Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 32525
grâce a
definicion
-
  • locucion prèpositiva [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • grâce à [valor : 10]
    ---
  • grazie a[valor : 10]
    ---

Frâses

  • Est-il lé que fenét lo mouvement de la cognessença? Nos rèpondens ouè et nan. Quand l'homo, dens la sociètât, sè done a una activitât prateca en vua de la modificacion d'un procèssus objèctif dètèrménâ (qu'il seye naturèl ou sociâl), a un degrâ dètèrménâ de son dèvelopement, il pôt, grâce u reflèt du procèssus objèctif dens sa cèrvèla et a sa prôpra activitât subjèctiva, passàr de la cognessença sensiblla a la cognessença racionèla, èlaboràr des idâs, des tèories, des pllans ou des projèts que corrèspondont, dens l'ensembllo, ux louès de cét procèssus objèctif. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et-i lai ke feney lo movemen de la kogneisensa? No reponden oi e na. Kan l'òmò, din la sosieto, se done a inha aktivitl prayeka en vua de la modifikaksion d'in prosesus obgzetif determino (k'i sie natural o sosial), a in degrei determino de son deivelopemen, i pot, graase i reflet di prosesus obgzetif din sa servela e a sa propra aktivito subgzetiva, pasei de la kogneisensa sensibla a la kogneisensa rasionaala, eilaborei des ido, de teorie, de plan o de progzet ke korespondon, din l'einsemblò, i loei de hi prosesus obgzetif;
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Est-ce là que s'achève le mouv. de la conn.? Nous répondons oui et non. Quand l'homme, dans la société, s'adonne à une act. pratique en vue de la modification d'un processus objectif déterminé (qu'il soit naturel ou social) à un degré déterminé de son dévelop., il peut, grâce au reflet du proc. objec. dans son cerveau et à sa propre act. subj., passer de la conn. sensible à la conn. rat., élaborer des idées, des théories, des plans ou des projets qui correspondent, dans l'ens., aux lois de ce proc. obj.;
    ---
  • Y'é comenciê a ècrire tants ans féts, a ma maniéra, enventâ de mè. Aprés dens les ans huétanta y'é fêt d’ècoula, grâce u profèssor Tullio Telmon et l’univèrsitât de Turin avens emparâ un codex d’ècritura; ensems l’amis Valerio Tonini avens fêt un abècèdère. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Iei coumansà a èicriře tanti an fét, a ma manieřa, anventà da me. Apre d’in lh’an outanta iei fét d’èicola, grasie aou proufesou Tullio Telmon è l’universitaa de Touiřin aieun ampařa in codis d’èicrituřa; ansèin l’amis Valerio Tonini aieun fét in abetsedaře.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Per quei èicrio an francoprovensal - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : Iniziai anni fa con un sistema personale, poi negli anni ottanta sono andato a scuola e grazie al professor Tullio Telmon e all'università degli studi di Torino ho imparato un codice di scrittura che in seguito con l'amico Valerio Tonini ha dato vita ad un alfabetiere.
    ---
  • Adonc lo bon crêssient, recevent cél mèssâjo, At tot subitament dèpllètâ son vesâjo. Sa fèna, qu'avouéc llui, fesêt un mémo cœr, Benéssent lo Bon Diœ, partage son bonhœr, Ragouèl devant llui fét venir sa famelye: "Houé chavone, dit-il, lo long brun de ma felye; Alâdes, devant jorn, vito combllar lo crox; Grâce a Diœ 'l est pas môrt; il vit encor; tant mielx! Ora je vâ content tuàr doves moges grâsses, A quatro moutons grâs, nan, je lœr fâ pas grâce. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Adon lo bon creichan, receyen ci messadzo, L'at tot sebeutamen deplettà son vesadzo. Sa fenna, qu'avouë lliu, fejet un mëmo coeur, Benissen lo Bondzeu, partadze son bonneur. Ragüel devant lliu feit veni sa fameille; "Vouë tsavonne, deut-ë, lo lon brin de ma fameille; Allàde, devan dzor, vito comblé lo croù; Grâce a Dzeu l'est pa mor; i vit incò; tan mioù! Arra dze vo conten tsoué dove modze grasse. A quatro maouton grà, na, dze lyés fo pa grâce.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Alors le bon vieillard, recevant ce message, Eut subitement son visage déridé. Sa femme, qui avec lui ne faisait qu'un coeur, Bénissant le bon Dieu, partage son bonheur. Raguël, devant lui, fait venir sa famille: "Aujourd'hui, dit-il, finit le long deuil de ma fille! Allez vite, avant le jour, combler la fosse; Grâce à Dieu, il n'est pas mort; il vit encore; tant mieux" Maintenant je vais volontiers tuer deux génisses grasses: À quatre moutons gras, non, je ne fais pas grâce.
    ---
  • Ragouèl, cen sè sât, volyêt gouardàr Tobie; "Résta, llui at-il dét, cé de ma compagnie. Chiéz nos n'ens de tot prod; grâce a Diô manque ren; En bél se te vôs réstàr, te fés mon cœr content; Et je mando un vâlèt pœr rassuràr ton pére. - Grant-marci de l'acuely que volédes bien mè fére; Je sé que mes parents atendont mon retôrn; Je pouè pas retardàr, lœr comptont tuéts les jorns". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ragüel, cen se sà, voillet gardé Tobie; "Resta, li at-ë deut, ce de ma compagnie. Tsi nò n'en de tot praou; grâce a Dzeu manque ren; Imbë se t'ou resté, te fé mon coeur conten; Et dze mando un valet pe rassuré ton pére. - Gramaci de l'accueil que volei bien me fére; dze si que me paren attendon mon retor; Dze poui pa retardé, leur conton tseut le dzor!.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Raguël, cela entend, voulait garde Tobie; "Reste ici, lui disait-il, en ma compagnie. Chez nous, il y a assez de tout; grâce à Dieu, rien ne manque; Ainsi, si tu veux rester, tu fais mon coeur content; Et j'envoie un valet pour rassurer ton père. - Merci de l'accueil que vous voulez bien me faire; Je sais que mes parents attendent mon retour; Je ne puis retarder, ils comptent tous les jours".
    ---
  • 'L avenge cela fiél qu'il at prês du pêsson, Nen ouend les uelys du pére: quint merâcllo! adonc On vêt que de ses uelys lyé chêt una têlèta Come fusse d'un ôf la petiôda fllorèta. Lo pére, Ana, Tobie et qui les cognessiant, Rendont/Rendent grâce u Bon Diœ lèvont u cièl lœrs mans. [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'avendze cella fé que l'at prei di peisson, N'en vouin le jeu di pére: quin meracllio! adon In veit que de se jeu l'ei tsët euna teiletta, Come fuche d'un où la petsouda floretta. Lo pére, Anna, Tobie et qui le cognéchan, Renden grâce i Bondzeu lévon i cheil leur man.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : Il sort le fiel qu'il a extrait du poisson, Il en oient les yeux du père: quel miracle! alors On voit que de ses yeux il tombe une petite toile Comme si c'était la pellicule d'un oeuf. Le père, Anne, Tobie et ceux qui les connaissaient, Rendent grâce à Dieu, lèvent leur mains au ciel.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche