ensemble.
    ---
  • Les grôs sè fant d'argent ètot lœr endustria; Lo petiôd campagnârd, vendent checa per côp Cen que rend son travâly, sa bôna èconomia, - On derêt pas - sè fét de jôlis sous! Fôt ben pœr son bosèt qu'un châcun bien s'entende. "Kadia, kel, cosa k'ala da vende?" N'ens de trifoles jônes âtènt que nen voléd Pœr dègrèssiér lo ventro ux monsiœrs piemontês; N'ens des peréts d'hivèrn et des pomes rênètes, Des véls grâs, des moutons bons pœr la boucherie, Des liévres, des chamôs et tant d'ôtres bétyètes Que bâs per lé vant sè fére rutir. quand doux payis vesin vivont come des fréres L'un a l'ôtro sè fant lo bien qu'on pôt sè fére: Lœr cuér fét des solârs a tuéts noutros monsiœrs Et les sabôts d'Ayâs vat bâs chôciér les lœurs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le grou se fan d'ardzen atot leur industria; Lo petzou campagnar, venden tzecca pe cou Cen que rend son travail, sabonna economia, - In dereit pa - se feit de jouli sou! Fa bin pe son borset qu'un tzacun bien s'intende. "Kadia, kel, cosa k'ala da vende?" N'en de trifolle dzàne autan que n'en volei Pe degreiché lo ventro i monseur piemontei; N'en de pereut d'hiver et de pomme reinette, De vé gra, de maouton bon pe la beutzerì, De lévre, de tzamos et tan d'atre betzette Que ba per lé van se fére routì. Quand do pay vesun vivon come do frére L'un a l'atro se fan lo bien qu'on peut se fére: Leur couér feit de solèr a tzeut noutre monseur Et le sabò d'Ayas van ba tzaouché le leur.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Les grands font de l'argent avec leur industrie; Le petit campagnard, vendant peu à peu Ce que rend son travail, sa soingneuse économie, - On ne le dirait pas - se fait de jolis sous! Il faut bien que chacun s'ingénie pour sa bourse. Dites donc, vous, qu'avez-vous à vendre? - Des pommes de terres jaunes autant que vous en voulez pour dégraisser le ventre aux messieurs piémontais; Nous avons des poires d'hiber et des pommes reinettes, Des veaux gras, des moutons ...
    ---
  • Lo chavagnon en brès, la bôna mènagiére S'en vat vendre bien chier lo frut de sa chôdiére. Son burro frèque et ses fromâjos grâs Fant franc envéy'! sont fêts p'étre agouétiês! Pœr sè dèdamagiér des pênes que sè balye Vat vendre, doux sous l'un, les ôfs de ses polalyes; Sè prend sucro, câfè... màs de céls-ce bonbons N'en saviant noutros vielys pas mémament lo nom; Lor fesiant via longe ètot pan et fromâjo. Tot-un de cél câfè sè nen fét trop d'usâjo; Dês la plles grôssa dama u dèrriér savatin, Tot vôt pœr dèjonon la tâssa lo matin. Cél cllàr tot-un mè ètot je l'âmo; Et se j'é l'êr de fére la leçon, O est qu'on derêt qu'on vint plles grâmo A fôrce de megiér de bon. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo tzavagnon in brà la bonna megnadzére S'en vat vendre bien tzèr lo freut de sa tzaoudère. Son beuro fréc et se fromadzo grà Fan fran invei! Son fét p'étre aveitzà! Pe se dedomadzé di peine que se baille Vat vendre, dò sou l'un, le-z-ou de se polaille; Se prend seucro, café... Mé de cice bonbon N'en sayan noutre vioù pa memamem le nom; Leur feijan vìa londze atot pan et fromadzo Teutun de ci café se n'en feit trop usadzo; Dei la pi groussa dama i dérére tzavatin Tot vout pe dedzeunon la tassa lo matin. Ci cllier teutun mè ètot dze l'amo; Et se dz'i l'air de fére la leçon, L'est qu'in dereit qu'on vin pi gramo A force de medzé de bon.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Son petit panier au bras, la bonne ménagère S'en va vendre bien cher le produit de sa chaudière. Son beurre frais et son fromage gras Font vraiment envie! Ils sont faits pour être regardés! Pour se dédommager des peines qu'elle se donne, Elle va vendre, deux sous l'un, les oeufs de ses poules; Elle s'achète sucre, café... mais de ces bonbons Nos ancêtres n'en savaient pas même le nom; Eux faisaient longue vie avec pain et fromage...
    ---
  • Dames et Monsiœrs, tot vint de Turin, de Fllorence, De Roma, de Milan, d'Anglletèrra et de France. Vegnont chèrchiér l'êr frèque et la bôna apetit, Senant les louidors dens tot noutro payis. Les uns a Sent-Martin vant sus per la valâla, U Mont-Rose tot setout y balyont l'escalâla. D'ôtros de Châtelyon siuvont lo drêt chemin, Vant agouétiér de prés lo front du Mont-Sèrven. D'ôtros sur lo Mont-Bllanc y vant pllantar lœrs tendes; Tot-un y réstont pas les fétes de Chalendes; Et p'étre sur les bèques u levar du solely Pèrdriant en rampelyent les onglles des artelys. D'ôtros côront pas tant; lœr, cregnont trop la lagne; Les bins de Cort-Màyœr fant lœr grant pâssa-temps, Ou ben pœr gouarir des mangagnes Prègnont les égoues a Sent-Vincent. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dame et Monseur, tot vin de Teurin, de Florence, De Roma, de Milan, d'Angleterra et de France. vegnon tzertzé l'air fréc et la bonn'appeti, Sennen le loui d'or din tot noutro pay. Le-z-un à Saint-Martin van su pe la valada, I Mont-Rose toustou li baillon l'escalada. D'atre su lo Mont-Blan li van planté leur tende; Teutun l'y reston pa le féte de Tzalende; Et p'étre su le bèque i levè di solei Perdrian in rempeillen le-z-onllie di-z-artei. Datre couron pa tant; leur craignon trop la lagne; Le bain de Cormeyaou fan leur gran passaten, O bin pe gari di mangagne Prègnon le-z-ève a Saint-Vincen.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Dames et Messieurs, tous arrivent de Turin, de Florence, de Rome, de Milan, d'Angleterre et de France. Ils viennent chercher l'air frais et le bon appétit, Semant les pièces d'or dans tout notre pays. Les uns à Pont-Saint-Martin montent le val (du Lys) Et vont aussitôt escalader le Mont-Rose. D'autres de Châtillon suivent le droit chemin, Vont regarder de près le front du Mont-Cervin. D'autres sur le Mont-Blanc vont planter leurs tentes; Cependant ils n'y restent pas les fêtes de Noël...
    ---
  • L'ètêla du bèrgiér comenciêve de lluire, Lo pére, en atendent cél que son cœr dèsire: "Ah! Tôrna, desêt-il, du drêt fond de son cœr, Tôna, tôrna, mon fely, vin calmàr ma dolœr". - Lé, tot d'un côp, vers llui s'avance docement Un mâlherœx, son fely, tot trevolant de crente: L'un recognêt son pére et l'ôtro son garçon Que vint tot legremant lyé demandàr pàrdon. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'éteila di berdzé comenchàve de lliouire: Lo pére, in attenden ci que son coeur desire: "Ah! torna, dejet-é, di dret fon de son coeur, Torna, torna, mon feus, vin calmé ma doleur". - Lé, tot d'incou, ver lliu s'avance doucemente Un maleureu, son feus, tot trevolen de crente: L'un recougnë son pére et l'âtro son garçon Que vint tot legreumen lei demandé pardon.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : L'étoile du berger commençait à luire: Le père, en attendant celui que son coeur désire: "Ah! reviens, disait-il, du plus profond de son coeur, reviens, reviens, mon fils, viens calmer ma douleur". - Là, à l'instant même, vers lui s'avance doucement Un malheureux, son fils, tout tremblant de crainte. L'un reconnait son père et l'autre son garçon, Qui vient tout larmoyant lui demander pardon.
    ---
  • Les bèrgiérs, lœr ètot, 'ls ant trèt lœr vèsta grise; 'ls ant betâ la tanèta et la genta chemise. Aprés mè, tot vegnêt: femèles, homos, garçons: Les uns sur des montures et les ôtros a piaton, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le berdzé leut ettot l'an trét leur vesta grise; L'an bettà la tanetta et la dzenta tsemise. Aprë mè, tot vegnet: femalle, ommo, garçon: Le s-un du de monteure et le s-âtre a piaton,
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Les bergers, eux ausssi, ont enlevé leur veste grise; Ils ont mis l'habit tanné et la belle chemise. Après moi, tout (le monde) venait: femmes, hommes, garçons: Les uns sur des montures et les autres à pied,
    ---
  • Màs come de jetàr lo moment arrevâve, U bouél, vaches, mojons, tot cen sè tormentâve. Pertot on veyêt ja de petiôds garçonèts: Les uns, devant lo bouél, fesiant petàr lœr fouèt; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Më come de dzetté lo momen arreuvàve, I baou, vatse, modzon, tot sen se tormentàve. Pertot in vejet dzà de petsou garçonnet: Le s-un, devan lo baou fejan petté leur fouet!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Mais comme le moment d'aller paître arrivait, À l'étable, vaches, génissons, tout cela se tourmentait. Dans tous les châlets, on apercevait de petits garçons: Les uns, devant l'étable, faisaient claquer leur foeut;
    ---
  • Lé, l'un trèt son habit et l'ôtro son bonèt, D'ôtros, fin que les sôques, et jouyont ux palèts. Doze pouents lo boton! Cen 'l est pas bagatèles, Surtot quand fôt copàr cél que tint les bretèles. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lé, l'un trét son abit et l'àtro son bonet, D'âtre, finque le soque, et dzoyon i palet. Doze pouin lo boton! C'en l'est pa bagatelle; Surtou quan fat copé ci que tin le bretelle.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Là, l'un tire son habit et l'autre son bonnet, D'autres, même les socques, et ils jouent aux palets. Chaque douze points un bouton! Cela n'est pas bagatelle, Surtout lorsqu'il faut couper celui qui tient les bretelles.
    ---
  • Bien vito s'est passâ doux quârts d'hora de temps; Màs savêr quinta gâgne, on nen saviêt de ren. Tantout l'una recule, et pués tot setout s'avance, Et châcuna a bél tôrn s'ècote a crapa-pance. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bien vito s'est passà do quar d'aoure de ten Me savei quinta gagne, in n'en sayet de ren: Tantou l'euna recule, et poue toustou s'avance, Et tsaqeuna a bë tor s'ecotte a crapa panse.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Bien vite il s'est passé deux quarts d'heure de temps; Mais deviner laquelle aurait gagné, on n'en savait rien. Tantôt l'une recule et puis aussitôt s'avance, Et, tour à tour, chacune s'efforce à crève-ventre.
    ---
  • Lo réstant du tropél avançe en s'empendent; Les unes sè borneyont, les ôtres sè chaçont. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo restan di troupì avanche eun s'eumpeunden: Le s-eune se borgnéoun, le s-atre se tsassoun.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV - "La tséryì" - D.Daudry
    nota : Le restant du troupeau avance en se poussant: Les unes se font de gros yeux, les autres se pressent.
    ---
  • Adonc sè vêt, per lo velâjo, Du bouél sortir les vegnerons; Les uns molent lœr corbetion, D'ôtros, ètot lo massœt des sôjos. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Adon se veit, pe lo veladzo, Di baou sorti le vegneron; Le s-un mollen leur corbetson, D'âtre, atot lo macheu di sadzo.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le quatro seison - 1859
    nota : Alors, on voit, dans le village, Les vignerons sortir de l'étable; Les uns aiguisant leur serpette, D'autres, avec un faisceau de saules.
    ---
  • Mècllàr ensembllo les idês de l'un et celes de l'ôtro. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mëcllié insemblo le s-idé de l'un et çalle de l'atro.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Mêler ensemble les idées de l'un et celles de l'autre.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche