Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 26890
vegnu, vegnua, vegnus, vegnues
definicion
-
  • participo passâ [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • venu, venue, venus, venues [valor : 10]
    ---
  • venuto, venuta, venuti, venute[valor : 10]
    ---

Variantes

  • venu, venua, venus, venues [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ve(g)nu
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : ORB, Ortog. de Refèrence. B.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • venu, venua, venus, venues (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : veniot
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • venu, venua, venus, venues (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : venu
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862 Web d'entèrèt :
    ---
  • vegnu, vegnua, vegnus, vegnues (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : vegnu
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : ATHENA - Pierre Perroud Web d'entèrèt : http://athena.unige.ch
    ---

Frâses

  • Jusqu'a sur los ôtàls et dens lo sanctuèro, T'és venua profanar noutros sâcros/sacrâs mistèros. Cârmos, vos o savéd; Cordeliérs, Capucins, Falyét de son palès sortir lo Sent dus Sents. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Jusqu'à su louz autel et din lo sanctuairo, T'es veniot profana noutrou sacro/sacra mistairo. Carme, vouz u sçavé; cordeliér, capucin, Faillit de son palais, sorti lo Saint du Saints.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Jusque sur les autels et dans le sanctuaire, Tu es venue profaner nos sacrés mystères. Carmes, vous le savez; Cordeliers, Capucins, (il) fallut de son palais sortir le Saint des Saints.
    ---
  • Hèlâs! noutro payis 'l est venu, de province, Un arrondissement… Quint drôlo de progrès! Et pués seràt-il dét que les bouègnos du/dés prince(s) Volyont pas més sentir niœnes pllentes en français? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Hélà! noutro pay l'est venu de province Un arrondissemen… Quin dròlo de progrè! Et pouë saret-ë deut que le bouegno di prince, Vouillen pamë senti gneune plente in français?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : Hélas! Notre pays est devenu, de province Un arrondissement... Quel drôle de progrès! Puis sera-t-il dit que les oreilles du prince Ne veuillent plus entendre aucune plainte en français?
    ---
  • Ils sont vegnus le doze de dècembro, Per una nuet asse nêre que d'encro; Il étéve l'an mile siéx cent et doux, Qu'ils vegnéront parlar un pou trop tout. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y sont vegnu lo doze de dessambro, Per onna nay asse naire que d'ancro; Y étivé l'an mille si san et dou, Qu'y veniron parla on pou troi toû.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 2. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Ils sont venus le douze de décembre, Par une nuit aussi noire que d'encre; C'était l'an mille six cent et deux, Qu'ils vinrent parler un peu trop tôt.
    ---
  • Quand les sôjos sont venus longs, vindràt bien de nê l'hivèrn. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quan le sadzo son venu lon, vindret bien de nei l'iver.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.540 a la pâge 205 du lévro).
    nota : Quand les saules sont venus longs, il tombera beaucoup de neige en hiver.
    ---
  • Je su venu lo premiér, il est arrevâ aprés. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dze su veni le premyé, al é arvo apré.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Je suis venu le premier, il est arrivé ensuite.
    ---
  • Ele est venua avouéc tôs sos afutiôs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Éle è vni avoui tou sôz afutçyo.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Elle est venue avec tous ses affiquets.
    ---
  • En ègzempllo, de gens de l'èxtèrior sont vegnus en mission d'ètude a Yenan. Lo premiér jorn ou les doux premiérs jorns, ils ant vu la vela, sa topografia, ses rues et ses mêsons, ils sont entrâs en contact avouéc un mas de pèrsones, ils ant assistâs a des rècèpcions, velyês, meetings, ils ant acutâ divèrses entèrvencions, liesu divèrs documents; ils sont lé les coutiérs aparents et des aspècts isolâs des fenomènos, avouéc lors lièsons èxtèrnes. Ce degrâ du procèssus de la cognessença sè nome lo degrâ des sensacions et des rèprèsentacions. [valor : 10]
    ècritura d'origina : In eizimplò, de gzen de l'esterior sont vegnu en mision d'estude a Yenan. Lo premei gzor o le do premei gzor, i ant vu la vela, sa topografia, se rue e se meyson, i sont entro en kontakt avoi in mas de persone, i ant asisto a de resepsion, velloie, meetings, i ant eikoto diverse intervenksion, leisu divers dòkumen; i sont lai le kotei aparent e des aspekt izolo di feinomeinò, avoi lor liezon esterne. Hi degrei di prosesus de la kogneisensa se nome lo degrei di sensaksion e di representaksion.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Par exemple, des gens de l'extérieur sont venus enquêter à Yenan. Le premier jour ou les deux premiers jours, ils ont vu la ville, sa topographie, ses rues et ses maisons, ils sont entrés en contact avec beaucoup de personnes, ont assisté à des réceptions, des soirées, des meetings, entendu différentes interventions, lu divers documents; ce sont là les côtés apparents et des aspects isolés des phénomènes, avec leur liaison externe. Ce degré du processus de la connaissance se nomme ...
    ---
  • Los membros du groupo d'ètude que sont vegnus enchiéz nos, aprés avêr rèuni un matèriâl variâ et avêr "rèfllèchir", posserrant portàr lo jugement siuvent: "La poleteca du Front uni nacionâl contre lo Japon, aplecâye du partit comunisto, est consèquenta, sincèra et honéta". Se lors sont, avouéc la méma honètetât, partisans de l'unitât por lo salut de la nacion, ils porrant, en partent de ce jugement, alàr plles lluen et teriér la concllusion siuventa: "Lo Front uni nacionâl contre lo Japon pôt reussir". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le membrò di grope d'estude ke sont vegnu en ksei no, aprei avey reiuni in material variat e avey "refleixi", posaren portei lo gzegzemen suivant: "La poleteka di Front uni naksional kontre lo Gxapon, aplekeya di parti komunista, et konsekanta, sinseiha e oneita". se lor sont, avoi la meima oneiteto, partizan de l'unito pe lo salut de la naksion, i poren, en parten de hi gzegzemen, alei pi lloen e teriei la konkluzion suivanta: "Lo Front uni naksional kontre lo Gxapon pot reusi".
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Les membres du groupe d'enquête qui sont venus chez nous, après avoir réuni un matériel varié et y avoir "réfléchi", pourront porter le jugement suivant: "La politique de front uni national contre le Japon, appliquée par le Parti communiste, est conséquente, sincère et honnête." S'ils sont, avec la même honnêteté, partisans de l'unité pour le salut de la nation, ils pourront, partant de ce jugement, aller plus loin et tirer la conclusion suivante: "Le front uni national contre le Japon peut réussir."
    ---
  • Magoton: "Nan, nan! Pensâde pas, comàre; 'L est venua fére L'ôf cé dens noutro bouél; Agouétiéde..." Aguèta: "Cél-ce! (prend l'ôf en man) Je lo cognesso prod." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Magoton: "Na, na! pensàde pa, comére; L'est pas veneuva fére L'ou ce din noutro baou; Aveitsàde..." Aguetta: "Ci-ceu! (Pren l'ou in man) Dze lo cognësso praou."
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Marguerite: "Non, non! ne pensez pas cela, commère; Elle n'est pas venue faire l'oeuf ici dans notre étable; Regardez..." Agathe: "Celui-ci! (elle prend l'oeuf en main) Je lo reconnais assez."
    ---
  • Je conto pas de plles... Sentent tot lœr tapâjo, Lo mondo du velâjo 'L est venu vêre de bon-lèf. Aguèta a Magoton grafegne lo vesâjo, Et Magoton tropèle Aguèta per les pêls, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dze conto pa depi... Senten tot leur tapadzo, Lo mondo di velladzo L'est venu vère de bonlei. Aguetta a Magoton grafine lo vesadzo, Et Magoton trepelle Aguetta per le pei,
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Je n'en dis pas de plus... Entendant tout leur tapage, Le monde du village Est venu voir à la hâte. Agathe à Marguerite égratifne le visage, Et Marguerite tire Agathe par les cheveux,
    ---
  • "Et voilà la bataille!" Et fusse pas céls-ce ôfs des polalyes Que sont venus trobllar la pèce et lo bonhœr, Jamés ariant avu lo sol mot entre lœr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : "Et voilà la bataille!" Et fuche pa cice s-ou di polaille Que son venu troblé la péce et lo bonneur, Jamë l'arian avu lo seul mot intre leur.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Et voilà la bataille! Et n'étaient ces oeufs de poules Qui sont venus troubler la paix et le bonheur, Jamais elles n'auraient eu un seul mot entre elles.
    ---
  • Cél rê, contre les Juifs, est venu furiœx De cen que, dens son camp, un ange du Bon Diœ 'L at fêt, dens una nuet, un tèrribllo carnâjo. Il fét muerre les Juifs adonc en èscllavâjo, Et de les entèrràr dèfend èxprèssament, Sot pêna de subir la môrt pœr châtiment. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ci rei, contre le Juif, l'est venu furieu De cen que, din son camp, un andze di Bondzeu La fét, din euna nét, un terriblo carnadzo. Et feit mouere le Juif adon in esclavadzo; Et de le s-interré defen espressamen, Sous peina de subi la mort pe tsatimen.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Ce roi, contre les Juifs, devint furieux Ensuite de ce que, dans son champ, un ange du Bon Dieu Avait fait, das une nuit, un terrible carnage. Il fait mourir les Juifs alors en esclavage, Et défend expressément de les enterrer, Sous peine de subir la mort en châtiment.
    ---
  • P'avanciér lo pllèsir d'embraciér son garçon Lo bon crêssient sè dèrt, vôt sortir de mêson. Tobie arreve adonc... Son pâpa en tâtonent Lo sârre entre ses brès, màs prègiér possêt ren! Tegnêt, en cél moment, un tot ôtro lengâjo: Il molyêve, en pllorent, de son fely lo vesâjo. A la fin 'l at teriê du drêt fond de son cœr Céls-ce mots: "T'és venu!... Benéssens lo Sègnœr!" [valor : 10]
    ècritura d'origina : P'avanché lo pleisi d'imbraché son garçon Lo bon creichan se der; vout sorti de meison. Tobie arreuve adon... Son papa in tâtonen Lo sarre intre se bré, më predzé pochet ren! Tegnet, in ci momen, un tot àtro lingadzo: I moillàve, in plaouren, de son feus lo vesadzo. A la fin l'at terrià di dret fon de son coeur Cice mot: "Ti venu!... Benissen lo Sègneur!".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Pour avancer le plaisir d'embrasser son garçon Le bon vieillard se lève; il veut sortir de la maison. Tobie arrive alors... Son père en tâtonnant, Le serre entre ses bras; mais, parler, impossible! Il tenait, en ce moment, un tout autre langage: Il mouillait, en pleurant, le visage de son fils. A la fin il tira du plus profond de son coeur Ces mots: "Tu es venu!... Bénissons le Seigneur!".
    ---
  • Dês inque Tobie part, vat dére a ses parents Coment llui sont venus, en cél jorn, tant de biens! "Cél garçon, llui dit-il, conductœr de Tobie, At fêt venir chiéz nos de grants biens de Mèdie... Venédes a ma mêson, fédes-mè cél pllèsir: Je vuel fére un denâ pœr tuéts noutros amis. Dês grant-temps de mon cœr la jouèx s'ére alâye, Et houé, come mon fely, la jouèx m'est retornâye." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Deinque Tobie part; vat dére a se paren Comen lei son venu, in ci dzor, tan de bien! "Ci garçon, lei deut-ë, conduiteur de Tobie, L'at fét veni tsi nò de gran bien de Medie... Venide a ma meison, féde-mè ci pleisi: Dze voui fére un dené pe tseut noutre s-ami. Dei gran ten de mon coeur la joè s'ëre inallàye, Et vouë, come mon feus, la joè m'est retornàye".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Ensuite Tobie part, il va dire à ses parents Comment lui sont venus, en ce jour, tant de biens! "Ce garçon, leur dit-il, conducteur de Tobie, A fait venir chez nous de grands biens de la Médie... Venez à ma maison, faites-moi ce plaisir: Je veux faire un dîner pour tous nos amis. Depuis longtemps de mon coeur la joie s'en était allée, Et aujourd'hui, avec mon fils, la joie m'est revenue.
    ---
  • A la fin du repâs quand niœn mengiêve més, Lo vielyo Tobit dét a son garçon pariér: "A cél bon jouvenèt balyerens-nos quint gajo. Pœr cen que t'at guidâ lo long de ton voyâjo? - Pœr lo rècompensàr, vos lo sâdes ètot vos, Sufit pas la mêtiêt du bien venu chiéz nos! En santât m'at prês cé; san, cé, mè tôrne rendre. L'argent, chiéz Gabelus, o est alâ llui lo prendre; [valor : 10]
    ècritura d'origina : A la fin di repà quan gneun mindzàve më Lo vioù Tobie deut a son garçon parë: "A ci bon dzovenet bailleren-nò quin gadzo, Pe cen que t'a guedà lo lon de ton voyadzo? - Pe lo recompensé, vo lo sàde ettot vò, Suffi pa la meitsà di bien venu tsi nò! In santé m'a prei ceu; san ceu me torne rendre. L'ardzen, tsi Gabelus, l'est allà lliu lo prendre:
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : A la fin du repas, lorsque personne ne mangeait plus, Le vieux Tobie parla à son fils ainsi: "A ce bon jeune homme que donnerons-nous, Pour t'avoir guidé le long de ton voyage? - Pour le récompenser, vous le savez aussi vous, Il ne suffit pas de la moitié du bien venu chez nous. En santé il m'a pris ici; sain, ici, il me ramène; L'argent chez Gabelus, il est allé lui-même le prendre;
    ---
  • Ceta nuet 'l est venu bâs una piérriére que 'l at barrâ lo chemin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Cetta nët l'est venu ba euna pérrëre que l'at barrà lo tsemin.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Cette nuit une chute de pierres a eu lieu qui a barré, obstrué le chemin.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche