Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26747
pôt
definicion
3 p.s. - endicatif present - vèrbo povêr/possêr.
  • endicatif present 3.p.sing. [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • peut [valor : 10]
    ---
  • può[valor : 10]
    ---

Variantes

  • pôt (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : pot
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • pœt (Vls) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : poeu
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : STPPB
    Sôrsa : Dict. du patois de Bagnes Web d'entèrèt :
    ---
  • pôt (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : puet/pot/puot
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---
  • pôt (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : pouc
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : BREL, École pop. de patois Vald.
    Sôrsa : S.Favre - Le fun-uhèn: un patois singulier - Fénis. Une communauté au fil de l'histoire. - 2000 Web d'entèrèt :
    ---
  • pôt (Frz) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : po
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 Web d'entèrèt :
    ---
  • pôt (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : pu
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : ATHENA - Pierre Perroud Web d'entèrèt :
    ---
  • pœt (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : peut
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011 Web d'entèrèt : http://www.dizionariogiaglionese.it/
    ---

Frâses

  • Sè cachient per dèrniér lo(s) plles èpès nuâjo(s), Ele fut, dens un sôt, uprés de Sassenâjo. Los habitants surprês, veyant que tot lor nuét, Fèrmont lors boutéques, et bagâge que pôt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Se cachant per darnié lo plus épais nuageo, Eilli fut, din un saut, uprès de Sassenageo. Lou z-habitan surprey, veyant que tout lor not, Fermont lor boutiquet, et bagage que pot.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Se cachant (par) derrière le plus épais nuage, Elle fut dans un saut auprès de Sassenage. Les habitants surpris, voyant que tout leur nuit, Ferment leurs boutiques; et décampe qui peut.
    ---
  • On pœt pas tot-du-long s'asiuvre. [valor : 10]
    ècritura d'origina : On poeu pâ toùdiyon s’achyeurre.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Base de donnée du dic. du patois de Bagnes
    nota : Orthographe du dictionnaire du patois de Bagnes
    ---
  • A carem'entrant la jouenèsse s'afublle de totes les farates que pœt trouvar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A kamintran é jeunësse s’afoùblë dë totë i faratë ke poeu trouâ.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Dict. du patois de Bagnes (194)
    ---
  • Quand venêt lo matin, ele començâvet a pensar coment lo benêt filys Diô volét dèscendre en la misère de cet mondo, et prendre nouhtra humanitât et aj·outar a sa dêtât, en tâla maniére que l'on pôt dére que Diô qui éret imortâl fut môrt pœr nos. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quand veneit lo matin, illi commencavet a pensar coment li beneyz fiuz Deu volit desendre en la miseri de ce mont, et prendre nostra humanita e ajotar a sa deita, en tal maneri que l'on puet dire que Deus qui eret immortauz fut mors per nos.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand venait le matin, elle commençait à penser à la façon dont le béni Fils de Dieu voulut descendre dans la misère de ce monde, et prendre notre humanité et la joindre à sa divinité, en sorte que l'on peut dire que Dieu qui était immortel est mort pour nous.
    ---
  • Qui il vôt il pôt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Couic i iouc i pouc.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : BREL, École pop. de patois Vald.
    Sôrsa : S.Favre - Le fun-uhèn: un patois singulier - Fénis. Une communauté au fil de l'histoire. - 2000
    ---
  • On pôt donc suportar des parèlyes maniéres Quand on vêt quelos véls dens totes les charriéres Vos têsar d'un êr fier, fére més de varê Que s'ils étiant sortis de la couesse d'un rê. [valor : 10]
    ècritura d'origina : O po don supportô de parellie magniére Quant o vé quelo viaux dins tote le charrére Vo tézô d'in âr fiar, faire met de varé Qu'e s'il etsant sortsi de la quouèssi d'ïn ré.
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : On peut donc supporter de pareilles manières Quand on voit ces ceaux dans toutes les rues Vous toiser d'un air fier, faire plus de tapage Que s'ils étaient sortis de la cuisse d'un roi.
    ---
  • Ils avévont de les lantèrnes sœrdes; Ils contrefassiant celes grôsses grenolyes, Il étéve pœr alar et pœr vegnir, Sen que jamés nion ne los/les pût dècruvir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Il avivon de lé lanterné cheurdé; Y contrefassion celé grousse grenollié, Y étivé pé alla et pé vegni, Sans que jamais nion ne lou pu décrevi.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 10. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Ils avaient des lanternes sourdes; Ils contrefaisaient les grosses grenouilles. C'était pour aller et venir, Sans que jamais on les pût découvrir.
    ---
  • Èyésont fêt compllot d'èxtèrminar los/les gouârdes! Los/les uns los/les mètont nus, font encant de lors hârdes; Los/les ôtros d'un logis tiront doux mâlherox, Et lor font ressentir ce que pôt la furor, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ayezont fat complot d'extermina lou garde! Lou z-un lou metton nus, font incan de lour z'arde; Lou z'autro d'un logi tiront dou malhérou, Et lou font ressenti ce que pot la furou,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Aient fait complot d'exterminer les gardes? Les uns les mettent nus, font encan de leurs hardes; Les autres d'un logis tirent deux malheureux, Et leur font (res)sentir ce que peut la fureur,
    ---
  • De ço que ele vit dedens lo lévro, jo ne vos conteré pas mout, câr jo no é côr qui lo pôt/pouesse pensar, ni boche qui lo sât/sache dèvisar. Tot-adés jo vos deré alcun-petit se Diô mè donet la grâce. [valor : 10]
    ècritura d'origina : De co que illi vit dedenz lo livro, jo ne vo conteray pas mout, quar jo no hay cor qui lo puit pensar, ne bochi qui lo sout devisar. Tot ades jo vos direy alcon petit si Deus me donet la graci.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : De ce qu'elle vit dans le livre, je ne vous conterai pas beaucoup de choses, car je n'ai ni intelligence qui puisse le concevoir, ni la bouche qui sache le raconter. Je vous en dirai toujours quelque chose, si Dieu m'en donne la grâce.
    ---
  • Pœr dére que se pœt pas vivre et travalyér avouéc des activitâts u pas des temps se tè èssoublles les rés et l'idèntiât culturâl et la lengoua a cen lyé servét. Pœr cheménàr ensems. Voutro M.Rey [valor : 10]
    ècritura d'origina : Per diře que se peut pa vivre è travalhe avé de ativitaa aou pas di tèin se te èisubleus le ree è l'identitaa coultuřal è la lèinga a seun lhe servit. Per tsaminée ansèin. Votro M.Rey
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : Per affermare che è possibile una permanenza sostenibile sul nostro territorio solo coniugando coerentemente passato e futuro e fare della lingua il verbo indispensabile. Per camminare insieme. Vostro M.REY
    ---
  • Coma lo matelot èchapâ de l'orâjo Racomode sos mâts, sos vouèlos, sos cordâjos, De mémo l'habitent, dens sa mêson fèrmâ, Tâche, du mielx qu'il pôt, de rèparar son mâl, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Coma lo matelo eichapa de l'orageo racomode sou mat, sou voilo, sou cordageo, De meime l'habitant, din sa meyson ferma, Tache, du mieu qu'y pot, de repara son ma,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Comme le matelot échappé de l'orage Raccommode ses mâts, ses voiles, ses cordages, De même l'habitant, dans sa maison fermé, Tâche, du mieux qu'il peut, de réparer son mal, ("maison de fermage")
    ---
  • Des femèles que subllont, Des gelenes que chantont come les pôls, Des pôls que font les ôfs, Fôt s'en dèfére plles vito que on pôt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Di femalle que sciublon, Di dzelenne que tsanton come le poù, Di poù que fon le s-où, Fat s'en defée pi vito que on pout.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.633 a la pâge 244 du lévro).
    nota : Des femmes qui sifflent, Des poules qui chantent comme les coqs, Des coqs qui font les œufs, Il faut s'en défaire le plus vite que l'on peut.
    ---
  • Y at três bagues que lo Diâbllo pôt pas comprendre: la sêf dus fâvros, la fam dus magnins, et les malices dés fènes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y a tré bague que lo Dziablo pout pà comprendre: la sei di favro, la fan di magnein, et le malisse di fenne.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.634 a la pâge 244 du lévro).
    nota : Il y a trois choses que le Diable ne peut pas comprendre: la soif des forgerons, la faim des chaudronniers, et les malices des femmes.
    ---
  • 'L y at mâques doves brâves femèles u mondo: L'una 'l est pèrdua, l'ôtra, œn pôt pas la trovàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'y at maque dove brave femalle i mondo: L'euna l'est perduya, l'âtra, in pout pà la trové.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.636 a la pâge 245 du lévro).
    nota : Il n'y a que deux braves femmes au monde: L'une est perdue, l'autre, on ne peut pas la trouver.
    ---
  • Et ceta doçor ne sè pôt dècrêtre assé plles et muens que les égoues de la mar. Câr tot assé come les flluvos salyont de la mar tuéts et tuéts y retôrnont, tot assé la biotât Nouhtron-Sègnor et la doçor, come ben que ele s'èxpandet a tot, ele retôrnet tojorn a llui. Et per ço ne pôt ele jamés dècrêtre. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et citi doucors ne se pot decreytre assi po et menz que li ayguy de la mar. Quar tot assi com li fluyvo sallont de la mar tuit et tuit y retornont, tot assi li beuta Nostron Segnour et li doucors, cum bein que illi se expandet a tot, illi retornet toz jors a luy. Et per co ne pot illi ja mays descreytre.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Cette douceur ne peut décroître ni plus ni moins que l'eau de la mer. Car tout comme les fleuves sortent tous de la mer et y retournent tous, ainsi la beauté de Notre-Seigneur et sa douceur, bien qu'elles se répandent partout, retournent toujours à lui. Et pour cela elles ne peuvent jamais diminuer.
    ---
  • Or pensâds que en llui y at d'ôtros biens avouéc ceti. Il est très-totes chouses que l'on pôt pensar ne dèsirar en tôs sos sents. Et qu'o est la ècritura qui éret ècrita en lo premiér fèrmél del lévro yô avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or pensas que en luy ha d'autres biens avoy cetuy. Il est tratotes choses que l'on pot pensar ne desirar en toz sos sains. Et co est li escriptura qui eret escripta el premier fermel del livro ou aveit escrit: "Deus erit omnia in omnibus".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or pensez qu'il y a en lui d'autres biens. Il est tout ce qu'on peut penser et désirer dans tous ses saints. Et c'est l'inscription qui était sur le premier fermoir du livre où était écrit: "Deus erit omnia in omnibus".
    ---
  • Cet glloriox côrps éret si très nôbllo et si transparent que l'on veyêt tot cllarament l'ârma per-dedens. Cél côrps éret si très nôbllo que l'on sè pôt remeriér plles cllarament que en un merior. Cét côrps éret si très biô que l'on y vêt los anjos et los sents assé come s'ils fussont pints en llui. Sa face éret si très grâciosa que les anges qui l'aviant contempllâ dês que ils furont crèâs ne sè poviant soular de llui regardar, màs lo dèsirâvont a regardar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ices glorious cors eret si tres nobles et si trapercans que l'on veoyt tot clarament l'arma per dedenz. Cil cors eret si tres nobles que l'on si poit remirer plus clarament que [en] un mirour. Ciz cors eret si tres beuz que l'on y veit los angelos et los sains assi come se il fussant peint en lui. Sa faci eret si tres graciousa que li angel qui l'aveiant contempla de que il furont crea non se puyant solar de luy regardar, mais lo dessirravont a regardar.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Ce glorieux corps était si noble et si transparent que l'on voyait très clairement l'âme à l'intérieur. Ce corps était si noble que l'on pouvait s'y voir plus clairement que dans un miroir. Ce corps était si beau que l'on y voyait les anges et les saints comme s'ils y étaient peints. Son visage était si gracieux que les anges qui le contemplaient depuis leur création ne pouvaient se rassasier de sa vue, mais avaient le désir de le regarder.
    ---
  • Diœ est empassibllo et no pôt avêr nula enfirmitât en sè et per ço il at donâ si grant santât a sos amis que no porrant jamés avêr maladies, ni étre pesant ni gravâ, ni en ârma ni en côrps. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Deus est impassibilis et no pot aveyr nulla infirmita en se et per co il ha dona si grant santa a sos amis que no porrent ja mais aveir maladi, ne estre pesant ne grava, ne en arma ne en cors.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Dieu est impassible et ne peut avoir en lui aucune infirmité, et à cause de cela, il a onné à ses amis une santé si grande qu'ils ne pourront jamais être malades, ni accablés ou souffrants, ni d'âme ni de corps.
    ---
  • Diœ est amôr et de cela il at tant donâ ux sents que ils s'âmont tant come l'un membro pôt amar l'ôtro. Et ço que l'un vôt, vôlont tués/tuéts les ôtros. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Deus est amors et de cella il ha tant dona au sains que il s'amont tant comme li uns membros puot amar l'autro. Et co que li uns vout, volunt tuit li autri.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Dieu est amour et il en a tant donné aux saints qu'ils aiment comme un membre peut aimer l'autre. Et ce que veut l'un, tous les autres le veulent.
    ---
  • En ço que ele ut fêt sa preyére et Noutra-Dona lyé vént devant et sembllâvet lyé que Noutra-Dona fut del âjo de quinze ans et la très grant biotât de lyé ne pôt onques ràcontar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En co que illi ot fait sa preyeri et Nostra Donna li vint devant et semblavet li que Nostra donna fut del eajo de .XV. anz et la tres grant beuta de li ne pot unques recontar.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Lorsqu'elle eut fait sa prière, N-D vint à elle et il lui semblait que N-D était âgée de quinze ans et d'une beauté telle qu'on ne peut la décrire.
    ---
  • En ço que il lyé parl(i)ét, il lyé dit apèrtament ni dèsirar ni querir ceta chousa: "câr, ço dit-il, ne vuel que tu muerres encora". Iço lyé dit tant bènignament et tant amâbllament que o no lyé éret sembllent que ele ni neguna ôtra pèrsona o pôt fére entendre. Et les grants dèsirs que ele avêt de la môrt lyé passàt tantout del côr et remanat en grant consolacion et en grant dèsir de més vivre al sèrvice de son bon crèator. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En co qui el li parlyet, el li dit apertament ne desirrar ne quirir ceta chosa: "car, co dit il, no voil que tu moyres encores". Ico li dit tant benignament et tant amiablament que oy no ly eret semblanz que illi ne neguna autra persona o puit fayre entendre. Et li granz desirs que illi aveyt de la mort li passet tantot del cor et remat en grant consolacion y en grant desir de mays vivre el servis de son bon creatour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Pendant qu'il lui parlait, il lui dit clairement de ne pas dérirer et de ne pas demander cette chose, car, dit-il, je ne veux pas que tu meures encore. Il lui dit cela avec une bienveillance et une amitié telles qu'à son avis, ni elle-même ni aucune autre personne ne pourrait le faire comprendre. Et le grand désir qu'elle avait de la mort lui sortit aussitôt de l'esprit et elle resta grandement réconfortée et désireuse de vivre encore au service de son bon Créateur.
    ---
  • En ceta grant consolacion ele étiêt tant que la mèssa et midi fut del tot féni. En l'èspâço qui fut dês aprés-midi, tant que lo convent fût alâ a tâblla, ele vit et sut mout de secrèts Noutron-Sègnor, losquâls ele ne volét onques rècitar. Totes vês entendens que ele entràt en si profonda contempllacion que ele pôt ben dére pllênèrement lo vèrsèt qui dit: "Sicut audivimus in civitate Domini". [valor : 10]
    ècritura d'origina : En ceta grant consolacion illi ytiet tant que li messa et mendis fut del tot finit. En l'espacio qui fut deys apres medis, tant que li convenz fut alas a tabla, illi vit et sot mout de secrez Nostrum Segnour, los quauz illi ne voucit unques recitar. Totes veys entendin que illi entret en si profunda contenplacion que illi pot bein dire pleneriment lo verset qui dit: "Sicut audivimus in civitate Domini".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Elle demeura dans cette grande consolation jusqu'à ce que la messe et l'office de midi fussent tout à fait terminés. Après midi, jusqu'à ce que le couvent fût allé à table, elle vit et apprit beaucoup de secrets de Notre-Seigneur, qu'elle ne voulut jamais raconter. Toutefois nous savons qu'elle entra dans une contemplation si profonde qu'elle pouvait bien dire pleinement le verset qui dit: "Sicut audivimus in civitate Domini".
    ---
  • Il ne pôt pas s'acotemâr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A ne pou po s'akôteûmo.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Il ne peut pas s'habituer.
    ---
  • Qui pôt méngiér cét pachoque! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Qui pout mindzé ci patsoque!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Qui peut manger cette bouillabaisse!
    ---
  • La tèoria matèrialista-dialècteca de la cognessença bete la prateca a la premiéra pllace; ele èstime que la cognessença humèna pôt, en niona maniéra, étre copâye de la prateca et refuse totes celes tèories fôsses que néyont l'importança de la prateca et copont la cognessença de la prateca. Lènino at dét: "La prateca est supèriora a la cognessença (tèoreca), porquè y at la dignitât, pas justo du gènèral, mas oncor du rèèl imèdiat". [valor : 10]
    ècritura d'origina : La teoria materialista-dialekteka de la kogneisensa bete la prateka a la mreneiha plase; ila estime ke la kogneisensa umanha pot, in gnunha magneiha, eitre kopeya de la prateka e refuze tute hale teorie faase ke nion l'importansa de la prateka e kopon la kogneisensa de la prateka. Lenine at det: "La prateka et superiora a la kogneisensa (teoreka), perkei i at la dignito, pa dzestò di gzeneral, ma inkò di real imediat".
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : La théorie matérialiste-dialectique de la connaissance met la pratique à la première place; elle estime que la connaissance humaine ne peut, en aucune manière, être coupée de la pratique et rejette toutes ces théories erronées qui nient l'importance de la pratique et coupent la connaissance de la pratique. Lénine a dit: "La pratique est supérieure à la connaissance (théorique), car elle a la dignité non seulement du général, mais du réel immédiat."
    ---
  • "Sensa sôrtre d'enchiéz sè, un "sieoutsai" pôt savêr tot cen que acapite desot lo solely" 'l ére mâques una frâsa vouéda dens los anciàns temps quand la tècneca 'l ére pas dèvelopâye; bien qu'a noutra època de tècneca dèvelopâye, cen seye rèalisâbllo, cés que aquèront vreyament una partia du savêr, sont, dens tot lo mondo, cés que sont gllètâs a la prateca. [valor : 10]
    ècritura d'origina : "Sensa sortre d'en ksei se, in "sieoutsai" pot savey tut hen ke kepite desòt lo soley" l'eire make inha fraza vuida din les ansien temp kan la tekneka l'eire pa deivelopeya; bien k'a notra eipoka de tekneka deivelopeya, hen sie realizaablò, his ke akuiston vreiament inha partia di savey, sont, din tut lo mondò, his ke sont lloato a la prateka.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : "Sans sortir de chez lui, un sieoutsai peut savoir tout ce qui se passe sous le soleil" n'était qu'une phrase vide dans les temps anciens où la technique n'était pas développée; bien qu'à notre époque de technique développée cela soit réalisable, ceux qui acquièrent vraiment du savoir par eux-mêmes sont, dans le monde entier, ceux qui sont liés à la pratique.
    ---
  • Qui 'l at fêt come la fromia, 'L at de roba dens sa mêson; Pôt assembllàr ses compagnons Contre sa tena bien empllia. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Qui l'at fét come la fromìa, L'at de roba din sa meison; Pout assemblé se compagnon Contre sa tenna bien implìa.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le quatro seison - 1859
    nota : Celui qui a fait comme la fourmi, A des provisions dans sa maison; Il peut assembler ses compagnons Auprès de sa tine bien remplie.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche