Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 23314
  • advèrbo [valor* : 10]
en Francês en Italien sinonimos
  • [valor : 10]
    ---
  • dove[valor : 10]
    ---
  • onte; [valor : 10]

Variantes

  • endôva (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : andoùa
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013 Web d'entèrèt :
    ---
  • onte (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ante
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : D.Genta et C.Santacroce - Scartablàri d'la modda d'Séreus - 2013 Web d'entèrèt :
    ---
  • yô (Pie) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : aioun
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011 Web d'entèrèt : http://www.dizionariogiaglionese.it
    ---
  • yô (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : yô, yo
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • yô (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina :
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • yô (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : ou
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Les gelenes punaciont n'importe yô. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Le dzelenne penachon n'importe yaou.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : NDPV, Nouv. Dic. de Patois Vald.
    Sôrsa :
    ---
  • Yô que les doves duères s'aponsont. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Yô k’i dâvouë dyurë s’aponzon.
    Règ·ion : Valês
    Grafia : GFON.VALÊS, Grafia fonètica valêsana
    Sôrsa : Base de donnée du dic. du patois de Bagnes
    nota : Orthographe du dictionnaire du patois de Bagnes
    ---
  • Vivo déns un payis yô pôvo tués/tuéts les jorns, quand sôrto de mêson, barjacar la lengoua de ma mâre, quand rêsono déns ma téta, quand sônjo quârque-ren lo sonjo déns ma lengoua: alôra porquè pas ècrire? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Vivo d’in in paì aioun peuio touit li dzort, can sorto de mèizoun, bardzaque la lèinga de ma maře, can rèizono d’in ma teta, can souèindzo carcareun vou souèindzo d’in ma lèinga: alouřa per quei pa èicriře?
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Per quei èicrio an francoprovensal - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : Vivo in un paese in cui tutti i giorni, uscendo da casa, parlo la mia madrelingua: la uso quando penso tra me e me, quando sogno, quando sono triste o arrabbiato. Perché non scriverci?
    ---
  • Vivo déns un payis yô pôvo tués/tuéts les jorns, quand sôrto de mêson, barjacar la lengoua de ma mâre, quand rêsono déns ma téta, quand sônjo quârque-ren lo sonjo déns ma lengoua: alôra porquè pas ècrire? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Vivo d’in in paì aioun peuio touit li dzort, can sorto de mèizoun, bardzaque la lèinga de ma maře, can rèizono d’in ma teta, can souèindzo carcareun vou souèindzo d’in ma lèinga: alouřa per quei pa èicriře?
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Per quei èicrio an francoprovensal - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : Vivo in un paese in cui tutti i giorni, uscendo da casa, parlo la mia madrelingua: la uso quando penso tra me e me, quando sogno, quando sono triste o arrabbiato. Perché non scriverci?
    ---
  • Yô sè volye qu'on seye, fôt gâgnér son pan; gaba la montagne et résta en pllan. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Yáou se voille qu'in sie, fat gagné sou pan; Gabba la montagna et resta in plan.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Joseph Cassano - La Vie Rustique et la Philosophie dans les proverbes et dictons valdôtains - 1914 (Vére proverbo n.422 a la pâge 154 du lévro)
    nota : Où ce soit qu'on se trouve, il faut gagner son pain; Loue la montagne et reste dans la plaine.
    ---
  • De yô. [valor : 10]
    ècritura d'origina : D'aioun.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011
    ---
  • Yô ol est? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Aioun ou l'êt?
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011
    ---
  • Yô te vâs? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Aioun te vâ?
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : AA.VV. - Dizionario Giaglionese - 2011
    ---
  • Étent entrâs, vegnéront u Côrp-de-gouârda, Yô ils firont una ruda montâda. Ils avévont tenalyes et martéls Qu'étévont fêts avouéc du bon aciér, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Etant entra, vegniron u Cour-de-garda, Yô y firon onna ruda montada. Il avivon tenaillé et marté Qu'étivon fay avoy du boun acier,
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 6. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Etant entrés, ils vinrent au corps de garde Où ils firent une rude montre. Ils avaient des tenailles, des marteaux Qui étaient faits avec du bon acier,
    ---
  • Pecor vegnêt avouéc granda hardièsse, Por fâre vér qu'il avêt de l'adrèce, Il voléve la pôrta pètardar, Il est iqué yô il fut ben atrapâ. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pico vegnai avoy grande hardiessé, Pé fare vi qu'il avai de l'adressé, Y volivé la pourta petarda, Yet iqué yô y fu bein attrapa.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 11. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Picot venait avec grande hardiesse. Pour faire voir qu'il avait de l'adresse, Il voulait faire sauter la porte: Et c'est ici qu'il fut bien attrapé.
    ---
  • Per cél moyen on prét le Côrp-de-gouârda, Yô l'ènemi fasséve bôna gouârda; Il falut ben quitar ux Genevouès U dèshonœr de tota la Savouè. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Pé cé moyan on prai le courdegarda, Yô l'ennemi fassivé bouna garda; Le falu bein quitta é Genevois U déshonneur de tota la Savoi.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 19. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Par ce moyen on prit le corps de garde, Où l'ennemi faisait bien bonne garde; Il fallut le laisser aux Genevois, Au déshonneur de toute la Savoie.
    ---
  • Màs vê-ce ben des ôtros èpisodos: Quand ils viront lœrs três èchiéles rotes Ils ne pôviont descendre ni montar; Il est iqué yô ils furont domptâs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mai vaissia bin dés atré épenosse: Quant i viron leu trai eitialla rotte I ne povion désandre ne monta; Y et iqué yo i furon donta.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 27. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Cependant voici bien d'autres épisodes: Quand ils virent leurs trois échelles rompues Ils ne pouvaient descendre ni monter; Et c'est ici qu'ils furent domptés.
    ---
  • De yô vint-o tant de bruit? Qu'est-o més que j'entendo? U fuè! Lo toquesin rèvèlye tot lo mondo, Il est vers l'Arsenâl: tot côrt de cél coutiér, Les gens de police sont chiéz los bènatiérs; [valor : 10]
    ècritura d'origina : D'ou vint-to tant de brut? Qu'éto-mei que j'entendo? U feu! Lo takacin reveille tout lo mondo, Y l'eyt ver l'Arcenat: tout court de ceu coutié, Le gen de polici sont chieu lou banatié;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : D'où vient tant de bruit? Qu'est-ce encora que j'entends? Au feu! Le tocsin réveille tout le monde, Il est (le feu) vers l'Arsenal; tout court de ce côté, Les gens de police sont chez les bennatiers;
    ---
  • Tot-ora m'est avis que quârque-ren mè pousse, Ou que d'un trembllement je sento les secosses; Je ne sé se la tèrra ou lo cièl vat s'uvrir. Dens cel'èztrèmitât, que fâre? et yô corir? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Tot ore m'eit avi que quoquaren me pousse, Ou que d'un tremblament je sinto le secousse; Je ne sei si la terra ou lo ciel va s'uvri. Din ce l'extremita, que fare? et où couri?
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : A présent il me semble que quelque chose me pousse, Ou que d'un tremblement je (res)sens les secousses; Je ne sais si la terre ou le ciel va s'ouvrir. Dans cette extrémité, que faire? et où courir?
    ---
  • Sè parle d'un temps et des vielys, pas pœr magon, mas pœr capir de yô arrévens, pœr cognetre qui que sens et fâr'-sè un'idêa de yô volens alàr. Una rêson pœr dére que travalyes et vivens a noutra mêson et pœr fâre cognetre et partagiér sos/ses sentiments et ses èmocions que nos édont. Et vivens tués/tuéts les jorns! [valor : 10]
    ècritura d'origina : Se parle d'in tèin e di vielh pa per magoun ma per capii d'aioun ariveun, per counhèitre quique seun è fařsé in'idea de aioun vouleun alee. Ina rèizoun per diře que travalheun è viveun a notra mèizoun è per faře counhèitre è partadzee si sentimeun è se emousioun que nouz-èidoun. è viveun touit li dzort!
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : Negli articoli non si legga la nostalgia dei tempi passati ma la consapevolezza delle origini per proporre obiettivi futuri. Un'occasione per raccontare un territorio e trasmettere, condividere i sentimenti e le emozioni che ci accompagnano nel quotidiano e ci permettono ancora di sognare.
    ---
  • Màs sovent, mâlgrât mè, ma Musèta fantasca Dens lo miluè du côp vint me fâre una frasca. Yô su-jo, pouro mè! Je pèrdo lo subllèt, Et je ne vâlo pas quatro cllous de sofllèt; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais souvent, maugra mi, ma Musetta fantasqua Din lo milieu du cop vint me fare una frasqua. Ou seu-ie/je, pouro mi! Ie/je perdo lo siblet, Et je/ie ne valo pas quatro clou de soufflet;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Mais souvent, malgré moi, mon humble Muse fantasque Dans le milieu du coup vient me faire une frasque. Où suis-je? pauvre moi! (hélas!) je perds le sifllet, Et je ne vaux pas quatre clous de soufllet;
    ---
  • L'égoua sè fit chemin dedens la catèdrâla, Et enfin n'ègzentét que la colègiâla, Égllése solèta, dens lo nombro de vengt, Yô l'on ne cèssét pas lo sèrviço divin, [valor : 10]
    ècritura d'origina : L'aigua se fit chamin dedin la Cathedrala, Et enfin n'exemptit que la Collégiala, Eglézi soleta din lo nombro de vingt, Ou l'on ne cessit pas lo serviço divin,
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : L'eau se fit chemin dedans la cathédrale, Et enfin n'exempta que la collégiale, Eglise seule, dans le nombre de vingt, Où l'on ne cessa pas le service divin,
    ---
  • Solevent son pllanchiér de mémo que de liéjo, Renvèrsét son burô, sos armouèros, sos sièjos; Et dens l'afrox sèjorn yô règne Bigilyon, Los criminèls molyês sortéront des crotons. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Soulevant son planchié de même que de liégeo, Renversit son bureau, souz armeyro, sou siégeo; Et din l'affrou sejour où reigne Bigillon, Lou criminel moüilliat sortiront du crotton.
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Soulevant son plancher de même que du liège, Renversa son bureau, ses armoires, ses sièges; Et dans l'affreux séjour où règne Bigillon, Les criminels mouillés sortiront des cachots.
    ---
  • Or pensâds que en lui y at d'ôtros biens avouéc ceti. Il est très-totes chouses que l'on pôt pensar ne dèsirar en tôs sos sents. Et qu'o est la ècritura qui éret ècrita en lo premiér fèrmél del lévro yô avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or pensas que en luy ha d'autres biens avoy cetuy. Il est tratotes choses que l'on pot pensar ne desirar en toz sos sains. Et co est li escriptura qui eret escripta el premier fermel del livro ou aveit escrit: "Deus erit omnia in omnibus".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or pensez qu'il y a en lui d'autres biens. Il est tout ce qu'on peut penser et désirer dans tous ses saints. Et c'est l'inscription qui était sur le premier fermoir du livre où était écrit: "Deus erit omnia in omnibus".
    ---
  • Câr Diœ est si grand que il est pertot, laquâla chousa negun(s) dêt avêr fôr que il tot sol. Il at donâ si grant legiéretât a ses amis que ils vant en un moment lé yô ils vôlont: câr ils sont quârque-pârt que ils seyant pertot presents avouéc lui. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Quar Deus est si granz que il est pertot, la qual chosa neguns doyt aveir for que il toz souz. Il a dona si grant legereta a ses amis que il vant en un moment lay ou il volunt; quar il sont quaque part que il seiant per toz presenz avoy luy.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Car Dieu est si grand qu'il est partout, et cela n'appartient qu'à lui seul. Il a donné à ses amis une agilité si grande qu'ils vont, en un instant, là où ils veulent; en effet, où qu'ils soient, ils sont partout présents avec lui.
    ---
  • Or povéds pensar la très grant bontât que est en lui qui ensé at donât tot quant que il at sos amis. Œncor lor at il plles fêt, câr il lor at donâ sè-mémo, câr il los at fêts si biôs et si glloriox que la Trinitât vêt châcun en sè, assé come un vêt en un bél merior ço que lui est devant. Et ço est la ècritura que éret en lo second fèrmél, yô avêt ècrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or poes pensar la tres grant bonta que est en luy qui ensi a dona tot quanque il ha sos amis. Encor lor ha il plus fait, quar il lor ha dona se memo, quar il los ha fait si beuz et si glorious que la Trinita veit chacuns en se, assi come un veit en un bel mireour co que li est devant. Et co est li escriptura que eret escripta el secont fermel, ou aveyt escrit: "Mirabilis Deus in sactis suis".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or vous pouvez vous représenter la très grande bonté qui est en lui, qui a donné ainsi tout ce qu'il a à ses amis. Il a fait plus pour eux, car il s'est donné lui-même. Il les a faits si beaux et si glorieux que chacun voit la Trinité en soi, comme on voit en un beau miroir ce qui est en face. Et c'est l'insciption qui était sur le second fermoir, où était écrit: "Mirabilis Deus in sanctis suis".
    ---
  • Aprés ço, cél mémo jorn, a un ôtro russél yô la égoue avêt dèrochiê la pllanche, sè dèviàt la sôma per sè per un sentiér ètrêt que vàt per les végnes. Quand ut alâ lo trèt de una arbarèsta sè sè dèviàt vers lo russél et de què non sè muvét pœr ferir que un lyé fit. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Apres co, cel memo jor, a un autro ruysel ou li aygui aveit derochia la pla[n]chi, se desciet li soma per sey per un sentier estreyt qui vait per les vignes. Quant ot ala lo trayt de una arbaresta se se deviet vers lo ruysel et de qui non se muit per ferir que un li fit.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Ensuite, le même jour, à un autre ruisseau, où l'eau avait arraché la plache, l'ânesse se dévia d'elle-même par un étroit sentier qui va à travers les vignes. Quand elle eut avancé d'une portée d'arbalète, elle se dévia vers le ruisseau et ne bougea plus de là, en dépit des coups qu'on lui donna.
    ---
  • Mas dês la seconda pèrioda de sa prateca, pèrioda de la luta poleteca et èconomeca conscienta et organisâye, por lo fêt de son activitât prateca, de son èxpèriença aquisa u cors d'una lunta prolongiêya, èxpèriença que fut g·ènèralisâye scientificament per Marx et engels et de yô et nèssua la tèoria marxista qu'el at sèrvi a l'èducàr, ceta cllâssa fut capâblla de comprendre l'èssença de la sociètât capitalista, los rapôrts d'èxplouètacion entre les cllâsses sociâles, sos prôpros devouèrs historecos et devint adonc una "cllâssa por sè". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ma dey la sekonda perioda de sa prateka, perioda de la luta poleteka e eikonomeka konsienta o organizeya, pe lo feit de son aktivito prateka, de son esperiensa akuisteya i kors d'inha luta prolongzeya, esperiensa ke fut gzeneralizeya siantifikament pe Marx e Engels e de io et neysuha la teoria marsista k'i at servi a l'edukei, heta klasa fut kapaabla de komprendre l'eisensa de la sosieto kapitalista, le rapor d'esploataksion intre le klase sosiaale, se propre devouar istorèko e deveint adon inha "klase pe se".
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Mais dès la seconde période de sa pratique, période de la lutte économique et politique consciente et organisée, du fait de son activité pratique, de son expérience acquise au cours d'une lutte prolongée, expérience qui fut généralisée scientifiquement par M. et E. et d'où naquit la théorie marxiste qui servit à l'éduquer, il fut à même de comprendre l'essence de la soc. capitaliste, les rapports d'exploitation entre les classes sociales, ses propres tâches historiques, et devint alors une classe pour soi.
    ---
  • A l'època yô l'humanitât entiéra entrepregneràt de façon conscienta sa prôpra transformacion et la transformacion du mondo, seràt l'època du comunismo mondiâl. A travèrs la prateca dècuvrir la veretât et oncora a travèrs la prateca confirmàr la veretât et la dèvelopàr. [valor : 10]
    ècritura d'origina : A l'eipoka io l'umanito intiera intrepregnaret de fason konsianta sa propra transformaksion e la transformaksion di mondò, saret l'eipoka di komunismò mondial. A traver la prateka dekuvrei la veheto e inkoha a traver la prateka konfirmei la veheto e la deivelopei.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De la prateka - La relaksion intre la kogneisensa e la prateka, intre lo savey e l'aksion - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1937 - Aohta, gzenei 1974
    nota : L'époque où l'humanité entière entreprendra de façon consciente sa propre transformation et la transformation du monde sera celle du communisme mondial. Par la pratique découvrir les vérités, et encore par la pratique confirmer les vérités et les développer.
    ---
  • Mas, de noutros compagnons, un mouél comprendont pas oncora ceta tèoria. Se on lor demande d'yô vegnont lors idâs, opinions, poleteca, pllans, mètodes, concllusions, d'yô vegnont lors discors entèrménâbllos et lors longs articllos ils trôvont la quèstion ètrangiéra et sâvont què rèpondre. Et cés sôts per què la matiéra sè transforme en èsprit et l'èsprit en matiéra, fenomèno ordinèro de la via de châque jorn, réstont encomprèhensibllos por lors. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ma, de no kompagnon, in moei komprendon pa inkoha heta teoria. Se on lor demande d'io vegnon lors ido, opinion, poleteka, plan, meitode, konkluzion, d'io vegnon lor diskors interminaablò e lors long artiklò i trovon la kestion eitrangza e savon ke repondre. E his saat pe ke la matieha se transforme en espri e l'espri en matieha, feinomeinò ordineiho de la via de ksake gzor, reston inkomprehensiblò pe lor.
    Règ·ion : Arpitania
    Grafia : LLA, La lingua Arpitana J.Arrieta.
    Sôrsa : De io vegnon les ido gzeste? - Traduksion in Harpetan d'in testò filozofekò de Mao Tze Toung - 1963 - Aohta, gzenei 1974
    nota : Mais, parmi nos camarades, beaucoup ne comprennent pas encore cette théorie. Si on leur demande d'où viennent leur idées, opinions, politique, méthodes, plans, conclusions, d'où viennent leurs discours interminables et leurs articles prolixes, ils trouvent la question étrange et ne savent que répondre. Et ces bonds par lesquels la matière se transforme en esprit et l'esprit en matière, phénomène ordinaire de la vie quotidienne, restent tout aussi incompréhensible pour eux.
    ---
  • Je vuel vos racontàr la via d'un garçon, Qu'ennoyê du bon temps, at quitâ sa mêson, Yô qu'il étêt tranquilo et que ren lyé mancâve; 'L aviêt l'ècuèla pllêna et pas ren lyé côtâve. Volyêt alàr chèrchiér dens des payis plles lluen Bonhœr et libèrtât; màs s'est trompâ de bien. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Dze voui vo raconté la vìa d'un garçon, Qu'innouyà di bon ten, l'at quettà sa meison, Yaou que l'étse tranquilo et que ren lei mancave; L'ayet l'écouëla pleina et pa ren lei coutave. Voillet allé tsertsé din de pay pi llioen Boneur et libertà; më s'est trompà de bien.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, L'INFAN PRODEGGO, 1855
    nota : Je veux vous raconter la vie d'un garçon, Qui, ennuyé du bon temps, quitta sa maison, Où il était tranquille et où rien ne lui manquait: Il avait l'écuelle pleine et rien ne lui coûtait. Il voulait aller chercher, dans des pays éloignés Bonheur et liberté; mais il se trompa de beaucoup.
    ---
  • De lluen sè vêt qu'u Brœly embouont lœrs vaches pllênes, Que bèjolâvont ja, sentent lo chôd du jorn; Je travèrso lo pllan, yô duère sè promène, Et que partage en balyent des dètôrns. [valor : 10]
    ècritura d'origina : De llioen se veit qu'i Breuil embouon leur vatse pleine, Que bedzolàvon dzà, senten lo tsaat di dzor; Dze traverso lo plan, yaou dzouëre se promeine, Et que partadze in baillen de détor.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Abbé Jean-Baptiste CERLOGNE, LA BATALYE DES VACHES A VÈRTOSAN, 1858
    nota : De loin on voit qu'au Breuil on rentre les vaches pleines, Qui s'agitaient déjà, sentant la chaleur du jour; Je traverse la plaine où la rivière se promène, Et qu'elle partage en donnant des détours.
    ---
  • Et les brâves bétyes lo siuvévont tant que u prât, yô que les lessiêve un moment garfodàr a lœr môda. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Et le brave bëtse lo suivàvon tanque i pra, yaou que le leissàve eun momen garfaoudé a leur moda.
    Règ·ion : Vâl d'Aoûta
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : NDPV - A Saint Bernà - A.R. Désaymonet
    nota : Et les braves bêtes le suivaient jusqu'au pré, où il les laissait un moment brouter ça et là l'herbe la meilleure, la plus tendre.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche