Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 27684
alâ, alâye, alâs, alâyes
definicion
participo passâ - vèrbo alar.
  • participo passâ [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • allé, allée, allés, allées [valor : 10]
    ---
  • andato, andata, andati, andate[valor : 10]
    ---

Variantes

  • alâ, alâ, alâs, alâs (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ala
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Una ôtra vês aventét que ele sè fut alâ gésir aprés complia et tantout, sens qu'o que ele non sè fut pas adormia, il lyé fut sembllent que son èsprit fut entre los sents du paradis delsquâls lyé sembllâvet que v-y ut si grant compagnie que on non y porrêt metre compto. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Una autra veis aventet que illi se fut ala gesir apres complia et tantot, seinz co que illi non se fut pas adurmia, oy li fut semblanz que sos espiriz fut entre los sainz de paradis del cauz li semblavet que viut si grant compagni que hun non y porrit metre contio.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il arriva une autre fois qu'elle était allée se coucher après complies. Et bientôt, sans qu'elle se fût endormie, il lui sembla que son esprit était au milieu des saints du paradis dont elle voyait, lui semblait-il, une si grande assemblée qu'on n'aurait pu les compter.
    ---
  • En ceta grant consolacion ele étiêt tant que la mèssa et midi fut del tot féni. En l'èspâço qui fut dês aprés-midi, tant que lo convent fût alâ a tâblla, ele vit et sut mout de secrèts Noutron-Sègnor, losquâls ele ne volét onques rècitar. Totes vês entendens que ele entràt en si profonda contempllacion que ele pôt ben dére pllênèrement lo vèrsèt qui dit: "Sicut audivimus in civitate Domini". [valor : 10]
    ècritura d'origina : En ceta grant consolacion illi ytiet tant que li messa et mendis fut del tot finit. En l'espacio qui fut deys apres medis, tant que li convenz fut alas a tabla, illi vit et sot mout de secrez Nostrum Segnour, los quauz illi ne voucit unques recitar. Totes veys entendin que illi entret en si profunda contenplacion que illi pot bein dire pleneriment lo verset qui dit: "Sicut audivimus in civitate Domini".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Elle demeura dans cette grande consolation jusqu'à ce que la messe et l'office de midi fussent tout à fait terminés. Après midi, jusqu'à ce que le couvent fût allé à table, elle vit et apprit beaucoup de secrets de Notre-Seigneur, qu'elle ne voulut jamais raconter. Toutefois nous savons qu'elle entra dans une contemplation si profonde qu'elle pouvait bien dire pleinement le verset qui dit: "Sicut audivimus in civitate Domini".
    ---
  • En cél temps, dês féta sent Antouèno tant que la seconda semàna de carêma, ele étiêt tôs los jorns que tantout que ele éret alâ gésir aprés compllia que ele entrâvet en cela secrèta vision, laquâla llui éret dèmontrâ per divèrses maniéres. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En cel teins, deis festa saint Antoyno tanque la secunda semayna de careyma, illi estiet toz los jors que tantot que illi eret ala gisir apres complia que illi entravet en cella secreta vision, li quauz li eret demostra per diverses maneres.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : En ce temps, de la fête de saint Antoine à la seconde semaine de carême, tous les jours, dès qu'elle était allée se coucher après complies, elle entrait dans cette vision secrète qui lui était manifestée de diverses manières.
    ---
  • Aprés ço, cél mémo jorn, a un ôtro russél yô la égoue avêt dèrochiê la pllanche, sè dèviàt la sôma per sè per un sentiér ètrêt que vàt per les végnes. Quand ut alâ lo trèt de una arbarèsta sè sè dèviàt vers lo russél et de què non sè muvét pœr ferir que un lyé fit. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Apres co, cel memo jor, a un autro ruysel ou li aygui aveit derochia la pla[n]chi, se desciet li soma per sey per un sentier estreyt qui vait per les vignes. Quant ot ala lo trayt de una arbaresta se se deviet vers lo ruysel et de qui non se muit per ferir que un li fit.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Ensuite, le même jour, à un autre ruisseau, où l'eau avait arraché la plache, l'ânesse se dévia d'elle-même par un étroit sentier qui va à travers les vignes. Quand elle eut avancé d'une portée d'arbalète, elle se dévia vers le ruisseau et ne bougea plus de là, en dépit des coups qu'on lui donna.
    ---
  • Il est alâ fére una bâgnê dèns la sèrva. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Al ét alo fére un-ne banyan dè la sarve.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Il est allé faire une "baignée" dans la réserve d'eau.
    ---
  • 'L ére tot sarvouegiê: ses uelys érant franc rojos, Et lo fond de son cœr lyé fesêt un preprôjo... Pariér, sensa travâly, 'l avêt pas de mengiér; Pœr gouardàr les gadins 'l est alâ s'engagiér. Per pèrmission de Diœ, son mêtre lo trètâve Ètot de crouê pan nêr, come lo meretâve; [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'ëre tot sarvouedzà: se jeu l'ëron franc rodzo, Et lo fon de son coeur l'ei feget un reprodzo... Parë, sensa travail, l'ayet pa de mindzé; Pe gardé le gadin l'est allà s'ingadzé. Pe permechon de Dzeu, son métre lo tratàve Atot de croè pan ner, come lo meretàve;
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : Il était hors de lui-même; ses yeux étaient vraiment rouges, Et le fond de son coeur lui faisait un reproche... Ainsi, sans travail, il n'avait pas de quoi manger; à garder les pourceaux il alla s'engager. Par permission de Dieu, son maître le traitait Avouéc du mauvais pain noir, comme il le méritait;
    ---
  • Yo su modâ un matin, una matin un ço gris, Su alâ-tè prende tè pœr menar-tè avouéc mè; Pœr mohtrâ-tè la mia vâl, pœr mohtrâ-tè lo prègiér, Fâr-tè amar les mies gens pœr jamés les quitar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ió seu modà un matìn, un matìn un tso grich Seu ala-te prénde té pè ména-te avói mé Pè mohtra-te a mià val, pè mohtra-te o prèdjà Fa-te anmà li mié djen pè jamé li quéttà
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Luis de Jyaryot - Lo més de mai - 1972
    ---
  • És-tu pués bèle alâ a cél pôste? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ë-te pouë belle allà a ci poste?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Es-tu vraiment allé a cet endroit?
    ---
  • Je su alâ vêre cét/cél film, m'at bèle bien pllésu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dze si allà vère ci film, m'at belle bien plésu.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Je suis allé voir ce film, il m'a vraiment bien plu.
    ---
  • Dês inque Tobie part, vat dére a ses parents Coment llui sont venus, en cél jorn, tant de biens! "Cél garçon, llui dit-il, conductœr de Tobie, At fêt venir chiéz nos de grants biens de Mèdie... Venédes a ma mêson, fédes-mè cél pllèsir: Je vuel fére un denâ pœr tuéts noutros amis. Dês grant-temps de mon cœr la jouèx s'ére alâye, Et houé, come mon fely, la jouèx m'est retornâye." [valor : 10]
    ècritura d'origina : Deinque Tobie part; vat dére a se paren Comen lei son venu, in ci dzor, tan de bien! "Ci garçon, lei deut-ë, conduiteur de Tobie, L'at fét veni tsi nò de gran bien de Medie... Venide a ma meison, féde-mè ci pleisi: Dze voui fére un dené pe tseut noutre s-ami. Dei gran ten de mon coeur la joè s'ëre inallàye, Et vouë, come mon feus, la joè m'est retornàye".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Ensuite Tobie part, il va dire à ses parents Comment lui sont venus, en ce jour, tant de biens! "Ce garçon, leur dit-il, conducteur de Tobie, A fait venir chez nous de grands biens de la Médie... Venez à ma maison, faites-moi ce plaisir: Je veux faire un dîner pour tous nos amis. Depuis longtemps de mon coeur la joie s'en était allée, Et aujourd'hui, avec mon fils, la joie m'est revenue.
    ---
  • Yô és-tu alâ que t'és tot bllèt? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Yaou ë-te allà que t'ë tot blet?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Où es-tu allé, tu es tout mouillé?
    ---
  • Quànd son garçon est alâ réstâr a Liyon, il n'y at dœnâ que sa bènèdiccion. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Kè son garsan é alo résto a Liyan, a n'i a deûno ke sa bénédiksyan.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Quand son fils est allé habiter Lyon, il ne lui a donné que sa bénédicion (et pas d'argent).
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche