Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26755
viu, viua, vius, viues
definicion
Participo passâ - vèrbo vêre/vêr/vér.
  • participo passâ [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • vu, vue, vus, vues [valor : 10]
    ---
  • visto, vista, visti, viste[valor : 10]
    ---

Variantes

  • vu, vua, vus, vues [valor : 10]
    Ècritura d'origina : v(i)u, -ua
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • viu, viussa, vius, viusses [valor : 10]
    Ècritura d'origina : viu, viussa
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • vegu, vegua, vegus, vegues [valor : 10]
    Ècritura d'origina : vegu, -ua
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • vu, vua, vus, vues (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : veu
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • viu, viua, vius, viues (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : viù
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains – 1914. Web d'entèrèt :
    ---
  • viu, viua, vius, viues (Vls) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : yu
    Règ·ion : Valês
    Grafia : STPPB
    Sôrsa : Dict. du patois de Bagnes Web d'entèrèt :
    ---
  • viu, viua, vius, viues (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : viù
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013 Web d'entèrèt :
    ---
  • vu, vua, vus, vues (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : vu
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : A. De Saint-Exupéry - lo Petsou Prince - Avouë le dessin de l'oteur - Tradui in patoé valdoten pe Raymond Vautherin - Wesakeditions - 2000 Web d'entèrèt :
    ---
  • vu, vua, vus, vues (Frz) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : vus
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 Web d'entèrèt :
    ---
  • vu, vua, vus, vues (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : vu
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : ATHENA - Pierre Perroud Web d'entèrèt :
    ---
  • vu, vua, vus, vues (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina :
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011 Web d'entèrèt : http://www.dizionariogiaglionese.it/
    ---
  • vu, vua, vus, vues (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : veu, ..., ..., veut
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Et coma pèrsona n'aviêt vu tâl dèlujo, Qui decé, qui delé coriêt chèrchiér refujo. Assé, dens muens de ren, Grenobllo tot entiér Sè trovét ressarrâ dens un petit quartiér. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et coma personna n'aviet veu tau délugeo, Qui decey, qui deley couriet charchié refugeo. Aussi, din moin de ren, Grenoblo tout entier Se trouvit ressarra din un petit quartier.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Et comme personne n'avait vu tel déluge, Qui deçà qui delà courait chercher refuge. Aussi, dans moins de rien, Grenoble tout entier Se trouva resserré dans un petit quartier.
    ---
  • Qui at viu três bons mês d'Avril, Llui engrave pas de morir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Qui a viù tré bon më d'Avri, Ll'engrava pà de mourì.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.77 a la pâge 28 du lévro)
    nota : Qui a vu trois bons mois d'Avril, Il ne lui pèse pas de mourir.
    ---
  • S'est viu menâ per 'es g·endârmes; falyéve vêre coment ére faratâ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : S’ë yu menô pë i jandarmë; falyiyë vèrre koùmë irë faratô.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Dict. du patois de Bagnes (200)
    ---
  • Couét ou cru lo fuè lo at viu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Couèt o cru lou fieù ou l'eut viù.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013
    ---
  • J'é viu que t'és alâ a Senta Créstina, t'âs lèssiê totes les passiéres. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dj'ei viù que t'es alà a Sènta Queustìnna, t'a lassieù toutes al passéreus.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013
    ---
  • Quand s'est dèssongiê, at viu una fantôma bas en coche du pêlyo. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Kan s’ë dëssonô, a yu oùna fantonma bâ an kotse du payo.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Dict. du patois de Bagnes (170)
    ---
  • On sofre bien per los/les crouyos ans màs n'ens p'oncor viu la famena come los/les noutros anciens. [valor : 10]
    ècritura d'origina : On soùfè byin p’i krouè-z an meïn n’in p’ onko yu a famena komë i nontro-z anshlyan.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Dict. du patois de Bagnes
    ---
  • Parèly j'é avu, lo long de ma via, un mouél de contacts avouéc un mouél de gens sèriœx. J'é brâvament vécu en-chiéz céls-ce plles grôs de mè. Je les é vus de prôcho. Cen 'l at quand-mémo pas trop amèlyorâ mon opénion dessus lœrs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Parë dz'i avu, lo lon de ma via, un mouë de contat avouë un moë de dzen serieu. Dz'i bramen vequi in tsë cice pi grou de mè. Dze le s-èi vu de protso. Cen l'at quan mëmo pa trop améliorà mon opegnon dessu leur.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : A. De Saint-Exupéry - lo Petsou Prince - Avouë le dessin de l'oteur - Tradui in patoé valdoten pe Raymond Vautherin - Wesakeditions - 2000
    nota : j’ai ainsi eu, au cours de ma vie, des tas de contacts avec des tas de gens sérieux. J’ai beaucoup vécu chez les grandes personnes. Je les ai vues de très près. Ça n’a pas trop amélioré mon opinion.
    ---
  • Des fesiors d'embarras, des tétes farigoles, Ques sont pas dens lo câs de dictar doves paroles; Des novéls parvegnus, que j'é vus,dens un temps, Pouros coment des rats et sens rèputacion, [valor : 10]
    ècritura d'origina : De faisou d'imbarras, de tête farigoles, Que sont pòs dins lo côs de dzictô dués paroles; De noviaux parvegnus, que j'ai vus, dins ïn tsomps, Pouro comma de rats et sins reputation,
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : Des faiseurs d'embarras, des têtes à l'envers, Qui ne sont pas dans le cas de dicter deux paroles; De nouveaux parvenus, que j'ai vus, dans un temps, Pauvres comme des rats et sans réputation,
    ---
  • Ils aviont vu corir des liévres bllanches, Des petites asse ben que des grandes, Que ne fassévont que tornar et veriér: Firont mancar lo cœr a d'Albigny. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Is avion vu cori dé livre bliansse, Dé petité asse bin que dé grande, Que ne fassion que torna et veri: Firon manqua le cœur à Dalbigni.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 56. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Ils avaient vu courir des lièvres blancs, Des petits aussi bien que des grands, Qui ne faisaient que tourner et virer: Ils firent manquer le coeur à d'Albigny.
    ---
  • Ben butâ. Ben vu. Ben tornâ. Ben sèrvi. Ben volu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bèin bitâ. Bèin vî. Bèin tournâ, Bèin servî. Bèin voulû.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011
    nota : Ben messo (vestito). Ben visto. Ben tornato. Ben servito. Ben voluto.
    ---
  • Quand j'avô siéx ans j'é vu, un côp, una genta émâge, dedens un lévro que prègiêve de la Serva Nêre et 'l aviêt nom "Histouère Vécua". Cela émâge rèprèsentâve una bouye boa en tren d'engorgiér un lapin sarvâjo. Vê-lé la copia du dèssin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quan dz'ayò chouë s-an dz'i vu, un cou, euna dzenta ëmadze, dedin un lëvro que prèdzave de la Serva Nèire et l'ayet non "Istoére Vequia". Çalla ëmadze representave euna bouye boa in tren d'ingordzé un lapin sarvadzo. Voélà la copia di dessin.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : A. De Saint-Exupéry - lo Petsou Prince - Avouë le dessin de l'oteur - Tradui in patoé valdoten pe Raymond Vautherin - Wesakeditions - 2000
    nota : Lorsque j’avais six ans j’ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la forêt vierge qui s'appelait "Histoires vécues". Ça représentait un serpent boa qui avalait un fauve. Voilà la copie du dessin.
    ---
  • Ne s'ére jamés vu de tâles ensolences, Ne s'ére jamés fêt de si grands violences. Nos les ons vu(s) fénir, quand per ôrdre du Rê, En Savouè, en Comtât, y ut de tropes règllêes [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ne s'eyre jamay veu de tale z-insolence, Ne s'eyre jamey fat de si grand violence. Nou le z-ont veu fini, quan per ordre du Rey, En Savoey, en Comtat, z-yeut de troupe régley
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : (Il) ne s'était jamais vu de telles insolences, (Il) ne s'était jamais fait de si grandes violences. Nous les avons vues finir, quand par ordre du Roi, En Savoie, en (dans le) Comtat, (il) y eut des troupes réglées
    ---
  • Dens lo pou de tèrren que l'égoua nos lèssiéve, En sortent du batél, lo Major los pllaciêve. U cllochiér Sent-André, Musa, tè qu'és montâ, Ce que t'âs vu d'iqué te devrês racontar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Din lo pou de terrain que l'aigua nous laissâve, En sortant du battet, lo Major lou plaçâve. U clochié Saint André, Musa, ti qu'és monta, Ce que t'a veu d'iqu'y te devria racontar.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Dans le peu de terrain que l'eau nous laissait, En sortant du bateau, le Major les plaçait. Au clocher (de) Saint-André, Muse, toi qui es montée, Ce que tu as vu de là tu devrais (le) raconter.
    ---
  • L'on l'at vu vers lo Bôf, vers lo Pêds, per Très-Cllouetra, Tot crotâ, tot molyê, tot pèrciê d'outra en outra, Enfin, per cents endrêts, lo Drac s'est ècolâ. Semblle que l'Isera ne vodrêt pas môlar; [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'on l'a veu ver lo Bou, ver lo Pey, pe Tra-cloutra, Tout crota, tout moüilla, tout perci d'outra en outra. Enfin, pe cent z-endret, lo Drac s'eyt écoula. Semble que l'Isera ne vodrit pas mola;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'on l'a vu vers le Bœuf, vers le poids (de ville), par Tré-Cloître, Tout crotté, tout mouillé, tout percé d'outre en outre. Enfin, par cent endroits, le Drac s'est écoulé. (Il) semble que l'Isère ne voudrait pas bouger;
    ---
  • A bien sèrvir lo Rê, ensé qu'on los vêt lèstos, A solagiér los mâls, de mémo sont-ils prèstos. Dens cél dèrniér mâlhœr nos 'n ons vu los èfèts; Que n'ont-ils pas donâ, quint bien n'ont-ils pas fêt? [valor : 10]
    ècritura d'origina : A bien servi lo Rey, ainsi qu'on lou veyt lesto, A soulagié lou mau, de meime sont'ey presto. Din ceu darnié malheur nou 'n ont veu lou z-efat; Que n'ont'ey pas donna, quunt bien n'ont'ey pas fat?
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : A bien servir le Roi, ainsi qu'on les voit lestes A soulager les maux, de même sont-ils prestes. Dans ce dernier malheur nous en avons vu les effets: Que n'ont-ils pas donné? Quel bien n'ont-ils pas fait?
    ---
  • Quand ele ne s'en prét gouârda ol llui fut sembllent que lo lévro sè uvrét, loquâl ele n'en avêt onques vu 'ment que defôr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant illi ne s'en prit garda oy li [fut] senblanz que li livros se uvrit, lo qual illi non aveit unques veu manques defor.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Alors qu'elle n'y prenait garde, il lui sembla que s'ouvrit le livre qu'elle n'avait vu encore que de l'extérieur.
    ---
  • Quand ele ut ço vu pœr mout grant-temps, ele pensét que ele mout grant pècherèsse éret et que ele ofendêt vers son crèator et comenciét dôtar ôcunes chouses. Et sur ço ele preyét a mout grant timor Noutron-Sègnor que a sa grant bontât pllését que ele a la èlèvacion pouét vêr son glloriox côrps tot simpllament. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant illi ot co veu per mout grant teins, illi penset que illi mout granz pecheriz eret et que illi offendeit vers son creatour et comencet dotar de acunes choses. Et sure co illi preet a mout grant temour Nostrum Segnour que a sa grant bonta playsit que illi a la levation poit veris son glorious cors tot simplament.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand elle eut joui de cette vision pendant longtemps, elle pensa qu'elle était une très grande pécheresse et qu'elle offensait son Créateur et elle commença à avoir quelques craintes. Et sur ce, elle demanda avec grande crainte à Notre-Seigneur qu'il plût à sa grande bonté qu'elle pût, à l'élévation, voir son glorieux corps tout simplement.
    ---
  • Lo jorn que venét aprés celi que ele avêt viu cetes rèvèlacions del jouyo et de la gllouère ètèrnâla et ele vêt ôtra maniére de vision et de divèrses rèvèlacions, lesquâles étiant pllênes de si grants dolors et de si grants èpoventements que on ni lo porrêt ni sarêt rècitar tant étiant eles grants. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo jor qui venit apres celui que illi aveyt veu cetes revelacions del joy et de la gloyri eternal et illi veit autre maneri de vision et de diverses revelacions, les quauz estiant pleynes de si granz dolors et de si granz espavantamenz que hun ne o porrit ne sarit recitar tant estiant eles granz.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Le jour qui vint après celui où elle avait eu ces révélations de joie et de la gloire éternelle, elle eut un autre genre de vision et de révélations, si pleines de douleurs et d'épouvante qu'on ne pourrait les raconter tant elle étaient grandes.
    ---
  • Si que dàmente que ele lo vêt a ben pou que ele non oublliâvet del tot lo grant jouyo et la grant gllouère que ele avêt vues lo jorn devant, jusque tant que a ben pou ele cudiâvet entrar en dèsèsperacion. Màs un pou que lyé soventâvet de la vision et de la gllouère de son bon crèator et de sa grant misèricôrde la sotenêt en fê et en èsperance. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Si que dementres que illi o veyt a bein po que illi non hubliavet de tot lo grant joy et la grant gloyri que illi aveyt veut lo jor devant, juque tant que a bein po illi ceydavet intrar en desperacion. Mais hun po que li soventavet de la vision et de la gloyri de son bon creatour et de sa grant misericordi la sustineit en fey y en esperanci.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Si bien que, pendant qu'elle avait cette vision, elle oubliait presque tout à fait la grande joie et la grande gloire qu'elle avait vues la veille, à tel point qu'elle pensait tomber dans le désespoir. Mais le peu qu'elle se rappelait de la vision et de la gloire de son bon Créateur et de sa miséricorde la soutenait en foi et en espérance.
    ---
  • Cet procèssus, de la prateca de transformacion du mondo, procèssus dètèrménâ de la cognessença scientefeca, est arrevâ a un moment historeco, en China come dens lo mondo entiér, a un moment de granta importança, sensa prècèdent dens l'histouèra de l'humanitât, lo moment de fére disparêtre les tènèbres en China et en tot lo mondo, et de transformàr noutro mondo en un mondo radiox, come on l'at jamés vu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Hi prosesus, de la prateka de transformaksion di mondò, prosesus determino de la kogneisensa siantefeka, et arevo a in momen istorekò, en Kxina kome din lo mondò intier, a in momen de granta importansa, sensa presedent din l'istoara de l'umanito, lo momen de feihe dispareitre le tenebre en Kxina e en tut lo mondò, e de transformei notrò mondò en in mondò radiozò, kome on l'at gzamei vu.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Ce processus, la pratique de transformation du monde, processus déterminé par la connaissance scientifique, est arrivé à un moment historique, en Chine comme dans le monde entier, à un moment d'une haute importance, sans précédent dans l'histoire de l'humanité - le moment de dissiper complètement les ténèbres en Chine comme dans le monde entier, et de transformer notre monde en un monde radieux, tel qu'on n'en a jamais connu.
    ---
  • J'é vu lyœrs frâres et lyœrs suèrs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dz'é vu yeû frore é yeû sué.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : J'ai vu leurs frères et leurs soeurs.
    ---
  • Son pâpa, que les ans 'ls ant pllètâ lo vesâjo, 'L avêt vu cent foréls revèrdir lo velâjo. A pêna possêt més s'édiér de son bâton; 'L alâve tuéts les jorns encontre a son garçon, Màs, jamés nion de llui, jamés nion s'aprochiêve, Ou plletout, étiant pas cél que son cœr amâve. Passâve jorn et nuet acabllâ de chagrin, Et jamés d'un uely sèc il vesêt lo matin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Son papa, que le s-an l'an plettà lo vesadzo, L'ayet vu cent fourië reverdi lo veladzo. A peina pochet më s'aidzé de son bâton; L'allàve tseut le dzor incontre a son garçon, Më, jamë gneun de lliu, jamë gneun s'approtsàve, O pitou l'etson pa ci que son coeur amàve. Passàve dzor et nët accablà de tsagrin, Et jamë d'un jeu sèque i vejet lo matin.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : Son père, dont les ans ont ridé le visage, Avait vu cent printemps reverdire le village. À peine pouvait-il encore s'aider de son bâton; Il allait tous les jours à la rencontre de son garçon. Mais, jamais aucun de lui, jamais aucun ne s'approchait. Ou plutôt, ce n'était pas celui que son coeur aimait. Il passait jour et nuit accablé de chagrin, Et jamais d'un oeil sec il ne voyait le matin.
    ---
  • En arrevànt u Brœly j'é vu, come una féta; Tot lo mondo assuegiê des pièds tant que a la téta. Les femèles, cél jorn, 'ls aviant de gents pichèts, Franc come vôlont lœr; cen réstâve si rêd! [valor : 10]
    ècritura d'origina : In arreuven i Breuil dz'i vu, come euna fëta; Tot lo mondo achouedzà di pià tanque a la tëta. Le femalle, ci dzor, l'ayan de dzen pitset, Franc come voulon leur; cen restàve se ret!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : En arrivant au Breuil j'ai vu, comme en un jour de fête, Tout le monde en toilette des pieds jusqu'à la tête. Les femmes, ce jour-là, avaient de belles dentelles, Vraiment comme elles les veulent; cela restait si raide!
    ---
  • Bientout, per totes cârres on sentêt ja criàr: L'hora d'ètièva arreve, alens donc vito arriàr. V'ussiâd vu! les bèrgiérs, les petiôdes bèrgiéres, Un chanon aprés l'ôtro, emplléssont les chôdiéres. En duère, vant lavàr lœr chanon, lœr colior, Et mémament lo nâs, tant que cen seye prod. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bientou, pe totte carre in sentset dza crié: L'aoura d'eitava arreuve, alle don vito arrié. Vucho vu! le berdzé, le petsoude berdzëre, Un tsanon aprë l'âtro, impleisson le tsaoudëre. In dzoêre, vant lavé leur tsanon, leur coillaou, Et mëmamen lo nà tanque cen sìe praou.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Bientôt, de toutes parts on entendait déjà crier: L'heure huitième arrive, allons vite traire. Si vous eussiez vu! Les bergers, les petites bergères, Un seau après l'autre, remplissent les chaudières. A la rivière, ils vont laver leur seau, leur couloir, Et mêmement le nez, tant qu'il faut.
    ---
  • Niœn 'l aviêt encor vu de batalyes pariér!... A Morin lyé dècape un des pièds de dèrriér; Adonc on sent criàr: Fribôrg! Fribôrg!... la rêna! Tot gent!... lo mot 'l est p'encor dét a pêna, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Gneun l'ayet incò vu de bataille parë!... A Maurin lei decappe un di pià de dèrë; Adonc in sent crié: Fribour! Fribour!... la reina! Tôdzen!... lo mot l'est p'anco deut a peine,
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Personne n'avait encore vu des batailles pareilles!... À Maurette il glisse un des pieds de derrière; Alors on entend crier: Fribourg! Fribourg!... reine! Tout doucement!... Le mot n'est pas à peine dit,
    ---
  • J'é vu un bètun de chamôs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dz'i vu un betun de tsamos.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : J'ai vu un troupeau de chamois.
    ---
  • Prêsoniérs dens Ninive on les at vus menàr Come un bètun d'agnéls que pôt ren que bèlàr. Lé, Tobit serêt môrt de fam per les rues, Plletout que mengiér des viandes dèfendues. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Preisonê din Ninive in le s-at vu meiné Come un beuteun d'agnë que pout reinque beilé. Lé, Tobie sareit mort de fan pe le reuve, Pitou que mindzé de viande defendeuve.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Prisonniers dans Ninive ou les a vu mener Comme un troupeau d'agneaux qui ne peut que bêler. Là, Tobie serait mort de faim dans les rues, Plutôt que de manger des viandes défendues.
    ---
  • Checa aprés qu'el at vu son joueno garçon Gambàr, quâsi en pllorent, lo lendâr de mêson La mére s'est betâye a sè pllendre a Tobit... "Ah! porquè, desêt-el, mandàr tant que en Mèdie, Mandàr viâ lo bâton de noutros dèrriérs jorns, Afin de tere-pelàr, 'l est veré, des louidors? Màs llui sufisêt ben a son pére, a sa mére! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tsecca aprë que l'at vu son dzovenno garçon Gambé, case in plaouren, lo linder de meison La mére s'est bettàye a se plendre a Tobie... "Ah! perquè, dejet-ë, mandé tanque in Medie, Mandé vià lo bâton de noutre dèrë dzor, Afin de trepellé, l'est vrai de loui d'or? Më lliu suffijet bin a son pére, a sa mére!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Un peu après qu'elle eût vu son jeune garçon Franchir, presque en pleurant, le seuil de la maison, La mère se mit à se plaindre à Tobie... "Ah! pourquoi, disait-elle, envoyer jusqu'en Médie, Envoyer si loin le bâton de nos derniers jours, Fût-ce même pour en rapporter des pièces d'or? Pour nous il eût été un trésor même dans la misère.
    ---
  • Bèle que vu! Bèle que dét! Bèle que fêt! Bèle que parti! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Belle que vu! Belle que deut! Belle que féit! Belle que parti!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Que veux-tu voir! Que veux-tu dire! Que veux-tu faire! Que veux-tu partir!
    ---
  • Âs-tu vu Sèrmo? Ouè, 'l at apelyê lo chemin des vegnes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A-te vu Sermo? Vouè, l'at apeillà lo tsemin di vegne.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : As-tu vu Anselme? Oui, il a pris le chemin des vignes.
    ---
  • Il vos at vus jœnàr, 'l at vu voutra man drête Èpatàr tuéts les fruits de voutre recuelyètes. Et se vos at mandâ doux-três jorn d'affliccion, Vos at ètot balyê de grants consolacions! Mon bon Tobie, o fôt que houé je vos quiteyo; O fôt que devant Diœ tot setout je mè troveyo, Afin de l'adoràr continuèlament! Je su l'Ange Rafaèl! Portâdes-vos tuéts bien! [valor : 10]
    ècritura d'origina : I vo s-at vu dzeuné,; l'at vu voutra man dreite Epatté tseut le frui de voutre recoueilleite. Et se vo s-at mandà do-trei dzor d'afflechon, Vo s-at ettot baillà de gran consolachon! Mon bon Tobie, i fat que vouë dze vo quetteyo; I fat que devan Dzeu toustou dze me troveyo, Afin de l'adoré continuellemen!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Il vous a vus jeûner; il a vu votre main droite Distribuer tous les fruits de vos biens amassés. Et s'il vous a envoyé deux ou trois jours d'affliction, Il vous a aussi donné de grandes consolations! Mon bon Tobie, il faut qu'aujourd'hui je vous quitte; Il faut que devant Dieu aussitôt je me retrouve, Afin de l'adorer continuellement! Je suis l'Ange Raphaël! (Adieu!) conservez-vous tous!
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche