Lo trèsor Arpitan

Nôva rechèrche

Dedens la parola
La gramatica
parola n.: 23903
tôs
definicion
-
nota
tôs (réalisation fréq. tui, ti, tués) absolument tous très-tôs (romand, forézien, lyonnais)
en Francês en Italien sinonimos
  • tous [valor : 10]
    ---
  • tutti[valor : 10]
    ---

Variantes

  • tœs (bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : teû
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : FRANCOPROVENÇAL Proposition d'une orthographe supra-dialectale standardisée - D.Stich - 2001 Web d'entèrèt :
    ---
  • tôs (GE) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : tos, to
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003 Web d'entèrèt :
    ---
  • tôs (Dfn) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : tou/tout
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010. Web d'entèrèt :
    ---
  • tôs (Bjl) [valor : 10]
    Ècritura d'origina : toz
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965 Web d'entèrèt :
    ---

Frâses

  • Tués cetos mondos risant. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Teû stô monde rizan.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    ---
  • Quànd tœs los jouenos aviéront féni de bêre, la mariâ dését: - Alons! Lèssiéd nœs pâssâr, pœr ne pas fére atèndre Monsiœr le curâ.- [valor : 5]
    ècritura d'origina : Kè teû lô dzône ayèran fini de banre, la maryan dizi : - Alan! Léssi neû possyun, pe ne po fére atèdre Monsyeû le tcheûro.-
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Quand tous les jeunes eurent fini de boire, la mariée dit: - Allons! Laissez-nous passar, pour ne pas faire attendre Monsieur le Curé.-
    ---
  • Justo ceto-qué avêt ècartâ tœs los ôtros, et arrevêt per dèrriér le Jœsèf: "Il est a mon tœrn", qu'il bredolyét. Il fesêt brendegœlar son grànd côrp cœme le balanciér d'un relœjo. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Juste stutyé avoueû ékarto teû lôz otre, é areveû pre dèri le Dzeûzé: "Y ét a mon teû", k'a bredoyi. A fezeû brandigueûlo son grè kô keme le balansyé d'un rleudze.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Documents publiés par Claude Michel - 1994
    nota : Précisément, celui-ci avait écarté tous les autres, et arrivait en arrière de Joseph: "C'est à mon tour", bredouilla-t-il. Il faisait osciller de droite à gauche son grand corps, ainsi que le balancier d'une horloge.
    ---
  • Ans d’aprés avens fêt un groupo de travâly, entèrnacionâl! Ensems l’effepi et tôs les parlants lengoua francoprovènçâla, por trovar una codificacion comuna: ux jorns enqu'houé sens pas oncor arrevâyes. [valor : 10]
    ècritura d'origina : An d’apré aieun fèt in grup de travalh, anternasiounal! Ansèin l’effepi e tot li parlan lèinga francoprovensal, per trouvé ina codificasioun coumuna: ai dzort d’incué seun pa col arivaie.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Per quei èicrio an francoprovensal - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : Molti anni più tardi abbiamo riunito un gruppo di lavoro, addirittura internazionale! Ne facevano parte l'associazione effepi ed i francoprovenzali dell'intera area per trovare un sistema di scrittura comune e sebbene tanta strada fosse fatta non si è ancora giunti a delle valide soluzioni. NB "arrévâyes": on utilise lo participo passâ femenin plurièl por la nocion d'ensemblo. "Nos sens arrevâyes" mas "Lor sont arrevâs".
    ---
  • Arpitan vôt dére plles que francoprovènçâl, vôt dére ècrire déns una lengoua méma que lyé pâsse les mile dialècts francoprovènçâls, et "porét" portar-nos a étre "liesu" déns tôs les confins de les parlars francoprovènçâls. [valor : 5]
    ècritura d'origina : Arpitan vou diře pi que francoprovensal, vou diře èicriře d’in ina lèinga mèima que lhe pase li mile dialeut francoprovensal, è "peřit" pourtenous a èitre "let" d’in tot li counfin dle parlà francoprouvensal.
    Règ·ion : Valâdes Arpitanes du Piemont
    Grafia : Ce.S.Do.Me.O.
    Sôrsa : Marco Rey - Per quei èicrio an francoprovensal - Viena tsu ma trasa - 2010
    nota : Arpitano è più che francoprovenzale, vuol dire utilizzare una stessa lingua per unire i mille dialetti francoprovenzali; ascoltarsi e comprendersi attraverso una sola, condivisa lingua scritta.
    ---
  • Petits et grands usséds-en sovegnance, Per un matin d'una bèla demenge, Et per un jorn qu'il fasséve ben frès/frêd, Sens le Bondiô, nos étévons tôs prês. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Petis et grans, ossis-an sevegnancé, Pé on matin d'onna bella demanzé, Et pé on zeur qui fassivé bein frai, Sans le bon Dy, nos étivon tos pray.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 4. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Petits et grands, ayez en souvenance Par un matin d'un beau dimanche, Et par un jour où il faisait bien froid/frais, Sans le bon Dieu, nous étions tous pris!
    ---
  • Màs qu'o sêt plles parlâ de tôs quelos empllâtros, De quelos arlequins qu'ant des tétes pllâtro; Que mè tenont la pèx, je lyor deré plles ren, Je n'é pas l'entencion de lyor cassar los rens, [valor : 10]
    ècritura d'origina : Mais qu'o se plus parlô de tous queloz implôtro, De queloz arlequins qu'ant des tête de plôtro; Que me tenant la paix, je liou dzire plus rin, Je n'ai pô l'intention de liou cassô lo rein,
    Règ·ion : Forêz
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : Parlons Francoprovençal: une langue méconnue - D.Stich - 1998 - A MOZ AMIS DE VET VAR-DE-GI - A mes amis de Rive-de-Gier - Forez
    nota : Mais qu'il ne soit plus parlé de tous ces emplâtres, De ces arlequins qui ont des têtes de plâtres; Qu'ils me laissent la paix, je ne leur dirai plus rien, Je n'ai pas l'intention de leur casser les reins,
    ---
  • Câr un sœdârd qu'apèrçut tot ço-s-icé, Tot bèlament butat bâs la coulisse, Pués vat criar qu'il sè falyêt armar, Ou ôtrament nos serians tôs tuâs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Car on seudar qu'aperçû tot souzicé, Tot bellaman bouta bas la coulisse, Poi va cria qui se faillai arma, Yô/U attraman no sarion to tüa.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 14. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html) et (Dictionnaire des mots de base du Francoprovençal - D.Stich - 2003).
    nota : Car un soldat qui aperçut tout cela, Tout bellement bouta bas la coulisse, Puis alla crier qu'il se fallait armer, Ou autrement nous serions tous tués.
    ---
  • Vos aviâds dét per devant son Altèsse Que vos n'ariâds (ni) pediêt ni tendrèsse, Que vos voliâds tuar grands et petits, Nos ètrangllar et fâre tôs morir. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Vos avia dai pè devan sen Altesse Que vo n'aria pedia ne tandresse, Que vo volia tüa gran et peti, Nos eitranglia et fare to mori.
    Règ·ion : Geneva
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : La Chançon de l'Èscalâda - 1603 - Cél qu'est lé-'h-hôt. Strofa 44. (http://athena.unige.ch/athena/helvetia/cqlaino.html)
    nota : Vous aviez dit par devant son Altesse Que vous n'auriez ni pitié ni tendresse Que vous vouliez tuer grands et petits, Nous étrangler et nous faire tous mourir.
    ---
  • Se los cossiôls prudents ne donâvont des ôrdres D'aduire de pertot quârque-ren de què môrdre. Pœr nos facilitar de mielx nos mans levâs Durant três semanes tôs los drêts sont levâs. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Si lou cossio prudent ne donavont dez ordre D'adure de pertout quoqua ren de que mordre. Pe nou facilita de mieu nou manleva, Durant trey semanet tout lou dret son leva:
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Si les consuls prudents ne donnaient des ordres D'amener de partout quelque chose de quoi mordre. Pour nous faciliter (de) meiux nos mains-levées, Durant trois semaines tous les droits sont levés:
    ---
  • Qui porrêt habitar ceta vila puanta, Cimentâ de três pieds d'una bôrba gluanta, Plles nêre que pege, plles sâla que bèrtou, Qu'enfècte les mêsons, et que nos jônét tôs? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Qui pourrat habitar cetta villa puanta, Cimenta de trey pied d'una bourba gluanta, Plu neiri que pegit, plu sala que bertou, Qu'infecte le meyson, et que nou iaunit tou?
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Qui pourrait habiter cette ville puante, Cimentée de trois pieds d'une bourbe gluante, Plus noire que (la) poix, plus sale que bré, Qui infecte les maisons, et qui nous jaunit tous?
    ---
  • Qui vèrrat sens fremir cél sens parèly dâmâjo? Tamt d'habitents ruinâs, que quitont lor loyêjo, De gens de tôs los ârts, et de tôs los metiérs, Que demandont lor pan dedens châque quartiér? [valor : 10]
    ècritura d'origina : Qui verrat sans fremi ceu sans parey domageo, Tant d'habitan ruina, que quitton lor loyageo, De gen de tou louz art, et de tou lou metié, Que demandon lor pan dedin chaque quartié?
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Qui verra sans frémir ce sans pareil dommage? Tant d'habitants ruinés qui quittent leur logis loué, Des gens de tous les arts, et de tous les métiers, Qui demandent leur pain dedans chaque quartier?
    ---
  • Veyéd cél tenturiér, la fumiére l'ètofe, Fôt de tôs sos marchands repllongiér les ètofes; Icé lo bonetiér relâve sos bonèts, Ilé lo menusiér trove son chantiér nèt; [valor : 10]
    ècritura d'origina : Veyé ceu tinturié, la fumeyri l'eitofe, Fau de tou sou marchan replongié lez eitofe; Ici lo bonnetié relave sou bonnet, Iley lo menuisié troue sou chantiér net;
    Règ·ion : Dôfenâ
    Grafia : GDÔ, Grafia d'un ôtor.
    Sôrsa : François Blanc dit La goutta - Grenoblo Malhérou (1733)- Éditions des Régionalismes de Cressé - 2010.
    nota : Voyez ce teinturier, la fumée l'étouffe, (Il) faut de tous ses marchands replonger les étoffes; Ici le bonnetier relave ses bonnets, Là le menuisier trouve son chantier net;
    ---
  • Cet dox chant s'en vàt per tôs les ôrdres des anges et des sents dês lo premiér tant que u dèrriér. Et cet chant no est plles tout feni que ils en fant un ôtro très-tot novél. Et cet chant durerat sens fin. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Ciz douz chanz s'en vait per toz les ordens des angels et de sayns dey lo primyer tant que au derrier. Ey cis chanz no est plus tot fenis que il en fant un autre tretot novel. Et ciz chanz durera seins fin.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Ce doux chant s'en va par tous les ordres des anges et des saints depuis le premier jusqu'au dernier. Et ce chant n'est pas plus tôt fini qu'ils en chantent un autre tout à fait nouveau. Et ce chant durera sans fin.
    ---
  • Or pensâds que en lui y at d'ôtros biens avouéc ceti. Il est très-totes chouses que l'on pôt pensar ne dèsirar en tôs sos sents. Et qu'o est la ècritura qui éret ècrita en lo premiér fèrmél del lévro yô avêt ècrit: "Deus erit omnia in omnibus". [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or pensas que en luy ha d'autres biens avoy cetuy. Il est tratotes choses que l'on pot pensar ne desirar en toz sos sains. Et co est li escriptura qui eret escripta el premier fermel del livro ou aveit escrit: "Deus erit omnia in omnibus".
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or pensez qu'il y a en lui d'autres biens. Il est tout ce qu'on peut penser et désirer dans tous ses saints. Et c'est l'inscription qui était sur le premier fermoir du livre où était écrit: "Deus erit omnia in omnibus".
    ---
  • O no at pas mout de temps que una pèrsona que jo cognesso éret en orêson ou devant maténes, ou aprés, et comenciét a pensar en Jèsus-Crist, coment il sè siét a la drêta pârt de Diœ lo pâre. Et tantout son côr fut èlevâ que o lui fut sembllent que ele fut en un luè qui éret plles grant que tôs les mondos et plles reluisants que les solos de totes pârts: et éret pllen d'unes gens que érant si très bèles et si très gllorioses que boche d'homo non lo porrêt ràcontar. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Oy no ha pas mout de tens que una persona que jo cognoisso eret in oreyson ou devant matines, ou apres, et comenciet a pensar en Jhesu Crit, coment il se seit a la dextra part de Deu lo pare. Et tantot sos cuors fut si elevas que oy li fut semblanz que illi fut en un lua qui eret plus granz que toz li monz et plus reluysanz que li soulouz de totes pars; e eret pleins d'unes genz que erunt si tres beles et si tres glorioses que bochi d'ome non ho porroyt recontar.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Il n'y a pas longtemps, une personne de ma connaissance était en oraison avant matines ou après. Elle se prit à penser à Jésus-Christ, comment il est assis à la droite de Dieu le Père. Et soudain son cœur fut ravi à tel point qu'il lui sembla être en un lieu plus grand que le monde entier, et plus billant de toutes parts que le soleil; et il était plein de gens si beaux et si glorieux que bouche d'homme ne le pourrait raconter.
    ---
  • Or pensâds la très grant biotât de lui que est si très grant que il at donâ a tôs los anges et a tôs sents qui sont ses membros que châcuns est assé cllârs come les solos. Or povéds pensar quant biô lo luè yô at tant de cllartâts. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Or pensas la tre grant beauta de lui que est si tres granz que il ha dona a toz los angelos e a toz seins qui sont ses membro que chacuns est aussi clars com li selouz. Or poes pensar quant beuz est li lues ou a tant de clartes.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : SPECULUM - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : Or, imaginez sa très grande beauté, si grande qu'il a donné à tous les anges et à tous les saints qui sont ses membres, d'être aussi clairs que le soleil. Vous pouvez penser comme il est beau le lieu où il y a tant de clartés.
    ---
  • En cél temps, dês féta sent Antouèno tant que la seconda semàna de carêma, ele étiêt tôs los jorns que tantout que ele éret alâ gésir aprés compllia que ele entrâvet en cela secrèta vision, laquâla lui éret dèmontrâ per divèrses maniéres. [valor : 10]
    ècritura d'origina : En cel teins, deis festa saint Antoyno tanque la secunda semayna de careyma, illi estiet toz los jors que tantot que illi eret ala gisir apres complia que illi entravet en cella secreta vision, li quauz li eret demostra per diverses maneres.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : MdOingt, Marguerita d'Oingt
    Sôrsa : LA VIA SEITI BIATRIX VIRGINA DE ORNACIU - Duraffour, Gardette et Durdilly - Les Œuvres de Marguerite d'Oingt - Paris - 1965
    nota : En ce temps, de la fête de saint Antoine à la seconde semaine de carême, tous les jours, dès qu'elle était allée se coucher après complies, elle entrait dans cette vision secrète qui lui était manifestée de diverses manières.
    ---
  • Ceto petit agrépe tœs los cutéls. [valor : 10]
    ècritura d'origina : Stu pté agripe teû lô tchuté.
    Règ·ion : Biôjolês
    Grafia : CONF, Grafia de Conflan.
    Sôrsa : Comby Auguste - Dictionnaire du Patois de Belleroche (Loire) - Dijon - 1994
    nota : Ce bébé agrippe tous les couteaux.
    ---

* La valor, quand at una significacion, reprèsente lo dègrâ [1-10] d'adèrence d'un atribut a la parola.

Nôva rechèrche