Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 23310
y
definicion
-
nota
1) y avoir = "y avêr"; 2) il y a = "(il) y at" (quelquefois il y en a (il) en y at, y en at)
  • pronom pèrsonel [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • y [valor : 10]
    ---

Variantes

  • y (VdA) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : lei
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains – 1914. Web d'entèrèt :
    ---
  • y (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : hay
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Et il sè passêt la lengoua sur les lâvres, pôt-étre pœr lechiér les dèrriéres gœtes de vin que s'y trœvant èncœr. Tœs los/les jouenos sè metéront a rire, màs pas trœp fôrt, pœr ne pas fére honta a la mariâ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : É a se posseû la langue su lé lovre, ptétre pe letsyun lé dèrire gueute de van ki s'i treûvan ékeû. Teû lô dzône se métèran a rire, mé po treû fô, pe ne po fére onte a la maryan.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Et il passait la langue sur les lèvres, peut-être pour lécher les dernières gouttes de vin qui s'y trouvaient encore. Tous les jeunes gens se mirent à rire, mais pas trop fort, pour ne pas faire rougir de honte la mariée.
    ---
  • Ceto côp, le chemin étêt barrâ avouéc des branches de bouésson. Tœta la nœce s'arrètét devànt. Il n'y avêt pas moyèn de pâssâr sèn sè dèfripâr. Bièn sûr que la rœba et le vouèlo de la mariâ ne serant pas arrevâs tœt èntiérs a l'égllése. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Stu kou, le tseûman éteû baro avoui de brantse de bouissan. Teute la neusse s'aréti devè. I n'y avoueû po moueûyè de possyun sè se défripo. Byè seû ke la reube é le vouale de la maryan ne seran po arevo teût ètyé a l'églize.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Cette fois, le chemin était barré avec des branches de buisson. Toute la noce s'arrêta devant. Il n'y avait pas moyen de passer sans se déchirer. Certainement larobe et le voile de la mariée ne seraient pas arrivés tout entiers à l'église.
    ---
  • Quand lo solely sè cuche cllàr et que 'l y at ren de nioles, mârque lo crouê temps. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Quan lo solei se coutse cllier et que l'y at ren de gnoule, marque lo croè te.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.450 a la pâge 167 du lévro)
    nota : Quand le soleil se couche clair et qu'il n'y a pas de nuages, cela marque le mauvais temps.
    ---
  • Dediens sa man il y tint la victouère, A lui solèt en demore la gllouère. A tot jamés son Sent Nom sêt beni! Amen, amen, ainsi, ainsi soit-y! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dedian sa man il y tin la victoire, A lui solet en démure la gloire. A to zamai son Sain Non sai begni! Amen, amen, ainsi, ainsi soit-y!
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 68. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Dedans sa main il tient la victoire, A lui seul en demeure la gloire. A tout jamais son Saint Nom soit béni, Amen, amen, ainsi, ainsi soit-il!
    ---
  • Sur lors gôfros profonds 'l y at de chemins èfreyâbllos, Màs, hèlâs! sur cetos n'y at pouent de navégâbllos. Fôdrat-o prendre fin entre la tèrra et l'êr? D'y songiér solament fât fresenar la chèrn. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Su lour gouffrou profond l'yat de chamin frayablo, Mais, hélas! su cettou n'yat point de navigablo. Faudra-to prendre fin entre la terra et l'air? D'y songié solament fat frissonna la chair.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Sur leurs gouffres profonds il y a des chemins frayables, Mais, hélas! sur eux il n'y en a point de navigables. Faudra-t-il prendre fin entre la terre et l'air? D'y songer seulement (çà) fait frissonner la chair.
    ---
  • Qui l'agouéte les gentes joutes, Y muerre de fam ux coutes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Qui l'aveitse le dzente dzoute, Lei moure de fan a coute.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.611 a la pâge 239 du lévro).
    nota : Celui qui ne regarde que les belles joues, Y meurt de faim aux côtes.
    ---
  • Fôt y pensàr sèpt côps devant que sè betàr en colère, et sèptanta côps sèpt côps devant que sè mariàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Fat l'y pensé sat cou devan que se betté in colère, et setanta cou sat cou devan que se marié.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.646 a la pâge 249 du lévro).
    nota : Il faut y penser sept fois avant de se mettre en colère, et septante fois sept fois avant de se marier.
    ---
  • Lo savatiér du couen, plles pèmo que marmota, N'ôse plles ricaniér, ni subllar la linota; Qui decé, qui delé, châcun s'en sentirat; Et tâl n'y pense pas, que s'en soventerat: [valor : 10]
    ècritura d'origina : Lo savatié du coin, plu paimo que marmota, N'auze plu ricanyé, ni sibla la linota; Qui decey, qui deley, chacun s'en sentirat; Et tau n'y pense pas, que s'en vouventarat:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Le savetier du coin, plus engourdi qu'une marmotte, N'ose plus ricaner, ni siffler la linotte; Qui deçà, qui delà, chacun s'en (res)sentira, En tel n'y pense pas, qui s'en souviendra:
    ---
  • En fesent ceta preyére ele aouét et entendét assé come ele avêt devant la glloriosa vouèx et parola de son veré crèator qu'il lyé dit: "Quant que jo tè vodré donar, recês et sofrês en mon nom". Iço lyé dit mout alégrament y at bien pou, ço lyé fut sembllent, en sorisent. La grant consolacion de lyé éret si grant devant que ele non y porrêt metre compto, màs ele fut plles grant aprés et la grâce de Noutron-Sègnor fut tojorn en lyé. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En faysant ceta preyeri illi oyt y entendit yssi come illi aveyt devant la gloriosa voys et parola de son veray creatour qui li dit: "Quant que ju te voudroy donar, receis et sufrreis en mon nun". Ico li dit mout alagrament y a bein po, co li fut semblanz, en sorisanz. Li granz consolations de liey eret si granz devant que illi non y poret metre contio, mays illi fut plus granz apres et li graci de Nostrum Segnour fut toz jors en liey.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Pendant cette prière elle entendit, comme elle avait fait auparavant, la voix glorieuse de son vrai Créateur qui lui dit: "Reçois et souffre en mon nom tout ce que je voudrai t'envoyer". Il lui dit cela très allègrement et presque, lui sembla-t-il, en souriant. La consolation qu'elle éprouvait auparavant était si grande qu'elle n'aurait pu en rendre compte, mais elle fut plus grande ensuite et la grâce de Notre-Seigneur fut toujours en elle.
    ---
  • Et la nuet aprés, ele vit les très grants èpoventâblles visions pllênes de si grants dolors et de si grants èpoventements que on non y porrêt metre compto ni sembllence ni neguna èstimacion. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et la noyt apres illi vit les tras granz epavantables visions pleynes de si granz dolors et de si granz espavantamenz que hun non y porret metre contio ne semblanci ne neguna estimacion.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Et la nuit suivante, elle eut les visions très épouventables, pleines de si grandes douleurs et de si grandes épouvantes qu'on ne pourrait les dénombrer, ni en donner une image ou une estimation.
    ---
  • Il mè ferêt dèpelyér sèn n'y savêr, ceto grànd inœcent. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A me fereû dépolayun sè n'i sava, stu grè èneûssè.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Il me ferait luxer un membre sans s'en douter, ce grand sot.
    ---
  • Il est pas pœr ne pas payér que je tè dio cèn. Je sé bèn qu'il fôt que j'y pâsso. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Y é po pe ne po payun ke dze te di sè. Dze sé ban k'i fo ke dz'i posse.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Ce n'est pas pour ne pas payer que je dis cela. Je sais bien qu'il faut que je le fasse.
    ---
  • Quand il venét al pôrt de Tèches, il trovét iqué doux ècuyérs de céls al Dôfin qui aviévont iqué itâ tot lo jorn, y éret hora de midi, câr no poviévont passar per l'égoue que éret fôr des rives; y avêt pllu três jorns et três nuet sens cèssar. Et sè dègnêt iqué avouéc los doux ècuyérs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quant il venit al port de Teches, il trovet iqui duos escuers de ceuz al Dalphin qui aveont iqui ita tot lo jor, hay eret hora de medis, car no poont passar per l'aygui que ret for de rives; hay aveyt plou tres jors et tres noyz seyns cessar. Et se dygniet iqui avoy los dos escuers.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Quand il arriva au gué de Tèches, il y trouva deux écuyers de la maison du Dauphin qui avaient été là tout le jour, il était midi, car ils ne pouvaient passer la rivière qu iavait débordé de son lit; il avait plu, sans cesse, trois jours et trois nuits. Il dîna là avec les deux écuyers.
    ---
  • Il y at acordâ tœt ce qu'il at vœlu. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A y a akôrdo teû se k'al a voueûlu.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Il lui a accordé tout ce qu'il a voulu.
    ---
  • Quiconque volyésse cognetre un fenomèno pôt pas y arrevàr sensa sè betàr en contact avouéc llui, il-est-a-dére sensa vivre (sè donàr a la prateca) dens l'ambiança méma de cé fenomèno. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Koalonke voluse kogneitre in feinomeinò pot pas y arevei sensa se betei en kontakt avoi llu, i et a dihe sensa vivre (se donei a la prateka) din l'ambiensa meima de hi feinomeinò.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Quiconque veut connaître un phénomène ne peut y arriver sans se mettre en contact avec lui, c'est-à-dire sans vivre (se livrer à la pratique) dans le milieu même de ce phénomène.
    ---
  • Je y é portâ a-z y-eles. Je y é dœnâ a y-ele. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dze y é pôrto a zyèle. Dze y é deûno a yèle.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : J'ai porté cela à elles. J'ai donné cela à elle.
    ---
  • Dames et Monsiœrs, tot vint de Turin, de Fllorence, De Roma, de Milan, d'Anglletèrra et de France. Vegnont chèrchiér l'êr frèque et la bôna apetit, Senant les louidors dens tot noutro payis. Les uns a Sent-Martin vant sus per la valâla, U Mont-Rose tot setout y balyont l'escalâla. D'ôtros de Châtelyon siuvont lo drêt chemin, Vant agouétiér de prés lo front du Mont-Sèrven. D'ôtros sur lo Mont-Bllanc y vant pllantar lœrs tendes; Tot-un y réstont pas les fétes de Chalendes; Et p'étre sur les bèques u levar du solely Pèrdriant en rampelyent les onglles des artelys. D'ôtros côront pas tant; lœr, cregnont trop la lagne; Les bins de Cort-Màyœr fant lœr grant pâssa-temps, Ou ben pœr gouarir des mangagnes Prègnont les égoues a Sent-Vincent. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dame et Monseur, tot vin de Teurin, de Florence, De Roma, de Milan, d'Angleterra et de France. vegnon tzertzé l'air fréc et la bonn'appeti, Sennen le loui d'or din tot noutro pay. Le-z-un à Saint-Martin van su pe la valada, I Mont-Rose toustou li baillon l'escalada. D'atre su lo Mont-Blan li van planté leur tende; Teutun l'y reston pa le féte de Tzalende; Et p'étre su le bèque i levè di solei Perdrian in rempeillen le-z-onllie di-z-artei. Datre couron pa tant; leur craignon trop la lagne; Le bain de Cormeyaou fan leur gran passaten, O bin pe gari di mangagne Prègnon le-z-ève a Saint-Vincen.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LO TZEMIN DE FER, 1886
    nota : Dames et Messieurs, tous arrivent de Turin, de Florence, de Rome, de Milan, d'Angleterre et de France. Ils viennent chercher l'air frais et le bon appétit, Semant les pièces d'or dans tout notre pays. Les uns à Pont-Saint-Martin montent le val (du Lys) Et vont aussitôt escalader le Mont-Rose. D'autres de Châtillon suivent le droit chemin, Vont regarder de près le front du Mont-Cervin. D'autres sur le Mont-Blanc vont planter leurs tentes; Cependant ils n'y restent pas les fêtes de Noël...
    ---
  • Lœr, quand vant u bornél, 'ls y réstont una pousa; Lé, tac-tac et tac-tac... on nen vêt pas la fin. Fôt ben, que voléd-vos? sè dére quârque chousa; S'érant pas détes ren dês d'hora lo matin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Leur quan van i bournë l'y reston euna pousa; Lé, tac tac et tac tac... in n'en veit pa la fin. Fat bin, que volei-vo? se dere quatse tsousa; S'ëron pa deute ren dei d'aoura lo matin.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Le s-ou et le dove comére - 1887
    nota : Lorsqu'elles vont à la fontaine elles y restent longtemps; Et là, tic tac et tic tac... on n'en voit pas la fin. Il faut bien, que voulez-vous? se dire quelque chose; Elles ne sont plus rien dit dès le grand matin.
    ---
  • "A Gabelus, mon fely, je dêvo t'avèrtir Que j'é prétâ d'argent; vês-tu, cé-y-at l'ècrit. Et pœr lo tere-pelàr te vas tant que en Mèdie. - Je sé pas lo chemin, dit lo petiôd Tobie. - Oh! pœr cen, mon garçon, fôt pas trop tè pênar: Va tè chèrchiér quârqu'un bon pœr tè l'y menàr". [valor : 10]
    ècritura d'origina : "A Gabelus, mon feus, dze veyo t'averti Que dz'i préta d'ardzen: vei-teu, ceilla l'écri. Et pe lo trepellé te va tanque in Médie. - Dze si pa lo tsemin, deut lo petsou Tobie. - Oh! pe cen, mon garçon, fat pa trop te peiné: Va te tsertsé quatsun bon pe te l'y meiné".
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE - Tobie - 1859
    nota : "Mon fils, je dois t'avertir que j'au prêté De l'argent à Gabelus; vois ici l'obligation, Et pour l'exiger tu vas aller jusque dans la Médie. - Je ne sais pas le chemin, dit le petit Tobie- - Oh! pour cela, mon fils, ne te mets pas trop en peine: Va chercher quelqu'un capable de t'y conduire".
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche