Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 32300
cela (pron.)
definicion
-
  • pronom dèmostratif [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • celle-là [valor : 10]
    ---
  • quella pron.[valor : 10]
    ---

Variantes

  • cela (pron.) [Pie] [valor : 10]
    Ècritura d'origina : seula
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • L'histouèra de la filosofia at cognu una ècoula "racionalista" que admèt mâques la rèalitât de la rêson et néye cela de l'èxpèriença, que crêt qu'on pôt mâques sè fondàr sur la rêson et pas sur l'èxpèriença sensiblla; l'èrror de ceta ècoula et d'avêr envèrsâ l'ôrdro des chouses. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'istoara de la filozofia at kognu inha eikola "rasionalista" ke admet make la realito de la reyzon e nie hala de l'esperiensa, ke krey k'on pot make se fondei su la reyzon e pa su l'esperiensa sensibla; l'eiror de heta eikola et d'avey inverso l'ordre di ksoze.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : L'histoire de la philosophie a connu une école "rationaliste" qui n'admet que la réalité de la raison et nie celle de l'expérience, qui croit que l'on ne peut se fonder que sur la raison et non sur l'expérience sensible; l'erreur de cette école est d'avoir interverti l'ordre des choses.
    ---
  • La luta du prolètariat et du pœpllo rèvolucionèro por la transformacion du mondo emplleque la rèalisacion des tâches siuventes: la transformacion du mondo objèctif come la transformacion du mondo subjèctif de châcun; la transformacion des capacitâts de cognessença de châcun come cela du rapôrt ègzistent entre lo mondo subjèctif et lo mondo objèctif. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La luta di proletariat e di peplò revoluksioneihò pe la transformaksion di mondò impleke la realizaksion di takse suivante: la transformaksion di mondò obgetif kome la transformaksion di mondò subgzetif de ksak'in; la transformaksion di kapasito de kogneisensa de ksak'in kome hala di rapor eizisten intre lo mondò subgzetif e lo mondò obgzetif.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : La lutte du prolétariat et du peuple révolutionnaire pour la transformation du monde implique la réalisation des tâches suivantes: la transformation du monde objectif comme celle du monde subjectif de chacun - la transformation des capacités cognitives de chacun comme celle du rapport existant entre le monde subjectif et le monde objectif.
    ---
  • Pœr possêr vos prègiér du bon cllàr de la trelye Que fét noutro payis, sèrêt franc a propôs, D'avêr-nen devant mè, tot justo huét botelyes Pœr les agôtar bien a bél tôrn doux-três côps. Èprovens: Tè Donâs? Oh, lo bon Pecotendro! Grôs rojo de l'Enfèrn, tè t'és pas lo plles muendro. A ton tôrn, des Oulyéres, honœr de Chesalèt! Et tè bon Malvouèsie de Monsiœr Farinèt! Ô, colena de Vela, agôtent de ta Biôla; Fà-mè de ton Oriou sentir lo gôt, Vegnôla, Chambâva ton Môscat fêt, je n'en dôbto pas, Gouarét lo ventro a tuéts, mémo a qui 'l at nion mâl. Lé, pèrdens pas lo temps ètot d'historiètes; Chavonens, o est ben mielx, l'amolon du Torète: Ôtro ço que cél vin fêt de l'égoue du Pô Ou de cela de noutra Duère Que sât s'en tornàr sus, dedens des bosses entiéres, Ètot bèla colœr, màs tojorn sensa gôt! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pe possei vo predzé di bon cllier de la treille Que feit noutro pay, sareit fran apropou, D'aveinen devant mè tot jeusto vouit boteille Pe le-z-agouét bien a bétor dò trei cou. Aproven: Tè Donnas? Oh, lo bon peccotendro! Grou rodzo de l'Infer, té t'i pa lo pi mendro. A ton tor, di-z-Ouillère, honeur de Tzesalet! Et tè bon Malvoisi de Monsuer Farinet! O, collena de Veulla, agouten de ta Bioula; Fé-mè de ton Oriou senti lo gout, Vegnoula. Tzambava ton Moscat feit, dze n'en douto pà, Gari lo ventro a tzeut, mémo a qui l'at grun mà. La, perden pa lo ten atot d'hitoriette; Tzavonnen, l'est ben miou, l'amolon di Torette: Atro so que ci vin fét de l'égue di Pou O de cella de noutra Dzouére Que sat s'en torné sù, dedin de bosse intzére, Atot bella couleur, mé todzor sensa gout!
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Pour pouvoir vous parler du bon jus de la treille Que notre pays fait, il serait grandement à propos, D'en avoir devant moi, tout juste, huit bouteilles Pour les goûter bien, tour à tour, deux ou trois fois. Essayons: toi, Donnas, oh, le bon piccotendre! Gros-rouge de l'Enfer, toi tu n'es pas le moindre. A ton tour, des Ouillères, honneur de Chesalet! Et toi, bonne Malvoisie de Monsieur Farinet! Ô colline d'Aoste, goûtons de ta Biola; de ton Oriou fais-moi sentir le goût, Vignola. Chambave, ...
    ---
  • Nan, nan, nos volens pas p'una lengoua ètrangiére, Renéyér de pllen jorn cela que nos prègens. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Nà, nà, no volen pa p'euna lenga etrandzëre, Renié de plein dzor cella que no prèdzen.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : Non, non, nous ne voulons pas pour une langue étrangère Renier en plein jour celle que nous parlons.
    ---
  • Il deséve: "La poura matenâye! Ma nobllèsse serat dèshonorâye D'étre passâ(ye) per la man des cortiôds, Encora pir, por cela du borriô. [valor : 10]
    ècritura d'origina : I desivé: "La poura matenaye! Ma noblessé sara désonoraye D'eitre passa pè la man dé cortio, Ancora pi, pé cela du borrio.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 59. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Et il disait: "La pauvre matinée! Ma noblesse sera déshonorée D'étre passée par la main des courtauds, Encore pis, par celle du bourreau.
    ---
  • La pllace Sent-André, cela de la Volalye, Et l'Ila Cllavêson, yô je su per la palye. En l'an cinquanta et un los uns diont que 'n y ut muens, Los ôtros que 'n y ut més, màs n'y at plles de tèmouens. [valor : 10]
    ècritura d'origina : La placi Saint André, cela de la Volailli, Et l'Isla Claveyson, où ie seu pe la pailli. En l'an cinquanta et un louz un dion que 'n y eut moin, Lou zoutro que 'n y eut mey, mais n'y at plu de temoin.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : La place Saint-André, celle de la Volaille, Et l'île Claveyson, où je suis par la paille. En l'an cinquante-et-un les uns disent qu'il y en eut moins, Les autres qu'il y eb eut plus, mais il n'y a plus de témoins.
    ---
  • Diœ est amôr et de cela il at tant donâ ux sents que ils s'âmont tant come l'un membro pôt amar l'ôtro. Et ço que l'un vôt, vôlont tués/tuéts les ôtros. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Deus est amors et de cella il ha tant dona au sains que il s'amont tant comme li uns membros puot amar l'autro. Et co que li uns vout, volunt tuit li autri.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Dieu est amour et il en a tant donné aux saints qu'ils aiment comme un membre peut aimer l'autre. Et ce que veut l'un, tous les autres le veulent.
    ---
  • Et les ôtres trèiant tota cela a lors, et totes s'en entrâvont dedens lyé. Cetes quatro(s) divisions sè aparèssant en una méma sembllence et biotât et resplendor. Et lyé éret viêres que céla comuna biotât et resplendor aparéssêt tota dedens cél enfant. Et l'enfant aparéssêt tot dedens céla resplendor. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et les autres traiant tota cela a lour, et totes s'en entravont dedenz liey. Ycetes quatro divisions se appareyssant en una mema semblanci et beuta et replandour. Et li eret viaires que cilli comunauz beuta et resplandors apparissit tota dedenz cel enfant. Et li enfes apparisseyt toz dedenz cela resplandour.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et les autres attiraient celle-là tout entière en elles, tandis que toutes entraient en elle. Ces quatre divisions se montraient sous une même apparence, une même beauté et une même splendeur. Et il lui semblait que cette commune beauté et splendeur apparaissait toute dans cet enfant. Et l'enfant apparaissait tout entier dans cette splendeur.
    ---
  • La premiére gelena qui câcâle, 'l est cela qui 'l at fét lo coquin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le prômiëre zeleúna quié cocoûlè, yè hlà quié ya fé lo coquién.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : A. Laguièr - Patouè dou Gran Cômôn - 2010
    nota : La première poule qui chante, est celle qui a fait l'œuf.
    ---
  • S'ils vôlont obtegnir de succès dens lor travâly, il-est-a-dére arrevàr ux rèsultats ategnus, ils dêvont fére en maniéra que lors idês corrèspondussant ux louès du mondo objèctif èxtèrior; se ço sè vèrifiye pas, ils reusséssont pas dens la prateca. Aprés avêr subi un non-succès, ils teriont la leçon, modifiont lors idês de façon a la fére corrèspondre ux louès du mondo èxtèrior et pôssont pariér transformàr lo non-succès en succès; il est cela la significacion du provèrbo: "La dèfêta est la mâre du succès" et "quârque non-succès nos rend plles fin". [valor : 10]
    ècritura d'origina : S'i vollon obteinhei de sukses din lor travall, i et a deihe arevei i rezultat ategnu, i deyon feihe en magneiha ke lors idei korespondusan i loei di mondò obgzetif esterior; se hò se verifie pa, i reusison pa din la prateka. Aprei avey subi in nonsukses, i terion la leson, modifion lors idei de fason a le feihe korespondre i loei di mondò esterior e poson pahi transformei lo nonsuksus en sukses; i et hala la signifikaksion di proverbò: "La deifeita et la mare di sukses" e "ksaake nonsukses no rend pi fin".
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : S'ils veulent obtenir succès dans le travail, c'est-à-dire arriver aux résultats attendus, doivent faire en sorte que leurs idées correspondent aux lois du monde extérieur objectif; si tel n'est pas le cas, ils échouent dans la pratique Après avoir subi un échec, ils en tirent la leçon modifient les idées de façon à les faire correspondre aux lois du monde extérieur et peuvent ainsi transformer l'échec en succès; c'est ce qu'expriment les maximes La défaite est la mère du succès et Chaque insuccès ...
    ---
  • Entre lo concèpt et la sensacion, la difèrença est pas justo quantitativa mas qualitativa. En alent plles lluen dens ceta dirèccion, avouéc l'édo du jugement, de la dèduccion, on pôt arrevàr a des concllusions logeques. L'èxprèssion du SAN KOUO YEN YI: "Un froncement de la téta et una idâ vint a l'èsprit" ou cèla du lengâjo ordinèro: "Lèssiédes-mè rèfllèchir" signifiont que l'homo opère entèlèctuèlament a l'édo de concèpts por portàr des jugements et por fére des dèduccions. Il est lé lo second degrâ de la cognessença. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Intre lo kosept e la sensaksion, la deifeiensa et pa gzestò kantitativa ma anke kalitativa. En alen pi lloen din heta direksion, avoi l'eigzò di gzegzemen, de la deduksion, on pot arevei a de konkluzion logzeke. L'espreksion de SAN KOUO YEN YI: "In fronsemen de la teita e inha ido vint a l'espri" o hala di lengagzò ordineihò: "Leysade-me refelixei" signifion ke l'òmò opere intelektualament a l'eigzò de konsept pe portei de gzegzemen e pe feihe de deduksion. I et lai lo sekon degrei de la kogneisensa.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Entre le concept et la sensation, la différence n'est pas seulement quantitative mais qualitative. En allant plus loin dans cette direction, à l'aide du jugement, de la déduction, on peut aboutir à des conclusions logiques. L'expression du San kouo yen yi: "II suffit de froncer les sourcils et un stratagème vient à l'esprit" ou celle du langage ordinaire: "Laissez-moi réfléchir" signifient que l'homme opère intellectuellement à l'aide de concepts, afin de porter des jugements et de faire des déductions....
    ---
  • Lèssont prègiér l'Ôtrich∙e et mémo la Russie, Ceta lo polonês, cela l'italien; Per quinta libèrtât nos vôt-el l'Italie, Dèfendre de prègiér come noutros anciens? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Leisson prèdzé l'Autriche et mëmo la Russie, Cetta lo polonè, cella l'italien; Pe quinta libertà no vout-ë l'Italie, Defendre de prèdzé come noutre s-anchen?
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA VALDOTEINA, 1862
    nota : L'Autriche et même la Russie laissent parler Celle-ci le polonais, celle-là l'italien; Par quel privilège l'Italie veut-elle Nous défendre de parler comme nos anciens?
    ---
  • Ja les vaches sont totes ètot lo morro en l'êr, Borneyent, cornatent cela que 'ls ant a pârt. Les bèrgiéres, les arpians, les mêtres, les frutiéres, Que pèrdusse la lœr 'ls aviant ja tuéts pensiére. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dza le vatse son totte atot lo mouro in l'air, Borneyen, cornaten cella que l'an aper. Le berdzé, le s-arpian, le métre, le fretëre, Que perduche la leur, l'ayant dza tseut penchëre.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Déjà les vaches sont toutes avec le museau en l'air, Faisant gros yeux, donnant de la corne à leur voisine. Les bergers, les alpians, les maîtres, les fruitières, appréhendaient déjà que la leur perdît (la bataille).
    ---
  • Cela du Brœly l'atend, la téta de travèrs, Montrent lo bllanc des uelys desot son grôs front nêr. En sofllent, jarrètent, els sè sont aprochiêyes; Châcuna fét un hurlo, et sè sont atacâyes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Cella di Breuil l'atten, la tëta de traver, Montren lo blan di jeu dèsot son grou fron ner. In soufflen, dzaraten, lé se son approtsaye; Tsaqeuna feit un eurlo, et se son attaquaye.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Celle du Breuil l'attend, la tête de travers, Montrant le blanc des yeux dessous son gros front noir. En soufflant, en remuant la terre, elles se sont approchées; chacune pousse un mugissement, et elles s'attaquent.
    ---
  • Morin, rêna du Brœly, l'atendêt a pièd fèrm. Lé s'anifllont tot setout, s'agouétont de travèrs. Inque cela du Brœly, què que ja bien lagnêye, Sè bète a boralàr; 'l est tota enfarochiêye; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Maurin, reina di Breuil l'attendzet a pià fer. Lé s'anuflon toustou, s'aveitson de traver. Inque cella di Breuil, quoique dza bien lagnàye, Se bette a borallé; l'est totta inforochàye;
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Maurette, reine du Breuil, l'attendait à pied ferme. Alors, elles se flairent aussitôt, se regardent de travers. Celle du Breuil, quoique déjà bien fatiguée, Se met à mugir; elle est toute courroucée;
    ---
  • Tot setout des combatents sè vêt corre lo sang! Màs! màs! qu'est-o ço-cé? Tot vat encontinent Pœr vêre quinta o est cela dèfortunâye... O étêt Morin du Brœly a mêtiêt dècornâye. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Toustou di combatten se veit coure lo san! Më! më! qu'est-ë ço-ce? Tot vat incontinan Pe vère quinta l'est cella deforteunàye... Lëtse Maurin di Breuil a meitsà decornàye.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : Soudain des combattants on voit couler le sang! Mais! mais! qu'est-ce donc? Chacun va sur-le-champ Pour voir quelle était cette infortunéee... C'était Maurette du Breuil à moitié écornée.
    ---
  • Ragouè u méten de tota sa famelye Juend la man de Tobie a cela de sa felye. "Je su content, dit-il, qu'a mon prôcho parent Je balyeyo ma felye avouéc tot noutro bien. Qu'en cél jorn lo Bon Diœ llui-mémo vos unésse! Que sa bènèdiccion sur vos houé s'acompllésse! Que les jorns de ma felye, aprés tant de chagrin, Seyont des jorns serens et de mémo les tins." Que de biens, de bonhœr son cœr lyé souhètâve! Tot-un, d'apréhensions dens son cœr ne réstâve. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ragüel i meiten de totta sa fameille Dzoin la man de Tobie a cella de sa feille. "Dze si conten, deut-ë, qu'a mon protso paren Dze bailleyo ma feille avouë tot noutro bien. Qu'in ci dzor lo Bondzeu, llui mëmo vo s-unisse! Que sa benedechon, su vò, vouë s'accomplisse! Que le dzor de ma feille, aprë tant de tsagrin, Sien de dzor seren et de mëmo le tin". Que de bien, de bonneur son coeur lei souètàve! Teuteun d'aprenchon din son coeur n'en restàve.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Raguël au milieu de toute sa famille Joint la main de Tobie à celle de sa fille: "Je suis content, dit-il, à mon proche parent De donner ma fille avec tout notre bien. Qu'en ce jour le bon Dieu lui-même vous unisse! Que sa bénédiction sur vous aujourd'hui descende! Que les jours de ma fille, après tant de chagrins, Soient des jours sereins, et de même les tiens!" Que de biens, de bonheur son cœur lui souhaitait! Toutefois dans son cœur il lui restait des appréhensions.
    ---
  • Pél pllètâye come cela du bot. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pë plettàye comme çalla di bot.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa : NDPV
    nota : Peau plissée comme celle du crapeau.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche