Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26763
pèrd
definicion
3 p.s. - endicatif present - vèrbo pèrdre.
  • endicatif present 3.p.sing. [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • perd [valor : 10]
    ---
  • perde[valor : 10]
    ---

Variantes

  • pèrd (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : perd
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • pèrd (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : perd
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Viena tsu ma trasa - 2010 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Pœr sôvar son senè cél-qué pèrd sa rubârba. L'ôtro vêt son savon que fond a sa bârba. Pœr garandar son bien n'y at pèrsona d'ouèsif: L'un sôrt d'ôlyo de nouéx, l'ôtro d'ôlyo d'olif; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pe sauva son séné ceu-quy perd sa rubarba. L'autro veit son savon que fond à sa barba. Pe garanda son bien n'yat personna d'oisif: L'un sort d'huilo de noï, L'autro d'huilo d'olif;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Pour sauver son séné, celui-ci perd sa rhubarbe, L'autre voit son savon qui se font (à son nez et) à sa barbe. Pour garanti son bien il n'y a personne d'oisif: L'un sort de l'huile de noix, l'autre de l'huile d'olive;
    ---
  • L'on n'entend racontar que de tristes novèles; L'on ne vêt que brégands, que procès, que querèles; La religion sè pèrd, n'y at plles de Règuliérs; Les gens d'Égllése font coment los/les sèculiérs; [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'on n'enten raconta que de triste nouuelle; L'on ne veit que brigand, que proceis, que querelle; La religion se perd, n'y at plu de regulié; Le gen d'Egleizi fon coma lou seiculié;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'on n'entend raconter que de tristes nouvelles; L'on ne voit que brigands, que procès, que querelles; La religion se perd, (il) n'y a plus de Réguliers; Les gens d'Église font comme les séculiers;
    ---
  • La pârt portanta du lévro est la lengoua, ècrire vôt dére mantenir-la, consèrvàr-la et déns les pâgines que "trovâd" la traduccion italiâna lyé pèrd la fôrça, volyô "anque" montràr quârque-ren mas mè rendo compte que en italian su pas bon a ècrire, alôra per fôrça fôt liére en jalyonês. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La part pourtanta dou lèivro et la lèinga, èicriře vout diře mantenila, counservela è d'in le pagineus que trouvà la tradusioun italiaouna lhe perd la forsa, voulhò anque mountre carcareun ma me rendo couèinte que an italian sèi pa boun a èicriře, alouřa per forsa foot lèiře an Dzalhounee.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : L'ossatura del libro è la lingua, scrivere è un sistema per conservarla, tramandarla e nelle pagine che seguono la traduzione italiana ne perde la forza e la passione, avrei la pretesa di trasmettere un messaggio ma consapevole della poca dimestichezza con la sintasi italiana vi arriverà solo nella lettura in lingua. La traduzione italiana è in alcuni casi strettamente letterale ed in altri più libera, al fine di consentire il confronto più diretto possibile con la parte francoprovenzale.
    ---
  • Tot lo mondo formâve un cèrcllo atôrn de lœr, Diont: La nêre pèrd, cen-lé 'l est quâsi sûr. Châcun des doux partits bètont una gajura: La noutra, desiant-ils, at les côrnes plles dures. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tot lo mondo formàve un cercllio ator de leur, Dion: la neire perd, cen-lé l'est case cheur. Tsacun di dò parti betton euna gadzure: La noutra, dejan-t-ë, l'at le corne pi dure.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Tout le monde faisait un cercle autour d'elles, Disant: La noire perd, cela est presque sûr. Chacun des deux partis met une gageure: La nôtre, disaient-ils, a les cornes plus dures.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche