Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26872
arêt
definicion
3 p.s. - condicionèl - vèrbo avêr.
  • condicionèl 3.p.sing. [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • aurait 3.p.s. cond. [valor : 10]
    ---
  • avrebbe[valor : 10]
    ---

Variantes

  • arêt (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ourit
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Los bouchiérs ne tuont pas, lors bétyes sont pèrdues; Los vins sont empèstâs, les égoues corrompues, Avouéc l'or l'on at tot, diont les gens quârques-fês; Ora, avouéc llui, pas muens, l'on arêt fam et sêf, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lou bouchié ne tuon pa, lor betié sont perduë; Lou vin sont empesta, lez aigue corrompuë, Avec l'or l'on a tout, dion le gen quoque fey; Ore, avec leu , pamoin, l'on ourit fan et sey,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Les bouchers ne tuent pas, leurs bêtes sont perdues; Les vins sont empestés, les eaux corrompues. Avec l'or l'on a tout, disent les gens quelquefois; A présent, avec lui, néanmoins, l'on aurait faim et soif.
    ---
  • Il voléve fâre de tâla sôrta, Qu'arêt volu tota èfondrar la pôrta, Et l'arêt mêsa per brelôdes et bocons, Pués fâre alar tot drêt dessus le pont. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y volive fare de tala sourta, Qu'aré volu tot' éfondra la pourta, Et l'aré mé pé brelodé et bocon, Poi far alla tot drai dessu le pon.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 12. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Il a voulu faire de telle sorte Que toute la porte s'effondrât; Il l'aurait mise en lambeaux et morceaux; Puis serait allé tout droit sur le pont.
    ---
  • Fusse pas étâ prod arabe, 'l arêt pas tant arèmassâ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Fowéché pa ita prou arabe, l'ori pa tan arémacha.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Christophe Favre et Zacharie Balet - Lexique du Parler de Savièse - Berne - 1960
    nota : S'il n'avait pas été si avare, il n'aurait pas tant amassé [de fortune].
    ---
  • Se Marx, Engels, Lènino et Stalino ant possu èlaboràr lors tèories, est étâ surtot, abstraccion fêta de lor gènio, porquè ils sè sont emplleyê pèrsonèlament dens la prateca de la luta de cllâssa et de l'èxpèriença scientefeca de lor temps; sensa ceta condicion nion gènio ariêt possu reussir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Se Marx, Engels, Lenine e Staline ant posu eilaborei lor teorie, et ito surtot, abstraksion feita de lor gxeniò, perkei i se sont impleyo personalament din la prateka de ka kuta de klasa e de l'esperiensa siantefeka de lor temp; sensa heta kondiksion gnun gxeniò arie posu reusi.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Si Marx, Engels, Lénine et Staline ont pu élaborer leurs théories, ce fut surtout, abstraction faite de leur génie, parce qu'ils se sont engagés personnellement dans la pratique de la lutte de classes et de l'expérience scientifique de leur temps; sans cette condition, aucun génie n'aurait pu y réussir.
    ---
  • Se, a un tâl moment, la dirèccion de la guèrra passésse a un homo sensa èxpèriença, ceti ariêt, a son tôrn, a recêvre un cèrtin nombro de dèfêtes (est-a-dére, a aquerir de l'èxpèriença) devant que bien comprendre les louès de la guèrra. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Se, a in tel momen, la direksion de la gera pasuse a in òmò sensa esperiensa, hit arie, a son tor, a reseyvre in serten nombrò de deifeite (et a dihe, a akuistei de l'esperiensa) devan ke bien komprendre le loei de la gera.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Si, à un tel moment, la direction de la guerre passait à un homme dépourvu d'expérience, celui-ci aurait, à son tour, à subir un certain nombre de défaites (c'est-à-dire à acquérir de l'expérience) avant de bien comprendre les lois réelles de la guerre.
    ---
  • Pas-muens lo mouvement de la cognessença fenét pas lé. S'on arrètésse lo mouvement matèrialisto- dialècteco de la cognessença a la cognessença racionèla, on ariêt mâques prègiê de la mêtiêt du problèmo, et mémo, du pouent de vua de la filosofia marxista, de la mêtiêt qu'el est pas la plles importanta. La filosofia marxista è stime que l'èssencièl il est pas de comprendre les louès du mondo objèctif por étre capâbllo de lo èxpllicàr, mas il est d'emplleyér la cognessença de cetes louès por transformar activament lo mondo. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Neamoen lo movemen de la kogneisensa feney pa lai. S'on areitise lo movemen materialista-dialektekò de la kogneisensa a la kogneisensa rasionaala, on arie make pregzo de la meitià di probleima, e meimò, di point de vua de la filozofia marsista, de la meitià k'i et pa la pi importanta. La filozofia marsista estime ke l'eisensial i et pa de komprendre le loei di mondò obgzetif pe eitre kapaablò de lo esplekei, ma i et d'impleyei la kogneisensa de hete loei pe transformei aktivament lo mondò.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Néanmoins, le mouvement de la connaissance ne s'achève pas là. Si on arrêtait le mouv. matér.-dialect. de la conn. à la conn. rationnelle, on n'aurait parlé que de la moitié du problème, et même, du point de vue de la philosophie marxiste, de cette moitié qui n'est pas la plus importante. La philos. marxiste estime que l'essentiel, ce n'est pas de comprendre les lois du monde objectif pour être en état de l'expliquer, mais c'est d'utiliser la connaissance de ces lois pour transformer activement le monde.
    ---
  • Sè sont passâs trent'ans a fére des demandes Et de projèts pœr lo chemin de fèr, Et, l'afére portant sè mande et sè remande, On arêt dét, tant que dure un enfèrn. Tot-un 'l est mâlherœx cél que sè dèsèsrère: Atendens lo jorn bon, ... tot porrêt pués sè fére. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Se son pass tren'an a fére de demande Et de projet pe li tzemin de fer, Et, l'affére pourtan se mande et se remande, In areit deut, tant que dure un infer. Teuteun l'est malheureu ci que se désespére: Attenden lo dzor bon, ... tot porreit poué se fére.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    ---
  • Et tè, châtél si fier dessus lo Montjovèt Tes murs vant a bocons, ta tor 'l est sensa têt. Ah! du temps des sègnœrs, qui arêt osâ dére Que lœr habitacion, un três cents ans plles târd, Arêt pués sèrvi de taniére Ux bètions des renârds? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et tè, tzâté se fier dessu lo Montdzovet Te meur van a bocon, ta tor l'est sensa tet. Ah! di ten si Seigneur, qui l'areit ausa dére Que leur habitachon, un trei cent-z-an pi tar, L'areit poué servi de tagnére. I Betzon di reinar?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    ---
  • Tot-un de noutro temps a grant nombro sè comptont Les châtéls que portant a la fin sè remontont. Issouègne, tè, lo tin est franc come un dèpôt, Pllen d'objèts prèciœx, bagues d'ôtros côps: Bagues que vant a cœr u Chevaliér Avondo Et que pœr les avêr 'l arêt balyê lo mondo Afin de contentàr son gôt. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Teutun de noutro ten a gran nombro se conton Le tzâté que pourtan à la fin se remonton. Issogne, tè lo tin, l'est fran come un depou, Plein d'objet précieu, bague de d'atrecou: Bague que van a coeur i Chevaillé Avondo Et que pe le-z-avei l'arei bailla lo mondo Afin de contenté son gout.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    ---
  • Aguèta: "Je vodriô vos dére una chousa:" Magoton: "Et doves se vos fét pllèsir!" Aguèta: "Ma polalye, 'l y at pas pousa, Arêt fêt l'ôf dens voutro nid." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Aguetta: "Dze voudriò vo dëre euna tsousa:" Magoton: "Et dove se vo feit pleisi!" Aguetta: "Ma polaille, l'y at pa pousa, L'areit fé l'ou din voutro ni."
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Agathe: "Je voudrais vous dire une chose:" Marguerite: "Et deux s'il vous fait plaisir!" Agathe: "Ma poule, il n'ay pas longtemps, Aurait fait l'oeuf dans votre nid."
    ---
  • Pœr nos 'l ére un trèsor mémo dens la misère, O arêt bien mielx valu pèrdre cen que tè vint, Que d'alàr lo mandàr fére un si long chemin. - Ana, consola-tè; j'èspèro que torneye Et que, dens poca temps, contenta, te lo vèyes, Câr, en cél mondo tuéts pœr nos guidàr nos ens Drêt, a coutiér de nos, lo bon ange gardien". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Per nò l'ëre un trasor mëmo din la misére, L'areit bin niou vallu perdre cen que te vint, Que d'allé lo mandé fére un se lon tsemin. - Anna, consola-tè; dz'espeéro que torneye Et que, din pocca ten, contenta te lo veye, Car, in ci mondo tseut pe no guedé no s-en Dret, a couté de nò, lo bon andze gardzen".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Pour nous il eût été un trésor même dans la misère. Il aurait bien mieux valu perdre ce qui te vient, Que de l'envoyer faire un si long voyage. - Anne, console-toi: j'espère qu'il reviendra Et que, dans peu de temps, contente, tu le verras. Car en ce monde, pour nous guider, nous avons tous, à côté de nous, le bon ange gardien".
    ---
  • Ben que chiéz Ragouèl Tobie s'apllantâve, Son pâpa l'atendêt, et jamés 'l arrevâve. "Ah! revin, desêt-il, qu'atends-tu, mon garçon? Pœrquè revins-tu pas lo jorn dét a mêson? Magâra que la môrt, cela môrt afrontâye 'L arêt prês Gabelus! et la soma prétâye Épêr niœn la rendrêt". Et sè bète a plloràr. Màs sa fèna surtot, ren pôt la consolàr! "Hèlâs! sè desêt-el, n'ens mandâ viâ Tobie Pôt-étre pœr trovàr la môrt dens la Mèdie. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Bin que tsi Ragüel Tobie s'aplantàve, Son papa l'attendzet, et jamë l'arreuvàve. "Ah! revin, dejet-ë, qu'atten-teu, mon garçon? Perquè revin-teu pa lo dzor deut a meison? Magara que la mor, cella mor affrontàye, L'aret prei Gabelus! Et la somma prëtàye Epei gneun la rendret". Et se bette a plaouré. Më sa fenna surtou, ren pout la consolé! "Héla! se dejet-ë, n'en mandà vià Tobie Peut-ëtre pe trové la mor din la Medie.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Pendant que Tobie s'arrêtait chez Raguël, Son père l'attendait, et jamais il n'arrivait. "Ah! reviens, disait-il, qu'attends-tu, mon fils? Pourquoi ne reviens-tu pas au jour dit à la maison? Peut-être que la mort, cette mort cruelle, Aura pris Gabelus! Et la somme prêtée Peut-être personne ne la rendra". Et il se met à pleurer. Mais sa femme surtout, rien ne peut la consoler! "Hélas! se disait-elle, nous avons envoyé loin Tobie Peut-être pour trouver la mort dans la Médie.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche