Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 27640
metéront
definicion
3 p.p. - endicatif passâ simpllo - vèrbo metre/metar.
  • endicatif passâ simpllo 3.p.plur. [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • mirent (mettre) [valor : 10]
    ---
  • misero[valor : 10]
    ---

Variantes

  • metéront [Bjl] [valor : 10]
    Ècritura d'origina : metiront
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Et tant que un jorn que ele éret en orêson en l'égllése, et en fasent sa preyére ele se endormét et tantout o lyé fut sembllent que ele vêt venir come devèrs lo cièl doves pèrsones, les plles bèles crèatures de tot lo mondo et sè metéront a la drêta pârt del ôtar et fut sembllent que eles estraméssant et panéssant cela pllace. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et tant que un jor que illi eret en oreyson en l'iglyesi, et en facant sa preeri illi se adormit et tantot oy li fut sunblanz que illi veyt venir come devers lo ciel dues persones, les plus beles creatures de tot lo mont et se metiront a la destra part del outar et fut senblanz qui el estramesant et panesant cela place.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Au point que, un jour qu'elle était en oraison dans l'église, elle s'endormit en faisant sa prière et aussitôt il lui sembla voir venir du ciel deux personnes, les plus belles créatures du monde. Elles se mirent à la droite de l'autel et il lui sembla qu'elles mettaient en ordre et essuyaient cette place.
    ---
  • Quand ço fut fêt, ele vit venir una grant compagnie de gens losquâls furont sens comparèson plles resplendissents que les solos en sa plles grant cllartât. Et tuét, ensé quant veniant, ils sopllèâvont envers l'ôtar, en la partia en que éret Corpus Domini et aviant les faces embronchiêes come pllênes de grant pediêt. Les premiérs et tués/tuéts céls dèrriérs sè metéront ensems, et pués ils sè dèpartéront et furont entre lor doux cors. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant co fut fayt, illi vit venir una grant compagni de genz li qual furont senz comparacion plus resplandissent que li solouz en sa plus grant clarta. Et tuit, insi quant veneant, il sopleavont envers l'outar, en la partia en que eret Corpus Domini et aviant les faces enbronchies come pleynes de grant pidie. Li premer et tuit cil derrier se metiront enseins, et poys il se despartiront et furont entre lor dos cuors.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand ce fut fait, elle vit venir une grande foule de gens qui étaient, sans comparaison, plus resplendissants que le soleil dans sa plus grande clarté. Et tous, à mesure qu'ils venaient, s'inclinaient vers l'autel, du côté où était le Corps du Seigneur, et ils avaient le visage penché qui paraissait plein de grande pitié. Les premiers et tous ces derniers se mirent ensemble, et ensuite ils se séparèrent et se répartirent en deux chœurs.
    ---
  • Màs la chànçon n'étêt pas féni. Cetos-qué que venant de batre lo/le tracassin sôtéront dèns los/les prâts et les tèrres. Ils s'aviéront la dèvaliére, et sè metéront a cœrir tant qu'ils poviant, por pâssâr devànt la nœce. Ils veredolant dèrriér-lé-avâl; ils n'avisant pas s'il y avêt de fen dèns los/les prâts, ou des trufes dèns les tèrres. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mé la tsèssan n'éteû po fini. Stotyé ke venan de batre le tcharkassan sotèran dè lô pro é lé tare. I s'avyèran la dévalire, é se métèran a keûri tan k'i poueûyan, pe possyun devè la neusse. I vredoleû dérelovun; i n'avizan po si iy avoueû de fan dè lô pro, ou de treufe dè lé tare.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Mais la chanson n'était pas finie. Ceux qui venaient de battre le charivari sautèrent dans les prés et les terres. Ils s'élancèrent sur la descente et se mirent à courir de toutes leurs forces pour passer devant la noce. Ils fuyaient du côté d'en bas, comme un troupeau de vaches piquées par les taons; ils ne regardaient pas s'il y avait du fon dans les prés ou des pommes de terre dans les terres. [s'avyèran: aviar allumer, donner la vie, mettre en mouvement, du lat. VITA.]
    ---
  • Il atrapét la mariâ a pllens brès cœme un fagœt de bouesc, et sè bèssiét por lyé fére mimi. Il sarràt pôt-étre un pou fôrt: ele poussét un cri et sè dèbatét. Lo grôs Pierro la lâchiét; lo mariâ nèn prœfitét por èmpouegnér sa mia, et por l'èmmenar lo galœp. Màs los ôtros sè metéront devànt lyor et los paréront. Il falyét èmbraciér tœt lo mondo. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Al atrapi la maryan a plan bré keme un fagueû de bô, é se bési pe li fére mimi. A sari ptétre un pou fô: éle poussi un kri é se débati. Lo grô Pyare la lotsi; le maryun n'è preûfiti p'èpoueûnyun sa miye, é pe l'èmeno le galeû. Mé lôz otre se métèran devè zyo è lô parèran. I fali èbréssyun teû le monde.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Il saisit la mariée à pleins bras, comme un fagot de bois, et se baissa pour l'embrasser. Il la serra peut-être un peu fort: elle poussa un cri et se débattit. Le gros Pierre la lâcha; le marié en profita pour s'empare de sa mie, et pour l'emmener au galop. Mais les autres se mirent devant eux et les arrêtèrent. Il fallut embrasser tout le monde.
    ---
  • Et il sè passêt la lengoua sur les lâvres, pôt-étre pœr lechiér les dèrriéres gœtes de vin que s'y trœvant èncœr. Tœs los/les jouenos sè metéront a rire, màs pas trœp fôrt, pœr ne pas fére honta a la mariâ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : É a se posseû la langue su lé lovre, ptétre pe letsyun lé dèrire gueute de van ki s'i treûvan ékeû. Teû lô dzône se métèran a rire, mé po treû fô, pe ne po fére onte a la maryan.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Et il passait la langue sur les lèvres, peut-être pour lécher les dernières gouttes de vin qui s'y trouvaient encore. Tous les jeunes gens se mirent à rire, mais pas trop fort, pour ne pas faire rougir de honte la mariée.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche